Archives par mot-clé : APA

La recherche en STAPS et dans les APA :une recherche disciplinaire pour une santé bio-psycho-sociale ?

La recherche dans le domaine des Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives (STAPS) est riche. Une des particularités des UFR STAPS se traduit par le regroupement de chercheurs de différentes disciplines. La structuration de ces UFR pourrait répondre aux recherches dans le domaine des activités physiques adaptées et de la santé, et concrétiser l’approche bio-psycho-sociale des publics ou situations où l’on utilise les APA.

Pour l’instant trop peu d’études sont pluridisciplinaires, alors en attendant, je vous propose un échantillon d’études francophones que l’on peut trouver dans le domaine des STAPS, à travers une approche bio-psycho-sociale « séparée ».

Tout d’abord la Sociologie, ethnographie, psychosociologie, épistémologie

  1. Alexandre Caroline et Compayre Gilles, “Du « sport » à l’activité physique adaptée,” Empan 51, n°. 3 (2003): 78.
  2. Compte Roy, “Les sportifs handicapés mentaux face au sport de haut niveau : le regard des acteurs,” Reliance 15, n°. 1 (2005): 71.
  3. Dejean Alain, “Les activités physiques et sportives et les personnes en situation de handicap,” Empan 51, n°. 3 (2003): 65.
  4. Génolini Jean-Paul et Tournebize Alain, “Scolarisation des élèves en situation de handicap physique,” Staps 88, n°. 2 (2010): 25.
  5. Marcellini Anne, “Un sport de haut niveau accessible ? Jeux séparés, jeux parallèles et jeux à handicap,” Reliance 15, n°. 1 (2005): 48.
  6. Marcellini Anne, éric De Leselec, et Jacques Gleyse, “L’intégration sociale par le sport des personnes handicapées,” Revue internationale de Psychosociologie IX, n°. 1 (2003): 59.
  7. Marcellini Anne et al., “« La chose la plus rapide sans jambes »,” Politix 90, n°. 2 (2010): 139.
  8. Pépin Christine, “Activités Physiques Adaptées,” éd. Anne Marcellini, Recherches & éducations, n°. 11, Dossier « Handicaper » (Avril 1, 2006).
  9. Perrin Claire et al., “Activité physique adaptée et éducation du patient dans les Réseaux Diabète français,” Santé Publique 20, n°. 3 (2008): 213.
  10. Reichhart Frédéric, “Vers une redéfinition des activités physiques et sportives adaptées,” Reliance 24, n°. 2 (2007): 85.
  11. Alfredo Ferreruela, “Le professionnel d’EPS en synthèse,” VST – Vie sociale et traitements 75, n°. 3 (2002): 39.

Certaine études sont de grande qualité, dont plusieurs sont accessibles gratuitement, dans le cas contraire, vous pouvez écrire aux auteurs par courrier électronique (je vous conseille l’article de Ferreruela).

Autre article du blog sur la recherche en APA (ici)

Motiver en Activités Physiques Adaptées, oui mais comment ?

Les professionnels en activités physiques adaptées rencontrent souvent des problèmes d’adhésion aux programmes qu’ils proposent.  De multiples raisons peuvent expliquer le fait que les personnes ne viennent pas, ou partent au milieu de la séance, notamment la motivation. Les travaux de Beebe et al. 2005 tente de proposer des techniques spécifiques à utiliser durant les séances. Deux études ont montré la faisabilité et l’efficacité de ces techniques avec des personnes âgées et des personnes schizophrènes. Cet auteur parle de WALK intervention. On peut traduire par : W (walk) Marche, A (address sensations) Se concentrer sur ses sensations, L (learn about exercise),  Apprendre des choses sur l’APA, C (cue exercise) Effets bénéfiques de l’APA.  Ce type d’intervention se base sur les composantes du modèle de l’efficacité perçue de Bandura :

1) Utiliser l’encadrant comme “modèle”

L’encadrant doit pouvoir faire des démonstrations, voir réaliser concrètement la séance.

2) Encouragement verbal à chaque séance

Faire exprimer les sujets sur leurs doutes, croyances et questions liées à l’APA + Identifier et encourager les efforts fournis par la personne, même les plus minimes.

3) Feedback physiologique

Mesurer le confort durant la séance, anticiper les problèmes issus de la pratiques (courbatures, douleurs…) + Souligner verbalement les critères physiologiques sur lequel se base la séance, l’expliquer et le lier à l’expérience corporelle du sujet.

4) Suivre les performances ou les progrès effectués.

Afficher les intensités utilisées dans la pratique + Rappeler les efforts fournis depuis début de la prise en charge + Proposer au sujet de noter le résumé du contenu de ses séances

Ci-dessous vous trouverez le détail du programme utilisé avec des sujets schizophrènes issu de l’étude de Beebe 2010.

Beebe, L. H., & Smith, K. (2010). Feasibility of the Walk, Address, Learn and Cue (WALC) Intervention for Schizophrenia Spectrum Disorders. Archives of psychiatric nursing, 24(1), 54–62.
Beebe, L., Smith, K., Burk, R., Dessieux, O., Velligan, D., Tavakoli, A., & Tennison, C. (2010). Effect of a Motivational Group Intervention on Exercise Self-Efficacy and Outcome Expectations for Exercise in Schizophrenia Spectrum Disorders. Journal of the American Psychiatric Nurses Association, 16(2), 105 -113. doi:10.1177/1078390310364428
Resnick, B. (2002). Testing the effect of the WALC intervention on exercise adherence in older adults. Journal of Gerontological Nursing, 28(6), 40-49.