Tag Archives: BPCO

L'activité physique chez les sujets BPCO post-réadaptation ?

Le maintien de l’activité physique après une prise en charge dans un centre de Soins de Suite et de Réadaptation est enjeu majeur pour les sujets touchés par une broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO). Un précédent article du blog soulignait qu’un faible niveau d’AP chez les adultes BPCO était associé à une mortalité accrue.

En effet, si pendant de nombreuses années, la recherche clinique s’est uniquement centrée sur l’identification des caractéristiques des programmes de réadaptation les plus efficaces, la problématique majeure reste les changements de comportement des patients (adhésion au traitement, gestion des symptômes et surtout l’activité physique-(AP)).

L’étude de Soicher et al. (2012) tentait d’identifier les trajectoires en terme d’AP des patients BPCO à la sortie d’un programme de réadaptation (4 semaines en centre + 8 semaines, 3 séances/sem à domicile ou en centre) (1).

Methode

Les sujets étaient encouragés tous les 2 mois par téléphone à rester actif physiquement.

L’évaluation de l’AP a été réalisée à 4,6,8 et 12 mois post-réadaptation en utilisant un questionnaire. Les chercheurs ont aussi utilisé les données initiales afin d’identifier les facteurs associés aux trajectoires identifiées.

Résultats

3 trajectoires sont identifiées : Haut niveau d’AP entre 4 et 12 mois (n=61) – Faible niveau d’AP entre 4 et 12 mois (n=114) – Haut niveau d’AP à 4 mois déclinant jusque 12 (n=31).physical activity and COPD

Les facteurs associés à ces trajectoire sont les suivants : le passé en terme d’AP, la distance au test de marche de 6 minutes et les barrières perçues à l’AP.

Discussion

Cette étude souligne les limites des effets des programmes de réadaptation sur le comportement de santé : AP à long terme. Le message est assez clair, la prise en charge par l’AP durant ces programme doit viser une augmentation des capacités fonctionnelles mais surtout aider les sujets BPCO à préparer leur changement de comportement en terme d’AP.

(un précédent article souligne cette complexité). De ce fait, la construction des équipes Activités Physiques Adaptées (APA) au sein de ces structures devrait se baser sur des Enseignants APA et sur des coordinateurs APA, formés au conseil motivationnels et à l’utilisation d’outils adaptés aux patients.

Dans une perspective plus large, cette étude illustre les besoins de formation en psychologie de la motivation des étudiants STAPS APA.

Article en accès libre.

Les adultes BPCO avec un niveau élevé d'anxiété sont plus actifs physiquement !

L’activité physique (AP) est un excellent prédicteur de mortalité chez les personnes BPCO (voir précédent article du blog). Nguyen et al. (2013) ont exploré l’association entre AP (mesurée objectivement) et l’anxiété et la dépression. Les auteurs ont réalisé une analyse transversale à l’aide du questionnaire HADS, du test de marche de 6 minutes, d’une échelle de dyspnée et du Stepwatch Activity Monitor (sur 7 jours) (Nguyen et al., 2013).

L’augmentation de l’anxiété était associée au niveau élevé d’anxiété, après ajustement. Clairement, un point de plus à la sous-échelle anxiété est associé avec une augmentation de 288 pas par jour.

Un second résultat (limite au niveau de la significativité) montre qu’un niveau élevé d’anxiété pourrait limiter les effets négatifs de la dépression sur l’AP.

Cette étude est à prendre avec de la mesure car elle est transversale mais elle participe à la réflexion sur les liens entre troubles anxio-dépressifs et AP chez les BPCO et plus largement les malades chroniques.

Nguyen, H. Q., Fan, V. S., Herting, J., Lee, J., Fu, M., Chen, Z., … Adams, S. G. (2013). Patients With COPD With Higher Levels of Anxiety Are More Physically Active. Chest, 144(1), 145‑151. doi:10.1378/chest.12-1873

Journées d'études Francophones en Activités Physiques Adaptées et Assemblée Générale de la SFP-APA

 Le programme  des XVIe   JOURNÉES   D’ÉTUDES  FRANCOPHONES  EN  ACTIVITÉS   PHYSIQUES  ADAPTÉES est désormais disponible (ici).

Ces journées se déroulent le 29, 30 et 31 mars  2012  à l’UFR STAPS d’Orsay. En parrallèle, le 31 Mars, se déroulera l’assemblée générale de  la Société Française des Professionnels en Activités Physiques Adaptées (www.sfp-apa.fr) (plus d’info ici)

Voici une petite selection:

Conférence 3 : jeudi 29 mars, 14h45-15h30
La psychologie compréhensive appliquée à l’intervention en APA.  Gilles Lecoq, Maître de Conférence –HDR, ILEPS, Cergy-Pontoise.

Conférence 5 : vendredi 30 mars, 14h-14h45
Protocoles de réentraînement et effets bénéfiques des activités physiques dans les maladies cardiovasculaires chez les malades avec et sans traitement.   François Carré, Professeur d’Université – Pr aticien Hospitalier, Université Rennes1.

Conférence 6 : samedi 31 mars, 12h-12h15  :  Promouvoir l’exercice physique des personnes vivant avec le VIH/SIDA : 15 années d’arguments scientifiques mais encore trop peu de programmes d’activité physique adaptée mis en œuvre.
Thöni G., Eichelbrenner M., Bouricha R.,  Chamroeun P

2-Programme PASAPAS : résultats préliminaires d’une étude nutriti onnelle contrôlée randomisée au Centre de Lutte Contre le Cancer Léon Bérard. Foucaut A-M., Berthouze-Aranda SE., Reynes E., Touillaud M., Denizo t-Guillemaut S., Kempf-Lépine A-S., Carretier J., Pérol D., Trédan O., Fervers B.,4, Bachmann P.

3- L’Anorexie Mentale et les Activités Physiques, une relation ambiguë. Moscone A.L., Leconte  P., Le Scanff  C.

4- La réhabilitation respiratoire au centre Kerpape (Film). Robic G., Mabeau B., Jacquot A.

3- Liens possible entre dysautonomie et apparition d’une fatigue prématurée lors de l’exercice physique chez de jeunes adultes porteurs d’une trisomie 21. Leti T.,  Guinot M.,  Favre-Juvin A.,  Bricout V.

4- Programme scolaire d’Activité Physique Adaptée en Institut Médico-Educatif : impact sur la composition corporelle et sur la perception de soi d’adolescents en situation d’obésité et de handicap mental. Salaün L., Reynes E., Berthouze-Aranda S.

J’aurais le plaisir de co-animer la table ronde ci-dessous:

Table Ronde 3  : samedi 31 (9h-10h)  Thème : Que faire avec un Master en APA-Santé ? 

Un niveau faible d'activité physique est le meilleur prédicteur de mortalité des sujets BPCO

La broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) est une maladie chronique qui a des effets systémiques sur la santé. La BPCO est la cinquième cause de mortalité dans le monde. En France, la BPCO concerne 3 à 4 millions de personnes, soit 6 à 8% de la population adulte.

Une étude prospective chez 170 patients a évalué les capacités pulmonaires par spirométrie, réalisé différents examens cliniques, un test de marche de 6 minutes, une échocardiographie, différentes analyses sanguines et les symptômes dépressifs.  A cela, ils ont ajouté la mesure d’activité physique par accéléromètre durant 6 jours. Puis les chercheurs ont suivis le taux de mortalité des sujets à long terme (médiane 48 mois) (Waschki et al., 2011, Chest).

Avec l’ensemble des indicateurs dont ils disposaient, ils ont cherché à identifier les prédicteurs de mortalité les plus explicatifs.

Les résultats sont très simples, le niveau d’activité physique (HR= 0.009 (0.001 – 0.085) <0.001) est le meilleur indicateur devant le taux d’adiponectine (ng/mL) (HR= 2.28 (1.19 – 4.38) 0.013) et l’index Ankle-brachial (HR = 3.26 (1.22 – 8.75) 0.019).

Courbe de survie BPCO Activité Physique

Une nouvelle étude vient encore souligner l’importance de l’activité physique chez le sujets BPCO.

Pour plus d’informations sur la prise en charge en activité physique adaptée pour le sujet BPCO, voir les recommandations de la Société de Pneumologie de Langue Française (ici) ou le livre « La réhabilitation du malade respiratoire chronique » ().

Waschki, B., Kirsten, A., Holz, O., Müller, K., Meyer, T., Watz, H., & Magnussen, H. (2011). Physical activity is the strongest predictor of all-cause mortality in patients with chronic obstructive pulmonary disease: a prospective cohort study. Chest. doi:10.1378/chest.10-2521

 

www.airplusr.fr