Archives par mot-clé : Cancer du sein

La promotion de l'activité physique par les oncologues, ce n'est pas suffisant !

Voici une traduction personnelle d’un texte rédigé en collaboration avec Josée Savard et édité par Jennifer Brunet pour l’Association Canadienne de Psycho-Oncologie.

katebPark et al. (2015) ont examiné les effets de la recommandation de l’activité physique à des personnes ayant terminé leur traitement pour un cancer du sein ou un cancer colorectal par des oncologues. Les investigateurs assignaient les participants dans une des 3 conditions suivantes : contrôle (consultation conventionnelle), recommandations en terme d’exercice physique (décrire les bénéfices de l’exercice d’intensité modérée sur les risques de récurrence de cancer), recommandations en terme d’exercice physique + outils motivationnels (DVD de présentation d’exercices de renforcement musculaire, podomètres et agenda) + une séance d’éducation menée par spécialiste de l’exercice physique. L’activité physique auto-rapportée 4 semaines à la suite de l’intervention était le critère de jugement de l’étude. La qualité de vie étant aussi mesurée à l’aide du questionnaire: European Organization for Research and Treatment of Cancer (EORTC) QLQ C-30.

Parmi les participants recrutés, 121 avaient reçus un traitement pour un cancer du sein et 41 pour un cancer colorectal. Le taux de rétention de l’étude était bon (80%). L’analyse en intention de traiter indiquaient que l’ajout d’outils motivationnels et d’une séance d’éducation augmentaient significativement l’activité physique auto-rapportée modérée et totale, en comparaison au groupe contrôle. Les participants recevant cette intervention augmentaient leur durée d’exercice physique de presque 80 minutes par semaine. Les participants des deux autres bras ne modifiaient pas leur activité physique significativement. Aucune différence entre les 3 bras n’a été retrouvée pour la qualité de vie.

Cette récente étude montre que la recommandation de l’exercice physique par un oncologue pourrait être insuffisante pour modifier le comportement d’adultes traités pour un cancer du sein ou colorectal. Cela étaye l’idée que la promotion de l’activité physique devrait être accompagnée d’outils motivationnels et d’une consultation par un spécialiste de l’exercice physique.

Pourquoi cet article est pertinent : Malheureusement, la promotion de l’activité physique en oncologie est souvent conceptualisée comme une simple prescription de la part des oncologues. Mais l’activité physique est un comportement de santé complexe et devenir physiquement actif est défi de taille pour les personnes traitées pour un cancer. Cette étude souligne qu’une intervention appuyée par un soutien motivationnel est efficiente. Elle souligne aussi que l’intégration de spécialistes de l’exercice physique (ex: kinésiologues, enseignant en APA) pourrait être importante dans le futur.

Park, J.-H., Lee, J., Oh, M., Park, H., Chae, J., Kim, D.-I., … Jeon, J. Y. (2015). The effect of oncologists’ exercise recommendations on the level of exercise and quality of life in survivors of breast and colorectal cancer: A randomized controlled trial. Cancer, 121(16), 2740‑2748. http://doi.org/10.1002/cncr.29400

Version anglophone du texte en accès libre ici

Voir aussi un autre article du blogue sue ce sujet : Les oncologues et leurs croyances envers l’activité physique

Quand l’exercice physique n’a pas d’effet sur la santé

La lecture de l’introduction du délicieux du Routledge Handbook Mental Health and Physical Activity (Ekkekakis, 2013) souligne un point trop rarement décrit : il existe un biais pro-exercice/activité physique, particulièrement dans le domaine de la littérature scientifique des sciences de l’exercice (« There is pro-exercise bias to, particularly in the exercise literature », p18).

La merditude des choses
La merditude des choses

Un énorme travail est à mener dans sciences de l’exercice physique et de la santé pour améliorer notre sens critique, et reconnaître que parfois les recommandations ne sont pas basées sur des faits ou trop sujet à interprétation. Par exemple, dans les études portant sur des marqueurs psychologiques ou le changement des habitudes de vie, on n’oublie (trop) souvent que l’effet placebo existe (voir la présentation de l’étude sur ce point).

Ainsi pour illustrer mon propos, il suffit de lire le résumé de l’essai clinique LIFE, publié dans la prestigieuse revue JAMA (Sink KM, Espeland MA, Castro CM, & et al, 2015) . Malgré une méthode de qualité et une taille d’échantillon importante, les auteurs concluent « qu’un programme d’activité physique d’intensité modéré de 24 semaines comparé à un programme d’éducation à la santé n’améliore pas la fonction cognitive globale ou ses sous-composante ».

On pourrait illustrer aussi ce biais pro-exercice physique par les excès que l’on peut trouver dans la littérature scientifique ou lors de conférence grand public sur les effets de l’activité physique sur la survie post-cancer. Bien sûr, il y a des études qui existent qui « laissent à penser que » mais affirmer une telle chose doit reposer sur des études initialement conçues avec cet objectif. Or pour l’instant ce sont des analyses secondaires réalisées sur des essais cliniques visant la qualité de vie ou la fatigue (Courneya et al., 2014).

La communauté de l’activité physique et de la santé doit demeurer vigilante sur l’état des connaissances à propos des bénéfices de l’activité physique. Il est d’ailleurs compliqué de trouver des articles sur les effets néfastes de l’exercice physique.

  • Courneya, K. S., Friedenreich, C. M., Franco-Villalobos, C., Crawford, J. J., Chua, N., Basi, S., … Reiman, T. (2014). Effects of supervised exercise on progression-free survival in lymphoma patients: an exploratory follow-up of the HELP Trial. Cancer Causes & Control, 26(2), 269‑276. http://doi.org/10.1007/s10552-014-0508-x
  • Ekkekakis, P. (2013). Routledge Handbook of Physical Activity and Mental Health. Routledge.
  • Sink KM, Espeland MA, Castro CM, & et al. (2015). Effect of a 24-month physical activity intervention vs health education on cognitive outcomes in sedentary older adults: The life randomized trial. JAMA, 314(8), 781‑790. http://doi.org/10.1001/jama.2015.9617

Les oncologues et leurs croyances envers l'activité physique

Nicky-Larson-Kaori-LauraPlusieurs articles du blog (ici et ) martèlent un contre message important sur la base de multiples articles (voir la revue de Fie à ce sujet 1) : la promotion/prescription de l’activité physique et ou des activités sportives par des soignants (médecins généralistes, spécialistes, infirmières, psychologues…) ne dépend (quasiment) que de leurs habitudes personnelles et de leurs attitudes et croyances envers l’activité physique. Une récente étude reproduit des résultats connus mais cette fois-ci dans le domaine de l’oncologie 2. La place de l’activité physique est croissante dans ce domaine, et des recommandations de plus en plus précises sont produites par des sociétés savantes.

Celles-ci partent toujours d’un postulat de base : « du soignant sachant » ou « C’est écrit, cela va être appliqué ». Cependant, dans les faits, la quantité de littérature médicale est exponentielle, et les soignants lecteurs priorisent souvent leurs lectures sur les traitements pharmacologiques ou les techniques utilisées quotidiennement.

Park et ses collègues2 coréens ont mis en place une enquête par questionnaire auprès de 167 oncologues afin d’identifier leurs attitudes à propos de l’exercice physique et sa prescription, et examiner leur propre niveaux d’activité physique (article en accès libre).

Résultats:

  • Parmi les répondants, une majorité traitaient plus qu’un seul type de cancer.
  • 72 % reconnaissent que l’exercice physique est bénéfique et 70 % important mais seulement 39 % que l’exercice physique est sécuritaire.
  • 7 % pensent que leurs patients pratiquent de l’exercice physique durant leur traitement
  • 11 % des sujets interrogés déclarent avoir une activité physique répondant aux recommandations internationales.
  • Leur niveau d’activité physique était associé avec leur attitude à recommander l’exercice physique.
  • Les croyances envers les bénéfices de l’exercice physique (meilleure santé mentale, maintien de la condition physique…) sont 3 plus élevées parmi les oncologues qui recommandent l’exercice physique.
  • Les barrières à la recommandation étaient : le manque de temps, le manque de clarté des recommandations, la crainte pour la sécurité du patient.

On pourrait penser qu’il y a un effet culturel à cette étude, mais elle reproduit des éléments déjà démontrés auprès des infirmières américaines en oncologie3.

Que faut-il en conclure ? Je laisse les lecteurs donner leurs avis dans les commentaires sous l’article.

L'activité physique adaptée a-t-elle une place dans les soins palliatifs en oncologie ?

Speed-Andrews & Courneya ont redigé un chapitre centré sur les effets de l’activité physique pré-sous-post traitement pour cancer dans l’ouvrage dirigé par Acevedo et al. (1) (déjà utilisé pour l’article sur le modèle écologique de l’activité physique (AP). Dans une sous-partie, ils abordent la question de la fin de vie et de la possibilité d’intervention en APA en soins palliatifs. Il m’apparaît essentiel de retranscrire cette partie, peu traitée dans la littérature.invasion

L’objectif des soins palliatifs sont le maintien dans le temps de la qualité de vie ainsi que la diminution/gestion des symptômes liés au cancer (OMS).

Speed-Andrews & Courneya soulignent que la littérature scientifique qui se centre sur ce sujet repose sur très peu d’études. Oldervoll et al. 2005 montre que 63 % de sujets interrogés ayant une espérance de vie entre 3 & 12 mois (déterminée par un clinicien) seraient intéressés pour participer à un programme structuré et supervisé d’AP. Une première revue systématique de la littérature en 2009 sur sujet a identifié six études (principalement des études pilotes ou de cas). Celles-ci soulignent la faisabilité et la bonne adhésion à des programmes d’activité physique en soins palliatifs. L’unique essai randomisé contrôlé démontrait une diminution beaucoup plus progressive du bien-être et de la fatigue parmi les sujets du groupe AP.

Les auteurs concluent à la faisabilité de l’AP en soins palliatifs mais soulignent qu’aucune conclusion ne peut être établie sur les potentiels effets bénéfiques de l’AP chez les personnes touchées par un cancers non traitables.

Une brève recherche dans la littérature actuelle (2–4) montre que deux essais cliniques ont en cours (5,6) et qu’un seul a été publié depuis 2013. Une étude pilote comparaient un programme d’AP aérobie versus renforcement musculaire chez des adultes traités par une chimiothérapie palliative (pour cancer gastro-intestinal) (n=26) (7). Les investigateurs concluent à la faisabilité de l’AP et à une possible amélioration des symptômes psychologiques liés au cancer.

Il y a donc un manque cruel de recherche dans ce domaine pour « réellement » établir l’intérêt de l’activité physique dans le domaine des soins palliatif en oncologie.

  • 1. Acevedo EO, editor. The Oxford Handbook of Exercise Psychology. New York: Oxford University Press; 2012. 544 p.
  • 2. Lowe SS, Danielson B, Beaumont C, Watanabe SM, Baracos VE, Courneya KS. Associations between objectively measured physical activity and quality of life in cancer patients with brain metastases. J Pain Symptom Manage. 2014 Sep;48(3):322–32.
  • 3. Lowe SS, Danielson B, Beaumont C, Watanabe SM, Baracos VE, Courneya KS. Correlates of objectively measured sedentary behavior in cancer patients with brain metastases: an application of the theory of planned behavior. Psychooncology. 2014 Jul 29;
  • 4. Bigum LH, Spielmann ME, Juhl G, Rasmussen A. A qualitative study exploring male cancer patients’ experiences with percutaneous nephrostomy. Scand J Urol. 2015 Apr;49(2):162–8.
  • 5. Zimmer P, Jäger E, Bloch W, Zopf EM, Baumann FT. Influence of a six month endurance exercise program on the immune function of prostate cancer patients undergoing Antiandrogen- or Chemotherapy: design and rationale of the ProImmun study. BMC Cancer. 2013;13:272.
  • 6. Jensen W, Oechsle K, Baumann HJ, Mehnert A, Klose H, Bloch W, et al. Effects of exercise training programs on physical performance and quality of life in patients with metastatic lung cancer undergoing palliative chemotherapy–a study protocol. Contemp Clin Trials. 2014 Jan;37(1):120–8.
  • 7. Jensen W, Baumann FT, Stein A, Bloch W, Bokemeyer C, de Wit M, et al. Exercise training in patients with advanced gastrointestinal cancer undergoing palliative chemotherapy: a pilot study. Support Care Cancer Off J Multinatl Assoc Support Care Cancer. 2014 Jul;22(7):1797–806.

Les activités physiques adaptées dans le traitement du cancer = 2 thèses + 1 journée

La littérature concernant les effets de l’activité physique lors du traitement de personnes touchées par un cancer est foisonnante. A cela, vient s’ajouter des Congrès ou Journées.  Brièvement, deux thèses en accès libre qui permettront aux professionnels et étudiants de mettre à jour leurs connaissances ainsi qu’une présentation de la 12ème Journée des Activités Physiques Adaptées.japa montpellier A événement exceptionnel, invités exceptionnels, seront présents à cette journée : Clermont Simard (déjà présent pour l’édition 2012 et énorme source de réflexion) et Jean-Claude De Potter.

L’Activité Physique Adaptée en sénologie : des preuves scientifiques à la mise en œuvre de programmes auprès des patientes atteintes de cancer du sein.

Aude-Marie Foucaut, Centre de Recherche et d’Innovation sur le Sport EA647, Université de Lyon.

En 2 lignes, une thèse qui traite de la réduction des risques de santé, de l’effet et du coût-efficacité d’un programme d’activités physiques adaptées dans le domaine du cancer : INCONTOURNABLE !!!.

Résumé :

La littérature apporte de plus en plus de preuves du bénéfice de la pratique d’une activité physique dans le cadre des préventions secondaire et tertiaire du cancer du sein, cancer le plus fréquent chez la femme. Ces travaux de thèse sont nés de la collaboration entre une équipe experte de la prise en charge clinique et de la nutrition de patients atteints de cancer (Centre de Lutte contre le Cancer Léon Bérard de Lyon) et une équipe experte de l’activité physique (Centre de Recherche et d’Innovation sur le Sport EA647). Cette approche « recherche-action » a permis d’implanter des programmes novateurs d’activité physique adaptée (APA) auprès des patientes atteintes de cancer du sein et ce, de manière concomitante aux traitements adjuvants. Les programmes d’APA complétés d’une prise en charge diététique apparaissent comme un moyen faisable et peu coûteux de lutter contre les facteurs reconnus de mauvais pronostic que sont la prise de poids, les risques métaboliques, mais aussi la problématique de l’inactivité physique et de la sédentarité qui s’installent dès le diagnostic de la maladie. Les résultats originaux de ce travail de thèse fournissent des avancées importantes pour promouvoir l’intégration de l’APA en tant que soin de support des patients atteints de cancer, tout au long des traitements et dans la phase de réhabilitation. Ces travaux permettent de fixer les modalités de prise en charge de ce public spécifique, mettant à disposition des professionnels du secteur un panel de connaissances scientifiques et pratiques. Ils démontrent ainsi la compatibilité et l’applicabilité directe de la recherche en milieu professionnel.

Effets de l’activité physique adaptée sur la fonction aérobie et la fatigue chez des patientes atteintes d’un cancer du sein en situation adjuvante et néo-adjuvante

Thibault CORNETTE, Université de Limoges, 2013

Résumé :

Objectifs. Le but de cette étude est d’évaluer la fonction cardio-pulmonaire mesurée par la VO2pic dans le cancer du sein avant un traitement (CT-RT) et après la réalisation d’un programme d’activité physique adaptée (APA). Méthodes. Le bras A (entraînement en endurance et résistance) et le bras B (groupe contrôle). Cette étude inclus 3 temps d’évaluation. (T0 : avant CT-RT) ; T1 (semaine 27) and T2 : évaluation finale à 54 semaines). Les examens réalisés sont une épreuve d’effort cardio-pulmonaire évaluant la VO2pic, un test de marche de 6 min 5TM6), des tests de la force musculaire, des explorations fonctionnelles respiratoires, l’évaluation de l’activité physique à l’aide du questionnaire IPAQ, de la fatigue (MFI 20), qualité de vie (EORTC QLQ-C30), de l’anxiété et de la dépression (HADS) et pour finir une évaluation de la composition corporelle. Résultats. Entre juin 2012 et juin 2013 44 patientes ont été incluses dans l’étude. A T0, la moyenne d’âge était de 52,3 ± 11,7 ans pour le bras A et de 48,8 ±8 pour le bras B. Avant traitement la VO2pic était de 22,5 ± 4,4 ml.kg-1.min-1pour le bras A et de 23,4 ± 5,1 ml.min-1kg-1 pour le bras B. Après traitement, en analyse par intention de traiter, la différence entre nos 2 groupes était de 2,3 ml.min-1kg-1, alors qu’en analyse per-protocole cette différence est de 3,49 ml.min-1kg-1 et est significative. La distance de marche s’améliore de 21,75 ± 7,15 m pour le bras A (P=.016) et diminue de 9,54 ± 6,82 m pour le bras B (P=.0,43). Conclusions. Notre étude a réussi à prouver qu’un entraînement individualisé et à domicile est faisable et sûr pour des patientes atteintes d’un cancer du sein en situation adjuvante ou néoadjuvante.

Pour conclure, la 12ème Journée des Activités Physiques Adaptées, le Jeudi 10 Avril 2014 à Montpellier, a pour thème :

« Une vie physiquement active pendant et après le cancer,

comment et avec quels professionnels spécialement formés ? »

Programme

1ère conférence :  3ème plan cancer : l’activité physique comme soin de support.

Le 4 février dernier, Le Président de la république, Mr François Hollande a présenté le 3ème plan cancer. Il a rappelé l’importance d’une prise en charge globale pour les personnes touchées par le cancer. Le but, préserver au maximum l’autonomie, la continuité et la qualité de vie des personnes pendant, mais aussi après la période du traitement. Les bénéfices reconnus de l’Activité Physique peuvent être une solution à apporter pour atteindre ces objectifs.

En effet, il est clairement établi que l’Activité Physique a des bienfaits sur la santé physique, psychique et sociale mais surtout, est bénéfique pour la prévention de pathologies chroniques. Dans ce contexte, une fois les bases du cancer posées (définition, prévalence, étiologie…) il s’agira durant cette conférence, d’identifier les effets de l’AP sur les dimensions bio-psycho-sociales au regard des besoins de ces personnes. Enfin, suite aux recommandations du troisième plan cancer, 2014 – 2019, la question sera de savoir si ces dernières prennent véritablement en considération les éléments qui auront été évoqués en amont.

9h30 : Mécanismes et fonctionnement d’une maladie hétérogène. William Jacot, oncologue, Institut du Cancer de Montpellier (ICM).

9h45 : Bénéfices de la pratique d’activité physique sur les dimensions bio-psycho-sociales des personnes atteintes d’un cancer. Florence Cousson-Gélie, Professeur en psychologie, Directrice d’Epidaure – Pôle Prévention de l’ICM, Montpellier.

10h : « La vie pendant et après le cancer » : recommandations du troisième plan 2014-2019.

10h15 : Table ronde

  • Aude Marie Foucaut, Docteur en STAPS, responsable de la commission cancer SFP-APA,  Lyon.

  • Claude Jeandel, Professeur gérontologue, co-directeur de l’Unité de Coordination en Oncogériatrie du Languedoc- Roussillon.

10h45 : Pause

2ème conférence :  L’Enseignant en Activité Physique Adaptée acteur dans la prise en charge ? Exemples de dispositifs interdisciplinaires.

L’Activité Physique Adaptée est une pratique encadrée par un professionnel spécialement formé de niveau Licence, Master ou Doctorat. Ce professionnel prend en charge un public à besoin spécifique par l’intermédiaire des Activités Physiques et Sportives dans un objectif de santé, de participation sociale et de maintien de l’autonomie.  En soit, selon la définition du Pr. J-C De Potter, pionnier des APA en Europe,  l’APA peut se définir comme « tout mouvement, activité physique et sport, essentiellement basé sur les aptitudes et les motivations des personnes ayant des besoins spécifiques qui les empêchent de pratiquer dans des conditions ordinaires». Ainsi, l’objectif de cette seconde conférence est de promouvoir les initiatives en APA et Oncologie. Bien plus que de présenter des programmes APA, nous souhaitons valoriser l’interdisciplinarité. Autrement dit, nous souhaitons via le discours d’Enseignants en APA associés à d’autres professionnels de santé, monter l’intérêt de l’interdisciplinarité dans la prise en charge du cancer. Egalement, le témoignage d’usagers pourra rendre compte de leurs expériences.

11h15 : Présentation de la formation APA et du DU APA et cancérologie, Betty Mercier, maître de conférences à l’UM1, Montpellier

11h25 : APA et soutien psychologique en milieu associatif. Marie-Morgane Le Berre, enseignante en APA et Alain Andreu, responsable du pôle soutien psychologique, Association Etincelle LR, rester femme avec un cancer.

11h30 : L’APA dans un service oncopédiatrique.Ghislain Quai, Enseignant en APA & Pr Nicolas Sirvent, Chef du service onco-hémato-pédiatrie CHU Arnaud de Villeneuve.Entreprise de prestation d’APA, V@si.

11h35: L’APA et la Rééducation à l’Institut Régional du Cancer de Montpellier (ICM).

11h40 : Témoignage d’un usager de ces prestations.

11h50 : Table ronde

12h40 : Conclusion de la matinée, Monsieur le professeur émérite, Jean-Claude De Potter, pionnier des APA en Europe, Bruxelles.

En conclusion, l’objectif des débats et conférences de la matinée sera de contribuer au développement et à l’utilisation de l’activité physique adaptée (APA) en tant que pratique physique intégrée dans le parcours de vie de personnes atteintes d’un cancer. Durant les deux temps fort de la matinée, Il s’agira, à travers la définition de la maladie et de ses retentissements bio-psycho-sociaux de comprendre quels sont les intérêts et les limites de la pratique. De plus, en cohésion avec l’actualité politique, nous tenterons de faire le lien entre les recommandations du plan cancer du 4 février dernier et les programmes APA/oncologie existants. Une attention particulière sera donnée aux actions régionales.

13h : Repas

14h – 17h : Ouverture du 2nd salon des APA au Palais des Sports de Veyrassi

L’objectif sera de contribuer à la formation et la professionnalisation des étudiants de la filière APA au moyen d’un salon regroupant une cinquantaine de stands, des animations et des mini-conférences autour du thème de l’activité physique, de la santé et de l’insertion sociale. Véritable temps fort de la journée, l’ouverture du second salon des APA permettra de montrer notamment le dynamisme et la capacité des diplômés STAPS/APA à développer des sociétés de service innovantes en réponse aux besoins sociétaux en matière de santé.

17h15 : Retour sur les conclusions du 1er Congrès national des Professionnels en APA, Bobigny 4 avril 2014.

17h45 : Cérémonie de remise des diplômes de la Promotion Clermont Simard, Master RAPA et GESAPPA  2012/ 2013.

Une nouvelle fois, Mr Clermont Simard, Professeur émérite des sciences de l’éducation au Québec, pionnier des APA, nous fera l’honneur de son déplacement. Pour remettre les diplômes à la promotion sortante qu’il parraine, il sera accompagné de Mr le Professeur, Philippe Augé, Président de L’Université Montpellier 1, de Mr le Professeur Didier Delignières, Directeur de l’UFR STAPS, de Mr le Professeur Alain Varray, responsable du département Activité Physique Adaptée et de tous les enseignants de la formation ainsi que certain membres de la gouvernance de l’UM1.

18h30 : Synthèse de la journée et Allocution de clôture.

19h : Ouverture du Cocktail.

Pour ceux qui ne connaissent pas le JAPA:

[youtube http://www.youtube.com/watch?v=hnBEjxW8m3Q]