Archives par mot-clé : collaboration médecins

Si l'activité physique est une médecine où est l'activité physique en médecine ?

hippocrateBradley Cardinal a publié un article au titre interpellant, difficilement traduisible en français : If Exercise is Medicine, Where is Exercise in Medicine ? Après avoir dressé le nombre d’études et de recommandations qui suggèrent d’incorporer la promotion de l’activité physique dans le cursus universitaire de médecine, ses collègues et lui s’interrogeaient sur la place réelle de l’activité physique dans les formations médicales. Ils ont examiné les contenus de formation des écoles de médecine accréditées par l’Association Américaine des Écoles de Médecine en ciblant les « programmes » pour médecin et médecin en ostéopathie. Ils ont réussi à obtenir ces descriptions dans 118/170 écoles. Voici les questions posées et leurs réponses.

  • Combien de médecins reçoivent une formation à propos de l’activité physique ? 51 % des écoles fournissent aucune formation, 21 % une seule
  • Ces cours sont-ils optionnels ou obligatoires ? Parmi celles proposant un cours, celui-ci est optionnel dans 82 % des cas
  • Quels types de sujets sont traités en lien avec l’activité physique ? 45 % des cours sont centrés sur la médecine du sport ou la physiologie de l’exercice, alors que la médecine préventive, ou le conseil au changement de comportement est proposé beaucoup moins souvent (environ 8%).
  • Il y a-t-il des différences entre les médecins et les médecins ostéopathes, les écoles privées ou publiques ?Aucune différence significative retrouvée.

Les auteurs discutent de leurs résultats avec une vision américano-centrée et proposent le développement de modules en ligne pour pallier cet énorme écart entre les recommandations et les faits. On peut rester très septique face à cette proposition et à sa possible efficacité. La formation à l’activité physique est rare et reste ultra-dominée par une vision biologique selon cette étude.

Je ne connais pas d’équivalent en France ou Canada pour pouvoir comparer les résultats. Si les lecteurs du blogue se rappellent avoir lu des informations à propos de la convention passée entre la C3D et la Conférence des Doyens de Facultés de Médecine en 2013 (article du blogue), à ma connaissance, il n’y a pas d’écrit à ce sujet, ni de système d’évaluation des effets de cette convention. Cela ferait un très bon sujet de mémoire de Master/Maîtrise ou de thèse de médecine.

Cardinal et al. 2015. If Exercise is Medicine, Where is Exercise in Medicine? Review of U.S. Medical Education Curricula for Physical Activity-Related Content. Journal of Physical Activity & Health

Enquête auprès des médecins généralistes sur leur expérience et leur avis en matière de prescription d’activité physique

Une étude est publiée dans la revue Sciences & Sports [1] avec pour objectif d’évaluer les connaissances des médecins généralistes d’Ille-et-Vilaine etFritz des départements limitrophes en matière de recommandations d’activité physique régulière (AP), ainsi que leur avis et ressenti sur leur prescription écrite.

 L’enquête s’est déroulée du 25 avril au 30 juin 2010 par envoi de questionnaires, 412 réponses ont été obtenues sur 1000 envois.

 Principaux résultats :

  • 45% et 51% des médecins interrogés déclarent « repèrent » et « conseillent » l’activité physique aux patients touchés par une pathologie chronique.
  • Les AP recommandées les plus fréquemment (par ordre) : la marche, les activités domestiques, l’inscription en club de sport
  • Les facteurs pouvant aider les médecins à la prescription (par ordre): réalisation de fiches à remettre au patient, l’organisation de formations sur la prescription d’AP, la collaboration médecins – éducateurs médicosportifs, la collaboration avec les services de médecine du sport, la collaboration médecins/ kinésithérapeutes, le fait d’être convaincu de l’intérêt de la prescription d’AP
  • « le fait de prescrire de l’activité physique a eu un lien statistiquement significatif avec celui de considérer la collaboration avec les éducateurs médicosportifs comme un facteur aidant la prescription ».

 Malgré ces résultats flatteurs, il faut garder le résultat le plus important à l’esprit, je cite : «  les médecins qui déclaraient pratiquer une AP étaient significativement ceux qui repéraient et conseillaient le plus une activité physique régulière chez leurs patients ».

 Souvent abordée sur le blog, la question de la « prescription » de l’activité physique repose majoritairement sur les caractéristiques personnelles du soignant (largement démontré [2]), notamment leur propre activité physique. Par exemple, les auteurs auraient pu interroger les médecins sur leur indice de masse corporel, ou leur statut tabagique (voir l’étude française [3] ou l’étude Canadienne [4])… Il serait alors apparu que les médecins fumeurs en surpoids ou obèses n’interrogent pas leur patients à propos de l’AP ou on peut imaginer qu’il s’agit des médecins non répondants (+ de 50% des médecins interrogés).

 Cette étude souligne aussi le besoin d’outils adéquats et du manque d’échanges entre les Enseignants APA et les médecins généralistes.

  1. Gérin C, Guillemot P, Bayat M, André AM, Daniel V, Rochcongar P. Enquête auprès des médecins généralistes sur leur expérience et leur avis en matière de prescription d’activité physique. Sci Sports
  2. Fie S, Norman IJ, While AE. The relationship between physicians’ and nurses’ personal physical activity habits and their health-promotion practice: A systematic review. Health Educ J. 1 janv 2013;72(1):102‑19.
  3. Attalin V, Romain A-J, Avignon A. Physical-activity prescription for obesity management in primary care: attitudes and practices of GPs in a southern French city. Diabetes Metab. juin 2012;38(3):243‑9.
  4. Lestage K. Promotion de l’activité physique des médecins omnipraticiens auprès de leurs patients. 3 juin 2013 [cité 14 nov 2013]; Disponible sur: https://papyrus.bib.umontreal.ca/xmlui/handle/1866/9845