Archives par mot-clé : comportement individuel

Changer le comportement des individus ou des familles pour faire face au changement climatique : peu d’efficacité

Le journal Nature Communications a publié une revue de littérature qui cherchait à estimer l’efficacité d’interventions de changement de comportement qui pourrait aider dans la lutte au changement climatique [1]. Les auteurs ont exclu les interventions qui utilisaient des récompenses financières (exemple : remboursement d’impôt, modification des prix de l’énergie, pénalités) ou des régulations via la loi ou des règlements. Ils examinaient 6 catégories de comportement :

  1. consommation d’énergie à domicile (ex : réduction de l’utilisation de l’électricité) (36%)
  2. le transport (ex : utilisation de voitures, de l’avion, du transport actif) (23%)
  3. la consommation de produits d’origine animale
  4. le gaspillage alimentaire
  5. la consommation d’eau (23%)
  6. le recyclage (16%).

83 essais randomisés contrôlés ont été inclus. 40% de ses articles ciblaient les familles et la durée des interventions était très hétérogène (d’une journée à 2 ans). La médiane de durée d’intervention était de 7 jours. La majorité des études était réalisée aux États-Unis ou en Europe (80%). Les pourcentages présentés plus haut représentent proportion d’études examinant chaque catégorie de comportement. Un faible nombre d’étude ciblait la réduction de consommation de produits d’origine animale et le gaspillage alimentaire.

La taille d’effet général était faible. Le comportement le plus influencé par une intervention de type comportemental était le recyclage. La consommation de viande et l’évitement de gaspillage alimentaire semble aussi être modifié. Cependant, le nombre d’études examinant ces comportements est très faible. Il apparaît important de noter que ces interventions ne semblent pas avoir un impact sur l’utilisation de la voiture.

Les auteurs utilisent un indicateur pour favoriser la compréhension de résultats : la probabilité de bénéfices. Ils estiment que la probabilité qu’un individu randomisé dans un groupe interventionnel modifie son comportement (en comparaison un individu groupe contrôle) est de 6.6%, 9,6% pour les transports, 12% pour la consommation d’eau et 17% gaspillages alimentaires et la consommation de protéines carnées.

La sous analyse sur les études qui examinaient les effets des interventions comportementales à moyen terme (en moyenne 21 semaines) ne montrent pas d’effet significatif. Il est important de noter que l’analyse de l’efficacité de ses interventions dans le temps, c’est-à-dire d’année en année, suggère que leur efficacité diminue. Les auteurs estiment que cela est dû à l’amélioration de la rigueur méthodologique des études plus récentes.

Intervention

Les techniques de changement de comportement basée sur le partage d’informations avaient une probabilité de bénéfices de l’ordre de 3,4%, celles basées sur la comparaison sociale 5,4%. La fixation d’objectif était associée à une probabilité de bénéfices de 33,9% (attention effet majoritairement influencé par un biais de recrutement). Les techniques dites de manipulations douces (‘nudge, nudging’) ou de modification l’architecture environnementale, étaient associées à une probabilité de bénéfices de 25%.

La présente revue de littérature très bien rédigée et construite méthodologiquement [1]. Les auteurs alertent sur la faible efficacité des interventions comportementales pour modifier les comportements d’atténuation liée au changement climatique. Globalement, ces interventions ont une probabilité de modifier le comportement d’environ 6,6%. Les auteurs alarment les lecteurs sur l’absence d’efficacité de l’intervention sur les comportements dits de haut impact (exemple : conduite automobile). Il parle de « faible plasticité comportementale ».

Il suggère que les interventions comportementales devraient être accompagnées de mesures multisectorielles pour être efficaces. Par exemple, il serait pertinent de coupler interventions réglementaires ou récompenses financières directes ou indirectes avec des interventions comportementales.

Cet article fait l’objet de deux commentaires critiques qui à mon sens sont peu étayés, voir la réponse des auteurs [2].

  • 1. Nisa CF, Bélanger JJ, Schumpe BM, Faller DG (2019) Meta-analysis of randomised controlled trials testing behavioural interventions to promote household action on climate change. Nat Commun 10:4545. https://doi.org/10.1038/s41467-019-12457-2
  • 2. Nisa CF, Bélanger JJ, Schumpe BM, Faller DG (2020) Reply to ‘A reexamination on how behavioral interventions can promote household action to limit climate change’’.’ Nat Commun 11:919. https://doi.org/10.1038/s41467-020-14650-0

Quelle est la perception des empreintes carbones reliées aux comportements individuels ?

Une étude en ligne réalisée auprès d’un public adulte nord-américain examinait la capacité à correctement comprendre et gérer son empreinte carbone liée à ses comportements (‘carbon numeracy’, arithmétique carbone) (1).

La question de la réduction de l’empreinte carbone individuelle passe aussi par une modification profonde des comportements. Un précédent article abordait cette question. Or les précédentes études s’accordent sur le fait que les adultes (dans les pays occidentaux) investissent généralement des comportements ayant un faible impact en termes d’empreinte carbone (2).

Les répondants étaient interrogés sur les comportements ayant un impact carbone faible (<1 % de l’empreinte carbone personnelle) ou élevé (>5 % de l’empreinte carbone personnelle). On leur demandait de les classer par ordre d’importance. Le questionnaire en ligne comportait des questions ouvertes et fermées.

La figure ci-dessous représente les comportements les plus cités dans les questions ouvertes en fonction de l’orientation politique des répondants.

La seconde figure représente le classement des 15 actions de réduction empreinte carbone proposées. On peut clairement comparer l’impact perçu et impact réel de ces comportements.

Les répondants comprennent les impacts climatiques de l’utilisation de la voiture mais surestiment énormément l’impact d’autres comportements (exemple : utilisation de sacs réutilisables). De plus, il y a une sous-estimation très importante de l’impact des transports aériens (moins de 1 % des répondants proposaient cette solution) et de la consommation de viande.

Les résultats de cette étude soulignent un potentiel manque de compréhension de l’adéquation entre empreinte carbone des comportements individuels. Ces résultats sont d’autant plus alarmants que la moitié des répondants était des étudiants d’université.

Si les comportements individuels ne sont pas l’unique solution à la réduction des gaz à effet de serre, ils y participent. Les résultats de cette étude illustrent les besoins d’amélioration de la compréhension des enjeux liés au changement climatique dans la population générale.

1. Wynes S, Zhao J, Donner SD. How well do people understand the climate impact of individual actions? Clim Change [Internet]. 2020 Aug 6 [cited 2020 Aug 24]; Available from: https://doi.org/10.1007/s10584-020-02811-5

2. Gifford R. Environmental Psychology Matters. Annu Rev Psychol. 2014 Jan 3;65(1):541–79.