Archives par mot-clé : dépression

L’intensité d’exercice physique chez des personnes dépressives : imposée ou libre ?

Un équipe de l’Université du Wisconsin a comparé les effets, sur le niveau de dépression, de différentes intensités d’exercice physique chez des femmes touchées par une dépression majeure.

Ainsi 24 participantes réalisaient, dans un ordre aléatoire, trois sessions d’exercice (vélo stationnaire) à une intensité imposée (échelle d’effort perçu à 11, 13, 15) et une session à intensité libre (‘choisissez l’intensité d’exercice que vous préférez’). Le niveau de dépression auto-rapporté était évalué avant et à 10 et 30 minutes post-exercice ainsi que le niveau sanguin de facteur neurotrophique dérivé du cerveau (FNDC) (i.e., un marqueur potentiellement explicatif de la relation entre exercice physique et santé mentale). L’ effort perçu était mesuré tous les 5 minutes durant la session intensité libre.

Les chercheurs ont donc utilisé des comparateurs différents :

  • A- libre versus imposé (qui avait le niveau d’effort perçu le plus proche de la moyenne de l’effort perçu durant la session libre)
  • B- libre versus imposé ayant entraîné la plus importante diminution de la dépression

A- Libre versus imposé (qui avait le niveau d’effort perçu le plus proche de la moyenne de l’effort perçu durant la session libre)

A 10 min et 30 min

  • Aucune différence sur la diminution de la dépression
  • Le niveau de FNDC était significativement augmenté pour la session imposée.

B-Libre versus imposé ayant entraîné la plus importante diminution de la dépression

A 10 min et 30 min

  • Différence significative en faveur de la session imposée sur la diminution de la dépression
  • Aucune différence sur le niveau de FNDC

Les résultats suggèrent que l’intensité libre entraîne une diminution de la dépression, mais celle-ci est plus faible que lorsque l’intensité est imposée. Ce qui est étonnant, c’est que dans la comparaison A, les efforts réalisés sont très proches au niveau perceptif et physiologique. Il y aurait donc un effet de la décision interne versus externe sur l’amélioration de la réponse affective dans un contexte de dépression clinique.

Pour la comparaison B, il est important de noter que la session de comparaison n’était pas la même en fonction des participantes (effort perçu à 11 ou 13 ou 15). Cela pourrait indiquer que l’intensité optimale n’est pas la même pour l’ensemble des sujets.

Cette étude est la première qui montre des effets supérieurs de l’exercice physique à intensité imposée vs. libre dans un contexte de trouble mental. Ces résultats sont à l’opposé de ceux retrouvés sans un contexte de trouble de santé mentale.

Les auteurs soulignent que les résultats sont peut être expliqués par la nature même de l’étude, testant uniquement des sessions séparées d’exercice physique et non un programme de plusieurs semaines.

On pourrait penser que les résultats pourraient diverger car à terme les participantes pourraient mieux connaître leurs possibilités physiques et produire une intensité libre supérieure ou égale à celle imposée. A noter aussi que les auteurs n’ont pas retrouvé d’effet des types d’antidépresseurs sur la réponse à l’exercice physique (voir précédents articles du blogue à ce sujet 1 et 2).

Meyer, J. D., Ellingson, L. D., Koltyn, K. F., Stegner, A. J., Kim, J.-S., & Cook, D. B. (2016). Psychobiological Responses to Preferred- and Prescribed-Intensity Exercise in MDD: Medicine & Science in Sports & Exercise, 1. https://doi.org/10.1249/MSS.0000000000001022

Pourquoi il faut aider les personnes dépressives à changer leurs comportements de santé ?

coffee-and-cigarettes-1La question des habitudes de vie ou comportements de santé chez les personnes touchées par un trouble mental sévère est peu à peu mise à jour dans des études observationnelles. Voici les résultats de l’analyse de ‘BiDirect study’.

Une précision avant de lire ce qui est dessous : le DSM-IV-TR reconnaît des sous-types de la dépression, parmi lesquels :

  • La dépression mélancolique est caractérisée par un critère clé parmi les 2 suivants : perte de plaisir dans toutes les activités ou presque OU une faible réactivité à un stimuli habituellement agréable. Puis au moins 3 parmi les critères suivants : une aggravation des symptômes dans la matinée, un réveil de bonne heure, un retard psychomoteur, une perte excessive de poids (à ne pas confondre avec l’anorexie) ou un sentiment excessif de culpabilité.
  • La dépression atypique est caractérisée par une humeur réactive (anhédonie paradoxale) plus des 2 critères parmi les suivants : un gain de poids important ou un appétit plus prononcé (plaisir de manger), un sommeil excessif ou hypersomnie, une sensation de lourdeur dans certaines parties du corps et une mauvaise adaptation sociale marquée par une hypersensibilité au rejet interpersonnel.

La ‘BiDirect study’ a fait l’objet d’une publication qui intégrait une cohorte de personnes accueillies en psychiatrie et une cohorte de contrôle. Les auteurs allemands voulaient examiner les comportements de santé et plus précisément comparer les deux cohortes et à l’intérieur de la cohorte investiguer si les personnes touchées par une dépression cliniques avaient des habitudes de vie plus moins détériorées en fonction de sous-type de dépression et de sévérité de leurs symptômes. Le graphique présente leurs comportements de santé de manière habile.

depressive disorders.png

  • 61 % des personnes touchées par une dépression clinique (823 participants) étaient ‘classés’ comme dépression mélancolique et 5,2 % dépression atypique.
  • Les participants de l’étude touchés par une dépression clinique sont significativement plus nombreux à être fumeurs, inactifs, en surpoids en comparaison aux personnes sans dépression.
  • La dépression atypique n’est pas associée à la consommation de tabac mais est le sous-type le plus associé au surpoids.
  • La dépression mélancolique est la plus associée avec une faible activité physique.

Les auteurs soulignent aussi que leurs analyses suggèrent qu’il y a un effet dose entre la sévérité de la dépression clinique et la consommation de tabac, la faible activité physique et le surpoids.

Même si les habitudes de santé sont mesurées par questionnaire, cette étude souligne le besoin criant de développer des prises en charge afin de modifier les comportements de santé chez les adultes touchés par une dépression clinique. Les kinésiologues et enseignants en Activité Physique Adapté ont un rôle majeur à jouer dans les équipe de psychiatrie.

Rahe, C., Khil, L., Wellmann, J., Baune, B. T., Arolt, V., & Berger, K. (2016). Impact of major depressive disorder, distinct subtypes, and symptom severity on lifestyle in the BiDirect Study. Psychiatry Research, 245, 164–171. http://doi.org/10.1016/j.psychres.2016.08.035

Quelles sont les dernières recommandations du réseau canadien pour le traitement de la dépression par l’exercice physique ?

Le groupe d’experts canadiens vient récemment de livrer ses conclusions à propos des traitements alternatifs et complémentaires dans le cadre des soins de la dépression. Il dresse un état de littérature scientifique afin de pouvoir réaliser des recommandations les plus factuelles possibles. Je n’aborde pas les autre traitements complémentaires pour la dépression ici (voir un article du blogue à propos).

Ils commencent leur texte en soulignant les difficultés méthodologiques de l’évaluation de ce type de traitement (contrôle de l’effet placebo, évaluation en aveugle…). Rappellent au passage, un manque d’information disponible sur les potentiels effets d’interaction avec les traitements (voir articles 1 et 2 du blogue).

330df7e0-2058-0134-91d5-06caa2286297.jpg

En bref, leur argumentation est basée sur :

Niveau dépression moyen à modéré

  • 2 méta-analyses et 2 revues systématiques concluent que l’exercice physique a un niveau similaire d’efficacité que les antidépresseurs ou une psychothérapie
  • efficacité à court terme est supérieure à une condition traitement

Niveau dépression modéré à sévère

  • 1 méta-analyse concluent au fait que l’exercice est supérieur aux groupes contrôles
  • Peu de preuves de bénéfices à long terme

CONCLUSIONS

Pour des adultes touchés par un niveau de dépression moyen à modéré

  • Recommandation en 1er ligne
  • Niveau de preuve = 1
  • Monothérapie

Pour des adultes touchés par un niveau dépression modéré jusqu’à un épisode dépressif majeur

  • Recommandation en 2nd ligne
  • Niveau de preuve = 1
  • Traitement complémentaire

Compléments

  • Absence de supériorité claire entre exercice physique et exercice de résistance
  • au moins 30 minutes d’exercice supervisé d’intensité modéré, 3 fois par semaine durant 9 semaines consécutives
  • Niveau de preuve élevé que l’adhésion, la participation à l’exercice physique, est plus élevée quand celle-ci est encadrée par un personnel qualifié
    Ravindran, A. V., Balneaves, L. G., Faulkner, G., Ortiz, A., McIntosh, D., Morehouse, R. L., … CANMAT Depression Work Group. (2016). Canadian Network for Mood and Anxiety Treatments (CANMAT) 2016 Clinical Guidelines for the Management of Adults with Major Depressive Disorder: Section 5. Complementary and Alternative Medicine Treatments. Canadian Journal of Psychiatry. Revue Canadienne De Psychiatrie, 61(9), 576–587. http://doi.org/10.1177/0706743716660290

L'activité physique, un catalyseur des traitements de la dépression ?

6857123Le niveau d’activité physique (AP) d’adultes touchés par des troubles dépressifs (modérés à élevés) est un facteur qui influence la réponse à un traitement de la dépression. Mats Hallgreen et al. (2016) ont réalisé une analyse secondaire d’un essai clinique qui évaluait initialement l’efficacité d’un programme d’exercice physique versus une thérapie cognitive et comportementale (TCC) par internet versus des soins usuels . Il s’est concentré uniquement sur les 2 derniers bras interventionnels, c’est à dire, sans les participants au groupe exercice physique, représentant au total 629 participants. L’essai clinique était en simple aveugle et multicentrique.

Les investigateurs ont catégorisé le niveau d’activité physique faible, modéré, élevé, sur la base d’un questionnaire d’AP. Ils se concentraient sur l’analyse des scores au Montgomery–Åsberg Depression Rating Scale (MADRS) pré et post-intervention. L’analyse statistique prenait en compte des covariables importantes, comme par exemple la prise d’antidépresseurs.

Les résultats montrent que la diminution du niveau de dépression est significativement plus marquée uniquement chez les sujets ayant déclarés un niveau d’activité physique élevé avant le traitement. Ce résultat est indépendant du bras interventionnel (TCC ou soins usuels) et du sexe.

happiness-therapy-silver-linings-playbook-30-01-2013-16-11-2012-9-gBien que l’étude souffre de plusieurs limites (AP auto-rapportée, non prise en compte des données manquantes…), c’est un résultat important car c’est, à ma connaissance, une des 1er fois que l’activité physique est identifiée comme un facteur associé à une efficacité plus importante des traitements de la dépression. Ainsi, promouvoir un style de vie plus actif durant une thérapie cognitive et comportementale pourrait être bénéfique pour les usagers.

Dans le futur, une évaluation objective de l’activité physique pourrait venir confirmer ces résultats.

Voir aussi sur le blog un précédent article sur la question des antidépresseurs et de l’activité physique.

Hallgren, M., Nakitanda, O. A., Ekblom, Ö., Herring, M. P., Owen, N., Dunstan, D., … Forsell, Y. (2016). Habitual physical activity levels predict treatment outcomes in depressed adults: A prospective cohort study. Preventive Medicine, 88, 53–58. http://doi.org/10.1016/j.ypmed.2016.03.021

Plus on dort, moins nous sommes actifs le lendemain

La question des relations entre activité physique et sommeil a fait l’objet de plusieurs articles sur ce blog. Notamment, celui qui décrivait les relations entre activité physique Bigsleep2et sommeil au jour le jour chez des femmes âgées. L’ activité physique du jour même ne semblait pas être associée avec le sommeil de la nuit qui suit. Dans un autre article, il était question de possibles bénéfices de l’exercice physique pour des adultes dépressifs cliniquement. Les sujets actifs avaient des symptômes d’insomnie de moindre intensité, indépendamment de la sévérité de leur dépression.

L’article du jour est un peu une synthèse des deux précédents. Bouwmans et al. (2016) ont examiné les relations temporelles entre activité physique et sommeil durant 30 jours consécutifs chez 27 adultes dépressifs et 27 cas contrôles (sans difficulté de santé mentale) [1]. Les sujets portaient tous un accéléromètre et répondaient quotidiennement par écrit aux questions suivantes : Avez-vous bien dormi? Et Combien de temps avez-vous dormi?

Sur la base d’analyses statistiques solides, les auteurs ont traité les données pour répondre aux questions suivantes (les réponses suivent) :

  • Un changement de qualité de sommeil précède-t-il un changement d’activité physique?  NON
  • Un changement de durée de sommeil précède-t-il un changement d’activité physique?   OUI, une relation négative (B = -.21)
  • Un changement d’activité physique précède-t-il un changement de qualité de sommeil?  NON
  • Un changement d’activité physique précède-t-il un changement de durée de sommeil?  NON
  • La dépression modere-t-elle ces relations?  NON

Cette relation n’a pas été retrouvée avec des participants insomniaques ou âgés [2] dans de précédentes études. En revanche, cela pourrait venir confirmer l’indépendance de la relation AP-sommeil en contexte dépressif. Une nouvelle fois, la relation bidirectionnelle attendue entre AP et sommeil n’est pas confirmée. Bien entendu, la mesure uniquement subjective du sommeil est une limite sérieuse.

1. Bouwmans MEJ, Oude Oosterik NAM, Bos EH, de Groot IW, Oldehinkel AJ, de Jonge P. The Temporal Order of Changes in Physical Activity and Subjective Sleep in Depressed Versus Nondepressed Individuals: Findings From the MOOVD Study. Behav Sleep Med. 2016 Jun 2;1–15.

2. Lambiase MJ, Gabriel KP, Kuller LH, Matthews KA. Temporal relationships between physical activity and sleep in older women. Med Sci Sports Exerc. 2013 Dec;45(12):2362–8.