Tag Archives: dépression

Plus on dort, moins nous sommes actifs le lendemain

La question des relations entre activité physique et sommeil a fait l’objet de plusieurs articles sur ce blog. Notamment, celui qui décrivait les relations entre activité physique Bigsleep2et sommeil au jour le jour chez des femmes âgées. L’ activité physique du jour même ne semblait pas être associée avec le sommeil de la nuit qui suit. Dans un autre article, il était question de possibles bénéfices de l’exercice physique pour des adultes dépressifs cliniquement. Les sujets actifs avaient des symptômes d’insomnie de moindre intensité, indépendamment de la sévérité de leur dépression.

L’article du jour est un peu une synthèse des deux précédents. Bouwmans et al. (2016) ont examiné les relations temporelles entre activité physique et sommeil durant 30 jours consécutifs chez 27 adultes dépressifs et 27 cas contrôles (sans difficulté de santé mentale) [1]. Les sujets portaient tous un accéléromètre et répondaient quotidiennement par écrit aux questions suivantes : Avez-vous bien dormi? Et Combien de temps avez-vous dormi?

Sur la base d’analyses statistiques solides, les auteurs ont traité les données pour répondre aux questions suivantes (les réponses suivent) :

  • Un changement de qualité de sommeil précède-t-il un changement d’activité physique?  NON
  • Un changement de durée de sommeil précède-t-il un changement d’activité physique?   OUI, une relation négative (B = -.21)
  • Un changement d’activité physique précède-t-il un changement de qualité de sommeil?  NON
  • Un changement d’activité physique précède-t-il un changement de durée de sommeil?  NON
  • La dépression modere-t-elle ces relations?  NON

Cette relation n’a pas été retrouvée avec des participants insomniaques ou âgés [2] dans de précédentes études. En revanche, cela pourrait venir confirmer l’indépendance de la relation AP-sommeil en contexte dépressif. Une nouvelle fois, la relation bidirectionnelle attendue entre AP et sommeil n’est pas confirmée. Bien entendu, la mesure uniquement subjective du sommeil est une limite sérieuse.

1. Bouwmans MEJ, Oude Oosterik NAM, Bos EH, de Groot IW, Oldehinkel AJ, de Jonge P. The Temporal Order of Changes in Physical Activity and Subjective Sleep in Depressed Versus Nondepressed Individuals: Findings From the MOOVD Study. Behav Sleep Med. 2016 Jun 2;1–15.

2. Lambiase MJ, Gabriel KP, Kuller LH, Matthews KA. Temporal relationships between physical activity and sleep in older women. Med Sci Sports Exerc. 2013 Dec;45(12):2362–8.

Candidat à la chirurgie bariatrique – activité physique

Tout d’abord qu’est-ce que la chirurgie bariatrique ?44934

La chirurgie bariatrique regroupe actuellement un ensemble de techniques qui peuvent être classées en deux types principaux d’interventions. Les premières visent à réduire la capacité gastrique, c’est-à-dire le volume utile de l’estomac (restriction). Les secondes, dites mixtes, associent à cette restriction gastrique plus ou moins importante la création d’une dérivation dans le tube digestif afin de diminuer l’absorption intestinale des éléments nutritifs (malabsorption) (plus de détails ici). C’est un traitement reconnu de l’obésité dite morbide, IMC>40.

Les personnes qui peuvent obtenir ce traitement doivent réussir à modifier leurs comportements (alimentation et activité physique) de santé à la suite de l’opération. Ils font souvent l’objet d’étude afin d’examiner leur comportements et profiles avant et après l’opération. King et al., ont examiné l’association entre activité physique et indicateurs de santé mentale parmi des candidat à cette chirurgie (personnes obèses de type 2 ou 3 recrutés dans 10 hôpitaux américains).

Ainsi, 850 adultes ont porté un actimétre durant 7 jours, et ont répondu à des questionnaires validés afin d’évaluer leur niveau de symptômes dépressifs (BDI), leur qualité de vie dans le domaine mental (SF-36) et la présence d’un traitement récent pour la dépression et ou l’anxiété (majoritairement des psychotropes). L’AP était caractérisée de plusieurs façon : minutes d’AP globale par jour, nombre de pas par jour et cadence élevée.

Ces trois marqueurs d’AP n’étaient pas associée aux symptômes dépressifs, ni à la qualité de vie dans le domaine mental. En revanche, un niveau faible d’AP était associé avec la présence d’un traitement récent pour la dépression ou l’anxiété (avec un potentiel effet dose inverse). Comme l’étude avait un devis transversal, aucune causalité ne peut être interprétée. Cependant, dans cette population, les personnes traitées pour des symptômes dépressifs et ou anxieux sont des personnes qui pourraient bénéficier de conseils à l’activité physique plus spécifiques.

Voir aussi l’article du blog Pourquoi devrait-on s’intéresser beaucoup plus aux traitements antidépresseurs et anxiolytiques ?

King et al. (2013) Associations between physical activity and mental health among bariatric surgical candidates. Journal of Psychosomatic Research
 
 

L'exercice physique aérobie comme traitement de la dépression majeure ?

Un nombre important d’essais cliniques a été publié pour décrire les résultats de l’efficacité de l’exercice physique sur la dépression. Les 1er études portaient sur des personnes en bonne santé, puis des adultes avec un niveau de dépression modéré (non clinique) et récemment des investigations voient le jour auprès d’adultes touchés par des troubles dépressifs majeurs cliniques.

Une équipe brésilienne vient de publier un essai clinique évaluant l’efficacité de l’exercice chez ce type de patient 1. Leur objectif principal était d’incorporer un programme d’exercice aérobie (3 fois par semaine, réalisé en individuel, supervisé) durant leur hospitalisation à temps complet (‘inpatient’) versus soins usuels (i.e., antidépresseurs, électroconvulsivothérapie) pour diminuer les symptômes dépressifs (rémission, taux de réponse, score Hamilton scale). Les patients étaient évalués à l’aide d’un entretien psychiatrique standardisé et d’une échelle de dépression.

Sur 106 participants répondant aux critères d’inclusion (score Hamilton scale >25), 56 ont acceptés de participer, répartis dans un des deux bras de l’étude. L’échantillon était majoritairement composé de femmes normo-pondérées.

Aucune différence statistique n’a été retrouvée en termes de rémission et de taux de réponse. Cependant, une diminution significative du score de l’échelle d’Hamilton a été retrouvée dès la 2nd semaine et à la fin de l’intervention. Les participants demeuraient hospitalisés en moyenne 21,3 et 23,3 jours respectivement pour les groupes soins usuels et Exercice physique. Les auteurs décrivent les traitements utilisés par les traitements, ceux-ci sont très différents en termes de nature et de combinaison.

En conclusion, il y a une certaine incohérence dans les résultats, une taille d’échantillon assez faible, donc établir l’effet « clinique » de l’exercice physique sur la dépression majeure reste prématuré. Il pourrait y avoir des effets d’interactions avec les traitements pharmacologiques ou l’électroconvulsivothérapie, voir les articles du blog à ce sujet ici et .

Limites:

  • Manque d’informations sur le nombre de participants répondant aux critères diagnostiques de la dépression
  • Participants de groupe Ex semble en meilleure condition physique
  • La participation et l’abandon à l’Ex est décrite maladroitement.

L'intensité "auto-choisie", "libre", ouvre de nouvelles portes dans le champ de l’exercice physique et de la psychiatrie

De nombreux articles du blog décrivent des études portant sur les effets ou relation entre l’exercice physique ou l’activité physique et la dépression. Dans le cadre précis de la recherche clinique centrée sur l’efficacité de l’AP dans le traitement des épisodes dépressifs majeurs, un nombre important d’études ont menées avec des résultats (dans l’ensemble) positifs. Par la suite, plusieurs chercheurs ont voulu valoriser les type d’EP utilisés (ex : la marche) ou les intensités d’effort (ex : 85% VO2max) ou des programmes spécifiques (ex : haute intensité d’effort fractionnée…).Borg scale

Cependant, en parallèle, un courant a vu le jour en science de l’exercice, décrivant la possibilité de cibler des intensités d’effort non plus « physiologiques » mais « psychologiques ». Ainsi des études sont menées chez des adultes en santé ou des touchés par un trouble physique modéré où on leur demande de par exemple, pédaler à une vitesse où ils ont du plaisir, ou il ne se sente pas trop fatiguée, ou qui leur va. Ces quelques lignes simplifient énormément le propos, mais les curieux peuvent aller lire des écrits (en accès libre) de Pantelis Ekkekakis, un pionnier dans ce domaine.

Un récent article a attiré mon attention sur sujet, car il développe cette idée dans le cadre des troubles dépressifs majeurs avec une méthode sérieuse (Doose et al., 2015). En effet, une équipe allemande a évalué l’effet d’un programme d’exercice physique à intensité « auto-choisie », « libre». L’étude décrit un essai randomisé contrôlé, EP versus liste d’attente.

Le programme testé durait 8 semaines, 3 fois par semaine, avec des séances supervisées d’une heure de groupe en extérieur en forêt encadrées par des professionnels du sport. Les participants courraient ou marchaient en choisissant l’intensité d’effort (évaluée par l’échelle qui illustre l’article) en fonction de leur effort.

Les investigateurs avaient pour objectif principal la réduction du score de l’échelle de dépression HRSD. Les objectifs secondaires étaient le score de dépression à l’échelle BDI, le changement clinique (voir l’article pour le détail), la performance au test de marche de 2 km.

36/10 sujets suivaient le groupe exercice physique. La moitié des sujets recevaient un traitement pharmacologique ou psychologique pour la dépression (voir l’article du blog à ce sujet).

Résultats : Les sujets du groupe EP ont participé à 13.3/23 séance en moyenne, l’intensité d’effort était en moyenne de 11.7. 11/46 sujets ont quitté l’étude pour blessure, cause psychiatrique ou raison personnelle. Le programme d’EP à intensité « auto-choisie », « libre», entraînait une diminution significative du score à l’échelle HSRD en fin d’intervention. Aucun autre changement significatif n’a été obtenu.

Aucune conclusion ferme ne peut être issue de cette étude mais celle-ci a le mérite de changer de paradigme (i.e., physiologiste vs psychologique) sur le choix de l’intensité de l’exercice. Clairement, le programme testé se rapproche aussi beaucoup des pratiques cliniques en activité physique adaptée. Les auteurs obtiennent un très bon taux d’adhésion pas de changement majeurs de la « condition physique ». Ils s’interrogent alors sur le meilleur objectif à avoir une bonne adhésion du participant au programme ou une meilleure « forme » physique pour des individus souvent touchés par plus de pathologies chronique que la population générale.

Cette étude ouvre de nouvelles portes dans le champ de l’exercice physique et de la psychiatrie, mais les limites méthodologiques (relations soignant/soignés peu contrôlées, absence d’informations sur l’AP des participants…) rencontrées sont trop importantes pour conclure clairement.

Affaire à suivre…

Doose et al. (2015).Self-selected intensity exercise in the treatment of major depression: a pragmatic RCT. International Journal of Psychiatry in Clinical Practic

Et si on prenait l’activité physique au sérieux en psychiatrie ?

Je partage une Lettre à la Rédaction de la revue L’Encephale que j’ai rédigé, celle-ci est téléchargeable librement durant 50 jours. Il m’est apparu important de porter à la connaissance des lecteurs de cette revue, que les études concernant l’activité physique dans le domaine de la psychiatrie progressent énormément ces dernières années. Les bénéfices pour la santé mentale et physique sont correctement identifiés pour les personnes touchées par un trouble dépressif majeur ou des troubles schizophréniques par exemple. Cependant, les études en France dans ce topazedomaine se comptent sur les doigts d’une seule main et les comités d’experts établissant les recommandations traitent rarement de l’activité physique comme ayant une place dans les prises en charge. 

Si vous êtes intéressés par cette thématique d’autres articles sont téléchargeables dans la rubrique Auteur et de nombreux articles du blog traitent de cette thématique (ici et ). Si vous souhaitez collaborer sur un projet d’étude sur l’évaluation des effets de l’activité physique sur les symptômes psychiatriques, le fonctionnement cognitif, le changement des habitudes de santé… n’hésitez pas à me contacter.