Archives par mot-clé : économie

Avant l’effondrement

Le livre «Before the collapse » d’Ugo Bardi se termine ainsi : « Nous approchons d’un moment crucial pour notre civilisation, nous avons besoin de penser au futur de l’humanité plus qu’à nos existences individuelles. Nous pouvons aider nos enfants et leurs enfants a avoir un meilleur futur en agissant des maintenant de la bonne manière : simplement en leur laissant une part importante de ce que notre planète nous a donné et que nous avons gâché de manière stupide jusqu’à maintenant. Ce que nous ferons pour pour ceux qui viendront après nous, fera écho pour l’éternité. ».

L’auteur est professeur d’université à l’université de Florence en l’Italie et l’auteur d’articles mais aussi d’ouvrages sur la question des limites de la croissance. Il est aussi l’auteur blog anglophone. Ces dernières décennies, il a orienté de recherche et de réflexion dans la suite logique des travaux concernant l’économie biophysique, et les modèles du club de Rome. Il a d’ailleurs publié en 2011, et intitulé ‘Les limites de la croissance revisitées’.

1er Section. Ce livre est une très bonne introduction à la question des systèmes complexes d’un point de vue énergétique et économique. L’auteur introduit chaque chapitre dans la base de récits historiques ou philosophiques, et fait, à plusieurs reprises, des liens avec l’actualité. Le livre se veut comme un introduction générale sur la question de l’effondrement de systèmes. Il n’est pas traduit français.

L’auteur rappelle la construction des modèles en économie et dresse un état critique du livre « Limite de la croissance ». Il souligne les intérêts à envisager différents scénarios dans la construction de modèles afin de faciliter l’élaboration de modèles mentaux qui à leur tour peuvent modifier notre perception de la réalité et engendrer de nouveaux scénarios. Il aborde aussi l’impossibilité de prédire le futur car celui-ci dépend de trop de variables. Il ajoute que même si les modèles sont bons, les facteurs suivants peuvent freiner ou empêcher leur compréhension : la représentativité (la tendance à juger un modèle sur la base de stéréotypes), la disponibilité (juger d’un modèle uniquement sur la base de son expérience), ancrage (évaluer un modèle uniquement sur la base des données disponibles, ex. les jours de grand froid les personnes croient moins de changement climatique).

La seconde section du livre s’articule autour la description des caractéristiques d’un système complexe comme par exemple la transition de phase, les points de bascule, l’effondrement, les boucles de rétro-action… Bardi insiste sur le fait qu’un système ne peut pas être considéré comme complexe s’il n’est pas considéré comme un réseau de liens, de densité différente, interdépendants. Ainsi, un effondrement dans une partie d’un réseau de systèmes complexes entraîne un réaménagement total de celui-ci ou sa fracture. Il y présente de nombreux exemples d’effondrement et insiste sur le fait que même un modèle simple à 1, 2, 3 paramètres peut être affecté par un effondrement. Puis, il finit par illustrer plus en détail le modèle de Meadows.

La troisième section, se concentre sur des exemples très assez récents d’effondrement de type architectural, financier, naturel, ou encore minéral. Par exemple, il utilise l’effondrement du pont de Gênes en 2018. Il explique aussi que l’effondrement de l’URSS avait notamment été prédit par les chercheurs qui modélisaient l’accès aux énergies. Il semble mettre l’emphase sur l’effondrement de l’accès aux énergies comme un déclencheur d’effondrement financier, politique sociale voir même culturel (idée troublante).

La quatrième partie aborde les stratégies de gestion de l’effondrement. Il commence par discuter et faire l’histoire des « progrès scientifiques » en rappelant les risques et les limites du techno-solutionisme, qui est souvent associé à des effets rebonds de consommation énergétique dus à une amélioration de l’efficience. Bardi rappelle l’absence de données pour justifier l’utilisation unique du pétrole pour comme source énergétique principale. Pour lui, les stratégies les plus réalistes pour éviter un effondrement énergétique sont : recycler le maximum de matériaux, utiliser majoritairement énergie abondante (voire renouvelable) et consommer le moins d’énergie possible. Il finit par mettre en perspective la quasi-impossibilité des démocraties libérales de l’Ouest à gérer la croissance de la population, l’exploitation des ressources et diminution de la pollution.

Je dresse ici, un résumé un peu brut de l’ouvrage, mais j’encourage sa lecture.

1. Bardi U. Before the Collapse: A Guide to the Other Side of Growth. Springer International Publishing; 2020. doi:10.1007/978-3-030-29038-2