Archives par mot-clé : épisose dépressif majeur

L’intensité « auto-choisie », « libre » pour le traitement de la dépression chez les adolescents

En septembre dernier, un article présentait l’exploration des effets de programmes d’exercice physique à intensité « libre » ou « auto-choisie » chez des adultes dépressifs. Cette fois-ci, une étude de Tim Carter1 et al., vient d’être publiée chez des adolescents traités pour des troubles dépressifs (article en accès libre).

kind of funny storyUn essai clinique randomisé contrôlé a été mis en place proposant à un bras de l’étude (44 vs 43 participants) un programme d’exercice physique de 6 semaines (2 fois par semaine, 45 min, circuit training, aérobie et renforcement musculaire, supervisé) en parallèle des soins usuels. Je copie la manière dont les auteurs décrivent l’intensité :

« Preferred intensity was operationalised as follows: Participants could choose the order in which they undertook the different exercises; they could choose the intensity in which they exercised on each station and they could choose to take rests when they wanted. Moreover, no pressure was applied to participants to exercise at higher levels nor was it applied to participants to attend the sessions.

La méthode de l’étude stipule que 158 participants au total sont nécessaire afin d’avoir une puissance statistique attendue. Le groupe contrôle suivait les soins usuels uniquement. La mesure de la dépression et de l’activité physique était réalisée à l’aide d’échelles auto-raportées validées.

L’analyse des résultats ne révèle pas de différence significative entre les 2 groupes en fin d’intervention.

Le taux d’attrition est de 25% en fin d’intervention et de 50% à 6 mois. A 6 mois, le groupe exercice physique fait état d’un niveau significativement plus faible de dépression et aucun changement n’est retrouvé en termes d’activité physique déclarée.

En conclusion, comme l’étude précédemment citée 2, l’exercice physique à intensité “auto-choisie” ou libre ne diminue pas le niveau de dépression d’adolescent pris en charge pour des troubles dépressifs (possiblement due au nombre de participant trop faible). Même si des résultats significatifs à 6 mois sont retrouvés, le faible nombre de participants pourrait réellement biaiser les résultats et ceux-ci doivent être considérés comme exploratoires. Pour les curieux les auteurs ont mené des entretiens qualitatifs avec une partie des participants.

  • 1. Carter T, Guo B, Turner D, et al. Preferred intensity exercise for adolescents receiving treatment for depression: a pragmatic randomised controlled trial. BMC Psychiatry. 2015;15(1). doi:10.1186/s12888-015-0638-z.
  • 2. Doose M, Ziegenbein M, Hoos O, et al. Self-selected intensity exercise in the treatment of major depression: A pragmatic RCT. Int J Psychiatry Clin Pract. 2015;0(0):1-10. doi:10.3109/13651501.2015.1082599.

L'exercice physique aérobie comme traitement de la dépression majeure ?

Un nombre important d’essais cliniques a été publié pour décrire les résultats de l’efficacité de l’exercice physique sur la dépression. Les 1er études portaient sur des personnes en bonne santé, puis des adultes avec un niveau de dépression modéré (non clinique) et récemment des investigations voient le jour auprès d’adultes touchés par des troubles dépressifs majeurs cliniques.

Une équipe brésilienne vient de publier un essai clinique évaluant l’efficacité de l’exercice chez ce type de patient 1. Leur objectif principal était d’incorporer un programme d’exercice aérobie (3 fois par semaine, réalisé en individuel, supervisé) durant leur hospitalisation à temps complet (‘inpatient’) versus soins usuels (i.e., antidépresseurs, électroconvulsivothérapie) pour diminuer les symptômes dépressifs (rémission, taux de réponse, score Hamilton scale). Les patients étaient évalués à l’aide d’un entretien psychiatrique standardisé et d’une échelle de dépression.

Sur 106 participants répondant aux critères d’inclusion (score Hamilton scale >25), 56 ont acceptés de participer, répartis dans un des deux bras de l’étude. L’échantillon était majoritairement composé de femmes normo-pondérées.

Aucune différence statistique n’a été retrouvée en termes de rémission et de taux de réponse. Cependant, une diminution significative du score de l’échelle d’Hamilton a été retrouvée dès la 2nd semaine et à la fin de l’intervention. Les participants demeuraient hospitalisés en moyenne 21,3 et 23,3 jours respectivement pour les groupes soins usuels et Exercice physique. Les auteurs décrivent les traitements utilisés par les traitements, ceux-ci sont très différents en termes de nature et de combinaison.

En conclusion, il y a une certaine incohérence dans les résultats, une taille d’échantillon assez faible, donc établir l’effet « clinique » de l’exercice physique sur la dépression majeure reste prématuré. Il pourrait y avoir des effets d’interactions avec les traitements pharmacologiques ou l’électroconvulsivothérapie, voir les articles du blog à ce sujet ici et .

Limites:

  • Manque d’informations sur le nombre de participants répondant aux critères diagnostiques de la dépression
  • Participants de groupe Ex semble en meilleure condition physique
  • La participation et l’abandon à l’Ex est décrite maladroitement.

Activité physique et la thérapie électroconvulsive contre la dépression résistante, premiers résultats

Un essai clinique très original vient d’être publié dans Psychiatry Research par une équipe majoritairement iranienne (Salehi et al. 2014) 1. Cette investigation explore les potentialités de traitements non-pharmacologiques : l’activité physique et la thérapie électroconvulsive. Dans la cadre de la dépression majeure, cette dernière est utilisée souvent dans le cas de dépression mélancolique résistante, d’intolérance ou de contre-indications aux antidépresseurs 2 (plus de détails ici).

071030ectLe double objectif de cette étude était d’explorer l’efficacité de la thérapie électroconvulsive seule (A), de l’activité physique seule (B), et de l’association des deux (C) sur la dépression et le taux plasmatique de BDNF (brain-derived neurotrophic factor) (protéine facteur de croissance dans le cerveau qui pourrait jouer un rôle majeur dans la rémission de la dépression).

Trente sujets diagnostiqués avec un épisode dépressif majeur et résistant étaient répartis dans une des trois conditions expérimentales de l’étude.

(A)3 fois par semaine (seuil de stimulation individualisé), 4 semaines

(B) marche sur tapis, 3 fois par semaine, intensité modérée, 4 semaines

(C) A+B, 4 semaines

Tous les sujets recevaient un traitement par antidépresseurs (citalopram) durant les 4 semaines d’intervention.

La dépression était évaluée par l’auto-questionnaire Beck Depression Inventory (BDI) et l’hétéro-questionnaire Hamilton Depression Rating Scale (HDRS).

Après analyse, le niveau de BDNF augmentent sur le temps dans les 3 bras, mais en fin d’intervention, le thérapie électroconvulsive seule (A) obtient un niveau plus élevé significativement que les groupes B et C.

Le niveau de dépression diminue significativement pour les 3 bras, mais le bras combiné (C) entraîne une baisse plus importante que A et C.

En revanche, l’amélioration du niveau de BDNF n’est pas associée aux symptômes dépressifs.

Cette étude suggère que le couplage thérapie électroconvulsive et activité physique pourrait être un traitement pourrait être un un traitement prometteur pour les adultes touchés par une dépression résistante.

Remarques :

L’impact moins important de l’activité physique sur le BDNF pourrait s’expliquer par les polymorphismes du génotype du BDNF.

Les polymorphismes du génotype du BDNF modèrent la relation entre quantité d’activité physique et symptômes dépressifs : être actif physiquement est protecteur pour les filles avec un variant allélique Méthionine/ Méthionine ou Méthionine/Valine mais pas pour celles avec un variant Valine/Valine 3.

Cet étude représente un des rares cas où l’on teste l’activité physique en combinaison avec une autre stratégie non-pharmacologique. Si vous êtes intéressés, voir le précédent article de Donta et al 4. Présenté sur ce blog, couplant la thérapie cognitivo-comportementale et l’AP.

1. Salehi I, Hosseini SM, Haghighi M, Jahangard L, Bajoghli H, Gerber M, Pühse U, Kirov R, Holsboer-Trachsler E, Brand S. Electroconvulsive therapy and aerobic exercise training increased BDNF and ameliorated depressive symptoms in patients suffering from treatment-resistant major depressive disorder. J. Psychiatr. Res. 2014;57:117-124. doi:10.1016/j.jpsychires.2014.06.018.

2. Szekely D, Polosan M. Les thérapeutiques non médicamenteuses en psychiatrie. Ann. Méd.-Psychol. Rev. Psychiatr. 2010;168(7):546-551. doi:10.1016/j.amp.2010.06.020.

3. Mata J, Thompson RJ, Gotlib IH. BDNF Genotype Moderates the Relation Between Physical Activity and Depressive Symptoms. Health Psychol. 2010;29(2):130.

4. Donta ST, Clauw DJ, Engel CC Jr, Guarino P, Peduzzi P, Williams DA, et al. Cognitive behavioral therapy and aerobic exercise for Gulf War veterans’ illnesses: a randomized controlled trial. JAMA J. Am. Med. Assoc. 2003;289(11):1396-1404.