Archives par mot-clé : essai clinique

Les activités physiques adaptées, une médecine alternative comme une autre ?

Les Enseignants en Activités Physiques Adaptées, les médecins persuadés par les bienfaits de l’activité physique, les enseignants-chercheurs en santé ou en STAPS et moi-même clamons trop souvent à tort que l’activité physique (AP) est un remède à tout, est efficace dans la diminution de nombreux symptômes, diminue largement l’apparition d’un trouble physique ou mental. Or l’analyse stricte de la littérature montre que dans certain cas, celle-ci est très efficace à court terme mais pas long terme, que l’AP diminue le symptôme X mais le symptôme Y. Plus rarement, on peut lire des études ne démontrant pas d’effet sur la santé et encore plus rarement des effets négatifs [1]. Dans la majorité des cas, il apparaît difficile de clairement conclure du fait du manque d’essai randomisé contrôlé et ou de la faible qualité méthodologique des études [2].

Illustration issue de Podcast Science
Illustration issue de Podcast Science

Au fil des réflexions sur la question de l’efficacité de l’AP dans le domaine de la santé, de la prévention, j’ai élargi mon intérêt vers les méthodes et autres thérapies, dîtes alternatives ou complémentaires. En ville, on peut souvent croiser des plaques cuivrées de réflexologue, d’ostéopathe, d’acupuncteur…., or on peut s’interroger sur leurs fondations scientifiques, leur réelle efficacité, leur place dans la santé publique, les mécanismes « théoriques » sous-jacents, leur coût-efficacité….

Cet article se contente d’interroger la question de leur efficacité (des méthodes, des principes sous-jacents à ces méthodes et de leurs résultats). A mon sens, la communauté des personnes intéressés par les effets de l’AP sur la santé devraient être plus au fait de ces questions. Ainsi, je propose au lecteur du blog d’écouter deux émissions (dans l’ordre de présentation) traitant du même sujet et très complémentaires.

Le blog actiphysetc a déjà utilisé précédemment une émission du Podcast Science (toutes écoutables librement). La dernière de l’année 2014 abordait les Médecines Alternatives. Celle-ci était principalement menée par Nima Yeganefar, auteur du (très intéressant) blog Sham ans Science. Elle vous permettra de mieux comprendre les méthodes de la médecine factuelle et surtout de bien distinguer la question des mécanismes et de l’efficacité des médecines alternatives. Point négatif, l’émission est parfois àpodcastscience charge sur certaines thérapies sans prendre en compte la « sociologie » de la recherche (publication, modèle médical prégnant, absence de financement en France pour réellement mener des études d’envergures, travaux pluridisciplinaires peu lus par les médecins…).

[soundcloud url=”https://api.soundcloud.com/tracks/182794178″]
 

Bruno Falissard
Bruno Falissard

Fr CultureLe seconde « Les médecines alternatives sont-elles efficaces ? » a très récemment été diffusée sur France Culture dans l’émission Science Publique, invitant autours de la table Bruno Falissard (voir son site internet – une mine d’or), Arnaud Fauconnier, Patrick Lemoine et Caroline Tourbe. Bruno Falissard est d’une rare justesse dans ses propos, permet réellement de comprendre la complexité du sujet. Tandis qu’Arnaud Fauconnier souligne le besoin d’un approche globale du patient, allant vers une identification de certaines thérapies alternatives comme faisant partie de l’arsenal thérapeutique.

Ces deux émissions ne traitent nullement de l’activité physique mais de nombreux ponts, questionnements sont identiques. N’hésitez pas a commenter ces émissions sur le blog. Elles sont toutes les deux téléchargeables librement, donc emportables dans le bus, la voiture ou pourquoi pas durant une sortie de vélo ou de course à pied.

Heureuse année 2015 à l’ensemble des lecteurs, une année pleine d’échanges et d’enrichissement autours de l’activité physique basée sur la science.

1. Thomas SG, Goodman JM, Burr JF. Evidence-based risk assessment and recommendations for physical activity clearance: established cardiovascular disease. Appl Physiol Nutr Metab. 2011 Jul 1;36(S1):S190–213.

2. Ussher M, Taylor A, Faulkner G. Exercise interventions for smoking cessation. COCHRANE DATABASE Syst Rev 2014

Bénéfices des activités physiques adaptées dans la prise en charge de la schizophrénie : revue systématique de la littérature.

Le numéro de Septembre de 2012 de la revue de L’Encephale a publié une revue de littérature systématique concernant les APA et la schizophrénie.  Cet article participe à la diffusion de connaissances concernant les bénéfices des Activités Physiques Adaptées dans le cadre de la prise en charge en psychiatrie. Vous trouverez le résumé ci dessous en Francais et en Anglais. Si vous avez des remarques ou des critiques, n’hésitez pas à me les envoyer par courrier électronique ou déposer un commentaire sous cet article.

Les bénéfices des activités physiques (AP) sont étudiés dans des maladies chroniques depuis une vingtaine d’années et plus récemment dans des pathologies psychiatriques. Cette revue de littérature systématique porte sur l’efficacité de programmes d’AP spécifiques sur les symptômes schizophréniques et les atteintes physiques ainsi que sur les modes de prise en charge. Les programmes en AP semblent améliorer les symptômes schizophréniques mais le nombre d’études contrôlées randomisées reste trop faible pour conclure. Des programmes multidisciplinaires incluant des AP montrent leur efficacité dans la limitation, voire la baisse, des troubles métaboliques induits par les traitements antipsychotiques. Plusieurs modalités de programme potentialisent les bénéfices, une durée minimale de 12 semaines, des AP sollicitant la voie énergétique aérobie (20 à 40 minutes d’effort continu) et une intensité moyenne d’effort (50-60% de la fréquence cardiaque maximale). Un manque d’études randomisées contrôlées limite la généralisation des résultats.

Benefits of exercise for people with schizophrenia: A systematic review

Title. Benefits of exercise for people with schizophrenia: systematic review.

Introduction. Previous reviews of the exercise and mental health have predominantly examined chronic illness and more recently several psychiatric disorders. There is growing evidence that exercise can also be en effective treatment for major depressive disorders, anxiety disorders and alcohol dependence. Individuals with schizophrenia are more likely to be sedentary than general population. Objectives. The objectives of this systematic review are to analyse the habits of physical activity and examine the literature that has investigated the use of exercise as treatment for schizophrenia.

Method. We systematically reviewed psycINFO, Medline/PubMed, SportDiscus, Web of Sciences, and Cochrane Library. The searches of databases were conducted from database inception until September 2010, using a range of search terms to reflect both physical activity and schizophrenia. Studies were subsequently considered eligible if they reported on quantitative studies investigating the effect of PA upon some aspect of physical or mental health in individuals with schizophrenia.

Results. Of the 139 articles retrieved, 19 studies met the inclusion criteria. In controlled studies, most authors have underlined (table I) the benefits of the aerobic exercise. These programs may act both on positive symptoms (hallucinations) and on negative symptoms. According to certain studies, the positive effect may appear in a short time and end of program. No studies assess long term benefits. Small samples of self selected participants, inadequately selected control groups are common methodological weaknesses. A recent research has directly investigated the potential mechanism underpinning the positive benefits. The results indicated that hippocampal volume is plastic in response to aerobic exercise.

Discussion. We discuss methodological and practical challenges to research in this area, and outline several research questions that future work should seek to address. Existing studies do suggest that lifestyles physical activity interventions or regular exercise programmes are possible in this population and can have healthful effects on both the mental and physical health and well-being of individuals with schizophrenia.

Conclusions. Research into the efficacy and safety of exercise as an intervention in schizophrenia is required to support the development of detailed, population-specific guidelines. Larger randomised studies are required before any definitive conclusions can be drawn. Although studies included in this review are small and used various measures of physical and mental health, results indicated that regular exercise programmes are possible in this population, and that they can have healthful effects on both the physical and mental health. Future research should address issues of programme adherence.

Bernard, P., & Ninot, G. (2012). Bénéfices des activités physiques adaptées dans la prise en charge de la schizophrénie : revue systématique de la littérature. [Benefits of exercise for people with schizophrenia: A systematic review]. L’Encéphale, 38(4), 280-287. doi:10.1016/j.encep.2011.07.001

Mr J, 52 ans, dépressif mais va-t-il réellement faire de l'activité physique ???

Whooley (2012) décrit les prises en charge possibles d’un adulte touché par un épisode dépressif majeur. Il souligne les moyen de dépistages, les aides au diagnostique pour le praticien. Si l’auteur fait preuve d’une approche multiple des traitements disponibles couplé à une logique de médecine basée sur les preuves, sa vision me semble trop restrictive.

En effet, envisager l’activité physique seulement comme un des traitements complémentaires est à mon sens trop restrictif.

Le choix de cet auteur se fait comme tout à chacun avec ses croyances mais aussi sur des faits scientifiques. Or la littérature scientifique sur l’activité physique et la dépression est abondante, d’une qualité méthodologique croissante, les tailles d’effet sont là. Mais il en reste au stade du conseil au patient. Pourquoi ne pas envisager la question d’un accompagnement spécifique des patients dépressifs par un professionnel de l’activité physique adaptée ? Une activité physique couplée à des conseils et une individualisation de la pratique ne peut que potentialiser les bénéfices de celle-ci.

D’ailleurs, au début du mois est paru un article dans le British Medical Journal qui testait l’efficacité du conseil à l‘activité physique chez des sujets dépressifs en soin primaire. Résultats, zéro effet, et ce malgré un échantillon important et une rigueur méthodologique (Chalder et al. 2012 – accès libre ici).

Peut être aussi que pour les lecteurs d’essai cliniques, décideurs, il manque encore des études à grande échelle multicentriques où l’on teste l’efficacité de l’activité physique sur la dépression à moyen et long terme, en aveugle, combiné ou non aux traitements références. Si cela n’est pas assez fait c’est aussi parce que cela à un coût pharaonique (300 000 à 400 000 euros). Donc plus largement, cela pose la question du financement de la recherche clinique sur les thérapies non médicamenteuses. Il serait intéressant de connaitre le nombre de PHRC qui traitent des thérapies non médicamenteuses (psychothérapies, activité physique, appareillages, éducation thérapeutique, rééducation…).

Je continue de penser que l’activité physique adaptée dans la cadre de la psychiatrie, du soin et de la prévention secondaire et tertiaire a un rôle essentiel à jouer. Pour cela la recherche clinique doit pouvoir apporter des preuves satisfaisantes, les médecins doivent s’ouvrir à la médecine dîtes comportementale, et les décideurs publiques doivent se former à la médecine factuelle.

 Chalder et al. 2012 Facilitated physical activity as a treatment for depressed adults: randomised controlled trial.British Medical Journal

Whooley. MA. Diagnosis and Treatment of Depression in Adults With Comorbid Medical ConditionsA 52-Year-Old Man With Depression. JAMA. 2012;307(17):1848-1857. doi:10.1001/jama.2012.3466

La fatigue perçue est elle réellement un ennemi pour l’enseignant APA ?

Un niveau élevé de fatigue perçue prédit la participation à un programme d’activité physique de 12 semaines chez des femmes avec une pression sanguine élevée.

C’est ce que démontre Sadja et al (2012) dans un récent article de la revue Health Psychology (accès libre ici). Cet essai clinique randomisé avait déjà fait l’objet d’une publication (Edwards, Wilson, Sadja, Ziegler, & Mills, 2011).

L’échantillon était composé d’hommes et de femmes (24-27) mais l’effet positif du niveau de fatigue initial n’est retrouvé que chez les femmes. Les deux autres prédicteurs sont l’âge et le niveau de VO2 pic initial.

L’intérêt de l’étude réside dans le fait de bousculer les idées reçues sur la fatigue (c’est d’ailleurs ce qui a permis, à mon avis, que la publication soit acceptée malgré pas mal de défauts). Notamment, le programme d’activité physique proposé était assez dense et les investigateurs sollicitaient les participants toutes les semaines par téléphone. C’est résultats restent donc à confirmer (Sadja et al., 2012).

Il y a-t-il des Enseignants en Activités Physiques Adaptées qui ont déjà remarqué cela sur le terrain ?

Edwards, K. M., Wilson, K. L., Sadja, J., Ziegler, M. G., & Mills, P. J. (2011). Effects on blood pressure and autonomic nervous system function of a 12-week exercise or exercise plus DASH-diet intervention in individuals with elevated blood pressure. Acta Physiologica, 203(3), 343–350. doi:10.1111/j.1748-1716.2011.02329.x

Sadja, J., Tomfohr, L., Jiménez, J. A., Edwards, K. M., Rock, C. L., Calfas, K., & Mills, P. J. (2012). Higher physical fatigue predicts adherence to a 12-week exercise intervention in women with elevated blood pressure. Health Psychology, 31(2), 156–163. doi:10.1037/a0025785

Activité Physique et Schizophrénie- Revue Cochrane

Cochrane Collaboration a été créée en 1993 et son nom fait référence à l’épidémiologiste écossais Archie Cochrane. Cochrane Collaboration est une organisation internationale à but non lucratif.

Les Objectifs de la Cochrane Collaboration sont :

• Recueillir l’ensemble des informations sur l’efficacité des thérapeutiques et des stratégies thérapeutiques dans les différents domaines de la médecine

• Critiquer, trier et synthétiser ces informations

• Établir une banque de données des résultats de ces synthèses

• Diffuser ces synthèses et leurs messages aux prescripteurs (et aux divers intervenants institutionnels, enseignants, professionnels, agences) et également aux consommateurs des systèmes de santé.

Dans le domaine de l’activité physique, il en existe de nombreuses, et aussi dans le domaine de l’activité physique sur la santé mentale. Ce type de document est très fourni et accessible gratuitement sur le web. L’ensemble de ces revues sont rédigées par des experts indépendants et se basent uniquement des essais randomisés contrôlés (RCT) recensés.

Pour débuter, je vous présente une récente revue de Gorczynski et Faulkner de 2010 : Exercise for schizophrenia.

Après une importante revue de littérature, seulement 3 essais RCT ont été sélectionnés. Deux essais comparent l’AP aux soins standards (Beebe 2005 et Marzaloni 2008) et retrouvent une amélioration des symptômes négatifs mais peu effets sur les symptômes positifs. L’amélioration de la condition physique est retrouvée dans les deux groupes expérimentaux mais sans modifications de l’indice de masse corporelle (IMC).

La 3e étude de Duraiswamy (2007) sur 41 sujets, démontre un effet significatif du yoga sur la santé mentale générale et la qualité de vie.

En conclusion, les auteurs avouent un manque probant d’études comportant des échantillons importants et de meilleures descriptions des programmes d’AP effectués.

A la vue ce cette revue de littérature, il apparaît nécessaire de mettre en œuvre des études dans le domaine de l’AP et la schizophrénie, même avec de petits échantillons. On peut tout de même s’interroger sur la dernière étude, car nombreux sont les personnes schizophrènes qui supportent avec difficultés des activités physiques centrées sur soi et ses sensations corporelles.