Archives par mot-clé : évaluation

Inventaire du Soi Physique adapté pour des sujets déficients intellectuels.

Plusieurs travaux portent sur le soi physique chez des adolescents déficients intellectuels (DI) (Ninot & Maïano, 2008).  Un chercheur de l’UFR STAPS de Marseille. Maiano. C a mené une étude afin d’adapter l’inventaire du Soi Physique pour ces sujets spécifiques. Initialement cette échelle se compose de 25 items et se base sur le modèle théorique ci-dessous. Maiano et al. (2011) ont validé une échelle à 12 items utilisable avec deux types d’échelles, voir ci-dessous. L’article relate un travail important de psychométrie afin de tester le modèle à 6 facteurs. Il est important de noter que ce modèle est retrouvé pour les sujets DI. Les résultats semblent meilleurs avec l’échelle de réponse sous forme de smileys. De plus, ce modèle a 6 facteurs est invariant selon l’âge, le genre et le niveau de DI. En revanche, le type de structure scolaire influencerait ce résultat. Cette échelle a été utilisée dans une étude de Bégarie et al. 2011 dans Concept de soi physique et adolescents présentant une déficience intellectuelle : effets de l’âge, du sexe et de la catégorie de poids (article francophone en accès libre). Voici les implications cliniques issues de cette étude. Les échelles sont en accès libre ISP 25 et ISP 12 DI. Des échelles intéressantes dans le cadre de l’évaluation de programmes d’activités physiques adaptées.

Si vous souhaitez approfondir le sujet, voir quelques références ci dessous.

Barbin, J.-M., & Ninot, G. (2008). Outcomes of a skiing program on level and stability of self-esteem and physical self in adults with spinal cord injury. International Journal of Rehabilitation Research, 31(1), 59-64. doi:10.1097/MRR.0b013e3282f28e8a
Bégarie, J., Maïano, C., Ninot, G. (2011). Concept de soi physique et adolescents présentant une déficience intellectuelle: effets de l’âge, du genre et de la catégorie de poids. Revue Canadienne de Psychiatrie, 56(3), 179-186.
Fox, K.H. & Corbin, C.B. (1989). The Physical Self-Perception Profile: Development and preliminary validation. Journal of Sports et Exercise Psychology, 11, 408-430
Maïano, C., Morin, A.J.S., Ninot, G., Monthuy-Blanc, J., Stephan, Y., Florent, J.F., & Vallée, P. (2008). A short and very short form of the physical self-inventory for adolescents: Development and factor Validity. Psychology of Sport and Exercise, 9, 830-847
Maïano,  C.,  Bégarie,  J.,  Morin,  AJ.S.,  &  Ninot,  G.  (2009).  Assessment  of  Physical  Self-Concept  in  Adolescents  with  Mental Retardation:  Content  and  Factor  validity  of  the  very  short  form  of  the  Physical  Self-Inventory.  Journal  of  Autism  and Developmental Disabilities, 39, 775-787
Ninot, & Maïano, C. (2008). Long-term effects of athletics meet on the perceived competence of individuals with intellectual disabilities. Research in Developmental Disabilities, 28(2), 176-86. doi:S0891-4222(06)00022-9
Ninot, Bleyenheuft, L., Warnery, A., & Desplan, J. (2003). Alcoolodépendants sevrés, effets d’un passage en moyen séjour sur l’état dépressif et l’estime de soi. Alcoologie et Addictologie, 25(4), 289-294.

Le syndrome des jambes sans repos, quid de l’activité physique ?

Le syndrome des jambes sans repos (JSR) est basé sur les critères diagnostiques suivant :

Critères essentiels :

    Besoin impérieux de bouger les membres, souvent associé à des sensations inconfortables et désagréables. Les membres supérieurs et les autres parties du corps sont parfois concernés.

    Apparition ou aggravation des symptômes lors des périodes de repos ou d’inactivité, particulièrement dans la position allongée ou assise.

    Soulagement ou rémission des symptômes lors des mouvements, tels que la marche ou l’étirement, au moins temporairement et aussi longtemps que dure l’activité. Toute activité intellectuelle soutenue permet également, dans les mêmes conditions de stopper ou empêcher la survenue des symptômes.

    Apparition ou nette aggravation des symptômes le soir ou la nuit.

 Critères complémentaires :  Mouvements périodiques des membres pendant le sommeil ou à l’état de veille, Antécédents familiaux, Réponse positive aux traitements dopaminergiques.

Critères annexes : Évolution de la maladie : habituellement sur un mode chronique avec des phases de rémissions spontanées, Perturbation du sommeil.

 Informations issues du site de l’Association Française des Personnes Affectées par le Syndrome des Jambes Sans Repos (lien)

La prévalence en France est d’environ 8,5%. Son existence est de moins en moins méconnue. Cette pathologie chronique engendre des atteintes secondaires importantes. Schlesinger et al 2009 ont montré qu’en comparaison à des sujets sains, les personnes JSR avaient un niveau de cholestérol plus élevé, un taux d’hématocrite plus faible, un tour de taille plus important. Une récente revue de littérature affirme que les sujets JSR sont quasiment deux fois plus touchés par des troubles anxieux et dépressifs  et témoignent d’une qualité de vie altérée (Ohayon et al 2011).

ACTIVITE PHYSIQUE

Sans avoir la prétention d’être exhaustif, seulement deux études traitent spécifiquement le sujet.

 La 1er étude randomisée contrôlée a montré qu’un programme de marche (30min, moyenne intensité, 3X/sem) couplé à des exercices de résistance (8 à 12 répétitions de 20 à 50% RMA) diminue l’intensité des symptômes JSR des la 6e semaine et aussi à la fin du programme (12 semaines). Limites : symptômes évalués par questionnaire, faible échantillon, absence de suivi, résultats à interpréter avec précaution car certains patients étaient sous traitement (Aukerman et al 2006).

 Une 2nd étude interventionnelle démontre qu’une pratique régulière d’activité physique aérobie (3X/sem, pendant 6 mois) améliore l’efficience du sommeil (mesuré par polysomnographie) et diminue significativement les symptômes JSR, chez des sujets non traités pharmacologiquement. Limites : Critère diagnostiques pas clairs, absence de groupe contrôle (Esteves 2007).

 Voici des personnes qui méritent d’être pris en charge, mais pour l’instant le médecine par les preuves ne fournit pas assez d’informations pour établir des recommandations dans le domaine de l’activité physique. Avis aux chercheurs, médecins, enseignant APA.

Références

Esteves, A. M., de Mello, M. T., Pradella-Hallinan, M., & Tufik, S. (2009). Effect of acute and chronic physical exercise on patients with periodic leg movements. Medicine and Science in Sports and Exercise, 41(1), 237-242. doi:10.1249/MSS.0b013e318183bb22

Aukerman, M. M., Aukerman, D., Bayard, M., Tudiver, F., Thorp, L., & Bailey, B. (2006). Exercise and restless legs syndrome: a randomized controlled trial. Journal of the American Board of Family Medicine: JABFM, 19(5), 487-493.

Ohayon, M. M., O’Hara, R., & Vitiello, M. V. (s. d.). Epidemiology of restless legs syndrome: A synthesis of the literature. Sleep Medicine Reviews, In Press, Corrected Proof. doi:16/j.smrv.2011.05.002

Schlesinger, I., Erikh, I., Avizohar, O., Sprecher, E., & Yarnitsky, D. (2009). Cardiovascular risk factors in restless legs syndrome. Movement Disorders, 24(11), 1587-1592. doi:10.1002/mds.22486

N’hésitez pas à réagir aux articles et à les partager sur facebook….

Livres pour étudiants et professionnels en Activités Physiques Adaptées

Psychologie du sport et de la santé

Sous la direction de : Greg Décamps, Editeur : De Boeck, parution Aout 2011 (lien)

Au regard de ces nouvelles problématiques émergentes dans le champ de l’activité physique et sportive, la psychologie du sport, initialement centrée sur l’amélioration des performances sportives, et la psychologie de la santé, visant à comprendre les phénomènes d’adaptation psychologique à la maladie ou à une situation potentiellement stressante, trouvent là diverses opportunités de mettre en commun leurs concepts spécifiques et apports respectifs.

A l’interface de ces deux disciplines, de nombreux travaux ont vu le jour ces dernières années, portant sur la promotion de la santé par le sport, ou encore sur le rôle de l’activité physique dans l’amélioration de la santé et de la qualité de vie de sujets présentant diverses pathologies physiques ou ayant des comportements à risques.

Cet ouvrage propose une synthèse exhaustive et critique de la littérature récente portant d’une part, sur l’ensemble des champs de recherche et modélisations en psychologie permettant d’articuler les concepts de sport et de santé, et d’autre part, sur les diverses méthodes d’intervention (prévention, évaluation, détection, prise en charge) préconisées tant par les chercheurs universitaires que par les praticiens.

Livre riche de modèles et d’explications, plutôt réservés aux étudiants en Licence ou Master APA, qui a l’intéret de mettre en lumière (mais surtout en français) l’état de la littérature internationale dans le domaine. On saisit mieux la place de la recherche STAPS en France.

Questionnaires psychologiques pour l’activité physique, le sport et l’exercice

Auteur André N, Laurencelle L, Éditeur, Presses de l’Université du Québec (lien)

Questionnaires psychologiques pour l’activité physique, le sport et l’exercice constitue un répertoire critique des échelles et questionnaires psychométriques existants. Chacun des grands secteurs touchés y est représenté : la motivation, la dynamique de groupe, les attitudes, le contrôle, les représentations de soi, les états affectifs et le stress. Une quarantaine de tests en moyenne sont répertoriés par secteur, parmi lesquels les plus utilisés sont décrits de manière détaillée, puis commentés. Un glossaire, définissant avec précision les concepts et usages psychométriques, accompagne la lecture. En tout, le livre recense 301 questionnaires, dont environ 110 proviennent directement de la psychologie générale et sont appliqués à la psychologie du sport et de l’exercice.

Livre intéressant, pour les professionnels APA et Master APA, qui permet de connaitre une partie importante des outils psychométriques disponibles. Seulement, le constat est amer, relativement peu d’échelles sont validées en français dans le domaine de l’exercice physique.

Test de marche de 6 minutes pour les personnes touchées par la schizophrènie

Vancampfort et al 2011. ont testé la reproductibilité de test de marche de 6 minutes chez des sujets schizophrènes. Cet auteur est très productif dans le domaine de l’exercice et de la schizophrénie.

Il a étudié le seuil de changement clinique minimal (SCCM) à ce test. En d’autre terme, répondre à la question : comment interpréter les résultats du test de marche de 6 minutes du patient X après un programme d’activités physiques adaptées ? Le SCCM est de 56.2m pour les hommes et 50.2m pour les femmes.

Il souligne les caractéristiques des sujets qui influencent les résultats du test de marche : IMC, dose d’anti-psychotique quotidienne, symptômes dépressifs, la consommation de tabac.

Bien sur, l’étude fait état de nombreuses limites, mais il faut souligner un des premiers pas dans l’amélioration de la prise en charge par les APA de personnes touchées par des troubles schizophréniques.

Vancampfort, D., Probst, M., Sweers, K., Maurissen, K., Knapen, J., & De Hert, M. (2011). Reliability, minimal detectable changes, practice effects and correlates of the 6-min walk test in patients with schizophrenia. Psychiatry Research, 187(1-2), 62-67.

 Ci dessous une démonstration de TDM6

[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=DpzXjkEdnpo]

Le podomètre : se motiver pour bouger.

Le podomètre est un outil simple et léger qui mesure le nombre de pas effectués sur une journée ou plus. C’est un outil de mesure critiquable en terme de quantification de l’activité physique (AP). En revanche, il s’avère efficace pour aider les personnes à changer leurs habitudes en AP. Une revue systématique (revue de littérature qui recense la totalité des articles scientifiques disponibles et qui testent l’efficacité d’un traitement ou une hypothèse commune à travers un des analyses statistiques communes à toutes les études) de Bravata 2007 déclare cet outil comme efficace. L’augmentation moyenne sur l’ensemble des études est de 2491 pas par jour. Cette revue rassemble des travaux avec des adultes diabétiques, BPCO, cardiaques, obèses. Le fait de distribuer cet outil et de fixer des objectifs à ces personnes entraine une augmentation de 26,9% des pas quotidiens.

Comment expliquer ces résultats ? L’effet feedback ! Fixation d’objectifs personnalisés ! Vicariance, efficacité perçue ! On y reviendra dans des prochains articles.

La recommandation en terme de nombre de pas est de 10000 par jour. Mais plusieurs études soulignent l’intérêt de monter au de là des 11000 pour avoir un réel impact sur la santé physique et mentale ou de réaliser 3000 pas en 30 minutes par jour, 5 jours par semaine Marshall (2009).

A titre d’exemple : 10000 à 11700 pour les adolescents en surpoids (Adams 2009) et 11000 à 12000 pour les adultes en surpoids (Tudor-Locke et al 2008)

Cette petite machine a l’avantage d’être abordable, 1er prix vers 6-8 euros.

Adams et al., “Translating Physical Activity Recommendations for Overweight Adolescents to Steps Per Day,” American journal of preventive medicine 37, n°. 2 (Août 2009): 137-140.

Bravata et al., “Using pedometers to increase physical activity and improve health: a systematic review,” JAMA: The Journal of the American Medical Association 298, n°. 19 (Novembre 21, 2007): 2296-2304.

Marshall et al., “Translating physical activity recommendations into a pedometer-based step goal: 3000 steps in 30 minutes,” American Journal of Preventive Medicine 36, n°. 5 (Mai 2009): 410-415.

Tudor-Locke et al., “BMI-referenced cut points for pedometer-determined steps per day in adults,” Journal of Physical Activity & Health 5 Suppl 1 (2008): S126-139.