Archives par mot-clé : exercise psychology

Activité physique et la thérapie électroconvulsive contre la dépression résistante, premiers résultats

Un essai clinique très original vient d’être publié dans Psychiatry Research par une équipe majoritairement iranienne (Salehi et al. 2014) 1. Cette investigation explore les potentialités de traitements non-pharmacologiques : l’activité physique et la thérapie électroconvulsive. Dans la cadre de la dépression majeure, cette dernière est utilisée souvent dans le cas de dépression mélancolique résistante, d’intolérance ou de contre-indications aux antidépresseurs 2 (plus de détails ici).

071030ectLe double objectif de cette étude était d’explorer l’efficacité de la thérapie électroconvulsive seule (A), de l’activité physique seule (B), et de l’association des deux (C) sur la dépression et le taux plasmatique de BDNF (brain-derived neurotrophic factor) (protéine facteur de croissance dans le cerveau qui pourrait jouer un rôle majeur dans la rémission de la dépression).

Trente sujets diagnostiqués avec un épisode dépressif majeur et résistant étaient répartis dans une des trois conditions expérimentales de l’étude.

(A)3 fois par semaine (seuil de stimulation individualisé), 4 semaines

(B) marche sur tapis, 3 fois par semaine, intensité modérée, 4 semaines

(C) A+B, 4 semaines

Tous les sujets recevaient un traitement par antidépresseurs (citalopram) durant les 4 semaines d’intervention.

La dépression était évaluée par l’auto-questionnaire Beck Depression Inventory (BDI) et l’hétéro-questionnaire Hamilton Depression Rating Scale (HDRS).

Après analyse, le niveau de BDNF augmentent sur le temps dans les 3 bras, mais en fin d’intervention, le thérapie électroconvulsive seule (A) obtient un niveau plus élevé significativement que les groupes B et C.

Le niveau de dépression diminue significativement pour les 3 bras, mais le bras combiné (C) entraîne une baisse plus importante que A et C.

En revanche, l’amélioration du niveau de BDNF n’est pas associée aux symptômes dépressifs.

Cette étude suggère que le couplage thérapie électroconvulsive et activité physique pourrait être un traitement pourrait être un un traitement prometteur pour les adultes touchés par une dépression résistante.

Remarques :

L’impact moins important de l’activité physique sur le BDNF pourrait s’expliquer par les polymorphismes du génotype du BDNF.

Les polymorphismes du génotype du BDNF modèrent la relation entre quantité d’activité physique et symptômes dépressifs : être actif physiquement est protecteur pour les filles avec un variant allélique Méthionine/ Méthionine ou Méthionine/Valine mais pas pour celles avec un variant Valine/Valine 3.

Cet étude représente un des rares cas où l’on teste l’activité physique en combinaison avec une autre stratégie non-pharmacologique. Si vous êtes intéressés, voir le précédent article de Donta et al 4. Présenté sur ce blog, couplant la thérapie cognitivo-comportementale et l’AP.

1. Salehi I, Hosseini SM, Haghighi M, Jahangard L, Bajoghli H, Gerber M, Pühse U, Kirov R, Holsboer-Trachsler E, Brand S. Electroconvulsive therapy and aerobic exercise training increased BDNF and ameliorated depressive symptoms in patients suffering from treatment-resistant major depressive disorder. J. Psychiatr. Res. 2014;57:117-124. doi:10.1016/j.jpsychires.2014.06.018.

2. Szekely D, Polosan M. Les thérapeutiques non médicamenteuses en psychiatrie. Ann. Méd.-Psychol. Rev. Psychiatr. 2010;168(7):546-551. doi:10.1016/j.amp.2010.06.020.

3. Mata J, Thompson RJ, Gotlib IH. BDNF Genotype Moderates the Relation Between Physical Activity and Depressive Symptoms. Health Psychol. 2010;29(2):130.

4. Donta ST, Clauw DJ, Engel CC Jr, Guarino P, Peduzzi P, Williams DA, et al. Cognitive behavioral therapy and aerobic exercise for Gulf War veterans’ illnesses: a randomized controlled trial. JAMA J. Am. Med. Assoc. 2003;289(11):1396-1404.

Les nouveaux facteurs d'impacts sont arrivés, mais qu'est ce que c'est réellement ?

Un facteur d’impact (impact factor en anglais), est une mesure de la visibilité d’une revue scientifique. Vous trouverez plus d’informations sur son calcul sur le lien Wikipédia. Les nouveaux facteurs

d’impact viennent de sortir il y a quelques jours. Vous trouverez ci dessous quelques revue dont l’IF est important ou en progression. C’est aussi l’occasion de prendre du recul sur cet indicateur, et de comprendre les dérives parfois rencontrées. Le blog d’Hervé Maisonneuve “Rédaction Médicale et Scientifique” propose deux articles en français très bien rédigés à ce sujet:

Lire les articles est mieux que de se fier au facteur d’impact : bravo à l’Académie des Sciences.

Un cercle vicieux au détriment de la science : le facteur d’impact

Parmi les revues classées dans la catégorie Sport Science, que je trouve “ouverte” en termes de sujets traités, on retrouve les revues

Scandinavian Journal of Medicine & Science in Sports IF = 2.86 ,  Archives of Physical Medicine and Rehabilitation IF = 2.28 ( souvent de très bons articles de validation psychométrique), Psychology of Sport and Exercise IF = 1.86 (revue assez hétérogène), Adapted physical activity quarterly IF = 1.48, Journal of Sport and Exercise Psychology IF = 2.8

Dans le domaine de la psychologie “santé”, “clinique”:

Psychological Bulletin IF = 14.4, Health Psychology IF = 3.8, Psychosomatics IF = 2.1, Clinical Psychology Review  IF = 7.0 (revue d’une rare qualité), Journal of Behavioral Medicine IF = 3.1 (des essais cliniques de bonne qualité), International Journal of Behavioral Medicine IF = 2.6 (jouranl qui gagne a être connu), Annals of Behavioral Medicine IF =4.2 ( un des must ! ! ! ), Psychotherapy and Psychosomatics IF = 6.2 (une revue méconnue malgré ses articles d’une rare qualité)

Cette liste est loin d’être exhaustive, je présente ici quelques revue que je lis régulièrement, vous trouverez beaucoup plus d’infos sur les nouveaux impacts factor dans le domaine des sciences du sport en cliquant .