Archives par mot-clé : fatigue

Utiliser des psychotropes pour modifier l'activité physique ou est-ce que le dopage peut-être une bonne chose ?

velo-de-ghislain-lambert-12-gL’article d’aujourd’hui veut traiter d’un récent éditorial dans la revue Sports Medicine. Samuele Marcora rappelle les difficultés des chercheurs et cliniciens à mobiliser la population générale à une pratique d’activité physique (AP) plus importante. Il insiste sur le fait que l’AP est comportement complexe reposant sur des bases psychobiologiques.

Sur des bases évolutionnistes, il souligne que l’humain est par défaut, un « animal sédentaire », c’est à dire que nous nous sommes développés sur une base d’économie d’énergie afin de maximiser notre survie en en ayant en cas de besoin, chasse, fuite ou déplacements.

Il aborde ensuite les recommandations en termes d’AP qui mettent plus avant les AP d’intensité modérées car celles-ci nécessitent un effort et des douleurs moindres. Or il insiste sur le fait que l’AP de haute intensité procure globalement des résultats supérieurs pour la santé de l’adulte. Le premier frein à la haute intensité et à une vie plus active reste la perception de l’effort. Voir le modèle développé ci-dessous.

marcoraBasé sur des théories hédonistes de la pratique de l’AP, il pense que l’on pourrait utiliser des substances psychoactive pour modifier la perception de l’effort et ainsi moduler d’autre marqueurs psychologiques.

Il argumente en faveur de la caféine qui chez les sportifs, altère la perception d’effort, de fatigue, agissant sur le cortex moteur, les affects et la douleur musculaire. Il propose aussi le méthylphénidate (plus connu sous le nom commercial de Ritalin en France et Biphentin au Québec), molécule utilisée dans le traitement trouble du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDAH). Il propose d’examiner aussi des molécules régulant la dopamine par exemple, argumentant que celles-ci auraient des effets « motivationnels ».

En résumé, il souligne que ses hypothèses sont plausibles d’un point de psychobiologique, mais qu’il y a très peu d’études chez les sédentaires pour la caféine, par exemple et que cela poserait des problèmes éthiques importants d’explorer les molécules précédemment citées. Avec humour, il souligne la réaction effarée de l’un de ses collègues, chercheur en psychologie, quand il a partagé son idée dans un couloir.

Si l’auteur fait quelques raccourcis rapides (format oblige), il avance une idée originale qui pose encore la question de l’effort , du plaisir perçu durant la pratique d’activité physique. On peut critiquer son idée sur la base qu’il omet totalement le processus d’apprentissage qui peut être développé avec des patients afin de les amener vers des intensités d’effort plus élevées. Bien sur, c’est long, chronophage et demande des professionnels formés (Enseignant en Activité Physique Adapté – Kinésiologue).

En tout cas, ne mettons pas cette idée au placard, et imaginons que des équipes de chercheurs réellement pluridisciplinaires pourraient réfléchir à la question.

Marcora . S. Can Doping be a Good Thing? Using Psychoactive Drugs to Facilitate Physical Activity Behaviour (2015). Sports Medicine (en accès libre)

PS. L’auteur déclare avoir reçu des fonds du laboratoire GSK.

L' Activité Physique Adapté (danse) chez des adultes traités par allogreffe de cellules souches hématopoïétiques

Un article est paru en Février dernier dans la revue française Oncologie présente l’étude de la faisabilité d’un programme d’APA dans un milieu très particulier, les hémopathies malignes. De plus, la présentation du programme d’APA est particulièrement réussie. J’ai eu la chance de collaborer à ce travail très original mené par Laura Lemercier. Pour les personnes n’ont pas accès à cet article, n’hésitez pas à contacter l’auteure pour lui demander une copie personnelle (contact sous le résumé).

Voici le résumé de l’étude.

Objectifs : L’objectif de cette étude est d’évaluer la faisabilité d’un programme d’activités physiques adaptées (APA) chez des adultes atteints d’hémopathies et traités par allogreffe de cellules souches hématopoïétiques (ACSH).

lemercierMatériel et méthode : Étude contrôlée comparant deux groupes : APA et témoin. Les sujets sont des adultes traités par ACSH. Durant l’intervention (APA de type danse, trois semaines, trois séances hebdomadaires), les critères de jugement de la faisabilité sont l’acceptabilité, l’adhésion, la satisfaction et la fréquence cardiaque cible. La comparaison intergroupe repose sur l’évaluation de la fatigue perçue, du niveau d’anxiété et de dépression.

Résultats : Un taux de 90,6 % d’adhésion est relevé. La fatigue perçue diminue dans le groupe APA, mais cette différence est non significative après contrôle des scores à l’inclusion.

Conclusion : Un programme d’APA est faisable chez des sujets traités par ACSH.

L. Lemercier, P. Bernard, J. Delmotte, L. Vincent, G. Cartron, G. Ninot. Bénéfices des activités physiques adaptées au cours de l’allogreffe de cellules souches  : étude de faisabilité (2015). Oncologie. 10.1007/s10269-015-2486-3

Et si la thérapie cognitivo-comportementale suffisait ?

grosse fatigueLa question de la diminution de la fatigue perçue chez les personnes touchées par la fibromyalgie ou un syndrome de fatigue chronique ou traitées pour un cancer est un enjeu de taille car celle-ci diminue la qualité de vie de ces personnes et favorise l’apparition de comorbidités physiques (i.e. fonte musculaire) et mentales (e.g. symptômes dépressifs élevés).  Parmi les interventions non-pharmacologiques évaluées, la thérapie cognitivo-comportementale a fait l’objet de nombreux essais randomisés contrôlés obtenant de résultats majeurs sur diminution de la fatigue.

On peut alors s’intéresser aux bénéfices secondaires potentiels de la thérapie cognitivo-comportementale pour les participants de ces études. Ainsi, plusieurs études explorent l’effet des thérapies cognitivo-comportementales sur l’activité physique en posant 2 questions :

Question 1 – l’activité physique des participants est-il modifié post-intervention ?
Question 2 – la diminution de la fatigue perçue post-intervention (thérapie cognitivo-comportementale) est-elle expliquée par l’activité physique ?

La réponse aux deux questions est très simple : NON.

 
Ci-dessous une présentation brève d’études répondant à ces questions
Question 1
VanBuskirk, Roesch, Afari, & Wetherell, 2014
Participants : adultes douloureux chroniques
Intervention(s) :thérapie cognitivo-comportementale vs thérapie d’acceptation et d’engagement
Mesure(s) : Activité physique mesurée objectivement à moyen terme (6 mois)
Kashikar-Zuck et al., 2013
Participants : adolescents avec fibromyalgie
Intervention(s) : thérapie cognitivo-comportementale vs éducation santé
Mesure(s) : Activité physique mesurée objectivement post-intervention
Remarques : diminution significative de l’activité physique vigoureuse et faible, « effet paradoxal »
 
Question 2
Wiborg, Knoop, Stulemeijer, Prins, & Bleijenberg, 2010
Participants : adultes avec fatigue chronique
Intervention(s) :thérapie cognitivo-comportementale (face à face vs auto-administré)
Mesure(s) : Activité physique mesurée objectivement post-intervention
Gielissen, Wiborg, Verhagen, Knoop, & Bleijenberg, 2012
Participants : adultes traités depuis de 12 mois pour un cancer
Intervention(s) : thérapie cognitivo-comportementale vs soins usuels
Mesure(s) : Activité physique mesurée objectivement post-intervention
 

Ces études soulignent l’absence d’effet systémique de la thérapie cognitivo-comportementale dans un contexte de fatigue importante. Plus particulièrement, elles laissent penser qu’un couplage thérapie cognitivo-comportementale et intervention en Activité Physique Adaptée pourrait être beaucoup plus bénéfique pour ces personnes. La question des effets d’une prise en charge thérapie cognitivo-comportementale et activité physique avait déjà été abordé dans le blog en 2011 au sujet de vétérans de guerre. Il y a malheureusement peu d’études sur ce sujet, et des questions restent en suspens, par exemple sur les potentiels effets synergiques (i.e. effet TCC-AP = effet TCC* effet APA) ou antagonistes de la thérapie cognitivo-comportementale et d’une intervention en Activité Physique Adaptée ou d’une prise en charge séquentielle ou parallèle (e.g. TCC puis APA ou TCC et APA).

 Il y a certainement des structures ou psychologues et Enseignants APA travaillent de concert, mais je n’ai pas encore eu l’occasion de lire un article ou une étude de cas à ce sujet.

 Références

 Gielissen, M. F. M., Wiborg, J. F., Verhagen, C. A. H. H. V. M., Knoop, H., & Bleijenberg, G. (2012). Examining the role of physical activity in reducing postcancer fatigue. Supportive Care in Cancer, 20(7), 1441‑1447. doi:10.1007/s00520-011-1227-4

Kashikar-Zuck, S., Flowers, S. R., Strotman, D., Sil, S., Ting, T. V., & Schikler, K. N. (2013). Physical activity monitoring in adolescents with juvenile fibromyalgia: findings from a clinical trial of cognitive-behavioral therapy. Arthritis Care & Research, 65(3), 398‑405. doi:10.1002/acr.21849

VanBuskirk, K., Roesch, S., Afari, N., & Wetherell, J. L. (2014). Physical Activity of Patients With Chronic Pain Receiving Acceptance and Commitment Therapy or Cognitive Behavioural Therapy. Behaviour Change, 31(02), 131–143. doi:10.1017/bec.2014.6

Wiborg, J. F., Knoop, H., Stulemeijer, M., Prins, J. B., & Bleijenberg, G. (2010). How does cognitive behaviour therapy reduce fatigue in patients with chronic fatigue syndrome? The role of physical activity. Psychological Medicine, 40(8), 1281‑1287. doi:10.1017/S0033291709992212

 

Comment l'activité physique pourrait diminuer la fatigue dans le domaine du cancer ?

Suite et fin de la série « Cancer ».

Après avoir décrit plusieurs paramètres dits « psychologiques » associés à la pratique d’activité physique (AP), cet article traite d’une étude explorant des mécanismes psychologiques expliquant potentiellement l’effet de l’AP sur la fatigue chez des personnes malades (i.e., 2 échantillons : traitées pour un cancer du sein (CS) et sclérose en plaques (SEP) 1.

picture113Les auteurs émettent l’hypothèse suivante : l’AP aurait un effet direct sur le niveau de d’Efficacité personnelle et un effet indirect sur la fatigue à travers l’Efficacité personnelle et la dépression.

En terme de méthode, il testent leur hypothèse sur les 2 échantillons, le 1er dans le cadre du cancer du sein (CS), plan d’analyse transversal ; le second avec les sujets touchés par une SEP, plan d’analyse longitudinal (+6mois). McAuley et al. (2010) mesurent par auto-questionnaire les concepts soulignés dans l’hypothèse. Ceux-ci ne sont pas strictement les mêmes dans les 2 échantillons, et l’AP est mesurée objectivement avec les patients SEP.

L’hypothèse est vérifiée avec les sujets CS. En revanche, les analyses sur les données mesurées à t+6mois suggèrent une validation partielle de l’hypothèse. Une augmentation de l’AP influence négativement le niveau de fatigue à 6 mois (schéma B).

cancer sein dépression

multiple sclerosis ans physical activity

Ces résultats soulignent qu’une attention accrue sur l’Efficacité personnelle des sujets touchés par un CS ou une SEP lors d’une prise en charge en activité physique peut majorer les effets de l’AP sur la fatigue.

Concrètement, connaître les sources de l’Efficacité personnelle (déjà présentées dans le blog) afin de les utiliser lors de l’encadrement de séances et ou la rédaction de documents, sites pourraient avoir un effet de majoration des bénéfices de l’AP.

Pour aller plus loin, lire le mémoire de M.Artigusse intitulé : Effet d’un programme en activités physiques adaptées sur le sentiment d’efficacité collective à l’activité physique chez des personnes touchées par des troubles psychiatriques sévères : Étude basée sur les sources du sentiment d’efficacité collective (2012).

La fatigue perçue est elle réellement un ennemi pour l’enseignant APA ?

Un niveau élevé de fatigue perçue prédit la participation à un programme d’activité physique de 12 semaines chez des femmes avec une pression sanguine élevée.

C’est ce que démontre Sadja et al (2012) dans un récent article de la revue Health Psychology (accès libre ici). Cet essai clinique randomisé avait déjà fait l’objet d’une publication (Edwards, Wilson, Sadja, Ziegler, & Mills, 2011).

L’échantillon était composé d’hommes et de femmes (24-27) mais l’effet positif du niveau de fatigue initial n’est retrouvé que chez les femmes. Les deux autres prédicteurs sont l’âge et le niveau de VO2 pic initial.

L’intérêt de l’étude réside dans le fait de bousculer les idées reçues sur la fatigue (c’est d’ailleurs ce qui a permis, à mon avis, que la publication soit acceptée malgré pas mal de défauts). Notamment, le programme d’activité physique proposé était assez dense et les investigateurs sollicitaient les participants toutes les semaines par téléphone. C’est résultats restent donc à confirmer (Sadja et al., 2012).

Il y a-t-il des Enseignants en Activités Physiques Adaptées qui ont déjà remarqué cela sur le terrain ?

Edwards, K. M., Wilson, K. L., Sadja, J., Ziegler, M. G., & Mills, P. J. (2011). Effects on blood pressure and autonomic nervous system function of a 12-week exercise or exercise plus DASH-diet intervention in individuals with elevated blood pressure. Acta Physiologica, 203(3), 343–350. doi:10.1111/j.1748-1716.2011.02329.x

Sadja, J., Tomfohr, L., Jiménez, J. A., Edwards, K. M., Rock, C. L., Calfas, K., & Mills, P. J. (2012). Higher physical fatigue predicts adherence to a 12-week exercise intervention in women with elevated blood pressure. Health Psychology, 31(2), 156–163. doi:10.1037/a0025785