Archives par mot-clé : football

Une histoire des militants dans le sport

L’approche historique et décalée des pratiques sportives a toujours été attrayante pour moi (voir les deux ouvrages présentés sur le blogue). Elle facilite la mise en perspective du rôle des activités physiques, des loisirs et du sport au sein de la société.

Les Éditions de l’atelier, avec le soutien de la Fédération sportive et gymnique du travail (FSGT), ont publié “Terrains de jeux, terrains de luttes. Militant.e.s du sport” de N. Kssis-Martov. L’ouvrage est inscrit dans la collection ‘Celles et ceux’ qui présente les personnes, souvent méconnues, ayant oeuvrées aux transformations sociales en France. Les textes présentés sont courts, clairs et surtout bien illustrés.

L’auteur y présente une multitude de sportifs engagés à travers la Commune, le Front populaire, la Guerre d’Espagne, ou encore la Résistance durant la seconde guerre mondiale ou la Guerre d’Algérie. On s’aperçoit que les multiples débats, conflits, rassemblements entre les mouvements de gauche se sont souvent traduits dans milieu fédéral associatif. Même si la place de la FSGT y semble prépondérante.

Quelques points que je retiens :

  • La Fédération Sportive du Travail comptait, des 1922, une soixantaine section féminine au sein des clubs.
  • Rino Della Negra, resistant sportif, memebre de FRT-MOI qui a joué au Red Star, et dont une tribune porte encore le nom.
  • Les différentes visions du football, d’un côté JM Brohm avec son sport opium du peuple et de l’autre L Maitan qui défendait une vision populaire du football

Pour aller plus loin, un entretien avec l’auteur, Éloge de la passe: changer le sport pour changer le monde (Editions Libertaires), la BD Un maillot pour l’Algérie, et certainement (mais pas encore lu) Une histoire populaire du football.

Le football pour réfléchir

Cet article s’éloigne du spectre habituel du blog, quoi que (voir précédent article sur une autre histoire du sport). S’intéresser à la pratique d’activité physique rime souvent avec un intérêt parallèle à la pratique sportive. Vivre un sport est une chose intense, pour celui ou celle qui côtoie un club ou qui s’obstine à s’entraîner en dépit des aléas saisonniers …

Comment-ils-nous-ont-vole-le-footballEn France, le football a une place démesurée, une quasi-religion pour certaine(e)s, à tel point que l’on perd souvent de vue les attraits initiaux de cette pratique. C’est un bel exemple pour penser le sport et prendre un peu de recul. Seulement, rares sont les ouvrages qui mettent les choses en perspective, qui posent des questions importantes. On peut se chauffer un hiver entier avec des livres centrés sur des acteurs connus du football, joueurs, entraineurs, directeurs de club; livres rédigés par des nègres la plupart du temps. Des écrits qui promeuvent une version très restreinte et ultra-personnalisée du football.

Deux récentes lectures ont aiguisé ma vision du football, m’apercevant au passage de son évolution, de sa marchandisation, mais surtout d’autres formes qui coexistent.

Comment ils nous ont volé le football. Fakirs Editions A. Dumini et F. Ruffin (6 euros)

Ce livre passionnant rappelle les étapes de mondialisation du football, et les auteurs s’appuient aussi leur propre pratique depuis les vestiaires d’Eaucourt sur Somme en 5e division départementale. Ils rappellent comment les instances du football anglais ont éliminé les classes populaires des tribunes en prenant comme excuse les violences dans le stade: « le prix d’une place passe de 5 livres (7.5 euros en 1990) à 40 en 2010 (60 euros) ». Ils décrivent aussi que des supporters de Manchester ont crée un nouveau club, le FC United avec une charte qui vise une pratique de haut niveau tout en donnant le pouvoir décisionnel aux supporters. L’épilogue du livre est un hommage à l’ambiance d’un club de campagne et les auteurs mènent l’enquête sur le « Miracle des maillots pliés ». Clairement, les racines du « vrai » football, sont décrites dans le dévouement des bénévoles à faire vivre le club simplement pour que l’on « joue » au football.

Éloge de la passe: changer le sport pour changer le monde. Editions Libertaires (13 euros)COUV-eloge-21

Ouvrage dans lequel on découvre des versions inconnues du football, une pratique de football politisée. Le meilleur ? des tournois de football anarchistes où l’on mélange les équipes adversaires à la mi-temps, bref des rencontres autogérées, amicales et créatives aux règles mouvantes, sans gagnant ni perdant, mixtes et solidaires. Les clubs ? Emma Goldman Anarchist Feminist Club, le Dynamo Kropotkin, le Montréal’s Anarchist Soccer Club ou le Kronstadt FC !!! Connaissez-vous le mai 68 des footeux ? L’occupation du siège de la Fédération Française de Football par un comité d’action proche de l’équipe du Miroir du football qui clamait : « Le football aux footballeurs ! »  « La passe est un acte altruiste, où la liberté du passeur (je donne le ballon à qui je veux, quand je le sens) est entièrement dépendant de la disponibilité de ses propres co-équipiers. Cet acte individuel ne prend tout son sens que s’il se met au service du groupe. » Wally Rosell.

Pour conclure, un interview de d’Albert Camus à lors de Monaco-Racing: « Vraiment le peu de morale que je sais, je l’ai appris sur les terrains de football et les scènes de théâtre qui resteront mes vraies universités. ». Voir aussi la réelle bande-annonce de la coupe du monde 2022 et l’article de Street Press sur les coopératives de supporters qui possèdent des clubs semi-pro.

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=qtyfnZ0hwv8]