Archives par mot-clé : gaz à effet de serre

Les Jeux Olympiques d’hiver ou nos gaz à effets de serre: il faut choisir !

Un article que j’ai publié sur La Conversation, je l’agrémente d’une courte présentation sur ce sujet et d’un podcast du Greenletter Club sur la question des stations de ski (Excellent !)

 

Y aura-t-il encore des Jeux olympiques d’hiver en 2046 ou en 2080 ? Les Jeux d’hiver, qui démarrent le 4 février à Pékin, font l’objet de nombreuses critiques environnementales. Faute de neige naturelle, ce sont des canons à neige qui sont utilisés pour assurer la tenue des sports de glisse, provoquant une surconsommation d’eau dans une région qui vit un stress hydrique majeur. Une réserve naturelle est mise en danger à la suite de la construction des infrastructures olympiques. Les enjeux autour de la soutenabilité des Jeux olympiques d’hiver et d’été ne sont pas nouveaux (températures positives, pluies, déplacement de population, pollution des eaux, déchets).

Ces Jeux sont une occasion de se poser la question du sens et de la possibilité d’organiser un événement sportif d’envergure mondiale dans un monde bouleversé par les changements climatiques. Notre équipe de chercheurs en Sciences de l’activité physique et du sport a publié une revue de la littérature sur les changements climatiques et l’activité physique. Cela nous a permis de comprendre que faire de l’activité physique ou du sport en 2030 ou 2040 risque d’être de plus en plus compliqué par manque de glace, ou en raison de températures trop douces.

Où organiser les prochains Jeux ?

Le constat pour les Jeux olympiques d’hiver est simple : il va devenir de plus en plus compliqué de trouver un lieu pour les organiser.

Déjà, de nombreuses villes ont décliné l’invitation du CIO de tenir les JO d’hiver ces dernières années, dont Lillehammer, en Norvège, pour des raisons économiques.

Mais, désormais, ce sont des raisons environnementales qui pourraient dicter les choix. Des études, dites de modélisation, permettent de prédire avec un bon niveau de précision les conditions d’enneigement et de température partout dans le monde en fonction de scénarios d’émissions de gaz à effet de serre.

Pour simplifier, le scénario avec de très basses émissions nous permettrait de limiter les conséquences climatiques graves. Le scénario avec de très fortes émissions de gaz à effet de serre entraîne des conséquences graves et irréversibles pour l’accès à l’eau, l’agriculture, la qualité de l’air et l’intensité des catastrophes naturelles. À ce jour, les émissions mondiales suivent ce scénario.

Quelles villes parmi celles qui ont déjà accueilli les Jeux olympiques d’hiver pourraient le faire à nouveau en 2050 ou 2080 avec des températures négatives et un enneigement d’au moins 30 cm ?

Si nous mettons un coup d’arrêt à nos émissions de gaz à effet de serre dès maintenant, environ la moitié seulement des 21 villes qui ont organisé les Jeux au cours des 100 dernières années pourraient avoir des conditions relativement bonnes pour organiser des compétitions, selon une étude internationale menée par Daniel Scott, de l’Université de Waterloo.

Si nous continuons de faire croître nos émissions, moins de la moitié des villes organisatrices pourraient accueillir les Jeux en 2050 et à peine le quart en 2080.

Mais les résultats s’aggravent si on se concentre uniquement sur les Jeux paralympiques d’hiver. En effet, ils se déroulent après les Jeux olympiques, donc en mars. Or, les changements climatiques risquent fortement de réduire la durée de l’hiver. Autrement dit, avoir beaucoup de neige et des températures négatives en mars va devenir de plus en plus rare. Il y a donc encore moins de villes « disponibles » en 2050 et 2080 pour accueillir les Jeux olympiques et paralympiques d’hiver.

Pire pour les sports de glisse

Dans les villes qui ont déjà accueilli les Jeux olympiques d’hiver, lesquelles pourraient le faire à nouveau en 2050 ou 2080, selon les athlètes ?

La même équipe de recherche citée plus haut a aussi mené une enquête en ligne internationale chez plus de 300 athlètes et entraîneurs de haut niveau dans les sports de glisse d’hiver afin de leur demander d’identifier les conditions de pratiques sécuritaires et propices à leur sport.

Une faible épaisseur de neige, une neige trop humide, de la pluie et des températures trop douces s’avèrent être des conditions inacceptables pour eux.

Les chercheurs ont donc posé la même question, utilisé la même méthode, mais en utilisant ces critères plus précis. Pour un scénario de très faibles émissions de gaz à effet de serre, les résultats sont similaires : moins de la moitié des villes pourraient accueillir les Jeux 2050 ou 2080. En revanche, pour le scénario de gaz à effet de serre actuel, seulement quatre villes d’accueil ont été identifiées en 2050 (Lake Placid, Lillehammer, Oslo et Sapporo), et une seule en 2080 (Sapporo). Les résultats sont sans appel.

Ainsi, lorsqu’on prend en compte les critères de pratique des sports de glisse dans de bonnes conditions, les résultats sont encore plus alarmants que la première étude, qui identifiait au moins une dizaine de villes d’accueil en 2050.

En finir avec l’écoblanchiment du CIO

On pourrait penser que les efforts affichés par le Comité international olympique pour réduire l’empreinte écologique, hydrique et carbone des futurs Jeux vont permettre d’atténuer les conséquences des changements climatiques. À titre d’exemple, des arbres ont été plantés en Chine pour « compenser » certaines émissions. Or cette mesure s’avère peu efficace dans la lutte contre le changement climatique.

La soutenabilité peut être déterminée par une série d’indicateurs qui intègrent les enjeux écologiques, économiques et sociaux des Jeux olympiques. Quand on cumule l’ensemble de ces indicateurs, la soutenabilité des Jeux olympiques d’été comme d’hiver décroît depuis ceux d’Albertville en 1992. Les Jeux de Vancouver étaient très moyens par exemple, et ceux de Sotchi, en Russie, les pires. Ils ont eu un impact négatif majeur sur les forêts anciennes, les terres arables, les populations de saumon environnantes et les réserves naturelles proches.

Si nous souhaitons pouvoir vivre des moments inoubliables devant la finale de slalom géant de snowboard dans les prochaines décennies, nous devrions réduire de manière draconienne les émissions de gaz à effet de serre dès aujourd’hui, tel qu’on l’a vu dans le dernier rapport du GIEC.

Il faut repenser l’organisation des Jeux olympiques pour qu’ils soient plus soutenables, avec deux villes d’accueil qui resteraient les mêmes. Par exemple, les Jeux d’hiver pourraient systématiquement être organisés à Oslo puis, quatre ans plus tard, à Sapporo, pour ensuite revenir à Oslo. De plus, il faut aussi accentuer la pression sur le Comité olympique international pour qu’il cesse d’utiliser des stratégies trompeuses d’écoblanchiment.

Les Jeux olympiques de Londres, en 2012, ont été présentés comme les plus verts de l’histoire. Pour la première fois, les organisateurs développaient une nouvelle catégorie de partenaires, les partenaires durables (BP, BMW ou General Electrics), mais ne demandaient pas de réelles contreparties environnementales. Les Jeux de Vancouver, annoncés comme les premiers jeux durables, ont entraîné la destruction de parties importantes des Eagleridge Bluffs. Sans oublier tous les sites olympiques laissés à l’abandon, comme à Athènes ou à Rio de Janeiro.

La ville de Paris, hôtesse des Jeux olympiques 2024, joue à fond la carte de la durabilité. Tony Estanguet, le co-président du Comité de candidature de Paris, a déclaré en novembre que « le développement durable n’est pas un objectif, c’est l’ADN même de la candidature que nous construisons avec les athlètes et l’ensemble de nos partenaires ».

Mais peut-être devrions-nous en douter à la vue de la soutenabilité déclinante des Jeux ?La Conversation

Bernard Paquito, Professeur, Université du Québec à Montréal (UQAM)

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original.

Que nous apprennent les études interventionnelles qui ciblent des communautés pour réduire les gaz à effet de serre?

Rien, cela n’existe pas.

Sur des questions de santé, comme sur des questions de changement climatique, les interventions peuvent cibler des individus, des foyers ou des communautés. Un groupe de chercheurs a réalisé une revue de littérature systématique afin d’identifier les interventions visant une communauté et dites multisectorielles [1].

Ce type d’intervention nécessite identifier l’ensemble des secteurs qui influencent la variable dépendante et d’identifier chaque «changements à réaliser » au niveau de chaque secteur (ex du tabac, lois, réglementations locales, formation des cliniciens, remboursement des traitements d’aide à l’arrêt…). La revue ciblait spécifiquement les communautés décrites comme « entité géopolitique plus grande qu’une ville » (exemple : quartiers, villages, villes), et uniquement les études expérimentales ayant comme variable dépendante : la consommation d’énergie rapportée ou mesurée objectivement. Malgré leurs efforts, aucune étude n’avait été identifié.

À quoi bon aborder cet article ?

Les auteurs rapportent avoir identifié des études interventionnelles communautaires mais celle-ci ne faisaient pas l’objet d’évaluations. Autrement dit, leur impact en termes d’émissions de gaz à effet de serre est inconnu.

Ils décrivent les solutions méthodologiques utilisables pour tester ce type d’intervention. Ils utilisent en termes d’illustration une étude de 1976 qui comparaient l’effet de différentes techniques de changement de comportement sur trois différentes familles afin de diminuer leur consommation d’électricité [2]. Le devis de l’étude était de type A-B-A. Cette étude suggère que fournir des rétroactions seules ou avec des récompenses permettait de diminuer temporairement la consommation d’électricité de deux familles sur trois. Ce type de devis d’études est aussi utilisé pour augmenter la fréquence de lumière éteinte dans les salles de cours d’université.

L’absence de résultats souligne le besoin criant de développer des interventions multisectorielles ciblant des communautés à fin de réduire leur empreinte carbone. Les devis de type devis expérimental a cas unique s’avèrent particulièrement adaptés dans ce cas.

Face à l’urgence climatique, il y a un urgent besoin de rassembler les spécialistes du changement de comportement, les décideurs, et les membres des communautés à fin d’infléchir drastiquement et durablement les émissions de gaz à effet de serre sur la base de données probantes.

1. Biglan A, Bonner AC, Johansson M, et al (2020) The State of Experimental Research on Community Interventions to Reduce Greenhouse Gas Emissions—A Systematic Review. Sustainability 12:7593. https://doi.org/10.3390/su12187593

2. Kohlenberg R, Phillips T, Proctor W (1976) A Behavioral Analysis of Peaking in Residential Electrical-Energy Consumers1. J Appl Behav Anal 9:13–18. https://doi.org/10.1901/jaba.1976.9-13

Impacts énergétiques et climatiques du télétravail : une revue systématique de la littérature

Le développement des technologies de la communication de l’information a grandement facilité le travail depuis chez soi. Une revue de littérature questionne l’état des connaissances sur les conséquences énergétiques du télétravail (article en accès libre) (1).

Le télétravail pourrait diminuer les émissions de gaz à effet de serre par une réduction des trajets et la consommation réduite d’énergie liée aux espaces de bureau. Les auteurs soulignent dans l’introduction une absence de consensus sur cette question. En effet, les gains pourraient atteindre une réduction de 77 % de consommation d’énergie primaire, d’autres études annoncent un pourcentage beaucoup plus faible, d’autres chercheurs concluent même à une augmentation de la consommation énergétique.

Les auteurs s’intéressaient aux études examinant une possible économie d’énergie liée au transport ou aux impacts indirects : transports non liés à l’emploi, transports au sein de son foyer, la taille et le taux d’occupation de son lieu de travail, et la localisation de son lieu de travail.

Les auteurs ont volontairement utilisé des critères d’inclusion plus larges que simplement les études qui s’intéressaient au transport afin de pouvoir contrôler les possibles effets rebonds du télétravail.

La réduction de consommation d’énergie liée au télétravail peut-être due à la réduction du transport lié au travail et donc de l’énergie utilisée, ainsi que de l’énergie utilisée sur le lieu du travail (climatisation, chauffage). En revanche, le télétravail peut aussi augmenter la consommation d’énergie par l’utilisation des données mais aussi des équipements de communication, une augmentation des déplacements non liés au travail, une consommation d’énergie plus élevée liée à l’alimentation du lieu de vie et enfin une augmentation des trajets réalisés par le foyer rendu possible par une disponibilité plus importante de la voiture.

Les auteurs ont identifié 39 études, dont 35 qui s’intéressaient au télétravail à domicile et 4 au télétravail depuis un espace dédié (télé-centre). Parmi les études inclus, 30 provenaient des États-Unis ou de l’Europe.

Des méthodes utilisées reposaient sur l’analyse de données d’enquête, la modélisation de scénario et l’évaluation de projet pilote de télétravail. Les auteurs classifiaient les études selon 4 périmètres (scope) d’impact possiblement étudié :

  • les transports liés au travail,
  • les transports non liés au travail,
  • la consommation d’énergie à domicile,
  • la consommation d’énergie au travail.

La quasi-totalité des études s’intéressait uniquement aux transports. Une seule étude se centrait sur les 4 périmètres d’impact énergétique. Les impacts du télétravail pouvaient être mesurés à travers différents indices comme le nombre de kilomètres réalisés par le véhicule ou la personne, le nombre de voyages, les minutes de congestion, la quantité d’énergie utilisée, ou les émissions de CO2.

La réduction du nombre de kilomètres réalisés avoisinait les 20 %, la réduction du nombre de voyages 30 %. Les auteurs insistent sur le fait que la majorité des études portent leur intérêt uniquement sur le transport et donc ne mesurent pas les possibles effets rebonds.

Si 70 % des études associent le télétravail une réduction de consommation d’énergie, 5 études avec une méthode plus rigoureuse suggèrent que les bénéfices énergétiques liés au télétravail pourraient être partiellement ou totalement gommés par des trajets plus longs les jours non travaillés. Les auteurs soulignent aussi que l’adoption de télétravail aurait pour conséquence à long terme d’agrandir la distance du travail lieu de vie, et donc de réduire les bénéfices énergétiques de celui-ci. De plus, 2 études anglaises et coréennes concluent que la fréquence d’utilisation de la voiture augmentent dans un foyer lorsqu’un membre de celui-ci devient télétravailleur.

Les auteurs soulignent que plus les études s’intéressaient à un périmètre large utilisation de l’énergie (présentés plus haut) plus les bénéfices énergétiques liés au télétravail étaient faibles, voire nuls. De plus les gains énergétiques liés au télétravail pouvaient varier en fonction du lieu géographique de l’étude, l’utilisation des nouvelles technologies et de la consommation de données.

1. Hook A, Court V, Sovacool BK, Sorrell S. A systematic review of the energy and climate impacts of teleworking. Environ Res Lett. 2020 Aug;15(9):093003.