Archives par mot-clé : greenwashing

Les Jeux Olympiques d’hiver ou nos gaz à effets de serre: il faut choisir !

Un article que j’ai publié sur La Conversation, je l’agrémente d’une courte présentation sur ce sujet et d’un podcast du Greenletter Club sur la question des stations de ski (Excellent !)

 

Y aura-t-il encore des Jeux olympiques d’hiver en 2046 ou en 2080 ? Les Jeux d’hiver, qui démarrent le 4 février à Pékin, font l’objet de nombreuses critiques environnementales. Faute de neige naturelle, ce sont des canons à neige qui sont utilisés pour assurer la tenue des sports de glisse, provoquant une surconsommation d’eau dans une région qui vit un stress hydrique majeur. Une réserve naturelle est mise en danger à la suite de la construction des infrastructures olympiques. Les enjeux autour de la soutenabilité des Jeux olympiques d’hiver et d’été ne sont pas nouveaux (températures positives, pluies, déplacement de population, pollution des eaux, déchets).

Ces Jeux sont une occasion de se poser la question du sens et de la possibilité d’organiser un événement sportif d’envergure mondiale dans un monde bouleversé par les changements climatiques. Notre équipe de chercheurs en Sciences de l’activité physique et du sport a publié une revue de la littérature sur les changements climatiques et l’activité physique. Cela nous a permis de comprendre que faire de l’activité physique ou du sport en 2030 ou 2040 risque d’être de plus en plus compliqué par manque de glace, ou en raison de températures trop douces.

Où organiser les prochains Jeux ?

Le constat pour les Jeux olympiques d’hiver est simple : il va devenir de plus en plus compliqué de trouver un lieu pour les organiser.

Déjà, de nombreuses villes ont décliné l’invitation du CIO de tenir les JO d’hiver ces dernières années, dont Lillehammer, en Norvège, pour des raisons économiques.

Mais, désormais, ce sont des raisons environnementales qui pourraient dicter les choix. Des études, dites de modélisation, permettent de prédire avec un bon niveau de précision les conditions d’enneigement et de température partout dans le monde en fonction de scénarios d’émissions de gaz à effet de serre.

Pour simplifier, le scénario avec de très basses émissions nous permettrait de limiter les conséquences climatiques graves. Le scénario avec de très fortes émissions de gaz à effet de serre entraîne des conséquences graves et irréversibles pour l’accès à l’eau, l’agriculture, la qualité de l’air et l’intensité des catastrophes naturelles. À ce jour, les émissions mondiales suivent ce scénario.

Quelles villes parmi celles qui ont déjà accueilli les Jeux olympiques d’hiver pourraient le faire à nouveau en 2050 ou 2080 avec des températures négatives et un enneigement d’au moins 30 cm ?

Si nous mettons un coup d’arrêt à nos émissions de gaz à effet de serre dès maintenant, environ la moitié seulement des 21 villes qui ont organisé les Jeux au cours des 100 dernières années pourraient avoir des conditions relativement bonnes pour organiser des compétitions, selon une étude internationale menée par Daniel Scott, de l’Université de Waterloo.

Si nous continuons de faire croître nos émissions, moins de la moitié des villes organisatrices pourraient accueillir les Jeux en 2050 et à peine le quart en 2080.

Mais les résultats s’aggravent si on se concentre uniquement sur les Jeux paralympiques d’hiver. En effet, ils se déroulent après les Jeux olympiques, donc en mars. Or, les changements climatiques risquent fortement de réduire la durée de l’hiver. Autrement dit, avoir beaucoup de neige et des températures négatives en mars va devenir de plus en plus rare. Il y a donc encore moins de villes « disponibles » en 2050 et 2080 pour accueillir les Jeux olympiques et paralympiques d’hiver.

Pire pour les sports de glisse

Dans les villes qui ont déjà accueilli les Jeux olympiques d’hiver, lesquelles pourraient le faire à nouveau en 2050 ou 2080, selon les athlètes ?

La même équipe de recherche citée plus haut a aussi mené une enquête en ligne internationale chez plus de 300 athlètes et entraîneurs de haut niveau dans les sports de glisse d’hiver afin de leur demander d’identifier les conditions de pratiques sécuritaires et propices à leur sport.

Une faible épaisseur de neige, une neige trop humide, de la pluie et des températures trop douces s’avèrent être des conditions inacceptables pour eux.

Les chercheurs ont donc posé la même question, utilisé la même méthode, mais en utilisant ces critères plus précis. Pour un scénario de très faibles émissions de gaz à effet de serre, les résultats sont similaires : moins de la moitié des villes pourraient accueillir les Jeux 2050 ou 2080. En revanche, pour le scénario de gaz à effet de serre actuel, seulement quatre villes d’accueil ont été identifiées en 2050 (Lake Placid, Lillehammer, Oslo et Sapporo), et une seule en 2080 (Sapporo). Les résultats sont sans appel.

Ainsi, lorsqu’on prend en compte les critères de pratique des sports de glisse dans de bonnes conditions, les résultats sont encore plus alarmants que la première étude, qui identifiait au moins une dizaine de villes d’accueil en 2050.

En finir avec l’écoblanchiment du CIO

On pourrait penser que les efforts affichés par le Comité international olympique pour réduire l’empreinte écologique, hydrique et carbone des futurs Jeux vont permettre d’atténuer les conséquences des changements climatiques. À titre d’exemple, des arbres ont été plantés en Chine pour « compenser » certaines émissions. Or cette mesure s’avère peu efficace dans la lutte contre le changement climatique.

La soutenabilité peut être déterminée par une série d’indicateurs qui intègrent les enjeux écologiques, économiques et sociaux des Jeux olympiques. Quand on cumule l’ensemble de ces indicateurs, la soutenabilité des Jeux olympiques d’été comme d’hiver décroît depuis ceux d’Albertville en 1992. Les Jeux de Vancouver étaient très moyens par exemple, et ceux de Sotchi, en Russie, les pires. Ils ont eu un impact négatif majeur sur les forêts anciennes, les terres arables, les populations de saumon environnantes et les réserves naturelles proches.

Si nous souhaitons pouvoir vivre des moments inoubliables devant la finale de slalom géant de snowboard dans les prochaines décennies, nous devrions réduire de manière draconienne les émissions de gaz à effet de serre dès aujourd’hui, tel qu’on l’a vu dans le dernier rapport du GIEC.

Il faut repenser l’organisation des Jeux olympiques pour qu’ils soient plus soutenables, avec deux villes d’accueil qui resteraient les mêmes. Par exemple, les Jeux d’hiver pourraient systématiquement être organisés à Oslo puis, quatre ans plus tard, à Sapporo, pour ensuite revenir à Oslo. De plus, il faut aussi accentuer la pression sur le Comité olympique international pour qu’il cesse d’utiliser des stratégies trompeuses d’écoblanchiment.

Les Jeux olympiques de Londres, en 2012, ont été présentés comme les plus verts de l’histoire. Pour la première fois, les organisateurs développaient une nouvelle catégorie de partenaires, les partenaires durables (BP, BMW ou General Electrics), mais ne demandaient pas de réelles contreparties environnementales. Les Jeux de Vancouver, annoncés comme les premiers jeux durables, ont entraîné la destruction de parties importantes des Eagleridge Bluffs. Sans oublier tous les sites olympiques laissés à l’abandon, comme à Athènes ou à Rio de Janeiro.

La ville de Paris, hôtesse des Jeux olympiques 2024, joue à fond la carte de la durabilité. Tony Estanguet, le co-président du Comité de candidature de Paris, a déclaré en novembre que « le développement durable n’est pas un objectif, c’est l’ADN même de la candidature que nous construisons avec les athlètes et l’ensemble de nos partenaires ».

Mais peut-être devrions-nous en douter à la vue de la soutenabilité déclinante des Jeux ?La Conversation

Bernard Paquito, Professeur, Université du Québec à Montréal (UQAM)

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original.

L’écoblanchiment dans le sport (2/2)

Après rappel historique à propos de la renaissance moderne des Jeux Olympiques (JO), Miller souligne, comment à partir des années 80, les JO sont devenus une entreprise commerciale gigantesque par le développement de “partenariats” avec des entreprises. Il ajoute aussi que les JO sont aussi un instrument majeur de “soft-power” pour les états organisateurs. A titre d’exemple, le Japon a dépensé l’équivalent de son budget national pour mettre en place des installations, moyens de transports et communications pour les JO de Tokyo en 1964 afin de donner une image moderne au pays.

L’écoblanchiment a pris un essor important au JO à partir des années 90, avec notamment une première pression issue de Greenpeace sur le gouvernement Australien afin que des stratégies de minimisation de pollution des sites des JO de Sydney soient mises en place. Toutefois, Miller critique sévèrement Greenpeace pour sa “contribution” indirecte à l’écoblanchiment en donnant une sorte de caution aux organisateurs et n’abordant pas les problèmes des JO impactant réellement l’environnement.

L’auteur poursuit ses exemples avec les JO d’Athènes et de Beijing. Il rappelle que la pollution atmosphérique était initialement massive dans cette ville. La seule solution efficace a été de fermer temporairement les usines émettrices avec une efficacité discutable. (voir aussi l”état actuel des installations des JO d’Athènes)

Les JO de Londres en 2012 avaient présentés comme les plus verts de l’histoire. Miller dans un bref passage décrit ses perceptions personnelles liées à la construction du village olympique là où il vivait. Il souligne aussi que les associations environnementales chargées de veiller à diminuer l’empreinte carbone de l’événement avait peu d’impact décisionnel. Il ajoute que pour le 1er fois les organisateurs de JO développaient une nouvelle catégorie de partenaires: les partenaires durables (ex: BP, BMW, Cisco, General Electrics…), catégorie de partenariat qui ne demandait pas de réelles contre-parties environnementales.

Miller souligne aussi les efforts des JO “durables” de Vancouver pour développer des infrastructures en milieu naturel avec de la neige artificielle afin de palier les conséquences désastreuses de la pluie, précédant les JO. Cependant, il ajoute que les JO de Sochi étaient bien pires. Le gouvernement russe a simplement supprimé les évaluations d’impacts écologiques des installations et développé la stratégie de communication “une écologie populaire”. En d’autres termes, tout employé du comité organisateur devait avoir à cœur de préserver l’environnement. Or les JO de Sochi ont eu un impact négatif majeur sur les forêts anciennes, les terres arables, les populations de saumon environnantes et les réserves naturelles proches….

En conclusion, cet ouvrage déconstruit les discours et pratiques d’écoblanchiment dans le sport haut niveau. Il rappelle la dimension politique et économique des pratiques d’écoblanchiment (“greenwashing”). Si la question du changement climatique et du sport vous intéresse, il apparaît essentiel de le lire.

C’est aussi très pertinent de suivre aussi l’actualité des stratégies de communication des JO de Paris sur la question environnementale et leur “durabilité”. Finissions par un petit jeu. Rappelons nous la citation évoquée dans le précédent article : “La durabilité est devenue une devise, et l’écoblanchiment un de ses outils” et des diverses stratégies d’écoblanchiment présentées, puis lisons ces 3 articles de presse:

Le développement durable, «ADN de la candidature» de Paris 2024 (L’ÉQUIPE)

Le développement durable «n’est pas un objectif, c’est l’ADN même de la candidature que nous construisons avec les athlètes et l’ensemble de nos partenaires, a affirmé Tony Estanguet dans un communiqué du Comité. L’un des héritages majeurs pour Paris sera la possibilité pour les Parisiens de se baigner dans la Seine, dans la foulée des épreuves de triathlon qui se disputeraient au coeur de Paris, au pied de la Tour Eiffel, dans les eaux de la Seine, avec ce que cela implique en termes d’assainissement et de traitement de l’eau.”

Les engagements durables pour les Jeux Olympiques de Paris

Cette démarche pour des Jeux Olympiques plus durables s’est faite avec le soutien et les propositions formulées par WWF France dans le cadre d’un rapport. Pour WWF, les Jeux Olympiques de Paris pourraient ainsi permettre une sensibilisation de tous les visiteurs”

Comment Paris veut organiser ses « JO verts » ( Le Parisien – Article en partenariat avec SUEZ)

Pour relever ce défi, une « stratégie durabilité » a été bâtie et avec elle un plan de 47 actions dans de nombreux domaines (transports, infrastructures, gestion des déchets…)”

Très bonne analyse de Bastamag JO 2024 à Paris : pourquoi le rêve olympique peut se terminer en cauchemar financier

« Dans l’histoire des grands événements sportifs internationaux, Paris 2024 est une candidature avant-gardiste d’un point de vue environnemental, assure Didier Lehénaff, fondateur de l’association Sport vert pour ma planète et vice-président de la fédération « Sport and Sustainability International ». C’est la première candidature certifiée ISO 20 121, une norme spécialement créée pour accompagner l’événementiel dans une logique de développement durable. » Fort du partenariat avec le WWF, grande caution éco-responsable de la candidature, le discours finit par faire mouche, même auprès d’un certain nombre d’acteurs de l’écologie.”

Si vous souhaitez lire en français, un document qui semble fort bien construit (je n’ai que les conclusions) Braam présente La durabilité environnementale des Jeux olympiques d’hiver, plus particulièrement les JO de Turin.