Archives par mot-clé : insomnie

Aller courir pour mieux dormir, est-ce réellement vérifié par les études scientifiques ?

Christopher Kline vient de publier une revue de littérature1 qui expose l’état de la littérature à propos des relation entre activité physique et le sommeil.

La question du sommeil est enjeu de santé publique car une altération de sa qualité, des symptômes d’insomnie ou une insomnie caractérisée altèrent proportionnellement la santé physique et mentale des individus ainsi que leur qualité de vie.a

L’arsenal thérapeutique repose souvent sur la prescription médicamenteuse (e.g. hypnotiques). Ces traitements sont efficaces à court terme mais peuvent entraîner des effets délétères à moyen terme. La thérapie cognitivo-comportementale s’avère un traitement efficace mais sa disponibilité reste faible pour les patients.

La question de l’effet de l’AP sur le sommeil est une croyance fortement ancrée chez les soignants et la population générale. Paradoxalement, le nombre d’études sur ce sujet n’est pas très important. La plupart des études incluent des sujets sans ou avec de légers troubles du sommeil.

Une récente méta-analyse basée sur 6 études conclue que l’AP entraîne une légère amélioration de la qualité du sommeil subjectif chez des sujets âgés.

De plus, très peu d’études utilisent des marqueurs objectifs du sommeil (e.g. polysomnographie ou actimétrie).

Seulement 3 études évaluant l’effet de l’AP sur les symptômes d’insomnie ont été menées et les résultats divergent.

Il est important de noter aussi que quasiment aucune information n’est disponible sur la comparaison entre AP, TCC, hypnotiques…

En conclusion, le niveau de preuve scientifique est trop mince pour conclure à une réelle efficacité de l’AP sur le sommeil ou l’insomnie.

Remarques :

L’auteur reste prudent sur ses conclusions mais surestime quand même l’impact positif de l’activité physique.

Il y a un besoin important d’études dans ce domaine, et la présente revue est partielle car des études ne sont pas recensées comme celles présentés récemment à propos du sommeil, de l’AP chez les adultes touchés par des troubles dépressifs.

1. Kline CE. The Bidirectional Relationship Between Exercise and Sleep Implications for Exercise Adherence and Sleep Improvement. Am. J. Lifestyle Med. 2014:1559827614544437. doi:10.1177/1559827614544437.

L'activité physique améliore la qualité du sommeil d'adultes touchés par une dépression majeure.

L’étude TREAD (Treatment with Exercise Augmentation for Depression) a déjà été présentée dans ce blog (Rethorst et al. 2013). Les participants recevaient des antidépresseurs puis étaient répartis aléatoirement dans un groupe faisant une dose importante d’activité physique (AP) importante ou faible durant 12 semaines.

insomniaLa qualité du sommeil était évaluée à partir de 4 items de manière hebdomadaire : insomnie au coucher, au milieu et fin de la nuit, hypersomnie. La dépression était évaluée par une échelle pour psychiatre.

La dose d’AP n’influence pas la qualité du sommeil. En revanche, la pratique d’AP diminue significativement l’insomnie sur les trois temps de la nuit. L’hypersomnie n’est pas influencée par l’AP. Il est important de souligner que la diminution de l’insomnie est indépendante de la symptomatologie dépressive.

C’est résultats sont très majeurs car les troubles du sommeil sont un facteur prédicteur de rechute dépressive à moyen terme. Cette étude souligne les effets systémiques de l’AP chez les sujets dépressifs. Gardons à l’esprit que plusieurs études obtiennent des effets significatifs sur la dépression mais aussi le poids, la sexualité, la douleur… chez des adultes touchés par un épisode dépressif majeur. Les preuves des bénéfices de l’AP s’accumulent mais très peu de psychiatres ou de recommandations s’y intéressent au mépris de la qualité de la prise en charge des sujets dépressifs. La place d’un Enseignant en Activités Physiques Adaptées au sein des équipes de soins en psychiatrie s’avère de plus en plus nécessaire.

Rethorst C et al. 2013 Does exercise improve self­reported sleep quality in non­remitted major depressive disorder ? Psychological Medicine, Volume 43,  Issue 04, April 2013, p 699-709