Archives par mot-clé : maladie pulmonaire obstructive chronique

L'activité physique chez les sujets BPCO post-réadaptation ?

Le maintien de l’activité physique après une prise en charge dans un centre de Soins de Suite et de Réadaptation est enjeu majeur pour les sujets touchés par une broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO). Un précédent article du blog soulignait qu’un faible niveau d’AP chez les adultes BPCO était associé à une mortalité accrue.

En effet, si pendant de nombreuses années, la recherche clinique s’est uniquement centrée sur l’identification des caractéristiques des programmes de réadaptation les plus efficaces, la problématique majeure reste les changements de comportement des patients (adhésion au traitement, gestion des symptômes et surtout l’activité physique-(AP)).

L’étude de Soicher et al. (2012) tentait d’identifier les trajectoires en terme d’AP des patients BPCO à la sortie d’un programme de réadaptation (4 semaines en centre + 8 semaines, 3 séances/sem à domicile ou en centre) (1).

Methode

Les sujets étaient encouragés tous les 2 mois par téléphone à rester actif physiquement.

L’évaluation de l’AP a été réalisée à 4,6,8 et 12 mois post-réadaptation en utilisant un questionnaire. Les chercheurs ont aussi utilisé les données initiales afin d’identifier les facteurs associés aux trajectoires identifiées.

Résultats

3 trajectoires sont identifiées : Haut niveau d’AP entre 4 et 12 mois (n=61) – Faible niveau d’AP entre 4 et 12 mois (n=114) – Haut niveau d’AP à 4 mois déclinant jusque 12 (n=31).physical activity and COPD

Les facteurs associés à ces trajectoire sont les suivants : le passé en terme d’AP, la distance au test de marche de 6 minutes et les barrières perçues à l’AP.

Discussion

Cette étude souligne les limites des effets des programmes de réadaptation sur le comportement de santé : AP à long terme. Le message est assez clair, la prise en charge par l’AP durant ces programme doit viser une augmentation des capacités fonctionnelles mais surtout aider les sujets BPCO à préparer leur changement de comportement en terme d’AP.

(un précédent article souligne cette complexité). De ce fait, la construction des équipes Activités Physiques Adaptées (APA) au sein de ces structures devrait se baser sur des Enseignants APA et sur des coordinateurs APA, formés au conseil motivationnels et à l’utilisation d’outils adaptés aux patients.

Dans une perspective plus large, cette étude illustre les besoins de formation en psychologie de la motivation des étudiants STAPS APA.

Article en accès libre.

Les adultes BPCO avec un niveau élevé d'anxiété sont plus actifs physiquement !

L’activité physique (AP) est un excellent prédicteur de mortalité chez les personnes BPCO (voir précédent article du blog). Nguyen et al. (2013) ont exploré l’association entre AP (mesurée objectivement) et l’anxiété et la dépression. Les auteurs ont réalisé une analyse transversale à l’aide du questionnaire HADS, du test de marche de 6 minutes, d’une échelle de dyspnée et du Stepwatch Activity Monitor (sur 7 jours) (Nguyen et al., 2013).

L’augmentation de l’anxiété était associée au niveau élevé d’anxiété, après ajustement. Clairement, un point de plus à la sous-échelle anxiété est associé avec une augmentation de 288 pas par jour.

Un second résultat (limite au niveau de la significativité) montre qu’un niveau élevé d’anxiété pourrait limiter les effets négatifs de la dépression sur l’AP.

Cette étude est à prendre avec de la mesure car elle est transversale mais elle participe à la réflexion sur les liens entre troubles anxio-dépressifs et AP chez les BPCO et plus largement les malades chroniques.

Nguyen, H. Q., Fan, V. S., Herting, J., Lee, J., Fu, M., Chen, Z., … Adams, S. G. (2013). Patients With COPD With Higher Levels of Anxiety Are More Physically Active. Chest, 144(1), 145‑151. doi:10.1378/chest.12-1873

L'activité physique pour diminuer le nombre de rendez-vous médicaux des malades chroniques. Olé !

Le 21 juin dernier, dans la revue Plos One, un essai randomisé contrôlé (ERC) a été publié sur ce sujet (en accès libre). Maria Giné-Garriga, du département des Sciences des sports de l’université Ramon Llull de Barcelone, a exploré l’effet d’un programme d’AP supervisé par un spécialiste de l’AP (3 mois, 24 séances, aérobie+ renforcement musculaire, en groupe, incrémenté en difficulté) sur le nombres de visites médicales.

Les patients inclus devaient être porteur d’une pathologie chronique (e.g. BPCO) ou d’un facteur de risque important (e.g. Obèse). Ils étaient recrutés en catalogne dans 63 centre médicaux. Les patients étaient alloués soit dans un groupe AP soit dans un groupe soins usuels. L’ensemble des recruteurs, des évaluateurs étaient en aveugle de l’objectif de l’étude. Ainsi, le recrutement a permis d’inclure respectivement, n = 183; 68.3 (8.8) years; 118 women pour AP et n = 179; 67.2 (9.1) years; 106 women pour contrôle.

Le critère de jugement principal était le nombre de rendez vous médicaux à 12 après la fin du programme AP. Les critères de jugement secondaires : nombre rendez vous médicaux à 3, 6 mois ainsi que la qualité de vie (qol) et l’AP mesuré par le SF12 et l’IPAQ-7.

Le nombre de rendez vous médicaux à 15 mois est significativement plus faible pour le groupe AP 14.8 vs 18.2 (p=.002).

 En discussion, les auteurs présentent les coûts des rendez vous médicaux comptabilisés dans l’étude : infirmière (21-36 euros), urgence (54-88 euros), et médecin à domicile (28-58 euros). Ils présentent ensuite le coût des sessions d’AP (20 euros) donc 480 euros le programme complet + 20 euros de matériel., soit un coût par programme/ participant d’environ 25 euros ( groupe de 20 personnes).

Remarques :

1-les critères d’inclusion sont larges, rendant difficilement le classement de cette étude dans le cadre de la prévention secondaire ou tertiaire. De plus, le critère de sédentarité n’est pas le bon (AP modéré ou vigoureuse pendant au moins une heure 5 jours par semaine), qui fait réellement cela ?

2-les design est simple, ce qui facilite se compréhension par les dirigeants politiques

3-il manque réellement des économistes de la santé dans cette étude pour pouvoir mieux apprécier es résultats

4-aucune information est donnée sur l’adhésion au programme

5-le coût des séances d’AP me semble faible

 Une étude à réaliser en France serait la bienvenue, pour combler les limites et explorer réellement le coût/efficacité. On éviterai ainsi l’effet « écran de fumée » de l’ « étude » de Strasbourg.

Cette étude est à mettre en lien avec celles sur l’Exercise Reference System.

Giné-Garriga et al. 2013.The Effect of a Physical Activity Program on the Total Number of Primary Care Visits in Inactive Patients: A 15-Month Randomized Controlled Trial. PLOS One

Un niveau faible d'activité physique est le meilleur prédicteur de mortalité des sujets BPCO

La broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) est une maladie chronique qui a des effets systémiques sur la santé. La BPCO est la cinquième cause de mortalité dans le monde. En France, la BPCO concerne 3 à 4 millions de personnes, soit 6 à 8% de la population adulte.

Une étude prospective chez 170 patients a évalué les capacités pulmonaires par spirométrie, réalisé différents examens cliniques, un test de marche de 6 minutes, une échocardiographie, différentes analyses sanguines et les symptômes dépressifs.  A cela, ils ont ajouté la mesure d’activité physique par accéléromètre durant 6 jours. Puis les chercheurs ont suivis le taux de mortalité des sujets à long terme (médiane 48 mois) (Waschki et al., 2011, Chest).

Avec l’ensemble des indicateurs dont ils disposaient, ils ont cherché à identifier les prédicteurs de mortalité les plus explicatifs.

Les résultats sont très simples, le niveau d’activité physique (HR= 0.009 (0.001 – 0.085) <0.001) est le meilleur indicateur devant le taux d’adiponectine (ng/mL) (HR= 2.28 (1.19 – 4.38) 0.013) et l’index Ankle-brachial (HR = 3.26 (1.22 – 8.75) 0.019).

Courbe de survie BPCO Activité Physique

Une nouvelle étude vient encore souligner l’importance de l’activité physique chez le sujets BPCO.

Pour plus d’informations sur la prise en charge en activité physique adaptée pour le sujet BPCO, voir les recommandations de la Société de Pneumologie de Langue Française (ici) ou le livre « La réhabilitation du malade respiratoire chronique » ().

Waschki, B., Kirsten, A., Holz, O., Müller, K., Meyer, T., Watz, H., & Magnussen, H. (2011). Physical activity is the strongest predictor of all-cause mortality in patients with chronic obstructive pulmonary disease: a prospective cohort study. Chest. doi:10.1378/chest.10-2521

 

www.airplusr.fr

Le podomètre : se motiver pour bouger.

Le podomètre est un outil simple et léger qui mesure le nombre de pas effectués sur une journée ou plus. C’est un outil de mesure critiquable en terme de quantification de l’activité physique (AP). En revanche, il s’avère efficace pour aider les personnes à changer leurs habitudes en AP. Une revue systématique (revue de littérature qui recense la totalité des articles scientifiques disponibles et qui testent l’efficacité d’un traitement ou une hypothèse commune à travers un des analyses statistiques communes à toutes les études) de Bravata 2007 déclare cet outil comme efficace. L’augmentation moyenne sur l’ensemble des études est de 2491 pas par jour. Cette revue rassemble des travaux avec des adultes diabétiques, BPCO, cardiaques, obèses. Le fait de distribuer cet outil et de fixer des objectifs à ces personnes entraine une augmentation de 26,9% des pas quotidiens.

Comment expliquer ces résultats ? L’effet feedback ! Fixation d’objectifs personnalisés ! Vicariance, efficacité perçue ! On y reviendra dans des prochains articles.

La recommandation en terme de nombre de pas est de 10000 par jour. Mais plusieurs études soulignent l’intérêt de monter au de là des 11000 pour avoir un réel impact sur la santé physique et mentale ou de réaliser 3000 pas en 30 minutes par jour, 5 jours par semaine Marshall (2009).

A titre d’exemple : 10000 à 11700 pour les adolescents en surpoids (Adams 2009) et 11000 à 12000 pour les adultes en surpoids (Tudor-Locke et al 2008)

Cette petite machine a l’avantage d’être abordable, 1er prix vers 6-8 euros.

Adams et al., “Translating Physical Activity Recommendations for Overweight Adolescents to Steps Per Day,” American journal of preventive medicine 37, n°. 2 (Août 2009): 137-140.

Bravata et al., “Using pedometers to increase physical activity and improve health: a systematic review,” JAMA: The Journal of the American Medical Association 298, n°. 19 (Novembre 21, 2007): 2296-2304.

Marshall et al., “Translating physical activity recommendations into a pedometer-based step goal: 3000 steps in 30 minutes,” American Journal of Preventive Medicine 36, n°. 5 (Mai 2009): 410-415.

Tudor-Locke et al., “BMI-referenced cut points for pedometer-determined steps per day in adults,” Journal of Physical Activity & Health 5 Suppl 1 (2008): S126-139.