Archives par mot-clé : méta-analyse

Bouger plus pour mieux dormir la nuit suivante, ou le contraire ?

Par le passé, j’ai pu explorer les associations temporelles entre l’activité physique et différentes caractéristiques du sommeil chez les femmes ayant reçu un traitement pour un cancer du sein (Bernard et al., 2016). La question que l’on se posait était relativement simple : existe-t-il une relation statistique entre l’activité physique réalisée dans la journée et les caractéristiques du sommeil nuit suivante? Est-ce que caractéristiques du sommeil étaient associés à l’activité physique du lendemain?

Les résultats étaient complexes à interpréter car les associations variaient en fonction des caractéristiques du sommeil choisies, des directions, et des niveaux inter ou intra-individuels. D’autres études ont tenté de répondre à ces questions avec des méthodes similaires mais auprès d’adultes en santé, ou ayant un trouble du sommeil, ou d’âge avancé (voir les articles ici là aussi du blog).

Dans le cadre de la supervision d’étudiants à la maîtrise, j’ai eu la chance de pouvoir travailler avec S.Atoui sur la question des relations quotidiennes entre activité physique et paramètres du sommeil. Nous avons réuni un groupe composé de chercheurs et d’étudiants afin de réaliser la première revue systématique sur cette question. Le preprint de cette revue systématique est disponible ici, et a été accepté pour publication dans la revue Sleep Medicine Reviews (Atoui et al., 2020).

Nous avons donc inclus les articles qui quantifiaient les liens unis- ou bi-directionnels entre l’activité physique et le sommeil chez les adultes. Les études pouvaient être observationnelles ou interventionnelles. 33 études ont été identifiées dont 11 incluant uniquement des femmes, huit des personnes ayant un trouble du sommeil et trois les personnes aux prises avec un trouble mental. Les deux comportements été mesurés à l’aide d’un accéléromètre exclusivement dans des études.

Mesure du sommeil associé à l’activité physique du lendemain

  • 7/24 études ne retrouvaient pas de liens statistiques entre ces deux comportements
  • Six caractéristiques d’une sommeil faisaient l’objet d’analyses : l’efficience de sommeil, l’indice de fragmentation, la qualité du sommeil, le temps total éveillé, la durée totale de sommeil, le temps d’éveil après l’endormissement et la latence de sommeil

Mesure de l’activité physique associée temporellement au sommeil la nuit suivante

  • 13/27 études ne retrouvaient pas de lien statistiques entre ces deux comportements
  • L’activité physique était caractérisée selon la durée quotidienne d’activité physique à une intensité légère, modérée à vigoureuse ou encore la durée quotidienne activité physique totale.

L’analyse « qualitative » de ces associations s’est révélée compliquée du fait du nombre important de variables pour chaque comportement par étude, mais aussi des stratégies d’analyse statistique. En effet certaines études examinaient les associations uniquement un niveau inter-individuel, ou avec des analyses uniquement bi-variées (sans contrôle de variables confondantes).

Ayant anticipé ce problème, nous avions planifié de réaliser une série de méta-analyses. Afin de diminuer le nombre de tests à réaliser, nous n’avons pas pris en compte les différents indicateurs d’activité physique. Ces analyses ont été réalisées sur environ deux tiers des études, en différenciant les associations de niveaux inter et intra individuel. Parmi les 22 associations testées, uniquement 4 associations temporelles étaient significatives avec des niveaux d’association relativement faibles.

  • Un plus haut temps d’éveil après l’endormissement était associé à une plus faible activité physique le lendemain (niveau intra individuel)
  • une meilleure efficience de sommeil était associée à plus d’activité physique le lendemain (niveau inter individuel)
  • une meilleure qualité de sommeil était associée à plus d’activité physique le lendemain (niveau intra individuel)
  • un plus haut niveau d’activité physique était associé à une plus faible durée totale de sommeil la nuit suivante (niveau inter individuel)

Que retenir de ce travail de moine? Sur la base de nos analyses qualitatives et quantitatives, nous ne pouvons pas défendre l’hypothèse d’une relation bidirectionnelle entre l’activité physique et le sommeil à une échelle quotidienne.

Les résultats hétérogènes pourraient être expliqués par le fait que les associations testées pour être plus fortes à des échelles de temps différentes par exemple deux ou trois jours d’écart, voir une semaine. De plus, ces associations pourraient être impactées par des variables connues mais généralement peu utilisées dans les modèles statistiques : l’exposition à la lumière, la condition physique ou encore les bouffées de chaleur nocturne.

  • Atoui, S., Chevance, G., Romain, A.J., Kingsbury, C., Lachance, Bernard, P., 2020. Daily associations between sleep and physical activity: A systematic review and meta-analysis. Sleep Med. Rev.
  • Bernard, P., Ivers, H., Savard, M.-H., Savard, J., 2016. Temporal relationships between sleep and physical activity among breast cancer patients with insomnia. Health Psychol. Off. J. Div. Health Psychol. Am. Psychol. Assoc. 35, 1307–1315. https://doi.org/10.1037/hea0000408

Prévention des chutes chez les personnes âgées: rôle de l'enseignant en Activités Physiques Adaptées

Le British Medical Journal (dans se version open acess) a très récemment publié une méta-analyse réalisée par l’équipe de Patricia Dargent directrice de recherche INSERM au sein de l’Unité ” Centre de recherche en épidémiologie et santé des populations”.

Cette méta-analyse (en accès libre) est relayée dans les différents canaux d’informations scientifiques et médicaux. Les auteurs concluent à un effet préventif de l’exercice physique sur la chute chez les personnes âgées. Mais ce qui fait l’originalité du travail, c’est que ces résultats sont retrouvés pour deS chutes d’un niveau de gravité modéré à élevé (e.g., hospitalisation). Vous trouverez un communiqué de presse de l’INSERM qui « vulgarise » cette étude.

banksyL’objet de cet article de blog n’est pas présenter cette méta-analyse mais plutôt de d’illustrer la mesure qu’il faut prendre lorsqu’on aborde ce genre de travaux. Les auteurs soulignent dans leur travail que les programmes d’activité physique testés sont hétérogènes en terme de nature, durée, fréquence, intensité. Il apparaît alors difficile d’identifier les AP à utiliser avec les personnes âgées.

Mais le point le plus négatif du travail, reste la non présentation des taux d’adhésion (participation) aux programmes d’AP. Autrement dit, combien de séances ont été réalisées par les participants ?

Or un travail de Simek et al. 2012, nous amène à relativiser les résultats de El-Khoury et al. Simek et al. 2012 ont réalisé une méta-analyse explorant l’adhésion à des programmes d’AP à domicile ayant pour but la prévention des chutes. Ils révèlent que le pourcentage de participants ayant complétés la totalité du programme est de 21 % (95% CI 15 – 29). Cette méta-analyse incluait uniquement des essais randomisés contrôlés.

Même si ce travail est plus restrictif que celui de El-Khoury et al., il apparaît que la question de l’adhésion au programme d’AP chez des personnes âgées est une des problématiques principales de la prévention des chutes chez les personnes âgées. L’encadrement d’une pratique d’activités physiques adaptées à la sévérité des sujets âges, couplées à des approches motivationnelles spécifiques semble être un futur défi pour les Enseignants en APA.

En conclusion, les travaux comme celui de El-Khoury et al. sont nécessaires, utiles mais soyons lucides sur leurs limites et applicabilités. Cette équipe a aussi mis en place une étude en partenariat avec Siel Bleu (résultats ici).

Pour les APA :

Trop souvent, nous voyons encore des professionnels n’utilisant qu’un (pauvre) parcours moteur pour mobiliser les fonctions d’équilibration, de souplesse ou de renforcement musculaire. Or comme l’a rappelé JM Barbin lors de sa présentation au dernier congrès de la SOFMER (accessible en ligne), l’Enseignant APA possède une gamme de plusieurs type d’activités physiques (e.g., Activités athlétiques, Activités physiques artistiques, Activités de coopération et d’opposition) qu’il peut utiliser pour atteindre ses objectifs.

 Pour rappel, nous avions évoqué les 1er études qui exploraient les bénéfices du tango chez des adultes touchés par Alzheimer.

 Le monde des Activité Physiques Adaptées a besoin de développer des pratiques basées sur des résultats factuels tout en cultivant son savoir faire.

Fabienne El-Khoury, Bernard Cassou, Marie-Aline Charles, Patricia Dargent-Molina. The effect of fall prevention exercise programmes on fall induced injuries in community dwelling older adults: systematic review and meta-analysis of randomised controlled trials. 2013; 347 doi: http://dx.doi.org/10.1136/bmj.f6234 (Published 29 October 2013)

Simek EM, McPhate L, Haines TP. Adherence to and efficacy of home exercise programs to prevent falls: a systematic review and meta-analysis of the impact of exercise program characteristics. Prev Med. oct 2012;55(4):262‑275.