Archives par mot-clé : métiers du sport

6e année pour le blog !

simon 2Ce blog a évolué au cours de ces années avec un nombre d’articles plus ou moins important en fonction de mes tâches parallèles. Si je tente de résumer sa vocation, ce blog est une base d’informations pour les professionnels de la prévention, les Enseignants en Activité Physique Adaptée, les kinésiologues et plus globalement les professionnels de la santé. Les thématiques abordées sont: la question de la motivation à l’activité physique, de l’approche épidémiologique de l’activité physique et des relations (négative & positive) entre l’activité physique et la santé mentale avec parfois quelques articles de réflexion personnelle ou issus d’articles originaux.

Qu’est ce qui pourrait être mieux ? L’interaction avec les lecteurs et une diffusion plus importante des articles sur les réseaux sociaux. Peut être aussi que des demandes pourraient faire émerger des idées d’articles… et que de mon côté de je me penche sur la question de l’activité physique en Afrique.

Le blog étant basé dorénavant au Québec, et grandissant progressivement en terme d’audience, je mesure aussi qu’une de ses forces reste la langue française (voir par exemple, les articles de mars et octobre 2015 de recension de la littérature francophone glanée sur internet) facilitant la diffusion de résultats souvent anglophones.

Pour fêter cet anniversaire, rien de mieux que de poursuivre la question de l’activité physique adaptée en francophonie, mais en Suisse cette fois !

Moi ? Je fais beaucoup de sport, et je dis pas ça pour vous faire plaisir.

Tout d’abord qu’est que la désirabilité et l’approbation sociale ?

La désirabilité sociale, se définit comme « l’adéquation connue des comportements observés ou anticipés d’une personne aux motivations ou aux affects réputés des membres typiques d’un collectif social » [1]. L’approbation sociale est le « besoin d’obtenir une réponse positive dans une situation de test » [2].

Il y a une décennie, Adams et al. [3] publiaient une étude (en accès libre) ayant un impact important dans le domaine de l’activité physique (AP). Après avoir mesuré par questionnaire, les deux concepts de désirabilité et l’approbation sociale (qu’ils considéraient comme des traits de personnalité) chez 81 femmes, ils ont mis en place une évaluation de la dépense énergétique et de la durée de l’activité physique. Les techniques de l’eau doublement marquée et de l’actimétrie utilisées sur 14 jours étaient associées à des mesures d’activité physique déclaratives (un évaluateur contactait les participantes par téléphones pour les interroger sur leur activité physique de la veille et des 7 derniers jours).

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=aN7lt0CYwHg]

Par la suite, les chercheurs ont exploré statistiquement si la désirabilité et l’approbation sociale pouvaient expliquer l’écart entre la mesure objective et subjective de dépense d’énergie et de durée d’AP.

La désirabilité et l’approbation sociale sont significativement associées à l’écart de dépense énergétique. La désirabilité sociale est significativement associée à l’écart de durée d’AP modérée.  Les auteurs concluent que la désirabilité et l’approbation sociale pourrait influencer les mesures subjectives de l’activité physique.

Cette étude fait état de plusieurs limites, une faible taille d’échantillon composé uniquement de femmes, et peu de covariables étaient utilisées dans les analyses. Cependant, cette étude souligne les limites de la mesure de l’activité physique par interview ou questionnaire.

En terme pratique, les professionnels de l’activité physique doivent garder ces résultats à l’esprit et tenter de prévenir l’impact négatif de la désirabilité et l’approbation sociale dans leurs évaluations. Ces résultats n’ont (à ma connaissance) pas été reproduits dans le domaine de l’activité physique, mais par contre des résultats similaires sont publiés avec les questionnaires de nutrition [4].

Pour illustrer le présent article, une vidéo de promotion des activités physiques et sportives pour les femmes du Royaume-Uni. Comme souvent, en France, nous sommes à cents lieues de cela.

  1. Cambon L. Désirabilité sociale et utilité sociale, deux dimensions de la valeur communiquée par les adjectifs de personnalité. Rev Int Psychol Soc. 1 déc 2006;19(3):125‑51.
  2. Hebert JR, Ma Y, Clemow L, Ockene IS, Saperia G, Stanek EJ, et al. Gender differences in social desirability and social approval bias in dietary self-report. Am J Epidemiol. 15 déc 1997;146(12):1046‑55.
  3. Adams SA, Matthews CE, Ebbeling CB, Moore CG, Cunningham JE, Fulton J, et al. The Effect of Social Desirability and Social Approval on Self-Reports of Physical Activity. Am J Epidemiol. 15 févr 2005;161(4):389‑98.
  4. Van de Mortel T. Faking it: social desirability response bias in self-report research. Aust J Adv Nurs. 2008;25(8):40‑8.

Agenda, crayon, clavier, diaporama : les maîtres mots du début de l’année 2015 pour les Activités Physiques Adaptées.

1-Un an après quasi-jour pour jour, vous pouvez lire l’annonce du 2nd Congrès National des Professionnels des Activités PhysiquesCNP-APA 2015 Adaptées (CNP-APA) l’UFR SMBH de l’université Paris 13 à Bobigny. Une équipe plus étoffée travaille déjà à la seconde édition le 28-29 Mai 2015. Je l’ai souligné dans ma lettre ouverte aux acteThe_Congress_film_posterurs des APA, que ceux-ci n’écrivent, ne présentent, ne partagent pas assez leur expérience. Jusqu’au 15 Mars, proposez vos communications orales, vos ateliers pratiques, vos tables rondes entre professionnels, vos posters.
C’est peut être l’occasion de faire le point sur la législation, d’échanger avec un Enseignant-chercheur sur  les besoins d’outils validés, de questionner ce qui fait qu’un patient BPCO continue l’activité physique ou pas… ou d’utiliser votre droit à la formation continue. Vous pouvez toujours lire une des présentations de la première édition ici. Toutes les informations complémentaires sur le site du congrès.

2-Pour 2015, la revue Santé publique prépare un projet de numéro thématique qui sera dédié à : « Activités physiques & santé ». (Date limite d’envoi des déclarations d’intention : 6 mars 2015 – Date limite de dépôt des articles : 1erseptembre 2015).
Voici des extraits de l’appel à article :
« L’objectif de ce numéro thématique est de rassembler des contributions originales qui abordent les enjeux, débats et pratiques sur les rapportsSanté Publique entre activités physiques et santé. Il est attendu des articles de fond comme des retours d’expériences sur des pratiques innovantes.
Les approches pourront faire porter le focus sur la dimension territoriale où interviennent les professionnels de l’encadrement de l’activité physique et sportive, les professions médicales et paramédicales, l’offre de service des fédérations sportives et celle des entreprises. La mise au jour d’innovations locales sera particulièrement intéressante. La dimension nationale professions, instances de validation scientifique, organisations nationales et autorités de tutelle) est un terrain d’investigation tout aussi important car s’y jouent la reconfiguration des territoires professionnels ainsi que la pérennisation ou la fragilisation de groupes professionnels émergents. On pourra, ainsi, étudier les dynamiques professionnelles et sociales autour de l’activité physique pour la santé (enseignants en Activités Physiques Adaptées, éducateurs Sport –santé, etc.). ».

3-Pour terminer, la « traditionnelle » 13ème Journée des Activités Physiques Adaptées menée par les étudiants et professeurs du département «Activités Physiques Adaptées », de l’UFR STAPS se déroulera le Jeudi 9 Avril 2015. Le thème annoncé est : « Innovations Technologiques et Activités Physiques Adaptées ». Peu alléchant à mon goût, dans le contexte politique actuel d’autres thèmes semblaient prioritaires, mais attendons le programme pour me faire mentir.

N’hésitez pas à commenter les articles du blog.

Nouvelle collaboration du blog Activités Physiques Adaptées etc… avec le blog du GERAR !

GERAR

Après avoir proposé un article sur le Test de Marche de 6 minutes en Avril 2012, les collaborateurs du GERAR ont accepté un écrit qui traite de la question de la prescription du sport et de l’activité physique.

Prescrire l’activité physique, le sport : une impasse ?

Quoi ? Vous ne connaissez pas le blog GERAR ? Prenez le temps de vous perdre parmi les nombreux articles, vous allez apprendre de nombreuses choses et aiguiser votre analyse critique.

Quid des enseignants en activité physique adaptée dans les établissements de soins de suite et de réadaptation en 2013 ?

Une Lettre à la Rédaction est in press dans la revue Sciences et Sports : Quid des enseignants en activité physique adaptée dans les établissements de soins de suite et de réadaptation en 2013 ?

Voici le résumé :

Objectifs: Documenter le métier d’enseignant en activité physique adaptée (APA) dans les établissements de soins de suite et de réadaptation (SSR) et proposer des pistes d’améliorations afin de mieux structurer cette profession et le service rendu dans les établissements SSR.

Actualités: Les enseignants en APA interviennent dans les trois principaux axes de prise en charge proposés par les SSR (réentraînement à l’effort, éducation thérapeutique et soutien psycho-comportemental), ce qui constitue une caractéristique motivant leur recrutement pour les services des ressources humaines.

Perspectives et projets: Ce métier présente encore un certain nombre de limites organisationnelles, de problèmes de reconnaissance institutionnelle, et une hétérogénéité dans les formations universitaires diplômantes.

Conclusion: Si les enseignants en APA font partie intégrante de l’équipe pluridisciplinaire, il apparaît urgent d’inscrire ce métier dans les conventions collectives des établissements de santé et d’utiliser une seule dénomination pour définir ce métier.

Les auteurs sont Enseignants en APA en SSR, Réseau de Santé et chercheurs dans des laboratoires universitaires pour certains.

 Avis

Clairement, c’est le type d’article dont les EAPA ont besoin. Un article qui peut faire référence pour les professionnels, les décideurs et les étudiants. On peut presque dire : « Enfin ! ». Il est toujours étonnant du peu de culture de l’écrit qu’ont les professionnels APA.

Cet article éclaircit quelques points non négligeables : les APA portent uniquement sur la prévention secondaire et tertiaire, il différencie les niveaux de formations et leurs compétences, présente la circulaire du 03 oct 2008.

La lecture du début de cet article, nous fait craindre une vision médicale de l’APA. Or le point 4.1 souscrit à l’idée que les recommandations des sociétés savantes sont des guides d’optimisation et de gestion des risques liés à l’activité physique mais que le rôle de l’EAPA est aussi de travailler à l’observance (que je renommerai par adhésion) pendant et post traitement, à la prise de plaisir du patient durant les séances et au développement d’une activité physique liée à une participation sociale à long terme. Dernier point, ils soulignent le besoin de renforcer les liens entre le monde universitaire et celui de la santé et interpellent le lecteur sur l’hétérogénéité des formations APA qui défavorise les étudiants.

Cet article fait aussi l’état de quelques points discutables. Ceux-ci utilisent le terme de concertation entre médecin et EAPA. L’article n’insiste pas assez sur le place de l’EAPA dans une visée pluri et multidisciplinaire en SSR. Les points de vue sont parfois plus partisans que scientifiques : Les activités physiques adaptées ont fait la preuve de leur efficacité en matière de santé [13] and [14]. Des explications sur l’éducation thérapeutique semblent nécessaires, a-t-on réellement l’obligation de se former à l’ETP, lorsqu’on a un Master APA et un mémoire professionnel sur le changement de comportement à l’AP chez le malade chronique ? Les auteurs présentent les travaux d’Ekkakis sur le plaisir perçu. Malgré ces revues de littérature, les études en population clinique sont peu nombreuses.

 Vous l’aurez compris, foncez lire cet article et faîtes le connaître. Pour conclure avec une phrase de l’article :

“Le processus d’intégration des enseignants en APA dans le domaine de la santé est engagé et ne reviendra pas en arrière.”