Archives par mot-clé : motivation

Payer les gens pour qu'ils bougent, cela marche ?

Basé sur les principes du conditionnement opérant ou de l’économie comportementale, des études ont exploré l’efficacité de récompenses matérielles ou financières dans le domaine de la perte de poids, du sevrage tabagique ou de la prise d’un traitement.

Qu’en est-il dans le domaine de l’activité physique (AP) ?

Kelley Strohacker a publié une revue systématique à ce sujet en 2014. Dix études ont été retrouvées.

dollarsLes auteurs ne peuvent conclure clairement, car le nombre d’études est faible et celles-ci sont très hétérogènes. Les récompenses matérielles ou financèrent semblent augmenter légèrement le nombre de sessions d’AP effectués par les sujets.

Voici quelques exemples :

Chez des adultes obèses, les investigateurs rémunéraient les séances de marche : ($1 par marche pour les 25 marches, $1.50 par marche pour les 50 suivantes marches, $2 par marche f pour les 50 suivantes marches, et $3 par les autres marches) pour le groupe expérimental. Le groupe contrôle ne recevait aucune indemnités. Résultats, l’adhésion aux séances était doublée pour le groupe rémunéré mais déclinait tout de même avec le temps.

Deux études ont testé la récompense de 5km (évalué par accéléromètre) de marche par une heure de télévision chez des enfants.

Une étude testait le principe de l’accès à une loterie pour le groupe expérimental, dont les objets à gagner avait une valeur croissante avec l’avancée du programme d’AP. Aucune différence significative a été retrouvée.

Parmi les 10 études, la moyenne des prix de loterie était de 809$ (SD ±1,440.21; range, $59–2,969). pour l’argent, la moyenne des paiements hebdomadaires était de $20.75 (SD=$14.25; range, $2.80–38.10).

Cette revue de littérature offre deux perspectives. Cela permet de rappeler au lecteurs d’études interventionnelles centrées sur l’AP de toujours garder à l’esprit de rechercher dans les articles si les sujets sont rémunérés pour leur participation. Ainsi, des sujets rémunérés semblent plus adhérer, ainsi il y a souvent un écart de participation entre ces études et la réalité des l’encadrement de l’AP.

Deuxièmement, plusieurs plans nationaux abordant l’AP à des fins de santé publiques abordait la question du remboursement de séances ou de licences fédérales. A la vue des résultats de la présente revue, on peut s’interroger sur la relative efficacité de telles mesures.

Strohacker K et al. The Impact of Incentives on Exercise Behavior: A Systematic Review of Randomized Controlled Trials ? Annal of Behavioral. Medicine. doi 10.1007/s12160-013-9577-4

L'activité physique chez les sujets BPCO post-réadaptation ?

Le maintien de l’activité physique après une prise en charge dans un centre de Soins de Suite et de Réadaptation est enjeu majeur pour les sujets touchés par une broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO). Un précédent article du blog soulignait qu’un faible niveau d’AP chez les adultes BPCO était associé à une mortalité accrue.

En effet, si pendant de nombreuses années, la recherche clinique s’est uniquement centrée sur l’identification des caractéristiques des programmes de réadaptation les plus efficaces, la problématique majeure reste les changements de comportement des patients (adhésion au traitement, gestion des symptômes et surtout l’activité physique-(AP)).

L’étude de Soicher et al. (2012) tentait d’identifier les trajectoires en terme d’AP des patients BPCO à la sortie d’un programme de réadaptation (4 semaines en centre + 8 semaines, 3 séances/sem à domicile ou en centre) (1).

Methode

Les sujets étaient encouragés tous les 2 mois par téléphone à rester actif physiquement.

L’évaluation de l’AP a été réalisée à 4,6,8 et 12 mois post-réadaptation en utilisant un questionnaire. Les chercheurs ont aussi utilisé les données initiales afin d’identifier les facteurs associés aux trajectoires identifiées.

Résultats

3 trajectoires sont identifiées : Haut niveau d’AP entre 4 et 12 mois (n=61) – Faible niveau d’AP entre 4 et 12 mois (n=114) – Haut niveau d’AP à 4 mois déclinant jusque 12 (n=31).physical activity and COPD

Les facteurs associés à ces trajectoire sont les suivants : le passé en terme d’AP, la distance au test de marche de 6 minutes et les barrières perçues à l’AP.

Discussion

Cette étude souligne les limites des effets des programmes de réadaptation sur le comportement de santé : AP à long terme. Le message est assez clair, la prise en charge par l’AP durant ces programme doit viser une augmentation des capacités fonctionnelles mais surtout aider les sujets BPCO à préparer leur changement de comportement en terme d’AP.

(un précédent article souligne cette complexité). De ce fait, la construction des équipes Activités Physiques Adaptées (APA) au sein de ces structures devrait se baser sur des Enseignants APA et sur des coordinateurs APA, formés au conseil motivationnels et à l’utilisation d’outils adaptés aux patients.

Dans une perspective plus large, cette étude illustre les besoins de formation en psychologie de la motivation des étudiants STAPS APA.

Article en accès libre.

Pourquoi les personnes traitées pour un cancer font (ou pas) de l’activité physique ? (2)

Dans la suite du précédent article, examinons aujourd’hui une étude de Courneya et al. (2009) (1). Celle-ci explore les facteurs prédicteurs de l’activité physique (AP) 6 mois après avoir participé à un programme d’AP (étude START) (2) durant un traitement par chimiothérapie chez des femmes traitées pour un cancer du sein.

Brièvement, l’essai clinique START comparait un programme d’AP aérobie supervisé (n=82), versus AP de renforcement musculaire (n=82) versus soins courants (n=78). Les sujets étaient évalués pré-post-intervention puis recontacter par questionnaire 6 mois après la fin de leur programme.  Les auteurs souhaitaient identifier les facteurs les plus associés à un pratique d’AP répondant aux recommandations, soit en terme d’AP aérobie, d’endurance ou les deux.

Théorie Comportment PlannifiéLes potentiels prédicteurs étaient les suivants :

Démographiques (i.e., age, statut marital, niveau scolaire, revenus, emploi)

Médicaux (i.e., stade du cancer, type de chirurgie, type de chimiothérapie, durée, dose)

Comportementaux (statut tabagique, niveau d’AP précédent l’étude)

Condition physique* (Vo2pic, (IMC)

Psychologiques* (qualité de vie spécifique au cancer, fatigue perçue, estime de soi, dépression, anxiété)

Motivationnels (basé sur la Théorie du Comportement Planifié : motivation, contrôle perçu, attitude instrumentale, attitude affective, norme subjective) (3) (plus d’info ici). La mesure d’AP à 6 mois était auto-rapportée à l’aide du questionnaire de Godin modifié.

Résultats

83 % des participantes ont répondu à 6 mois. 42 % des sujets avaient un niveau d’AP inférieur aux recommandations.

Les analyses multivariées ont identifiées 7 variables explicatives de l’AP à 6 mois : un jeune age, un niveau de pratique d’AP suffisant pré-intervention, une chirurgie conservatrice, l’amélioration de la force, une fatigue perçue faible en fin d’intervention, une attitude positive augmentée et un IMC plus faible.

Discussion

De part l’ensemble et la nature des variables prises en compte, cette étude reste réellement pertinente. Les résultats soulignent les impacts de facteurs dits non modifiables (e.g., niveau de pratique d’AP suffisant pré-intervention), d’autres réellement associés à l’AP (e.g., le gain de force) et d’autres plus associé à une caractéristique individuelle et ou une modifiée par l’intervention (e.g., l’attitude).ballen

Mais le plus grand intérêt de ce type d’investigation réside dans les variables non prédictives. Ainsi, la dépression, la qualité de vie, la VO2 pic ne semblent pas associés à l’AP. Dans ce cadre, cette étude amène à une réflexion sur les réels objectifs d’un programme d’AP durant un traitement pour le cancer. Point de vue physiologiste versus psychologique ? Ou doit-on absolument obtenir un gain de force, de VO2 ou de la qualité de vie ?

Ma réponse, les deux !!! En effet, une (sur)interprétation de ces résultats amènent à penser qu’une prise en charge par un Enseignant en Activités Physiques Adaptées en Oncologie doit réellement permettre aux patients une amélioration de sa condition physique ainsi que lui apporter une aide pour identifier ses ressources psychologiques/environnementales à la pratique d’AP. Cela nécessite une approche complexe du patient, des ressources pédagogiques importantes de la part de l’EAPA, et des outils d’évaluation adéquats. (voir précédents articles du blog sur cette thématique ici, )

* utilisation de la différence entre sortie et l’inclusion comme valeur prédictive

 1. Courneya KS, Friedenreich CM, Reid RD, Gelmon K, Mackey JR, Ladha AB, et al. Predictors of follow-up exercise behavior 6 months after a randomized trial of exercise training during breast cancer chemotherapy. Breast Cancer Res Treat. mars 2009;114(1):179‑187.

2. Courneya KS, Segal RJ, Mackey JR, Gelmon K, Reid RD, Friedenreich CM, et al. Effects of aerobic and resistance exercise in breast cancer patients receiving adjuvant chemotherapy: a multicenter randomized controlled trial. J Clin Oncol Off J Am Soc Clin Oncol. 1 oct 2007;25(28):4396‑4404.

3. Coutu M-F, Dupuis GH, Marchand A, O’connor K, Trudel G, Bouthillier D. Adoption et maintien des habitudes comportementales saines : Recension des modeles explicatifs. Rev Francoph Clin Comport Cogn. 5(2):23‑35.

Pourquoi les personnes traitées pour un cancer font (ou pas) de l'activité physique ? (1)

Ces derniers temps, les publications scientifiques aidant, l’intérêt des chercheurs, médecins, oncologues et Enseignants en Activités Physiques Adaptées (APA) s’est accru envers les personnes traités pour différents types de cancer (e.g. sein, prostate, poumon…). Ce blog a déjà traité cette thématique en 2011 et 2012.

Si la littérature anglophone (1–3) et même francophone (4) présente les effets bénéfiques et caractéristiques de l’exercice physique pour les personnes traitées pour un cancer ou en rémission, les études qui portent sur les facteurs motivationnels, individuels qui sont associés ou non à ces effets le sont moins. Lorsqu’on porte son attention sur les changements d’habitude de vie, de comportement de santé à long terme chez ses patients peu d’informations sont disponibles.

cancer et sportJ’entame ici une série d’article traitant de ces derniers points. La méthode est habituelle : présenter des articles choisis pour leur originalité et ou résultat(s).

Rhodes et al. (2001) (5) ont porté leur intérêt sur les possibles relations entre les traits de personnalité et l’intention de participer à l’activité physique au sein d’un échantillon de femmes ayant été traitées pour un cancer du sein. Le plan de l’étude était transversal et celle-ci incluait 175 sujets.

Les auteurs ont utilisé le modèle dit du « Big Five » (6), ce modèle postule de l’existence de cinq grands facteurs qui déterminent plus ou moins les traits de personnalité de chacun(e). Ces 5 traits sont présentés et définis ci-après : Extraversion (E) (implique une approche enthousiaste du monde matériel et social incluant des traits comme la sociabilité, l’action, l’affirmation de soi et les émotions positives); Agréabilité, (A) (tendance à être compatissant et coopératif plutôt que soupçonneux et antagonique envers les autres) ; Caractère consciencieux (C) (autodiscipline, respect des obligations, organisation plutôt que spontanéité ; orienté vers des buts); Névrosisme (N) (contraire de stabilité émotionnelle : tendance à éprouver facilement des émotions désagréables comme la colère, l’inquiétude ou la dépression, vulnérabilité); Ouverture (O) (largeur, la profondeur, l’originalité et la complexité de la vie mentale et des expériences de l’individu).

Le Névrosisme est le trait associé au niveau d’intention le plus faible. L’Agréabilité et la Caractère consciencieux sont, eux, associés avec une intention ou une pratique d’activité physique déclarée. Les autres traits ne semblent pas être associés.

Cette étude était une des premières à souligner que les traits de personnalité, un déterminant individuel, peuvent un facteur explicatif de la pratique d’AP post-traitement cancer. Cette étude simple a été répliquée par la suite avec des plans d’études plus rigoureux. L’identification progressive de ces facteurs est majeure dans la compréhension des effets de l’AP, de l’adhésion/abandon aux programmes proposés, des comportements de santé post-traitement.

<!–
1. Courneya KS, Friedenreich CM. Physical Activity and Cancer: 186. 1st Edition. Springer; 2010.
2. Carayol M, Bernard P, Boiché J, Riou F, Mercier B, Cousson-Gélie F, et al. Psychological effect of exercise in women with breast cancer receiving adjuvant therapy: what is the optimal dose needed? Ann Oncol. 2 janv 2013;24(2):291‑300.
3. Courneya KS, Mackey JR, Bell GJ, Jones LW, Field CJ, Fairey AS. Randomized controlled trial of exercise training in postmenopausal breast cancer survivors: cardiopulmonary and quality of life outcomes. J Clin Oncol Off J Am Soc Clin Oncol. 1 mai 2003;21(9):1660‑1668.
4. Carayol M. Le rôle de l’activité physique dans la prévention tertiaire du cancer. J Pharm Clin. 1 mars 2013;32(1):23‑30.
5. Rhodes RE, Courneya KS, Bobick TM. Personality and exercise participation across the breast cancer experience. Psychooncology. 2001;10(5):380‑8.
6. McCrae RR, John OP. An Introduction to the Five-Factor Model and Its Applications. J Pers. 1992;60(2):175‑215.
 
 

Prévention des chutes chez les personnes âgées: rôle de l'enseignant en Activités Physiques Adaptées

Le British Medical Journal (dans se version open acess) a très récemment publié une méta-analyse réalisée par l’équipe de Patricia Dargent directrice de recherche INSERM au sein de l’Unité ” Centre de recherche en épidémiologie et santé des populations”.

Cette méta-analyse (en accès libre) est relayée dans les différents canaux d’informations scientifiques et médicaux. Les auteurs concluent à un effet préventif de l’exercice physique sur la chute chez les personnes âgées. Mais ce qui fait l’originalité du travail, c’est que ces résultats sont retrouvés pour deS chutes d’un niveau de gravité modéré à élevé (e.g., hospitalisation). Vous trouverez un communiqué de presse de l’INSERM qui « vulgarise » cette étude.

banksyL’objet de cet article de blog n’est pas présenter cette méta-analyse mais plutôt de d’illustrer la mesure qu’il faut prendre lorsqu’on aborde ce genre de travaux. Les auteurs soulignent dans leur travail que les programmes d’activité physique testés sont hétérogènes en terme de nature, durée, fréquence, intensité. Il apparaît alors difficile d’identifier les AP à utiliser avec les personnes âgées.

Mais le point le plus négatif du travail, reste la non présentation des taux d’adhésion (participation) aux programmes d’AP. Autrement dit, combien de séances ont été réalisées par les participants ?

Or un travail de Simek et al. 2012, nous amène à relativiser les résultats de El-Khoury et al. Simek et al. 2012 ont réalisé une méta-analyse explorant l’adhésion à des programmes d’AP à domicile ayant pour but la prévention des chutes. Ils révèlent que le pourcentage de participants ayant complétés la totalité du programme est de 21 % (95% CI 15 – 29). Cette méta-analyse incluait uniquement des essais randomisés contrôlés.

Même si ce travail est plus restrictif que celui de El-Khoury et al., il apparaît que la question de l’adhésion au programme d’AP chez des personnes âgées est une des problématiques principales de la prévention des chutes chez les personnes âgées. L’encadrement d’une pratique d’activités physiques adaptées à la sévérité des sujets âges, couplées à des approches motivationnelles spécifiques semble être un futur défi pour les Enseignants en APA.

En conclusion, les travaux comme celui de El-Khoury et al. sont nécessaires, utiles mais soyons lucides sur leurs limites et applicabilités. Cette équipe a aussi mis en place une étude en partenariat avec Siel Bleu (résultats ici).

Pour les APA :

Trop souvent, nous voyons encore des professionnels n’utilisant qu’un (pauvre) parcours moteur pour mobiliser les fonctions d’équilibration, de souplesse ou de renforcement musculaire. Or comme l’a rappelé JM Barbin lors de sa présentation au dernier congrès de la SOFMER (accessible en ligne), l’Enseignant APA possède une gamme de plusieurs type d’activités physiques (e.g., Activités athlétiques, Activités physiques artistiques, Activités de coopération et d’opposition) qu’il peut utiliser pour atteindre ses objectifs.

 Pour rappel, nous avions évoqué les 1er études qui exploraient les bénéfices du tango chez des adultes touchés par Alzheimer.

 Le monde des Activité Physiques Adaptées a besoin de développer des pratiques basées sur des résultats factuels tout en cultivant son savoir faire.

Fabienne El-Khoury, Bernard Cassou, Marie-Aline Charles, Patricia Dargent-Molina. The effect of fall prevention exercise programmes on fall induced injuries in community dwelling older adults: systematic review and meta-analysis of randomised controlled trials. 2013; 347 doi: http://dx.doi.org/10.1136/bmj.f6234 (Published 29 October 2013)

Simek EM, McPhate L, Haines TP. Adherence to and efficacy of home exercise programs to prevent falls: a systematic review and meta-analysis of the impact of exercise program characteristics. Prev Med. oct 2012;55(4):262‑275.