Archives par mot-clé : palliatif

L'activité physique adaptée a-t-elle une place dans les soins palliatifs en oncologie ?

Speed-Andrews & Courneya ont redigé un chapitre centré sur les effets de l’activité physique pré-sous-post traitement pour cancer dans l’ouvrage dirigé par Acevedo et al. (1) (déjà utilisé pour l’article sur le modèle écologique de l’activité physique (AP). Dans une sous-partie, ils abordent la question de la fin de vie et de la possibilité d’intervention en APA en soins palliatifs. Il m’apparaît essentiel de retranscrire cette partie, peu traitée dans la littérature.invasion

L’objectif des soins palliatifs sont le maintien dans le temps de la qualité de vie ainsi que la diminution/gestion des symptômes liés au cancer (OMS).

Speed-Andrews & Courneya soulignent que la littérature scientifique qui se centre sur ce sujet repose sur très peu d’études. Oldervoll et al. 2005 montre que 63 % de sujets interrogés ayant une espérance de vie entre 3 & 12 mois (déterminée par un clinicien) seraient intéressés pour participer à un programme structuré et supervisé d’AP. Une première revue systématique de la littérature en 2009 sur sujet a identifié six études (principalement des études pilotes ou de cas). Celles-ci soulignent la faisabilité et la bonne adhésion à des programmes d’activité physique en soins palliatifs. L’unique essai randomisé contrôlé démontrait une diminution beaucoup plus progressive du bien-être et de la fatigue parmi les sujets du groupe AP.

Les auteurs concluent à la faisabilité de l’AP en soins palliatifs mais soulignent qu’aucune conclusion ne peut être établie sur les potentiels effets bénéfiques de l’AP chez les personnes touchées par un cancers non traitables.

Une brève recherche dans la littérature actuelle (2–4) montre que deux essais cliniques ont en cours (5,6) et qu’un seul a été publié depuis 2013. Une étude pilote comparaient un programme d’AP aérobie versus renforcement musculaire chez des adultes traités par une chimiothérapie palliative (pour cancer gastro-intestinal) (n=26) (7). Les investigateurs concluent à la faisabilité de l’AP et à une possible amélioration des symptômes psychologiques liés au cancer.

Il y a donc un manque cruel de recherche dans ce domaine pour « réellement » établir l’intérêt de l’activité physique dans le domaine des soins palliatif en oncologie.

  • 1. Acevedo EO, editor. The Oxford Handbook of Exercise Psychology. New York: Oxford University Press; 2012. 544 p.
  • 2. Lowe SS, Danielson B, Beaumont C, Watanabe SM, Baracos VE, Courneya KS. Associations between objectively measured physical activity and quality of life in cancer patients with brain metastases. J Pain Symptom Manage. 2014 Sep;48(3):322–32.
  • 3. Lowe SS, Danielson B, Beaumont C, Watanabe SM, Baracos VE, Courneya KS. Correlates of objectively measured sedentary behavior in cancer patients with brain metastases: an application of the theory of planned behavior. Psychooncology. 2014 Jul 29;
  • 4. Bigum LH, Spielmann ME, Juhl G, Rasmussen A. A qualitative study exploring male cancer patients’ experiences with percutaneous nephrostomy. Scand J Urol. 2015 Apr;49(2):162–8.
  • 5. Zimmer P, Jäger E, Bloch W, Zopf EM, Baumann FT. Influence of a six month endurance exercise program on the immune function of prostate cancer patients undergoing Antiandrogen- or Chemotherapy: design and rationale of the ProImmun study. BMC Cancer. 2013;13:272.
  • 6. Jensen W, Oechsle K, Baumann HJ, Mehnert A, Klose H, Bloch W, et al. Effects of exercise training programs on physical performance and quality of life in patients with metastatic lung cancer undergoing palliative chemotherapy–a study protocol. Contemp Clin Trials. 2014 Jan;37(1):120–8.
  • 7. Jensen W, Baumann FT, Stein A, Bloch W, Bokemeyer C, de Wit M, et al. Exercise training in patients with advanced gastrointestinal cancer undergoing palliative chemotherapy: a pilot study. Support Care Cancer Off J Multinatl Assoc Support Care Cancer. 2014 Jul;22(7):1797–806.