Archives par mot-clé : personnes âgées

Un document exceptionnel : Directives canadiennes en matière d'activité physique

Un livret de 32 pages comprend les huit Directives canadiennes en matière d’activité physique et Directives canadiennes de comportement sédentaire. Il est en ligne et en français (Directive activité physique canada Francais 2013). Il est construit pour aider des personnes de tous les âges à établir un plan pour une vie active au quotidien.

Sa lecture rappelle trop la faiblesse de la promotion de l’activité physique en France. Mais une fois passée cette petite amertume, on s’aperçoit très vite de qualité du document et de son potentiel dans la cadre d’un suivi en activité physique adapté. Il est produit par la Société canadienne de physiologie de l’exercice (SCPE).

Ces proposition d’emploi du temps en terme d’activité physique avec une entrée par âge est fabuleux !!! De plus, il intègre des messages pour lutter contre la sédentarité. C’est donc un document à lire, télécharger, faire connaître, afficher, diffuser.Activité Physique Santé

«Promotion de l’activité physique chez les personnes âgées» en France ? Non c'est suisse !

Pendant que l’on voit fleurir, en France, des articles de presse qui jouent les effets d’annonce sur la prescription du sport ou de l’activité physique, ou alors que l’on vend du sport santé avec tout et n’importe quoi, nos voisins suisses ont publié un très bon document en 2011.

Je présente dans ce court article le projet «Bonnes pratiques de promotion de la santé des personnes âgées: Promotion de l’activité physique» mené par Laurence Seematter-Bagnoud, Raphaël Bize et Désirée Mettler.

Ce travail repose notamment sur trois recherches de littérature distinctes :
1. interventions d’activité physique menées chez les personnes âgées robustes
2. interventions d’activité physique menées chez les personnes âgées vulnérables ou
dépendantes
3. promotion de l’activité physique intégrée à la vie quotidienne des personnes âgées

Ce document répond simplement et de manière argumentée aux questions suivantes:

Quel type d’activité physique faut-il proposer aux personnes âgées ?
Quelles doivent être la fréquence et la durée des séances, les exercices et leur intensité ?
Dans quels lieux proposer une intervention ? en groupe vs en solo ?
Qui supervise les séances, avec quelle formation ?
Quelles stratégies de motivation/encouragement/soutien ?
Quelle adaptation en fonction de l’état de santé?
Quelle information aux participants au sujet des risques éventuels ?
Activité physique intégrée aux activités quotidiennes :
Quelles interventions sont efficaces ?

Quelques images ci dessous issues de document.

Proposer des activités physiques au plus de 65 ans.

L’étude de cohorte 3C explore les facteurs vasculaires et le risqué de démence chez des individus de plus de 65 ans non institutionnalisés habitant dans l’une de ces trois villes : Bordeaux, Dijon et Montpellier Cette étude est portée par l’Université de Bordeaux et plusieurs équipes INSERM (site internet de l’étude).

Un article vient d’être publié à partir d’une partie données de cette cohorte (2 villes, 4848 sujets) (Bazin et al. 2011). L’objectif était d’explorer l’association entre prise de benzodiazépine (au moins une prise dans le mois précédent l’entretien) et activités de loisirs (activité mentale, sociale, physique, passive, productive, récréative) en contrôlant les facteurs confondants.

Les benzodiazépines sont des hypnotiques qui sont prescrits dans le cadre de troubles anxieux et de troubles du sommeil. Cette catégorie de traitement souvent prise sur le long terme, ce qui peut engendrer des effets négatifs (e.i. tolérance…) chez les plus de 65 ans (plus d’info ici et ).

 18% des sujets reportent un usage de benzodiazépine. Ces sujets sont le plus souvent des femmes, des personnes de plus de 75 ans et consultent plus leur médecin traitant. Ils obtiennent des scores plus élevés aux échelles de dépression, d’anxiété et de troubles du sommeil. En revanche, aucune différence est retrouvée en terme de troubles cognitifs, de niveau d’éducation et de réseau social.

L’usage de benzodiazépine est associée avec une faible ou une absence de participation à une activité mentale OR = 1.31 (95% CI: 1.09 to 1.58), une activité physique OR = 1.50 (CI: 1.12 to 2.03), activité productive OR = 1.28 (CI: 1.05 to 1.55) et une activité récréative OR = 0.82 (CI: 0.69 to 0.97). Les sujets de plus de 65 ans faisant état d’activités de différentes natures à une fréquence raisonnable consomment moins de benzodiazépine.

Intérêts : données sur un échantillon francophone, souligne l’intérêt de mettre en place des activités de sollicitation des plus de 65 ans.

Limites : données transversales, mesure et classification des différents types d’activités sont assez arbitraires et peu étayées.

 Commentaires : cet article souligne à nouveau l’intérêt de valoriser les activités chez les plus de 65 ans. L’activité physique a un rôle majeur car ses bénéfices sont systémiques : dépression, cognition, estime de soi, qualité de vie, prévention des troubles de l’équilibre. Ces résultats sont à mettre en lumière avec les travaux sur la cohorte européenne SHARE et les travaux, notamment de Stéphane Adam sur l’âge du départ à la retraite et les activités post-retraite.

Bazin et al. 2011. Engagement in leisure activities and benzodiazepine use in a French community-dwelling elderly population. International Journal Geriatric Psychiatry.

Les activités psychosociales stimulantes de groupe améliorent la cognition chez les personnes âgées souffrant de solitude

Une fois n’est pas coutume, un autre blog décrit un article que je souhaitais aborder dans ce blog.

Des activités psychosociales stimulantes de groupe améliore la cognition chez les personnes âgées souffrant de solitude (Pitkala et al. 2011).

Ajouté à l’intervention psychosociale, on trouvait un atelier écriture, un atelier art et un atelier activité physique. Cette étude est un bel exemple d’approche multidisciplinaire qui peut être développé dans les établissements accueillant des personnes âgées.

Une étude assez proche des résultats du mémoire de Y.Rotin, présentés ici.

Effects of socially stimulating group intervention on lonely, older people’s cognition: a randomized, controlled trial / Pitkala KH, Routasalo P, Kautiainen H, Sintonen H, Tilvis RS. — Am J Geriatr Psychiatry. 2011 Jul;19(7):654-63.

Activité Physique Adaptée pour des sujets Parkinsoniens: le Tango

En échos à une présentation d’un article de la revue Science dans ce blog, mettant en avant l’impact de la danse dans la prévention des troubles Alzheimer chez les personnes âgées (ici) voici un article de l’American Journal Dance Therapy. Madeleine Hachney a publié en 2010, un article qui recense les modalités de propositions et les modalités de prise en charge par le Tango de sujets Parkinsoniens. Les études explorant les bénéfices du tango pour ce type de public sont en nombre croissant (voir la biblio en fin d’article) : équilibre, chute, vitesse du mouvement et contrôle postural, qualité de vie et ressources sociales.

  Hackney M, Earhart G. Recommendations for Implementing Tango Classes for Persons with Parkinson Disease. American Journal Dance Therapy (2010)

Recommandations :

Prévenir avant tout la chute

Séances encadrées par un professionnel formé

Séances de maximum 90 minutes par session de 10 minutes

Un programme d’une heure, 2 fois par semaine sur 10 semaines obtiennent de bons résultats

Explication sur l’adaptation d’exercice spécifique molinete, cruzada, corte, amargue, parada, mordita and barrida.

Groupe de maximum 12 personnes

L’auteure propose même une structure de séance avec objectifs et tâches (exemple ci-dessous).

 

Sans être un spécialiste du Tango, ni des sujets Parkinsoniens, cet article est un modèle de ce qu’on devrait lire au niveau des Activités Physiques Adaptées francophones. 

Ci dessous, une vidéo d’illustration d’un programme de tango chez des personnes touchées par Parkinson.

[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=TZJloGxgcVI]

Hackney, M. E., & Earhart, G. M. (2009a). Short duration, intensive tango dancing for Parkinson disease: An uncontrolled pilot study. Complementary Therapies in Medicine, 17(4), 203–207.
Hackney, M. E., & Earhart, G. M. (2009b). Effects of dance on movement control in Parkinson’s disease: A comparison of Argentine tango and American ballroom. Journal of Rehabilitation Medicine, 41(6), 475–481.
Hackney, M. E., & Earhart, G. M. (2009c). Health-related quality of life and alternative forms of exercise in Parkinson disease. Parkinsonism & Related Disorders, 15(9), 644–648.
Hackney, M. E., & Earhart, G. M. (2009d). Effects of dance on gait and balance in Parkinson disease: A comparison of partnered and non-partnered dance movement. Neurorehabilitation & Neural Repair. doi:10.1177/1545968309353329.
Hackney, M. E., & Earhart G. M. (2009e). Effects of dance on balance and gait in severe Parkinson disease: A case study. Disability & Rehabilitation (in press).

McKinley, P., Jacobson, A., Leroux, A., Bednarczyk, V., Rossignol, M., & Fung, J. (2008). Effect of a community-based Argentine tango dance program on functional balance and confidence in older adults. Journal of Aging & Physical Activity, 16(4), 435–453

Hackney, M. E., Kantorovich, S., & Earhart, G. M. (2007a). A study on the effects of Argentine tango as a form of partnered dance for those with Parkinson disease and healthy elderly. American Journal of Dance Therapy, 29(2), 109–127.