Archives par mot-clé : plaisir

L'intensité "auto-choisie", "libre", ouvre de nouvelles portes dans le champ de l’exercice physique et de la psychiatrie

De nombreux articles du blog décrivent des études portant sur les effets ou relation entre l’exercice physique ou l’activité physique et la dépression. Dans le cadre précis de la recherche clinique centrée sur l’efficacité de l’AP dans le traitement des épisodes dépressifs majeurs, un nombre important d’études ont menées avec des résultats (dans l’ensemble) positifs. Par la suite, plusieurs chercheurs ont voulu valoriser les type d’EP utilisés (ex : la marche) ou les intensités d’effort (ex : 85% VO2max) ou des programmes spécifiques (ex : haute intensité d’effort fractionnée…).Borg scale

Cependant, en parallèle, un courant a vu le jour en science de l’exercice, décrivant la possibilité de cibler des intensités d’effort non plus « physiologiques » mais « psychologiques ». Ainsi des études sont menées chez des adultes en santé ou des touchés par un trouble physique modéré où on leur demande de par exemple, pédaler à une vitesse où ils ont du plaisir, ou il ne se sente pas trop fatiguée, ou qui leur va. Ces quelques lignes simplifient énormément le propos, mais les curieux peuvent aller lire des écrits (en accès libre) de Pantelis Ekkekakis, un pionnier dans ce domaine.

Un récent article a attiré mon attention sur sujet, car il développe cette idée dans le cadre des troubles dépressifs majeurs avec une méthode sérieuse (Doose et al., 2015). En effet, une équipe allemande a évalué l’effet d’un programme d’exercice physique à intensité « auto-choisie », « libre». L’étude décrit un essai randomisé contrôlé, EP versus liste d’attente.

Le programme testé durait 8 semaines, 3 fois par semaine, avec des séances supervisées d’une heure de groupe en extérieur en forêt encadrées par des professionnels du sport. Les participants courraient ou marchaient en choisissant l’intensité d’effort (évaluée par l’échelle qui illustre l’article) en fonction de leur effort.

Les investigateurs avaient pour objectif principal la réduction du score de l’échelle de dépression HRSD. Les objectifs secondaires étaient le score de dépression à l’échelle BDI, le changement clinique (voir l’article pour le détail), la performance au test de marche de 2 km.

36/10 sujets suivaient le groupe exercice physique. La moitié des sujets recevaient un traitement pharmacologique ou psychologique pour la dépression (voir l’article du blog à ce sujet).

Résultats : Les sujets du groupe EP ont participé à 13.3/23 séance en moyenne, l’intensité d’effort était en moyenne de 11.7. 11/46 sujets ont quitté l’étude pour blessure, cause psychiatrique ou raison personnelle. Le programme d’EP à intensité « auto-choisie », « libre», entraînait une diminution significative du score à l’échelle HSRD en fin d’intervention. Aucun autre changement significatif n’a été obtenu.

Aucune conclusion ferme ne peut être issue de cette étude mais celle-ci a le mérite de changer de paradigme (i.e., physiologiste vs psychologique) sur le choix de l’intensité de l’exercice. Clairement, le programme testé se rapproche aussi beaucoup des pratiques cliniques en activité physique adaptée. Les auteurs obtiennent un très bon taux d’adhésion pas de changement majeurs de la « condition physique ». Ils s’interrogent alors sur le meilleur objectif à avoir une bonne adhésion du participant au programme ou une meilleure « forme » physique pour des individus souvent touchés par plus de pathologies chronique que la population générale.

Cette étude ouvre de nouvelles portes dans le champ de l’exercice physique et de la psychiatrie, mais les limites méthodologiques (relations soignant/soignés peu contrôlées, absence d’informations sur l’AP des participants…) rencontrées sont trop importantes pour conclure clairement.

Affaire à suivre…

Doose et al. (2015).Self-selected intensity exercise in the treatment of major depression: a pragmatic RCT. International Journal of Psychiatry in Clinical Practic

Le plaisir – une dimension oubliée de l'activité physique chez les personnes âgées.

Un article à paraître dans la revue Social Science & Medicine attiré mon attention avec le titre suivant : Le plaisir – une dimension oubliée de l’activité physique chez les personnes âgées.

Les deux chercheurs de l’Université d’Exeter (UK) ont élaboré une étude qualitative auprès de 51 sujets.

Le constat initial qui dépeignent, c’est que le plaisir est (trop) souvent associé à des comportements de santé ayant des conséquences négatives (drogues, alimentation sucrée…). Or le plaisir pourrait contribuer à la santé plutôt que d’être considéré comme une menace. Dans le domaine de l’activité physique, quelques premières études soulignent la part non négligeable du plaisir dans une pratique continue (musculation, rugby). Or aucunes études n’a été menée à propos de l’AP à des fins de santé. QLD_GCB_NEWS_TUGUNAGAIN_08DEC13

N’étant pas un spécialiste de ce type de méthode, je la résume brièvement. Les sujets inclus avaient plus de 60 ans et pratiquaient une AP régulière. Les entretiens se basaient sur la vie entière. Une partie de l’échantillon (n=34) a accepté d’être pris en photo durant leur pratiques d’AP. Un second entretien d’auto confrontation face à ces photos (prises durant une séane d’activité physique ou sportive) était organisé par la suite.

Les sujets pratiquaient des AP diverses : marche, danse, cyclisme, golf…. A la suite de l’analyse des entretiens retranscrits, une typologie du plaisir durant l’AP a été proposée : le plaisir sensuel, documenté, des actions habituelles, de l’immersion.

le plaisir sensuel, « le vent dans mes cheveux »- »sentir l’herbe fraîche »

le plaisir documenté, « rapporter par écrit les kilomètres ou randonnées réalisées »

le plaisir des actions habituelles, « l’activité physique, c’est juste une part de ma vie »

le plaisir de l’immersion, « quand je pratique, j’oublie ma maladie, mes problèmes »

Les auteurs soulignent l’importance que le plaisir rapporté ne situe pas uniquement durant la pratique. Ils ajoutent que la prise de plaisir associée à l’activité physique ne semble associée à l’apparence corporelle perçue.

Cette étude très originale sur la méthode, et la thématique mène son lecteur à plusieurs réflexions.

Dans la promotion de l’activité physique et ou du sport, on utilise souvent l’argument du plaisir, or dans la réalité, durant les séances, celui-ci est rare ou tarde à se faire sentir. Cela a des explications dans la structuration des instances sportives, des attitudes positivement associées au « il faut souffrir pour réussir ».

J’ai souvent interrogé des Enseignants APA sur leurs pratiques professionnelles, et me suis rendu compte que trop peu souvent la notion de plaisir était abordée. A mon sens, mixer sécurité pratique, réponse à des objectifs personnalisés et plaisir de pratique reste un enjeu majeur pour un Enseignant en Activités Physiques Adaptées.

Cassandra Phoenix, Noreen Orr. Pleasure: A forgotten dimension of physical activity in older age. Social Science & Medicine. http://dx.doi.org/10.1016/j.socscimed.2014.06.013