Archives par mot-clé : politique

Gratuité des transports en commun : un livre clé

Il y a deux ans, je résumais la revue de littérature à propos de l’état des connaissances sur la gratuité des transports (ici et ). Ainsi, lorsque le livre La gratuité, une idée payante a été publié, l’occasion était belle de poursuivre l’exploration de ce thème. L’ouvrage traite de 8 idées reçues, analysée par des membres de l’observatoire des villes du transport gratuit en France. L’ouvrage est facile d’accès et pédagogique, basé (en partie) pour plusieurs chapitres sur l’analyse du développement des transports publics gratuits à Dunkerque (200 000 habitants).

D’emblée le chapitre 1 propose une analyse du sens du mot gratuité, de la part des redevances locales dans le paiement des transports en commun, mais aussi que plusieurs services publiques gratuits, ne le sont pas décrits comme tel. Huré discute ensuite de taille des villes qui ont testé ou adopté le transport en commun (partiellement) gratuit. On apprend par exemple que des villes comme Austin, ou Denver ont expérimenté la gratuité par le passé. Si ces dispositifs sont plus développés dans des villes de 50, 100 ou 200 000 habitants, on retrouve aussi des villes comme Kansas city ou Tallinn avec des transports en commun gratuits. A ce jour, la gratuité totales dans des villes ayant un réseau de métro ne semble pas avoir été testé, même si des initiatives de gratuité partielle existent dans des villes européennes importantes (fin de semaine, 18-25 ans). D’ailleurs cette année, la ville française la plus importante se lançant dans la gratuité des transports est Montpellier, 420 00 habitants.

Le chapitre sur les conditions de travail des chauffeurs de bus à la suite de la mise en place de la gratuité est particulièrement intéressant et original. Les auteurs rapportent une baisse de tension avec les passagers, un contrôle social plus fort lié à l’augmentation du nombre d’utilisateurs mais aussi une révision de la perception de leur emploi, plus centré sur l’accueil, l’information.

D’un point de vue des sciences de l’activité physique, je reste sur ma faim dans le chapitre qui traite de la potentielle diminution de l’activité physique, la marche, le vélo. Les méthodes misent en place ne semblent pas adaptée. A Dunkerque, 19% des personnes interrogées rapportent marcher plus, avec des augmentations plus marquées chez les personnes âgées. Il est souligné que les transport gratuits ne représentent pas un menace pour le vélo si les modalités de transfert sont pensées ou développées.

Les potentiels bénéfices en termes d’empreinte carbone ne semblent que très difficilement évaluables notamment parce que certaines villes modifient à la hausse ou à la baisse la grandeur de leur réseau ou les fréquences de passage lors du passage à la gratuité. De plus, un effet rebond temporaire ou non pourrait aussi advenir après la mise en place de la gratuité.

Le 4 septembre, un texte dans La Presse abordait les enjeux de la gratuité des transports publics au Québec. On y retrouve des idées reçues traitées dans le livre: “si les transports en commun étaient gratuits, ce serait davantage des gens qui se déplacent à pied ou à vélo qui en profiteraient”, “L’expérience et les études démontrent que chaque dollar dépensé pour des investissements en infrastructures et en amélioration du service est plus efficace qu’un dollar dépensé pour diminuer les tarifs”. On y oppose (malheureusement) investissement, réorganisation et gratuité.

Il aurait été pertinent d’interroger Schepper qui abordait cette question en détails en 2017 pour le Québec, rappelant que Beauharnois, Candiac et Sainte-Julie se sont lancées il y a quelques années. Je cite :’Malgré ses nombreux avantages, la gratuité du transport en commun a un coût qui paraît élevé. C’est généralement parce que nous évitons de calculer les coûts sociaux de l’utilisation individuelle de la voiture comme principale source de déplacements.

Une nouvelle définition de l’activité physique

En 2019, J. Piggin a publié un livre qui repense la définition de l’activité physique dans une perspective sociale et politique (Piggin, 2019). Partant de la définition communément admise (aussi sur ce blog), l’auteur critique sa visée exclusivement anatomique ou physiologique pour y intégrer des perspectives émotionnelles, intellectuelles et politiques. Il considère le mouvement humain comme : « une série de moyens politiques, éducatifs, nationalistes, environnementaux, commerciaux, liées à la santé et personnels qui sont opérationnalisés, mis en œuvre, renforcés par des corps individuels et institutionnels ».

Piggin fait un apport majeur en proposant une nouvelle définition de l’activité physique : « L’activité physique implique les personnes qui bougent, jouent, réalisent des performances dans des contextes culturels et des lieux spécifiques et sont influencées par leurs propres intérêts, émotions, idées, relations ainsi que des consignes » (Piggin 2019). (Physical activity involves people moving, acting and performing within culturally specific spaces and contexts, and influenced by a unique array of interests, emotions, ideas, instructions and relationships (Piggin 2019)). Un article en accès ouvert argumente en faveur de cette définition (Piggin, 2020).

Son court ouvrage s’articule autours de l’analyse des discours (politiques) liés à l’activité physique. Il utilise les théories critiques pour comprendre l’histoire des discours ou décisions publiques autours de l’activité physique. Dans son analyse des discours politiques à propos de l’activité physique, il suggère que l’activité physique, est soit présentée comme un comportement facile à adopter gratuit, qu’il suffit juste de le promouvoir auprès la population. Ou alors, l’activité physique est vue comme un droit humain et en conséquence doit être soutenue par des politiques volontaristes.

Le chapitre sur les changement sociétaux rappellent par exemple l’écart entre les discours de mobilisateurs autours de l’AP pour la société qui n’est pourtant jamais suivis d’investissements majeurs ou de nouvelle lois.

Un chapitre décrit les partenariats privé-publics entre le monde de la promotion de l’activité physique, du sport et les industriels de la malbouffe (junk food). A titre d’exemple, plusieurs membres du comité directeur de ParticipACTION sont travaillent (in)directement pour des entreprises comme Coca-Cola ou Kellog. Il y décrit aussi les partenariats entre l’industrie du sport et ces mêmes entreprises (ex. promotion du football par McDonald au Royaume-Uni en 2019).

En résumé, Piggin :

  • examine comment l’activité physique et sa promotion est de manière inhérente politique
  • examine comment sont utilisées à des fins politiques certaines données probantes issues de l’activité physique
  • questionne les intérêts de certaines firmes dans la promotion de l’activité physique chez les enfants, ou dans les milieux du travail
  • n’épargne pas les chercheurs dans le domaine de l’activité physique et leur études financées par l’industrie de la malbouffe.

Je recommande la lecture de ce livre, de cet article ou alors aussi de son blogue aux étudiants, collègues d’université, et travailleurs en promotion de la santé.

  • Piggin, J. (2019). The Politics of Physical Activity (1st edition). Routledge.
  • Piggin, J. (2020). What Is Physical Activity? A Holistic Definition for Teachers, Researchers and Policy Makers. Frontiers in Sports and Active Living, 2. https://doi.org/10.3389/fspor.2020.00072

Promouvoir et comprendre l'activité physique ou quand la complexité est au rendez-vous

Les lecteurs du blog se rappellent de l’article de Janvier sur les mineurs anglais. J’y amorçais l’idée d’un vision de la promotion de l’activité physique parfois trop centrée sur des caractéristiques individuelles. Dans le domaine de la recherche ou dans le domaine clinique, éducatif ; les professionnels peuvent avoir tendance à uniquement prendre en compte des facteurs personnels (moi le premier) comme les indicateurs motivationnels, l’indice de masse corporel, la capacité à l’effort, la sévérité de la pathologie…

Or il existe une vision plus large, appelée une vision écologique de l’activité physique (1,2). Je reprend ici un extrait d’un chapitre de Claudio Nigg, tiré de l’excellent livre The Oxford Handbook of Exercise Psychology (3). Le modèle écologique classe systématiquement les facteurs associés à la santé selon 5 niveaux d’influence. Un comme un oignon, chaque couche a une influence proximale et distale sur les autres.

  • Niveau intrapersonnel : caractéristiques de l’individu (démographiques, personnels, croyance et attitudes)
  • Niveau interpersonnel : réseaux sociaux formels ou informels d’aide (famille, pairs, collègues de travail…)
  • Niveau communautaire : caractéristiques et règles qui encourage ou limite certains comportements
  • Niveau organisationnel : influences de l’organisation sociale de la société
  • Niveau politique : lois locales, nationales qui influencent de façon proactive ou non les comportements de santé.

modèle écologique de promotion de la santé

Ce modèle a l’avantage d’être très simple, et aide à mettre les choses en perspectives. Les professionnels de l’activité physique peuvent l’utiliser pour mieux cerner des problématiques rencontrées au sein d’institutions, par exemple. Deuxièmement, celui-ci étaye aussi la place de la politique dans la promotion de la santé. Quelles sont les volontés à ce sujet depuis 15 ans pour promouvoir, valoriser l’activité physique à des fins de santé ? Ou peux-t-on analyser l’ « expérience » de Strasbourg à travers ce prisme ? Troisièmement, ce modèle illustre les différentes qualités des acteurs qui entrent en jeu lorsque l’on veut promouvoir la santé, particulièrement l’activité physique. Les anglais l’on bien compris avec la création de l’Exercise Referal System, qui existe depuis 10 ans (voir l’article de la revue Santé Publique à ce sujet en accès libre (4)).

La rubrique AUTEUR DU BLOG a été réorganisée et plusieurs articles sont téléchargeables librement.

  • 1. Glanz K, Bishop DB. The role of behavioral science theory in development and implementation of public health interventions. Annu Rev Public Health. 2010;31:399–418.
  • 2. Glanz K, Rimer BK, Viswanath K. Health Behavior and Health Education: Theory, Research, and Practice. John Wiley & Sons; 2008. 968 p.
  • 3. Acevedo EO, editor. The Oxford Handbook of Exercise Psychology. New York: Oxford University Press; 2012. 544 p.
  • 4. Bernard P. Les systèmes d’orientation à l’activité physique au Royaume-Uni : efficacité et enseignements. Santé Publique. 2014 Nov 24;26(5):647–54.