Archives par mot-clé : préscrire

Activité physique pour les adultes traités par hémodialyse : comment et pourquoi ?

La revue de la FNAIR en Septembre 2013 avait publié un article sur le conseil à l’activité physique chez les patients traités par hémodialyse. Valéryane Thooris, Enseignante en Activités Physiques Adaptées présentait une étude de faisabilité basée sur le modèle en 5-A (déjà présenté dans le blog). Cet article est accessible sur le site de la SFP-APA.

Plus récemment, une revue de littérature en français a été publiée dans la revue Néphrologie & Thérapeutique : Activité physique chez les patients dialysés : comment et pourquoi l’évaluer et mettre en place un programme ?

Cette seconde lecture peut s’avérer très intéressante et complémentaire pour les Enseignants en Activités Physiques Adaptées voulant s’ouvrir à ce type de population. Un résumé en a été publié par l’auteure même sur le site de la SFP-APA.

chardon bleu des pyrénéesCe travail est bien rédigé et permet d’avoir une vue d’ensemble des possibilités et limites de la mise en place d’intervention d’activité physique. Les auteurs ciblent des outils et méthodes adéquates et précisent les place des professionnels. La seule limite réside dans l’absence d’outils d’évaluation de la motivation. Dans le futur, la mise à jour de ce type de revue basée sur des échanges entre EAPA et néphrologue pourrait s’avérer riche.

Voici quelques extraits :

Dans une enquête réalisée auprès de 505 néphrologues, Johansen et al. ont souligné que si 97 % estiment que l’AP est bénéfique pour les patients dialysés, seulement 38 % l’évaluent et 5 % ont mis en place un programme, essentiellement par manque de temps et de connaissance dans ce domaine…

Chez les patients pour qui la sédentarité est évidente, ou chez les patients a` risque, une évaluation complémentaire doit être menée par une personne compétente en AP, idéalement un enseignant en activité physique adaptée (APA), un kinésithérapeute, ou toute autre personne (néphrologue, diététicien. . .) formée à ces méthodes d’évaluation.

Les freins sont nombreux et de différents ordres. Le manque de motivation, la crainte des risques et le temps à y consacrer de la part du patient, mais surtout de l’équipe soignante, sont régulièrement mis en avant, mais les patients apparaissent plus intéressés que les néphrologues.

Thooris V. Conseils à l’activité physique chez les personnes traités par hémodialyse : étude de faisabilité. Revue FNAIR, Septembre 2013, n°135.

Kolko Labadens A, et al. Activité physique chez les patients dialysés : comment et pourquoi l’évaluer et mettre en place un programme ? Néphrologie & Thérapeutique (2014), http://dx.doi.org/10.1016/j.nephro.2013.12.004

Prescription de l'activité physique par des infirmières

nurseUn précédent article posté sur le blog GERAR questionnait la question de la prescription de l’activité physique (AP). Une enquête récemment publiée vient encore fournir du matériel de réflexion à cette problématique.

Lamarche et Vallance (2013) ont réalisé une étude transversale en ligne auprès d’infirmières canadiennes afin d’explorer leur niveau de compétence et l’importance perçu à propos de la prescription d’AP.

Parmi les 148 répondants, 63 % déclarent ne pas avoir reçu de formations spécifiques à l’égard de l’AP et prescrivent de l’AP à environ 59 % de leurs patients

Leur niveau de compétence perçu à la prescription est associé positivement au nombre de minutes d’AP hebdomadaires que celles-ci effectuent elles-mêmes.

Les freins à la prescriptions décrits sont : manque de temps, faible adhésion du patient, leur manque de formation spécifique, le manque de motivation perçu du sujet.

Cette modeste étude ne peut qu’étayer les conclusions du précédent article : « La promotion de l’AP dans le domaine de la prévention primaire, secondaire et tertiaire devrait à l’avenir se baser sur une approche pluridisciplinaire prenant en compte les caractéristiques des usagers et des professionnels de la santé »

Lamarche, Vallance (2013).Prescription for physical activity a survey of Canadian nurse practitioners. The Canadian Nurse

Nouvelle collaboration du blog Activités Physiques Adaptées etc… avec le blog du GERAR !

GERAR

Après avoir proposé un article sur le Test de Marche de 6 minutes en Avril 2012, les collaborateurs du GERAR ont accepté un écrit qui traite de la question de la prescription du sport et de l’activité physique.

Prescrire l’activité physique, le sport : une impasse ?

Quoi ? Vous ne connaissez pas le blog GERAR ? Prenez le temps de vous perdre parmi les nombreux articles, vous allez apprendre de nombreuses choses et aiguiser votre analyse critique.

Une Activité Physique modérée et régulière protège d'une prescription de médicaments psychotropes à moyen terme

Une étude finlandaise publiée dans la revue Preventive Medecine explore l’association entre le niveau d’activité physique (AP) de loisir initial et la prise de médicaments psychotropes (e.g. antidépresseur) dans la 5 ans qui suivent (Lahti, Lallukka, Lahelma, & Rahkonen, 2013). La mesure de l’AP est auto-rapportée et permet un classement des sujets comme inactifs, modérément ou vigoureusement actifs, et faisant de l’exercice physique (>50h/METs/semaine). 5961 sujets ont été inclus, suivis en moyenne 4.2 ans et 25, 15, 19,et 22 % été respectivement, répartis dans les différentes catégories d’AP. L’analyse de régression de Cox était ajustée sur différents critères comme l’âge, l’IMC, les antécédents en terme de psychotropes. En comparaison à la catégorie des sujets dits Inactifs, l’ensemble des autres catégories d’AP de loisirs sont toutes associées significativement avec un risque moindre d’avoir un traitement psychotrope à moyen terme. Lorsqu’on réitère les analyses en séparant les antidépresseurs, des sédatifs, les résultats sont similaires.

Remarques : Cette étude est très originale, en effet dans le domaine des études centrée sur l’AP et la santé mentale, peu d’entre elles prennent en compte les traitements psychotropes. A titre d’exemple, une revue de littérature centrée sur les effets de l’exercice physique sur la dépression (entre autre) chez des femmes en traitement de cancer du sein souligne que seulement 2 études répondant aux critères d’inclusion contrôlent la médication des femmes inclues. Or 25 à 30 % à des femmes en traitement font usage d’antidépresseurs (Carayol et al., 2013). Les auteurs (Lahti et al., 2013) discutent leurs résultats en partant d’un postulat, traitement psychotrope = trouble psychiatrique mais la prescription de ces traitements peut être liées à de nombreux facteurs autres comme l’organisation des soins… Ces résultats sont très intéressant dans le cadre de la santé publique mais aussi de la psychologie. On pourrait penser qu’un niveau suffisant d’AP pourrait être aussi associé à des ressources psychologiques pour faire face (coping) à une détresse psychologique légère ou modérée reculant ou évitant ainsi la prise d’un traitement psychotrope. Il reste important de noter que la diminution du risque ne semble pas proportionnelle à la quantité d’AP voir même inférieure pour les « exercisers ». Ainsi, l’argument d’Ekkekakis peut être repris : A little pain for a lot of gain (Ekkekakis, 2009). A terme, des effets d’interactions entre AP et psychotropes devraient être examinés.

VOUS APPRÉCIEZ CE BLOG, FAITES LE SAVOIR EN VOTANT POUR LUI ! et en la partageant !

Carayol, M., Bernard, P., Boiché, J., Riou, F., Mercier, B., Cousson-Gélie, F., … Ninot, G. (2013). Psychological effect of exercise in women with breast cancer receiving adjuvant therapy: what is the optimal dose needed? Annals of Oncology, 24(2), 291‑300. doi:10.1093/annonc/mds342

Ekkekakis, P. (2009). Let them roam free? Physiological and psychological evidence for the potential of self-selected exercise intensity in public health. Sports medicine (Auckland, N.Z.), 39(10), 857‑888. doi:10.2165/11315210-000000000-00000

Lahti, J., Lallukka, T., Lahelma, E., & Rahkonen, O. (2013). Leisure-time physical activity and psychotropic medication: A prospective cohort study. Preventive medicine, 57(3), 173‑177. doi:10.1016/j.ypmed.2013.05.019

Demain, les Activités Physiques Adaptées ou les « pousseux d’ballons »

Dresser un ressentit des ces heures autours de l’APA.

La première intervention de Clermont Simard fut trop courte, mais quelle richesse dans les propos et dans l’énergie. L’image de son chat pour aider l’assemblée à saisir la vision de la personne défendue dans le cadre des Activités Physiques Adaptées.

-Le rappel au besoin de pédagogie, au rôle éducatif qu’ont les Activités Physiques Adaptées.

-Faire comprendre aux autres professionnels que nous ne somme pas « des pousseux d’ballons ».

 Ensuite le Pr Rochegongard a fait une présentation claire et simple du point de vue de médecins généralistes sur la prescription de l’activité physique rappelant qu’un des déterminants les plus forts de la prescription était le niveau de pratique personnel du médecin lui-même.

 L’après midi, les visiteurs du premier salon APA ont pris une claque. Ce salon rassemblait des associations, entreprises portées par des enseignants APA, des fédérations, des associations de patients, des vendeurs de matériel spécialisé et surtout l’après midi était parsemé de mini-conférence très instructives. On y croisait des étudiants de L2 APA, des professionnels APA, des chercheurs… et même un membre du blog GERAR !

Pour finir, une remise de diplôme digne de ce nom par le Pr Bilard et Jean Marc Barbin. Ecouter la perception des APA ou de leur formation de la part des ex-étudiants fut très enrichissante.

 La conférence de Clermont Simard du lendemain fut cette fois-ci longue, et c’est tant mieux!  J’espère que les enregistrements seront accessibles au plus grand nombre. En quelques mots : « le besoin d’introspection personnelle », « la conscience que notre ignorance grandit avec la somation de nos savoirs », « les APA se vivent en mouvement », une présentation du premier congrès de l’IFAPA : l’APA, la clé de la réadaptation. Pour résumer, Simard venait avec l’envie de mettre un « coup de pied au cul » aux étudiants, professionnels et formateurs de l’APA.

 Le débat qui a suivi fut, à mon sens, assez peu enrichissant et la présence d’un membre de l’AFAPA manquait.

 Que retenir ?

La France développe un modèle des Activités Physiques Adaptées. Le travail de fourmi des formateurs, professionnels, chercheurs paie, mais beaucoup reste à faire pour faire (re)connaître les bienfaits des Activités Physiques Adaptées. La mobilisation de tous reste l’enjeu de demain.

 Pour conclure, cette phrase m’est venue, une fois digéré ces jours denses en échanges et émotions : « Il faut imaginer Sysyphe heureux » A. Camus

 Remerciements à ces étudiants, professionnels que l’on croise et qui ont la flamme. Ci-dessous quelques photos (dont plusieurs de Renaud Bertrand).