Archives par mot-clé : prévention primaire

Promouvoir l'activité physique pour les plus de 55 ans, oui mais comment ?

La question des techniques de changement comportement liées à l’augmentation de l’activité physique a peu été abordée sur ce blog, excepté les travaux de M.Gourlan dans le domaine de l’obésité.

La revue Health Psychology Review vient de mettre en ligne une méta-analyse qui explorait l’efficacité des interventions motivationnelles (sans AP supervisée) sur l’AP de personnes âgées de 55 à 70 ans (O’Brien et al., 2015). Précisément, les auteurs investiguaient les TCC associées à une efficacité plus importante.

19 essais cliniques ont été identifiés dans la littérature, dont 10 qui déclaraient utiliser une théorie spécifique (e.g., Modèle Transthéorique). La majorité de celles-ci avait une composante en face à face menée par un soignant et était menée à domicile (durée de 11 mois et 29 entrevues en moyenne).

9 TCC étaient relevées, comme la fixation de buts comportementaux, l’information sur les conséquences du comportement, l’identification des barrières… Dans l’ensemble les études ont un petitanchorman-2-the-legend-continues-movie-wallpaper-21 effet mais significatif sur l’AP. L’examen des effets modérateur des TCC souligne que seul le « feedback » (fournir un retour à la personne sur la quantité et la nature de l’AP qu’il/elle a réalisé) améliore l’AP à long terme. En revanche, les interventions qui donnaient du matériel d’information en papier, les informations sur les conséquences du comportement pour l’individu et la fixation du lieu et du moment de pratique entraînaient un effet moindre. Les auteurs ne retrouvaient pas non plus un effet plus important lorsqu’un nombre plus élevé de TCC étaient utilisés.

Il y a de nombreuses interprétations possibles à ces résultats et ainsi que plusieurs limites, que je ne développe pas ici. En revanche, cette étude illustre l’importance que revêt la psychologie de la santé dans la promotion de l’activité physique et les informations essentielles qui peuvent être livrées aux spécialistes de l’activité physique (Enseignants en APA & Kinésiologues) pour améliorer leur intervention (Romain & Bernard, 2015).

  • O’Brien, N., McDonald, S., Araújo-Soares, V., Lara, J., Errington, L., Godfrey, A., … Sniehotta, F. F. (2015). The features of interventions associated with long-term effectiveness of physical activity interventions in adults aged 55-70 years: a systematic review and meta-analysis. Health Psychology Review, 9(4), 417‑433. http://doi.org/10.1080/17437199.2015.1012177
  • Romain, A. J., & Bernard, P. (2015). L’amélioration de la santé cardiovasculaire par l’exercice physique, chez les individus atteints de schizophrénie, passe aussi par la psychologie de la santé. Obésité, 10(1), 63‑65. http://doi.org/10.1007/s11690-014-0463-4

 

Inciter à prendre les escaliers pour promouvoir l'activité physique, euh….

escalier_vers_citadelleDans la perspective des précédents articles du blog qui présentaient une approche plus écologique de la promotion de l’activité physique (AP), je présente une revue de littérature francophone sous-presse dans la revue Cahier de Nutrition et de Diététique avec pour titre : Une stratégie pour augmenter l’activité physique : promouvoir l’utilisation des escaliers [1].

Les auteurs rappellent les 3 stratégies de promotion de l’AP en population : « 1- une stratégie « d’information » qui a pour but de modifier les connaissances et croyances des individus vis-à-vis de l’AP (campagnes médiatiques, affichages…) ; 2- une stratégie centrée sur les « aspects comportementaux » et sociaux qui s’efforce par des actions éducatives et d’accompagnement à motiver les individus à pratiquer une AP régulière (éducation physique à l’école…) et à créer un environnement social favorable à ce changement de comportement (création de groupes de marche…) ;3- enfin une stratégie portant sur « l’environnement » et le contexte politique plus général qui envisage la promotion de l’AP par la modification de l’environnement bâti (équipements sportifs, pistes cyclables…) et structurel (politique municipale, entrepreneuriale…) afin de le rendre plus sécurisé et attractif. »

Leur objectif était de présenter les études interventionnelles utilisant la promotion des escaliers en entreprises ou en lieux publics.

escalier-cap-blanc
Escalier de Cap Blanc

Résultats : 60 études ont été inclues (25 en entreprises) représentant majoritairement les USA et le Royaume-Uni. 38 études sont décrites comme ayant une faible qualité méthodologique et aucune ayant une bonne.

« La durée des interventions variait de 1 jour à 16 semaines. Elles étaient composées d’une phase d’intervention (36 études) ou de deux phases (24 études), conduites dans un ou plusieurs lieux. Au total, 94 bras d’étude ont été identifiés. »

« La principale variable mesurée était la montée des escaliers dans 48 études. », dont seulement 6 études utilisaient des capteurs automatiques.

Efficacité = « Le pourcentage d’utilisation des escaliers par rapport à l’ascenseur variait avant l’intervention dans les lieux de travail de 11,1 % à 69,0 %, avec une moyenne de 34,4 % ; et dans les lieux publics de 1,7 % à 41,9 %, avec une moyenne de 16,0 % ».

Discussion : « Dans les lieux de travail, les posters encourageant l’utilisation des escaliers semblent particulièrement efficaces lorsqu’ils sont associés à un meilleur fléchage des escaliers. »… «  les interventions en deux phases semblent bien représenter une approche prometteuse pour maintenir dans le temps l’augmentation de l’utilisation des escaliers. »

Limites : « une seule étude sur les 60 analysées a utilisé un bâtiment servant de témoin »

Conclusion : « Toutefois, nos résultats nous permettent de recommander plus particulièrement certaines stratégies en fonction du lieu d’intervention. Dans les lieux publics, il est conseillé de placer des posters entre l’escalier et l’ascenseur ou des pancartes sur les contremarches encourageant l’utilisation des escaliers, et de répéter l’intervention au moins une fois. Dans les lieux de travail, l’amélioration du fléchage des escaliers devrait être associée aux posters ou aux pancartes, particulièrement lorsque l’escalier est éloigné de l’ascenseur. ».284823-escalier-faubourg-abord-ete-bati

Remarques : La revue est vraiment intéressante pour des personnes (comme moi) qui connaissent peu ce type d’approche de l’AP. En revanche, on peut s’interroger sur la réelle efficacité de ces interventions vu les faiblesses méthodologiques importantes des études. Établir des recommandations sur ce type d’intervention semble trop précoce. De plus, les auteurs ne décrivent ou ne mesurent pas les potentiels effets protecteurs sur la santé physique (e.g., musculaires…). Comme ils le soulignent en introduction, l’inactivité physique et la sédentarité sont deux comportements distincts, on peut donc s’interroger sur les choix stratégiques de prévention. N’aurait-on plutôt intérêt à se concentrer sur la sédentarité ?

En tout cas, c’est si des auteurs recherchent des lieux d’étude la ville de Québec regorge d’escaliers (illustrations de l’article)   aux vues somptueuses et une course leurs est dédiée bientôt et la meilleure des préparations reste l’escalier de Cap Blanc !!!! Pensez à soutenir la prévention en signant la pétition sur http://www.mieuxvautprevenir.org/

  • Bellicha A, Kieusseian A, Fontvieille A-M, Tataranni A, Charreire H, Oppert J-M. Une stratégie pour augmenter l’activité physique : promouvoir l’utilisation des escaliers – revue de la littérature. Cah. Nutr. Diététique http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0007996015000681

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=rq7_swiEc-U]