Archives par mot-clé : prévention

La revue Santé en Action, numéro sur l'Activité Physique sans Activité Physique Adaptée, si c'est possible !

inpesLe numéro de La Santé en Action de l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (Inpes) de Septembre 2015 consacre un dossier : « Promouvoir des environnements favorables à la pratique de l’activité physique » (téléchargeable ici).

Le numéro développe un premier article très clair sur le passage de l’intention à l’action dans le domaine de l’activité physique (Déterminants individuels de l’activité physique : revue de la littérature scientifique), suivi d’un riche entretien avec Anne Vuillemin à propos des ressorts d’une stratégie nationale de promotion de l’activité physique. Voici par exemple ce qui est proposé :

  • « Développer et de coordonner les politiques de promotion de l’activité physique bénéfiques pour la santé dans les différents secteurs (santé, sport, environnement, urbanisme, etc.). »
  • « Développer des environnements propices a la pratique de l’activité physique »
  • « Des consultations sur le mode des consultations d’aide à l’arrêt du tabac pourraient voir le jour »

Elle souligne aussi la question de l’article 35 : « à la question Il faut expliquer qu’il s’agit non pas de ≪ faire du sport ≫ à tout prix, mais davantage d’adopter un mode de vie actif, ce qui est diffèrent. Les décisions publiques ne vont pas toujours en ce sens. L’article 35 du projet de loi sur la modernisation du système de santé prévoit ainsi que l’activité physique adaptée, prescrite par les médecins pour les malades en affection de longue durée, soit réalisée dans le cadre d’organismes soumis au code du sport. Cela me semble contreproductif. ».

Par la suite l’article « Promotion de l’activité physique : que les politiques se bougent ! » (Pommier & Ferron) souligne le fait que la concentration unique sur la motivation à l’activité physique sans prendre en compte l’environnement est un échec assuré (voir l’article du blog à ce sujet). Dans ce cadre, les instances politiques doivent jouer leur rôle sur l’aménagement du territoire pour favoriser les déplacements actifs, par exemple.

Le numéro poursuit avec la présentation d’expériences locales. On peut regretter toutefois, qu’aucun article ne traite de la place et du travail de l’enseignant en Activité Physique Adaptée dans le domaine de la santé publique, de la prévention secondaire ou tertiaire. L’emphase est par exemple mise sur le programme Saphyr (plus d’info ici), sur les intervenants « formés sur une seule journée », et sur le fait que 74% des personnes y participant déclarent pratiquer une AP régulière. A la vue du nombre de lecteur important de cette revue et du sérieux de l’INPES, on pourrait s’attendre à un peu plus de sens d’analyse critique, comme par exemple traiter de la question de la sécurité des usagers durant la pratique, de leur suivi, du profil des personnes qui abandonne, ou de la faible sévérité pathologique des participants, de l’évaluation de ce programme….

De plus, encore une fois, on souligne la place majeure du médecin généraliste dans le conseil à l’activité physique avec les mêmes contre-arguments : manque de temps, de connaissance, de professionnels formés en aval… Dommage que la journaliste ne rappelle pas que la pratique personnelle du médecin reste le meilleur facteur prédictif de son intérêt pour la promotion de l’activité physique (comme la référence qu’elle donne dans l’article le souligne) (voir aussi l’article sur ce blog).

En conclusion, on peut légitimement penser que l’INPES a tout à gagner à s’intéresser aux Enseignants en Activité Physique Adaptée et plus approfondir la question du rôle du médecin dans la promotion de l’Activité Physique dans le cadre de la prévention secondaire et tertiaire. Il apparaît aussi légitime de se questionner sur l’absence de tout traitement de l’Activité Physique Adaptée dans ce numéro, comment les responsables de la prévention en France peuvent occulter cette forme de prise en charge qui existe depuis 30 ans en France, à travers une formation universitaire, des études scientifiques publiées, des livres, des professionnels de l’APA dans de nombreux secteurs, et une association qui les représente qui a pignon sur rue.

L’activité physique adaptée, une nécessité pour mettre en œuvre les recommandations

a fortioriLa revue Nutrition Clinique et Métabolisme a accepté de publier une lettre à la rédaction rédigée à trois paires de main dont la mienne (disponible ici) 1. L’idée de cette lettre fait suite au numéro spécial de Décembre 2014 : Les enjeux de l’activité physique : de l’enfant au sénior, du sportif au malade.

Quatre idées y sont présentées et étayées :

  1. Le conseil à l’activité physique de la part d’un médecin reste rare, peu adapté, et d’une faible efficacité
  2. Concevoir l’activité physique dans la continuité des soins
  3. Intégration des enseignants en activité physique adaptée (APA) au sein des centre de soins de suite et de réadaptation (CSSR) et des centre hospitaliers
  4. Développer des études cliniques couplant la médecine et l’activité physique adaptée

“A fortiori” : Qu’en pensez-vous ? Êtes-vous en désaccord avec une de/toutes ces idées ? Qu’est ce qui manque dans cette lettre ? Laissez un commentaire.

  1. Bernard P, Romain AJ, Vergnault M. L’activité physique adaptée, une nécessité pour mettre en œuvre les recommandations. Nutr Clin Métabolisme. doi:10.1016/j.nupar.2015.02.006.

Enquête auprès des médecins généralistes sur leur expérience et leur avis en matière de prescription d’activité physique

Une étude est publiée dans la revue Sciences & Sports [1] avec pour objectif d’évaluer les connaissances des médecins généralistes d’Ille-et-Vilaine etFritz des départements limitrophes en matière de recommandations d’activité physique régulière (AP), ainsi que leur avis et ressenti sur leur prescription écrite.

 L’enquête s’est déroulée du 25 avril au 30 juin 2010 par envoi de questionnaires, 412 réponses ont été obtenues sur 1000 envois.

 Principaux résultats :

  • 45% et 51% des médecins interrogés déclarent « repèrent » et « conseillent » l’activité physique aux patients touchés par une pathologie chronique.
  • Les AP recommandées les plus fréquemment (par ordre) : la marche, les activités domestiques, l’inscription en club de sport
  • Les facteurs pouvant aider les médecins à la prescription (par ordre): réalisation de fiches à remettre au patient, l’organisation de formations sur la prescription d’AP, la collaboration médecins – éducateurs médicosportifs, la collaboration avec les services de médecine du sport, la collaboration médecins/ kinésithérapeutes, le fait d’être convaincu de l’intérêt de la prescription d’AP
  • « le fait de prescrire de l’activité physique a eu un lien statistiquement significatif avec celui de considérer la collaboration avec les éducateurs médicosportifs comme un facteur aidant la prescription ».

 Malgré ces résultats flatteurs, il faut garder le résultat le plus important à l’esprit, je cite : «  les médecins qui déclaraient pratiquer une AP étaient significativement ceux qui repéraient et conseillaient le plus une activité physique régulière chez leurs patients ».

 Souvent abordée sur le blog, la question de la « prescription » de l’activité physique repose majoritairement sur les caractéristiques personnelles du soignant (largement démontré [2]), notamment leur propre activité physique. Par exemple, les auteurs auraient pu interroger les médecins sur leur indice de masse corporel, ou leur statut tabagique (voir l’étude française [3] ou l’étude Canadienne [4])… Il serait alors apparu que les médecins fumeurs en surpoids ou obèses n’interrogent pas leur patients à propos de l’AP ou on peut imaginer qu’il s’agit des médecins non répondants (+ de 50% des médecins interrogés).

 Cette étude souligne aussi le besoin d’outils adéquats et du manque d’échanges entre les Enseignants APA et les médecins généralistes.

  1. Gérin C, Guillemot P, Bayat M, André AM, Daniel V, Rochcongar P. Enquête auprès des médecins généralistes sur leur expérience et leur avis en matière de prescription d’activité physique. Sci Sports
  2. Fie S, Norman IJ, While AE. The relationship between physicians’ and nurses’ personal physical activity habits and their health-promotion practice: A systematic review. Health Educ J. 1 janv 2013;72(1):102‑19.
  3. Attalin V, Romain A-J, Avignon A. Physical-activity prescription for obesity management in primary care: attitudes and practices of GPs in a southern French city. Diabetes Metab. juin 2012;38(3):243‑9.
  4. Lestage K. Promotion de l’activité physique des médecins omnipraticiens auprès de leurs patients. 3 juin 2013 [cité 14 nov 2013]; Disponible sur: https://papyrus.bib.umontreal.ca/xmlui/handle/1866/9845

 

Les systèmes d’orientation à l’activité physique au Royaume-Uni : efficacité et enseignements.

Une revue de littérature francophone (accès libre) qui présente l’état des connaissances sur l’organisation de l’activité physique pour la santé au Royaume-Uni. J’ai rédigé cet article afin d’en présenter le contenu, l’évaluation, les intérêts/limites. Ce modèle est, à mon sens, faisable et adaptable en France (sous réserve de volonté politique).THIS IS ENGLAND

Voici quelques extraits, mais l’article est téléchargeable librement sur le site de la revue Santé Publique.

Introduction

L’activité physique (AP) dans l’organisation de la santé publique a une place croissante à tel point que l’AP est considérée comme une information importante à relever durant les consultations [1] … À ce titre, l’AP inclut l’exercice physique, les déplacements actifs et les pratiques sportives [2]… Au Royaume-Uni, dès les années 90, le Département de santé a sollicité l’association britannique des sciences du sport et de l’exercice afin d’élaborer des Systèmes d’orientation à l’AP (SOAP) (Exercise Referral Systems) à l’échelle nationale [19]. Ces SOAP ont pour objectif de développer des partenariats entre les milieux de santé et de l’AP. Leur construction est basée sur les principes de respect des individus visés et des professionnels, des aspects médico-légaux et s’établit en fonction de faits scientifiques et de bonnes pratiques.

Les objectifs de cette étude étaient d’évaluer l’efficacité des SOAP dans les domaines de la santé et médico-économique et d’identifier les facteurs associés à l’orientation, l’adhésion et la réussite des SOAP. Pour cela, un examen systématique des articles publiés a été réalisé.

Perspectives

Dans une perspective française de mise en place de SOAP pour lutter contre les effets délétères de l’inactivité physique, plusieurs enseignements pourraient être retenus des SOAP anglo-saxons. Dans l’organisation-même des SOAP, les points-clés transposables seraient : une organisation en amont à échelle nationale rassemblant les spécialistes de la santé, de l’AP et du droit ; une adéquation entre niveau de sévérité this-is-england-big-cropde l’état de santé des usagers et niveau de formation des professionnels de l’AP ; un faible coût pour l’usager et une démarche d’évaluation incluse dès la mise en place, basée sur les critères d’efficacité clinique, médico-économiques et sur l’identification des (non) répondants.

Bernard Paquito. « Les systèmes d’orientation à l’activité physique au Royaume-Uni : efficacité et enseignements », Santé Publique 5/ 2014 (Vol. 26), p. 647-654. www.cairn.info/revue-sante-publique-2014-5-page-647.htm.

Un guide pratique pour l'amélioration de la santé cardiovasculaire par l’exercice physique des adultes schizophrènes.

Une équipe québécoise mêlant psychiatres, chercheur en kinésiologie et médecins en soins métaboliques a récemment publié des recommandations pratiques d’utilisation de l’activité physique en prévention secondaire ou tertiaire des troubles cardiovasculaires chez les sujets touchés des troubles schizophréniques. Cette article est rédigé en français dans la revue Obésité (1).

En voici quelques extraits :

« Candidats : À qui s’adresse la stratégie ?

1) Individu ayant un diagnostic de psychose (ex. la schizophrénie ou maladie bipolaire psychotique), prenant de la médication antipsychotique et présentant un des critères du syndrome métabolique

OU prenant de la médication antipsychotique de novo (prévention)

2) Peut s’appliquer à tous (peu importe âge, sexe, etc.) sauf si contre-indications à l’exercice physique : maladie cardiovasculaire instable et mal contrôlée ou problème orthopédique.

« Programme d’exercice physique par intervalle recommandé dans la prise en charge des individus atteints de SCZ. Matériel requis : Tapis roulant (1er choix) ou vélo ou elliptique, moniteur de fréquence cardiaque (autant que possible). OBJECTIF : Entraînement aérobie par intervalles 2 fois /SEMAINE, 30 min / entraînement.

Échauffement : Basse intensité (i.e. marche) 50 à 65 % FC max ou Perception subjective (5 minutes) d’un effort léger selon échelle de Borg (peut tenir une conversation, perçu comme facile). »

Au de là, des argumentaires scientifiques sur les besoins d’intensité d’effort élevée par intervalle, et des limites factuelles sur lesquelles se basent les recommandations, les auteurs soulignent le point clé : « La motivation au cœur de l’intervention ». Ils proposent des pistes concrètes d’intervention motivationnelles.

« Correction par un professionnel de l’activité physique adaptée ou autre professionnel de l’entrainement au besoin »

« Discuter des attentes (ex. préférence homme/femme, conflits, manque d’affinités se sent jugé ou intimidé, etc.) »

« Stratégies cognitives de valorisation – Écoute / réassurance / validation – renforcement positif, normalisation »

1. Chalfoun C, Abdel-Baki A, Letendre E, Proulx C, Karelis AD. Amélioration de la santé cardiovasculaire par l’exercice physique chez les individus atteints de schizophrénie: un guide de pratique. Obésité. 5 juin 2014;1‑17.