Archives par mot-clé : prévention

« Habitudes de vie et santé mentale »- American Psychologist

Un article de la prestigieuse revue American Psychologist (numéro de septembre 2011) de Robert Walsh est titré « Lifestyle and Mental Health », « Habitude de vie et santé mentale ». Il est, à ma connaissance, assez rare que cette revue traite de sujets liés à la santé mentale en générale.

Son article a un seul but, souligner que les professionnels de la santé mentale sous-estiment l’importance des habitudes de vie comme : contributeur et/ou traitement des psychopathologies, participant au bien être individuel et social ainsi que pour préserver ou optimiser les fonctions cognitives.

Walsh utilise le terme « therapeutic lifestyle changes », changement d’habitudes de vie thérapeutiques (CHT) pour argumenter en faveur de l’activité physique, la nutrition, la relaxation, le temps passé dans des espaces verts, la participation religieuse ou spirituelle.

 Pour l’auteur, les CHT peuvent être efficaces et coût-efficaces, il prend l’exemple de la dépression et de l’activité physique ou de l’huile de poisson dans la prévention d’épisodes psychotiques (Amminger et al. 2010). Sans chercher à les opposer aux thérapies médicamenteuses, il argumente en faveur d’une co-prescription pour certains troubles.

Walsh souligne la flexibilité des CHT dans le cadre la prescription, et l’étendu de l’arsenal utilisable. Allant même jusqu’à proposer que chaque établissement de santé mentale propose systématiquement des programmes de CHT.

En ce qui concerne l’AP, il étaye les effets de celle-ci sur la santé mentale (dont des articles déjà décrits dans ce blog) et rappelle une étude de McEntee et al. 1996 qui mettait à jour que seulement 10% des professionnels de la santé mentale conseille l’activité physique à leurs patients.

Je ne traiterai pas des autres parties de l’article.

 Qu’en retenir ?

Oui les CHT ont un rôle à jouer très important dans la cadre de la santé mentale en prévention primaire ou secondaire.

L’article fait état de quelques limites en termes d’argumentation, de choix d’articles et la partie sur la spiritualité n’est pas très claire à mes yeux.

 Il apparait légitime lorsqu’on connaît la quantité importante de littérature, d’études de grande qualité, les X versions de recommandations, les niveaux de preuves établis par des comités indépendants de s’interroger sur l’absence cruelle de suivi nutritionnel, d’activités physiques adaptées … dans les services de psychiatrie fermés, ambulatoires, de pédopsychiatrie, les centres de traitement pour personnes dépendantes…

Une réflexion sur la place de l’activité physique adaptée et autres thérapies non médicamenteuses dans le champ de la psychiatrie reste à mener.

 Amminger, G. P., Scha¨ fer, M. R., Papageorgiou, K., Klier, C. M., Cotton, S. M., Harrigan, S. M., . . . Berger, G. E. (2010). Long-chain omega-3 fatty acids for indicated prevention of psychotic disorders: A random-ized, placebo-controlled trial. Archives of General Psychiatry

 N’hésitez pas à réagir aux articles et à les partager sur facebook….

Conseil à l’activité physique : comment et pourquoi !!!

Cette chronique vise la mise en exergue un article de Benjamin Guinhouya (benjamin.guinhouya@univ-lille2.fr) : Le conseil en activité physique dans le cadre des soins primaires (2010) dans la revue Éducation thérapeutique du patient (ici). C’est à ma connaissance le premier article francophone qui fait état de propositions pour effectuer du conseil à l’activité physique avec des patients.L’article en lui-même s’articule autours de propositions pour les médecins généralistes, mais il est tout à fait utilisable pour des Enseignants APA en prévention secondaire ou tertiaire.
Vous y trouverez:Le conseil en activité physique dans le cadre des soins primaires
1)la distinction entre psychothérapie et conseil
« le conseil est principalement caractérisé par les notions d’éducation, de prévention, de formation, de situationnel, de résolution des problèmes, de développement et de court terme, la psychothérapie serait prescriptive, reconstructive, profonde, analytique et dirigée vers le passé. Il semble que la psychothérapie s’intéresse davantage à des dysfonctionnements plus profonds ou de graves problèmes de santé requérant un processus plus intense avec une visée de long terme »
2) une explication et une bonne traduction des « 5 A »
« Assess », « Advise »,« Agree », « Assist », « Arrange » = « Apprécier »,« Aviser », « Agréer », « Assister », « Arranger »
3) Un état de la littérature à propos des recommandations en activité physique de 0 à >65 ans.
L’article comporte quelques limites notamment sur les définitions de l’activité physique, les propositions d’outils d’évaluation, et l’utilisation du modèle Transthéorique.
En touts cas, voici une lecture essentielle pour l’EAPA travaillant avec des personnes touchées par des pathologies chroniques ou des sujets kinésiophobes.

Rembourser les séances d'activités physiques adaptées ?

Rembourser les APA auprès de malades qui n’y a pas déjà pensé ? Si cela pouvait exister ! Au 1er janvier 2006, le gouvernement australien a mis en place le remboursement de visites chez un “exercise physiologist”, pour les personnes ayant droit au “medicare” (équivalent à la sociale australienne). Il fournit des séances d’AP pour dans un cadre de prévention ou de la gestion de maladies chroniques (obésité, arthrose, démence, diabète, tension artérielle et même la dépression). Le patient doit avoir l’autorisation de son médecin généraliste, et à droit à 5 visites par an remboursée à auteur de 44 $.

Voilà une proposition alléchante pour les personnes malades, voilà un système de santé qui se risque au préventif plutôt qu’au

curatif. Bien sur, cette initiative a des limites, et je manque d’informations complémentaires mais cela valait la peine de la faire connaître.

Vous trouverez le document ici

Et pour ceux qui connaissent, cette démarche de remboursement faisait partie du “Plan

National de Prévention par les Activités Physiques ou Sportives” de JF Toussaint en 2008 , proposition 15. Encore un rapport resté sans suite comme le rapport Flageolet.

Motiver en Activités Physiques Adaptées, oui mais comment ?

Les professionnels en activités physiques adaptées rencontrent souvent des problèmes d’adhésion aux programmes qu’ils proposent.  De multiples raisons peuvent expliquer le fait que les personnes ne viennent pas, ou partent au milieu de la séance, notamment la motivation. Les travaux de Beebe et al. 2005 tente de proposer des techniques spécifiques à utiliser durant les séances. Deux études ont montré la faisabilité et l’efficacité de ces techniques avec des personnes âgées et des personnes schizophrènes. Cet auteur parle de WALK intervention. On peut traduire par : W (walk) Marche, A (address sensations) Se concentrer sur ses sensations, L (learn about exercise),  Apprendre des choses sur l’APA, C (cue exercise) Effets bénéfiques de l’APA.  Ce type d’intervention se base sur les composantes du modèle de l’efficacité perçue de Bandura :

1) Utiliser l’encadrant comme “modèle”

L’encadrant doit pouvoir faire des démonstrations, voir réaliser concrètement la séance.

2) Encouragement verbal à chaque séance

Faire exprimer les sujets sur leurs doutes, croyances et questions liées à l’APA + Identifier et encourager les efforts fournis par la personne, même les plus minimes.

3) Feedback physiologique

Mesurer le confort durant la séance, anticiper les problèmes issus de la pratiques (courbatures, douleurs…) + Souligner verbalement les critères physiologiques sur lequel se base la séance, l’expliquer et le lier à l’expérience corporelle du sujet.

4) Suivre les performances ou les progrès effectués.

Afficher les intensités utilisées dans la pratique + Rappeler les efforts fournis depuis début de la prise en charge + Proposer au sujet de noter le résumé du contenu de ses séances

Ci-dessous vous trouverez le détail du programme utilisé avec des sujets schizophrènes issu de l’étude de Beebe 2010.

Beebe, L. H., & Smith, K. (2010). Feasibility of the Walk, Address, Learn and Cue (WALC) Intervention for Schizophrenia Spectrum Disorders. Archives of psychiatric nursing, 24(1), 54–62.
Beebe, L., Smith, K., Burk, R., Dessieux, O., Velligan, D., Tavakoli, A., & Tennison, C. (2010). Effect of a Motivational Group Intervention on Exercise Self-Efficacy and Outcome Expectations for Exercise in Schizophrenia Spectrum Disorders. Journal of the American Psychiatric Nurses Association, 16(2), 105 -113. doi:10.1177/1078390310364428
Resnick, B. (2002). Testing the effect of the WALC intervention on exercise adherence in older adults. Journal of Gerontological Nursing, 28(6), 40-49.