Archives par mot-clé : psychiatrie

Quelles sont les dernières recommandations du réseau canadien pour le traitement de la dépression par l’exercice physique ?

Le groupe d’experts canadiens vient récemment de livrer ses conclusions à propos des traitements alternatifs et complémentaires dans le cadre des soins de la dépression. Il dresse un état de littérature scientifique afin de pouvoir réaliser des recommandations les plus factuelles possibles. Je n’aborde pas les autre traitements complémentaires pour la dépression ici (voir un article du blogue à propos).

Ils commencent leur texte en soulignant les difficultés méthodologiques de l’évaluation de ce type de traitement (contrôle de l’effet placebo, évaluation en aveugle…). Rappellent au passage, un manque d’information disponible sur les potentiels effets d’interaction avec les traitements (voir articles 1 et 2 du blogue).

330df7e0-2058-0134-91d5-06caa2286297.jpg

En bref, leur argumentation est basée sur :

Niveau dépression moyen à modéré

  • 2 méta-analyses et 2 revues systématiques concluent que l’exercice physique a un niveau similaire d’efficacité que les antidépresseurs ou une psychothérapie
  • efficacité à court terme est supérieure à une condition traitement

Niveau dépression modéré à sévère

  • 1 méta-analyse concluent au fait que l’exercice est supérieur aux groupes contrôles
  • Peu de preuves de bénéfices à long terme

CONCLUSIONS

Pour des adultes touchés par un niveau de dépression moyen à modéré

  • Recommandation en 1er ligne
  • Niveau de preuve = 1
  • Monothérapie

Pour des adultes touchés par un niveau dépression modéré jusqu’à un épisode dépressif majeur

  • Recommandation en 2nd ligne
  • Niveau de preuve = 1
  • Traitement complémentaire

Compléments

  • Absence de supériorité claire entre exercice physique et exercice de résistance
  • au moins 30 minutes d’exercice supervisé d’intensité modéré, 3 fois par semaine durant 9 semaines consécutives
  • Niveau de preuve élevé que l’adhésion, la participation à l’exercice physique, est plus élevée quand celle-ci est encadrée par un personnel qualifié
    Ravindran, A. V., Balneaves, L. G., Faulkner, G., Ortiz, A., McIntosh, D., Morehouse, R. L., … CANMAT Depression Work Group. (2016). Canadian Network for Mood and Anxiety Treatments (CANMAT) 2016 Clinical Guidelines for the Management of Adults with Major Depressive Disorder: Section 5. Complementary and Alternative Medicine Treatments. Canadian Journal of Psychiatry. Revue Canadienne De Psychiatrie, 61(9), 576–587. http://doi.org/10.1177/0706743716660290

L'activité physique, un catalyseur des traitements de la dépression ?

6857123Le niveau d’activité physique (AP) d’adultes touchés par des troubles dépressifs (modérés à élevés) est un facteur qui influence la réponse à un traitement de la dépression. Mats Hallgreen et al. (2016) ont réalisé une analyse secondaire d’un essai clinique qui évaluait initialement l’efficacité d’un programme d’exercice physique versus une thérapie cognitive et comportementale (TCC) par internet versus des soins usuels . Il s’est concentré uniquement sur les 2 derniers bras interventionnels, c’est à dire, sans les participants au groupe exercice physique, représentant au total 629 participants. L’essai clinique était en simple aveugle et multicentrique.

Les investigateurs ont catégorisé le niveau d’activité physique faible, modéré, élevé, sur la base d’un questionnaire d’AP. Ils se concentraient sur l’analyse des scores au Montgomery–Åsberg Depression Rating Scale (MADRS) pré et post-intervention. L’analyse statistique prenait en compte des covariables importantes, comme par exemple la prise d’antidépresseurs.

Les résultats montrent que la diminution du niveau de dépression est significativement plus marquée uniquement chez les sujets ayant déclarés un niveau d’activité physique élevé avant le traitement. Ce résultat est indépendant du bras interventionnel (TCC ou soins usuels) et du sexe.

happiness-therapy-silver-linings-playbook-30-01-2013-16-11-2012-9-gBien que l’étude souffre de plusieurs limites (AP auto-rapportée, non prise en compte des données manquantes…), c’est un résultat important car c’est, à ma connaissance, une des 1er fois que l’activité physique est identifiée comme un facteur associé à une efficacité plus importante des traitements de la dépression. Ainsi, promouvoir un style de vie plus actif durant une thérapie cognitive et comportementale pourrait être bénéfique pour les usagers.

Dans le futur, une évaluation objective de l’activité physique pourrait venir confirmer ces résultats.

Voir aussi sur le blog un précédent article sur la question des antidépresseurs et de l’activité physique.

Hallgren, M., Nakitanda, O. A., Ekblom, Ö., Herring, M. P., Owen, N., Dunstan, D., … Forsell, Y. (2016). Habitual physical activity levels predict treatment outcomes in depressed adults: A prospective cohort study. Preventive Medicine, 88, 53–58. http://doi.org/10.1016/j.ypmed.2016.03.021

L'activité physique chez les personnes touchées par des troubles schizophréniques, tout ce que l'on sait

Après une activité moins fournie sur le blog ces derniers mois, voici un article qui présente une méta-analyse réellement intéressante. L’équipe composée principalement de Stubbs, Schuch, Rosenbaum and Vancampfort produit énormément d’études (1,2), dont plusieurs présentées dans ce même blog, et celles-ci font souvent l’état de la littérature sur une question précise touchant la santé somatique, psychiatrique et l’activité physique de personnes suivies pour des troubles psychiatriques.

Ainsi, leur dernière production rassemble l’ensemble des études disponibles évaluant le niveau d’activité physique de personnes touchées par des troubles schizophréniques (3).

The Lefovers_runningNous nous concentrerons uniquement sur les résultats des études ayant évalué l’activité physique objectivement (12 études). Si vous êtes un lecteur du blog, vous n’êtes pas sans savoir que la question de la mesure subjective ou dîtes, auto-rapportée pose de nombreux problèmes méthodologiques. Dans cette investigation, les participants rapportaient 25 min par jour par questionnaire d’activité physique alors que les mesures objectives décrivent en moyenne 192 min par jour.

L’activité physique MODÉRÉE mesurée objectivement représente en moyenne 42 minutes par jour. Cela diminue radicalement pour l’activité physique VIGOUREUSE, tombant 0,2 minutes par jour.

Les auteurs ont aussi porté leur intérêt sur les 2 études qui décrivaient la proportion de participants ayant une activité physique équivalente ou supérieure aux recommandations internationales (150 minutes par semaines d’activité physique modérée minima). C’était le cas pour 54.2 % des participants. Globalement, les analyses de sous groupes soulignent que les personnes en soins ambulatoires sont plus actives indépendamment de la catégorie d’activité physique.

Ces résultats sont majeurs et appellent les professionnels de la psychiatrie, les familles et les usagers à porter un intérêt plus grand à l’activité physique, principalement d’intensité vigoureuse. Les kinésiologues, les enseignants en Activité Physique Adaptée ont un rôle majeur à jouer pour mobiliser (en sécurité) les personnes touchées par des troubles mentaux sévères.

1. Vancampfort D, Firth J, Schuch F, Rosenbaum S, De Hert M, Mugisha J, et al. Physical activity and sedentary behavior in people with bipolar disorder: A systematic review and meta-analysis. J Affect Disord. 2016 May 14;201:145–52.

2. Schuch FB, Vancampfort D, Rosenbaum S, Richards J, Ward PB, Stubbs B. Exercise improves physical and psychological quality of life in people with depression: A meta-analysis including the evaluation of control group response. Psychiatry Res. 2016 Apr 26;241:47–54.

3. Stubbs B, Firth J, Berry A, Schuch FB, Rosenbaum S, Gaughran F, et al. How much physical activity do people with schizophrenia engage in? A systematic review, comparative meta-analysis and meta-regression. Schizophr Res [Internet]. 2016 Jun 1 [cited 2016 Jun 6];0(0).

Pour préparer la semaine d'information sur la santé mentale 2016 (1/2)

SISM 2016Du 14 au 27 Mars se déroule la semaine d’information sur la santé mentale. Le thème de 2016 est le suivant : « Santé mentale et santé physique – un lien vital ». Vous avez sur l’image de gauche, un résumé des thèmes de cette semaine. L’activité physique a une bonne place ! Pour préparer cette semaine, le blog Activités Physiques Adaptées diffuse à nouveau deux diaporamas issus de présentations réalisées en congrès en 2011 et 2013 et facilite l’accès à des écrits scientifiques francophones.

C’est aussi l’occasion de rappeler que des chercheurs français et internationaux travaillent depuis longtemps sur cette thématique. Ayant eu la possibilité de dresser l’état de la littérature dans le domaine des effets de l’activité physique sur la santé mentale et physique, voici les articles francophones publiés dans ce domaine avec des collègues. Le plus récent est une lettre publiée dans la revue l’Encephale ayant pour titre : Et si on prenait l’activité physique au sérieux en psychiatrie ?.

La première partie de cet article contient le diaporama : Bénéfices des activités physiques adaptées dans la prise en charge de sujets atteints de pathologies mentales et la publication associée.

[slideshare id=58478795&doc=prsentation-soins-somatiques-juin-2011-160219192241]

Les personnes touchées par des troubles schizophréniques très peu actives

willfortedodgerstadiumlastmanonearthQu’est ce que cela donne lorsqu’on évalue objectivement l’activité physique et la sédentarité de 46 personnes en surpoids ou obèses touchés par des troubles schizophréniques ? Un équipe de chercheurs vient de publier les données qui répondent à cette question et mettent en perspectives leurs résultats avec la population générale 1. Les participants portaient un actimètre Actiwatch durant 7 jours avant d’être répartis dans une étude interventionnelle. L’Actiwatch était porté en moyenne 15h par jour.

81 % du temps de mesure était classifié comme de la sédentarité (environ 13h/jour). L’activité physique modérée à intense, ainsi que l’AP de faible intensité représentait 2% (19min), 17 % (157min) du temps de mesure, respectivement. Les mesures par questionnaire de l’activité physique souligne que les activités de la vie quotidienne sont la 1er source d’activité physique suivie par les déplacements à pied. En comparaison, aux données d’une étude épidémiologique importante, les participants étaient significativement plus sédentaires et inactifs que des utilisateurs de services de santé mentale et que la « population générale ».

Pour résumer, les preuves des risques de la sédentarité et de l’inactivité physique sont chaque mois plus importantes, les cliniciens et décideurs en psychiatrie, santé mentale et soins primaires doivent développer des stratégies de soins spécifiques incluant des spécialistes de l’activité physique comme les kinésiologues et Enseignants en Activité Physique Adaptée 2. Voir mes articles en accès libre à ce sujet

  1. Janney CA, Ganguli R, Tang G, et al. Physical activity and sedentary behavior measured objectively and subjectively in overweight and obese adults with schizophrenia or schizoaffective disorders. J Clin Psychiatry. 2015;76(10):e1277-e1284. doi:10.4088/JCP.14m09330.
  2. Bernard P. Et si on prenait l’activité physique au sérieux en psychiatrie ? L’Encéphale. doi:10.1016/j.encep.2014.10.016.
  3. Bernard P, Ninot G. Bénéfices des activités physiques adaptées dans la prise en charge de la schizophrénie: revue systématique de la littérature (2012) [Benefits of exercise for people with schizophrenia: A systematic review]. L’Encéphale, 38(4), 280-287. (téléchargement)