Archives par mot-clé : qualité de vie

Les perceptions de la maladie prédisent le bien être psychologique et la capacité à l'effort des sujets BPCO en fin de séjour de réhabilitation.

La BPCO demeure une maladie chronique occupant une place importante dans la santé publique. L’AP est reconnue comme ayant une place importante dans la diminution des symptômes et la prévention des troubles souvent associés comme la détresse psychologique. (Plusieurs articles du blog ont traités de ce sujet)

La réhabilitation des personnes BPCO est aujourd’hui bien organisée, mais la question du retour à domicile, de la dégradation des acquis (capacité à l’effort, qualité de vie…) reste un enjeu majeur pour ces patients.

artousUne étude a exploré si la perception de la maladie avant un séjour de réhabilitation prédit la condition physique et la qualité de vie en fin de séjour chez des sujets BPCO.

Les chercheurs ont évalué 96 sujets selon les critères suivants : VEMS, capacité à l’effort (test de marche de 6 minutes), anxiété et dépression (HADS), qualité de vie (SF-36) et perception de la maladie (Ilness Perception Questionnaire IPQ).

En fin de séjour, la qualité de vie n’est modifiée significativement alors que la capacité à l’effort, les symptômes anxio-dépressifs sont améliorés cliniquement.

Les régressions hiérarchiques montrent que la perceptions de la maladies à l’entrée prédisent la capacité à l’effort et le bien être psychologique (sous dimension du SF-36) en fin de séjour. Ces résultats sont obtenus après contrôles des caractéristiques socio-démographiques, psychologiques et de la sévérité de la maladie.

Cette étude suggère que les croyances envers une pathologie influencent les résultats d’une prise en charge de type réhabilitation. A ce titre, des efforts centrés sur les croyances non adaptatives devraient être fournis durant les séjours. Les psychologues et enseignants en APA ont un rôle primordial sur les croyances, particulièrement durant les séances de groupe et la pratique physique supervisée.

Article sur le même sujet (ici)

Zoecker et al. 2014. Illness perceptions predict exercise capacity and psychological well-being after pulmonary rehabilitation in COPD patients. Journal of Psychosomatic Research

L'activité physique pour diminuer le nombre de rendez-vous médicaux des malades chroniques. Olé !

Le 21 juin dernier, dans la revue Plos One, un essai randomisé contrôlé (ERC) a été publié sur ce sujet (en accès libre). Maria Giné-Garriga, du département des Sciences des sports de l’université Ramon Llull de Barcelone, a exploré l’effet d’un programme d’AP supervisé par un spécialiste de l’AP (3 mois, 24 séances, aérobie+ renforcement musculaire, en groupe, incrémenté en difficulté) sur le nombres de visites médicales.

Les patients inclus devaient être porteur d’une pathologie chronique (e.g. BPCO) ou d’un facteur de risque important (e.g. Obèse). Ils étaient recrutés en catalogne dans 63 centre médicaux. Les patients étaient alloués soit dans un groupe AP soit dans un groupe soins usuels. L’ensemble des recruteurs, des évaluateurs étaient en aveugle de l’objectif de l’étude. Ainsi, le recrutement a permis d’inclure respectivement, n = 183; 68.3 (8.8) years; 118 women pour AP et n = 179; 67.2 (9.1) years; 106 women pour contrôle.

Le critère de jugement principal était le nombre de rendez vous médicaux à 12 après la fin du programme AP. Les critères de jugement secondaires : nombre rendez vous médicaux à 3, 6 mois ainsi que la qualité de vie (qol) et l’AP mesuré par le SF12 et l’IPAQ-7.

Le nombre de rendez vous médicaux à 15 mois est significativement plus faible pour le groupe AP 14.8 vs 18.2 (p=.002).

 En discussion, les auteurs présentent les coûts des rendez vous médicaux comptabilisés dans l’étude : infirmière (21-36 euros), urgence (54-88 euros), et médecin à domicile (28-58 euros). Ils présentent ensuite le coût des sessions d’AP (20 euros) donc 480 euros le programme complet + 20 euros de matériel., soit un coût par programme/ participant d’environ 25 euros ( groupe de 20 personnes).

Remarques :

1-les critères d’inclusion sont larges, rendant difficilement le classement de cette étude dans le cadre de la prévention secondaire ou tertiaire. De plus, le critère de sédentarité n’est pas le bon (AP modéré ou vigoureuse pendant au moins une heure 5 jours par semaine), qui fait réellement cela ?

2-les design est simple, ce qui facilite se compréhension par les dirigeants politiques

3-il manque réellement des économistes de la santé dans cette étude pour pouvoir mieux apprécier es résultats

4-aucune information est donnée sur l’adhésion au programme

5-le coût des séances d’AP me semble faible

 Une étude à réaliser en France serait la bienvenue, pour combler les limites et explorer réellement le coût/efficacité. On éviterai ainsi l’effet « écran de fumée » de l’ « étude » de Strasbourg.

Cette étude est à mettre en lien avec celles sur l’Exercise Reference System.

Giné-Garriga et al. 2013.The Effect of a Physical Activity Program on the Total Number of Primary Care Visits in Inactive Patients: A 15-Month Randomized Controlled Trial. PLOS One

Il-y-a-t-il un lien entre motivation à l'activité physique et la qualité de vie chez les sujets en surpoids ou obèse ?

Un article vient de paraitre ce mois ci, dans la revue Diabetes & Metabolism, une revue française anglophone. Cette revue a une bonne visibilité au niveau international.  De plus, si la majorité des publications abordent des sujets centrés “physiologie”, cette revue s’ouvre de plus en plus à des thématiques plus larges (psychologie…). (voir le bas de l’article pour quelques illustrations)

Cet article a pour titre: Relations entre qualité de vie liée à la santé et stades de changement de comportement vis-à-vis de l’activité physique dans une population en surpoids/obèse

Objectifs

Des études ont montré une relation entre les stades de changement (SDC)*** et la qualité de vie liée à la santé (QVLS) dans des populations obèses. Ces études n’ont cependant pas utilisé de questionnaires de qualité de vie spécifiques à la population obèse, ce qui constitue l’objet de notre étude. Nous avons testé l’hypothèse selon laquelle les sujets à des stades de changement avancés avaient une meilleure QVLS.

Méthodes

Un total de 214 sujets obèses (148 femmes/66 hommes, âge moyen : 47,7 ± 14,0 ans, IMC moyen : 37,2 ± 8,4 kg/m2) ont été inclus dans une étude transversale et ont rempli les questionnaires de SDC et l’échelle de qualité de vie obésité diététique (EQVOD).

Résultats

Une MANCOVA a montré une différence significative entre les cinq dimensions de l’EQVOD (P < 0,001). Une ANCOVA a montré un effet des SDC sur l’impact physique (P < 0,001), psychosocial (P < 0,01), la vie sexuelle (P = 0,07) mais ni sur le bien-être alimentaire (P = 0,13), ni sur le vécu des régimes (P = 0,13).

Conclusion

Chez les personnes en surpoids/obèses, la QVLS varie en fonction des SDC, celles qui sont aux stades plus avancés rapportant une meilleure QVLS. Toutefois, nous n’avons pas pu montrer de relation significative entre SDC et dimensions liées à l’alimentation, ce qui confirme la complexité des relations entre exercice physique et alimentation, et la nécessité d’études complémentaires pour mieux en comprendre les mécanismes.

Commentaires

J’ajoute une explications sur les SDC pour les non familiers. De plus, les résultats sont à penser à la vue de la problématique de l’obésité chez des sujets touchés par la schizophrénie. Retrouve-t-on les même résultats chez ces sujets ? Il y a t il une association entre stade de changement et qualité de vie spécifique au sujets schizophrènes ? A priori, on peut penser que oui, et peut être même de manière plus accentuée. A tester dans de futures études ! ! !

***Les stades motivationnels sont au nombre de cinq : précontemplation (l’individu n’est pas ou peu conscient de son comportement problématique, absence de désir de changer son comportement dans les 6 prochains mois) ; contemplation (l’individu reconnaît qu’il a un problème et commence à penser sérieusement à le modifier dans les 6 prochains mois) ; préparation (l’individu combine des critères d’intentionnalité et de comportement, il a l’intention de changer de comportement dans les prochains 30 jours) ; action (l’individu modifie de façon importante son comportement, ses expériences et/ou son environnement, au cours des 6 derniers mois afin de surmonter ses problèmes) ; maintien (l’individu a modifié son comportement depuis au moins 6 mois).

Health-related quality of life and stages of behavioural change for exercise in overweight/obese individuals

Background

Stages of change in exercise behaviour have been shown to be associated with health-related quality of life (HRQoL) in overweight/obese adults. However, studies examining this relationship have not used questionnaires specifically designed for such a population. The present study assessed the impact of stages of change (SOC) for exercise, using the transtheoretical model, on the HRQoL, using the Quality of Life, Obesity and Dietetics (QOLOD) scale, an obesity-specific QoL questionnaire. Our hypothesis was that the more people are in the advanced stages of behavioural change, the better their HRQoL.

Methods

A total of 214 consecutive obese individuals (148 women/66 men, mean age 47.4 ± 14.0 years, BMI 37.2 ± 8.4 kg/m2) were included in the cross-sectional study, and all completed SOC and QOLOD questionnaires.

Results

Multivariate analysis of covariance (MANCOVA) established significant effects on the overall composite of the five dimensions of the QOLOD (P < 0.001). Analysis of covariance (ANCOVA) further determined the significant effect of SOC in terms of physical impact (P < 0.001) and psychosocial impact (P < 0.01), with marginally significant effects on sex life (P = 0.07), but no impact on comfort with food (P = 0.13) or on the dieting experience (P = 0.13), two dimensions evaluating attitudes toward food.

Conclusion

In obese/overweight individuals, the HRQoL varies with the SOC, with those in the more advanced behavioural stages reporting better HRQoL. However, dimensions related to food showed no differences according to SOC, confirming the complexity of the relationship between exercise and nutrition, and the need for further studies to acquire a more complete understanding of their underlying mechanisms.

Commentary: This study has shown intersting results. Maybe, these results are similar for adults with schizophrenia disorders.

Romain et al. (2012) Health-related quality of life and stages of behavioural change for exercise in overweight/obese individuals. Diabetes & Metabolism.

Mosnier et al. (2010). How patients’ attitudes and opinions influence self-care behaviours in type 2 diabetes. Insights from the French DIABASIS Survey (Comment les opinions et les attitudes des patients vis-à-vis de leur diabète de type 2 influencent leur implication dans sa prise en charge ? Les leçons de Diabasis) Diabetes & Metabolism.

Esteban et al. (2010). Self-perception of health status, mental health and quality of life among adults with diabetes residing in a metropolitan area (Autoperception de l’état de la santé, de la santé mentale et de la qualité de vie chez des adultes diabétiques résidant en zone urbaine) Diabetes & Metabolism

Attalin et al. (2012) Physical-activity prescription for obesity management in primary care: Attitudes and practices of GPs in a southern French city (Prescription d’activité physique et prise en charge de l’obésité en soins primaires : attitudes et pratiques des médecins généralistes d’une ville du Sud de la France). Diabetes & Metabolism

L’efficacité d’une intervention pluridisciplinaire chez des patients à risque cardio-vasculaire : le programme EDUCOEUR

L’Institut de Recherche Cliniques de Montréal a publié les résultats d’un essai clinique randomisé contrôlé testant les effets à 2 ans. Pour présenter (partiellement) cet essai, je reprends une méthode de lecture tirée d’une méthode de Lecture Critique d’Article (LCA), les critères PICO.

Patients

Inclusion-Homme/femme, 35-70ans, faisant état d’au moins 2 facteurs de risque parmi les suivants : tension artérielle, cholestérol élevé, diabète de type 2 non contrôlé, consommation de tabac quotidienne, IMC>30
Non inclusion-trouble coronarien, insuffisance rénale, diabète type 1
Recrutement-annonce dans les journaux, 1580 appels téléphoniques dont 185 sujets inclus

 Interventions

Programme EDUCOEUR

Conduit par des nutritionnistes, psychologues, kinésiologues, médecins et infirmières

12 semaines-3h/semaine

Nutrition- entrainement à la gestion du stress (basé sur le modèle transthéorique, le « Health Belief » modèle et l’entretien motivationnel)- Activité physique

Activité physique= 10 minutes d’informations sur l’AP+échauffement+ exercice aérobie à 60:80% fcmax+un circuit d’entrainement en résistance (35min) + 1 session supervisée de rappel tous les 3 mois jusqu’à la fin de l’étude

 Comparaison

2 Groupes contrôle: Soins usuels, Soins spécialisés (SS) (minima- suivi par un médecin spécialiste, un entretien entre 15 et 60 tous les 6 mois)

 Outcomes (Résultats)

Critère jugement principal = Score de Framingham + algorithme PROCAM

Critères jugements secondaires = AP déclarée- condition physique- habitudes alimentaires- Dépression (BDI)- Qualité de vie (SF-12)

 Score de Framingham diminue de 16% à 14.6% (p<.005) pour les sujets du programme EDUCOEUR

Score de Framingham diminue significativement pour le groupe EDUCOEUR et les Soins spécialisés.

Score de dépression et qualité de vie diminue significativement pour le groupe EDUCOEUR et les Soins spécialisés.

Les patients du programme EDUCOEUR consomment significativement moins de médicaments que ceux du groupe Soins spécialisés.

 

AVIS

Cet essai est original, se veut proche de la réalité clinique. Quelques faiblesses sont à souligner : la nature des groupes contrôles (pas du tout le même temps de contact soignant-soigné), l’analyse statistique est discutable, l’évaluation de la condition physique, le choix des modèles motivationnels n’est pas étayé. Les résultats sont intéressants mais pas nécessairement très supérieurs aux SS, la question du coût efficacité se pose.

Le choix de travailler sur des patients prodromiques est à mon sens, très pertinent et original. L’article est très consistant mais il aurait été peut être plus intéressant pour le lecteur d’avoir un article methode-design séparément. Publier uniquement le protocole est discutable mais sur des interventions complexes, cela permet de réellement prendre la mesure de celle-ci. De manière surprenante, cette étude est financée par un laboratoire pharmaceutique, jolie initiative. Cette étude est un bel exemple de médecine comportementale.
Goyer et al. (2012) Randomized Controlled Trial on the long-term efficacy of a multifaceted interdisciplinary lifestyle intervention in reducing cardiovascular risk and improving lifestyle. Journal of Behavioral Medicine.

Livres pour étudiants et professionnels en Activités Physiques Adaptées

Psychologie du sport et de la santé

Sous la direction de : Greg Décamps, Editeur : De Boeck, parution Aout 2011 (lien)

Au regard de ces nouvelles problématiques émergentes dans le champ de l’activité physique et sportive, la psychologie du sport, initialement centrée sur l’amélioration des performances sportives, et la psychologie de la santé, visant à comprendre les phénomènes d’adaptation psychologique à la maladie ou à une situation potentiellement stressante, trouvent là diverses opportunités de mettre en commun leurs concepts spécifiques et apports respectifs.

A l’interface de ces deux disciplines, de nombreux travaux ont vu le jour ces dernières années, portant sur la promotion de la santé par le sport, ou encore sur le rôle de l’activité physique dans l’amélioration de la santé et de la qualité de vie de sujets présentant diverses pathologies physiques ou ayant des comportements à risques.

Cet ouvrage propose une synthèse exhaustive et critique de la littérature récente portant d’une part, sur l’ensemble des champs de recherche et modélisations en psychologie permettant d’articuler les concepts de sport et de santé, et d’autre part, sur les diverses méthodes d’intervention (prévention, évaluation, détection, prise en charge) préconisées tant par les chercheurs universitaires que par les praticiens.

Livre riche de modèles et d’explications, plutôt réservés aux étudiants en Licence ou Master APA, qui a l’intéret de mettre en lumière (mais surtout en français) l’état de la littérature internationale dans le domaine. On saisit mieux la place de la recherche STAPS en France.

Questionnaires psychologiques pour l’activité physique, le sport et l’exercice

Auteur André N, Laurencelle L, Éditeur, Presses de l’Université du Québec (lien)

Questionnaires psychologiques pour l’activité physique, le sport et l’exercice constitue un répertoire critique des échelles et questionnaires psychométriques existants. Chacun des grands secteurs touchés y est représenté : la motivation, la dynamique de groupe, les attitudes, le contrôle, les représentations de soi, les états affectifs et le stress. Une quarantaine de tests en moyenne sont répertoriés par secteur, parmi lesquels les plus utilisés sont décrits de manière détaillée, puis commentés. Un glossaire, définissant avec précision les concepts et usages psychométriques, accompagne la lecture. En tout, le livre recense 301 questionnaires, dont environ 110 proviennent directement de la psychologie générale et sont appliqués à la psychologie du sport et de l’exercice.

Livre intéressant, pour les professionnels APA et Master APA, qui permet de connaitre une partie importante des outils psychométriques disponibles. Seulement, le constat est amer, relativement peu d’échelles sont validées en français dans le domaine de l’exercice physique.