Archives par mot-clé : Québec

Quand patiner ne sera plus qu’un souvenir : le changement climatique et l’activité physique de plein air

Au mois de décembre dernier, j’ai eu l’occasion de pouvoir réaliser une présentation pour les membres du Réseau, un rassemblement québécois d’intervenants dans le domaine de l’activité physique de plein air.

L’objet de cette présentation était de mettre en lumière les enjeux actuels et futurs des activités physiques de plein air dans le contexte du changement climatique. Après une introduction qui rappelle les conclusions du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat, illustrées par des exemples canadiens, j’ai brièvement présenté les conclusions de notre revue de littérature sur l’activité physique et le changement climatique (voir le précédent article sur cette question). Ensuite, j’ai illustré les enjeux de l’activité physique de plein air avec une série d’études nord-américaines portant notamment sur les activités de plein air dans les parcs fédéraux mais aussi les possibilités de plus en plus réduites de patinage en extérieur ou de ski alpin au Québec. Je vous laisse lire les conclusions et recommandations dans les dernières diapos de la présentation ci-dessous.

 

La santé des Québécoises et des Québécois, liée pour longtemps au changement climatique

On le sait depuis plus de 30 ans, les conséquences du changement climatique sont intimement liées à notre santé physique et mentale. Pourtant, les 10 pays les plus émetteurs de gaz à effet de serre (dont le Canada) continuent d’augmenter leurs émissions. Face à l’urgence climatique, nous devons minimalement diviser par quatre nos émissions pour limiter l’augmentation à deux degrés.

Dans le domaine de la santé, nous parlons aujourd’hui de « santé planétaire ». Plus l’accès à l’eau potable, à un air sain, à des milieux naturels protégés diminue, plus les risques pour notre santé sont élevés, voire irréversibles.

Le changement climatique touche notre santé via : les désastres naturels, les vagues de chaleur, les inondations, la qualité de l’eau détériorée, la qualité et quantité de la nourriture diminuée, l’apparition ou le développement de « nouvelles » pathologies. Or, les experts nous rappellent que ces phénomènes s’accentuent, deviennent plus fréquents et peuvent apparaître en même temps. Mais que se passe-t-il donc dans ce cas ? Les risques pour la santé sont décuplés et la vie des personnes déjà fragiles est menacée. Les comités d’experts ajoutent aussi un autre risque majeur lié au changement climatique : les risques psychosociaux.

Les comités d’experts ajoutent aussi un autre risque majeur lié au changement climatique: les risques psychosociaux. En effet, les conséquences du changement climatique vont faire émerger des conflits sociaux, parfois violents notamment en lien avec les déplacements forcés de centaines de milliers de personnes. Par exemple, de nombreux deltas très peuplés sont amenés à disparaître progressivement avec la montée des eaux, les terres deviennent incultivables, les gens devront partir.

À la lecture de ces lignes, on pourrait imaginer que les conséquences pour la santé liées au changement climatique, sont pour les autres et dans longtemps.

Or, le Canada et le Québec vivent déjà les conséquences du changement climatique. Rappelons-nous les vagues de chaleur de 2018, 66 décès ont été attribués à cette vague dans la région de Montréal. La carte des décès nous rappelle le poids des inégalités sociales de santé, les quartiers plus défavorisés étant plus touchés. Les Montréalaises et les Montréalais aux prises avec un trouble mental sévère, une maladie chronique ou isolés socialement décédaient plus. On pourrait ajouter à cela d’autres exemples locaux. Ainsi, la précarité sanitaire des communautés autochtones canadiennes croît. La montée des eaux, les modifications des saisons entraînent, pour eux, une série de nouveaux problèmes de santé mentale ou de suffisance alimentaire.

Pour résumer, si nous continuons sur la voie actuelle à nourrir le changement climatique par nos émissions, notre utilisation des terres arables, l’accentuation de la pression sur la biodiversité, la santé des enfants qui naissent aujourd’hui est très compromise.

Quoi faire ? La manifestation pour le climat de septembre dernier, nous laisse penser que les Québécoises et Québécois ont pris conscience de l’urgence climatique. Cependant, nous ne savons pas si la population générale comprend le lien entre la non-réduction des gaz à effet de serre et les risques pour leur santé présente et future. En d’autres termes, avoir une alimentation riche en protéine animale, utiliser quotidiennement une voiture, ou voyager fréquemment en avion ont des conséquences néfastes (in)directes sur leur santé.

Les décideurs politiques semblent ne pas avoir pris conscience de l’urgence climatique actuelle et du péril pour notre santé physique et mentale. Ainsi, tergiverser sur la réduction drastique de l’usage de la voiture en ville, ne pas légiférer sur le développement de l’étalement urbain, freiner les projets de transport en commun dans une ville ou une région, favoriser le développement du transport aérien par l’accroissement d’aéroports, ne pas favoriser économiquement l’alimentation locale, accentuer la bétonisation d’espaces urbains, c’est nourrir le changement climatique et mettre à risque la santé des personnes fragiles d’aujourd’hui et des enfants de demain.

Texte préalablement publié sur le site de la Faculté des Sciences de l’UQAM

Les canadiens connaissent-ils les recommandations d’activité physique ?

BS1020AFB04Afin de mieux préparer la communication sur les prochaines recommandations d’activité physique de 2017, une enquête souhaite évaluer la connaissance des recommandations de 2011 parmi un échantillon de Canadien (Pfaeffli Dale et al. 2016).

La question était la suivante : Avez-vous entendu parler des recommandations d’activité physique pour adulte à leur sortie en 2011 ? Oui (Non Pas sur). Des questions démographiques étaient proposées ainsi qu’une question permettant d’évaluer l’activité physique modérée à élevée habituelle.

25-35 % de taux de réponse, représentant 1586 participants dont 149 francophones, la Colombie-Britanique était la province la plus représentée.

Résultats

  • 44 d’âge moyen
  • 80 % de femmes
  • 55 % des participants se déclaraient actif (i.e., >150 minutes par semaine)
  • 13 % des participants déclaraient connaître les recommandations
  • Les adultes actifs déclaraient plus fréquemment connaître les recommandations.
  • Le taux de 13 % est similaire à ceux relevés au Royaume-Uni ou aux États-Unis.

Ce résultats montre bien qu’il est nécessaire de réfléchir en amont aux stratégies d’application des futures recommandations afin d’augmenter ce taux. De plus, avec les biais méthodologiques (absence d’échantillonnage, évaluation auto-rapportée), il est fort probable que ce taux de 13 % soit encore plus bas.

Pfaeffli Dale, L., LeBlanc, A. G., Orr, K., Berry, T., Deshpande, S., Latimer-Cheung, A. E., … Faulkner, G. (2016). Canadian physical activity guidelines for adults: are Canadians aware? Applied Physiology, Nutrition, and Metabolism. http://doi.org/10.1139/apnm-2016-0115

6e année pour le blog !

simon 2Ce blog a évolué au cours de ces années avec un nombre d’articles plus ou moins important en fonction de mes tâches parallèles. Si je tente de résumer sa vocation, ce blog est une base d’informations pour les professionnels de la prévention, les Enseignants en Activité Physique Adaptée, les kinésiologues et plus globalement les professionnels de la santé. Les thématiques abordées sont: la question de la motivation à l’activité physique, de l’approche épidémiologique de l’activité physique et des relations (négative & positive) entre l’activité physique et la santé mentale avec parfois quelques articles de réflexion personnelle ou issus d’articles originaux.

Qu’est ce qui pourrait être mieux ? L’interaction avec les lecteurs et une diffusion plus importante des articles sur les réseaux sociaux. Peut être aussi que des demandes pourraient faire émerger des idées d’articles… et que de mon côté de je me penche sur la question de l’activité physique en Afrique.

Le blog étant basé dorénavant au Québec, et grandissant progressivement en terme d’audience, je mesure aussi qu’une de ses forces reste la langue française (voir par exemple, les articles de mars et octobre 2015 de recension de la littérature francophone glanée sur internet) facilitant la diffusion de résultats souvent anglophones.

Pour fêter cet anniversaire, rien de mieux que de poursuivre la question de l’activité physique adaptée en francophonie, mais en Suisse cette fois !

Inciter à prendre les escaliers pour promouvoir l'activité physique, euh….

escalier_vers_citadelleDans la perspective des précédents articles du blog qui présentaient une approche plus écologique de la promotion de l’activité physique (AP), je présente une revue de littérature francophone sous-presse dans la revue Cahier de Nutrition et de Diététique avec pour titre : Une stratégie pour augmenter l’activité physique : promouvoir l’utilisation des escaliers [1].

Les auteurs rappellent les 3 stratégies de promotion de l’AP en population : « 1- une stratégie « d’information » qui a pour but de modifier les connaissances et croyances des individus vis-à-vis de l’AP (campagnes médiatiques, affichages…) ; 2- une stratégie centrée sur les « aspects comportementaux » et sociaux qui s’efforce par des actions éducatives et d’accompagnement à motiver les individus à pratiquer une AP régulière (éducation physique à l’école…) et à créer un environnement social favorable à ce changement de comportement (création de groupes de marche…) ;3- enfin une stratégie portant sur « l’environnement » et le contexte politique plus général qui envisage la promotion de l’AP par la modification de l’environnement bâti (équipements sportifs, pistes cyclables…) et structurel (politique municipale, entrepreneuriale…) afin de le rendre plus sécurisé et attractif. »

Leur objectif était de présenter les études interventionnelles utilisant la promotion des escaliers en entreprises ou en lieux publics.

escalier-cap-blanc
Escalier de Cap Blanc

Résultats : 60 études ont été inclues (25 en entreprises) représentant majoritairement les USA et le Royaume-Uni. 38 études sont décrites comme ayant une faible qualité méthodologique et aucune ayant une bonne.

« La durée des interventions variait de 1 jour à 16 semaines. Elles étaient composées d’une phase d’intervention (36 études) ou de deux phases (24 études), conduites dans un ou plusieurs lieux. Au total, 94 bras d’étude ont été identifiés. »

« La principale variable mesurée était la montée des escaliers dans 48 études. », dont seulement 6 études utilisaient des capteurs automatiques.

Efficacité = « Le pourcentage d’utilisation des escaliers par rapport à l’ascenseur variait avant l’intervention dans les lieux de travail de 11,1 % à 69,0 %, avec une moyenne de 34,4 % ; et dans les lieux publics de 1,7 % à 41,9 %, avec une moyenne de 16,0 % ».

Discussion : « Dans les lieux de travail, les posters encourageant l’utilisation des escaliers semblent particulièrement efficaces lorsqu’ils sont associés à un meilleur fléchage des escaliers. »… «  les interventions en deux phases semblent bien représenter une approche prometteuse pour maintenir dans le temps l’augmentation de l’utilisation des escaliers. »

Limites : « une seule étude sur les 60 analysées a utilisé un bâtiment servant de témoin »

Conclusion : « Toutefois, nos résultats nous permettent de recommander plus particulièrement certaines stratégies en fonction du lieu d’intervention. Dans les lieux publics, il est conseillé de placer des posters entre l’escalier et l’ascenseur ou des pancartes sur les contremarches encourageant l’utilisation des escaliers, et de répéter l’intervention au moins une fois. Dans les lieux de travail, l’amélioration du fléchage des escaliers devrait être associée aux posters ou aux pancartes, particulièrement lorsque l’escalier est éloigné de l’ascenseur. ».284823-escalier-faubourg-abord-ete-bati

Remarques : La revue est vraiment intéressante pour des personnes (comme moi) qui connaissent peu ce type d’approche de l’AP. En revanche, on peut s’interroger sur la réelle efficacité de ces interventions vu les faiblesses méthodologiques importantes des études. Établir des recommandations sur ce type d’intervention semble trop précoce. De plus, les auteurs ne décrivent ou ne mesurent pas les potentiels effets protecteurs sur la santé physique (e.g., musculaires…). Comme ils le soulignent en introduction, l’inactivité physique et la sédentarité sont deux comportements distincts, on peut donc s’interroger sur les choix stratégiques de prévention. N’aurait-on plutôt intérêt à se concentrer sur la sédentarité ?

En tout cas, c’est si des auteurs recherchent des lieux d’étude la ville de Québec regorge d’escaliers (illustrations de l’article)   aux vues somptueuses et une course leurs est dédiée bientôt et la meilleure des préparations reste l’escalier de Cap Blanc !!!! Pensez à soutenir la prévention en signant la pétition sur http://www.mieuxvautprevenir.org/

  • Bellicha A, Kieusseian A, Fontvieille A-M, Tataranni A, Charreire H, Oppert J-M. Une stratégie pour augmenter l’activité physique : promouvoir l’utilisation des escaliers – revue de la littérature. Cah. Nutr. Diététique http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0007996015000681

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=rq7_swiEc-U]