Archives par mot-clé : Québec

Gratuité des transports en commun : un livre clé

Il y a deux ans, je résumais la revue de littérature à propos de l’état des connaissances sur la gratuité des transports (ici et ). Ainsi, lorsque le livre La gratuité, une idée payante a été publié, l’occasion était belle de poursuivre l’exploration de ce thème. L’ouvrage traite de 8 idées reçues, analysée par des membres de l’observatoire des villes du transport gratuit en France. L’ouvrage est facile d’accès et pédagogique, basé (en partie) pour plusieurs chapitres sur l’analyse du développement des transports publics gratuits à Dunkerque (200 000 habitants).

D’emblée le chapitre 1 propose une analyse du sens du mot gratuité, de la part des redevances locales dans le paiement des transports en commun, mais aussi que plusieurs services publiques gratuits, ne le sont pas décrits comme tel. Huré discute ensuite de taille des villes qui ont testé ou adopté le transport en commun (partiellement) gratuit. On apprend par exemple que des villes comme Austin, ou Denver ont expérimenté la gratuité par le passé. Si ces dispositifs sont plus développés dans des villes de 50, 100 ou 200 000 habitants, on retrouve aussi des villes comme Kansas city ou Tallinn avec des transports en commun gratuits. A ce jour, la gratuité totales dans des villes ayant un réseau de métro ne semble pas avoir été testé, même si des initiatives de gratuité partielle existent dans des villes européennes importantes (fin de semaine, 18-25 ans). D’ailleurs cette année, la ville française la plus importante se lançant dans la gratuité des transports est Montpellier, 420 00 habitants.

Le chapitre sur les conditions de travail des chauffeurs de bus à la suite de la mise en place de la gratuité est particulièrement intéressant et original. Les auteurs rapportent une baisse de tension avec les passagers, un contrôle social plus fort lié à l’augmentation du nombre d’utilisateurs mais aussi une révision de la perception de leur emploi, plus centré sur l’accueil, l’information.

D’un point de vue des sciences de l’activité physique, je reste sur ma faim dans le chapitre qui traite de la potentielle diminution de l’activité physique, la marche, le vélo. Les méthodes misent en place ne semblent pas adaptée. A Dunkerque, 19% des personnes interrogées rapportent marcher plus, avec des augmentations plus marquées chez les personnes âgées. Il est souligné que les transport gratuits ne représentent pas un menace pour le vélo si les modalités de transfert sont pensées ou développées.

Les potentiels bénéfices en termes d’empreinte carbone ne semblent que très difficilement évaluables notamment parce que certaines villes modifient à la hausse ou à la baisse la grandeur de leur réseau ou les fréquences de passage lors du passage à la gratuité. De plus, un effet rebond temporaire ou non pourrait aussi advenir après la mise en place de la gratuité.

Le 4 septembre, un texte dans La Presse abordait les enjeux de la gratuité des transports publics au Québec. On y retrouve des idées reçues traitées dans le livre: “si les transports en commun étaient gratuits, ce serait davantage des gens qui se déplacent à pied ou à vélo qui en profiteraient”, “L’expérience et les études démontrent que chaque dollar dépensé pour des investissements en infrastructures et en amélioration du service est plus efficace qu’un dollar dépensé pour diminuer les tarifs”. On y oppose (malheureusement) investissement, réorganisation et gratuité.

Il aurait été pertinent d’interroger Schepper qui abordait cette question en détails en 2017 pour le Québec, rappelant que Beauharnois, Candiac et Sainte-Julie se sont lancées il y a quelques années. Je cite :’Malgré ses nombreux avantages, la gratuité du transport en commun a un coût qui paraît élevé. C’est généralement parce que nous évitons de calculer les coûts sociaux de l’utilisation individuelle de la voiture comme principale source de déplacements.

Faire des enjeux climatiques une priorité comme professeur d’université au Québec: retours d’expérience

Il y a environ 5 ans maintenant, j’ai décidé (au départ) d’intégrer le changement climatique dans mes questions de recherche puis d’en faire la question clé de mes travaux. Depuis de nombreuses années, je me suis intéressé à l’écologie. Et aussi plus précisément aux mécanismes du changement climatique, ses conséquences sociales et sanitaires dans les années suivant mon doctorat.  

Comme de nombreux jeunes chercheurs, j’ai mis mon énergie pour affiner ma formation (stage postdoctoral à Québec) et augmenter mes chances d’obtention d’un poste. Celle-ci m’a souri. L’accès à un poste universitaire m’a donné les coudées franches pour mettre en œuvre (en partie) les études que je souhaitais mener1. Finalement, j’ai foncé sur de multiples projets et amélioré mais compétences rédactionnelles et statistiques2. 

Puis, mes lectures, podcasts m’ont rattrapées. Autrement dit, à quoi bon participer à l’accumulation des connaissances sur les bénéfices de l’activité physique pour la santé mentale ou le contenu d’interventions de changement de comportement si tout brûle ou est sous l’eau dans 30 ou 50 ans. La dissonance cognitive et des lectures académiques clés3–8 ont fait le reste.  

J’ai donc poursuivi mes travaux de recherche en travaillant de sur une lettre à l’éditeur pour une revue de psychologie de la santé (résumée ici) afin d’identifier les points clés de la littérature scientifique concernant notre communauté et de modestement proposer des pistes de recherche. J’ai été étonné des refus reçus par plusieurs revues, où l’on trouvait cela intéressant mais manquant de solutions “prêtes à l’emploi”. 

Si la publication de texte m’a, en quelque sorte, libéré de mon syndrome d’imposteur, elle ne résolvait pas mon questionnement sur les liens entre changement climatique et activité physique. Je me suis aperçu que des 2016, sur ce même blogue j’avais résumé un article peu connu qui proposait une définition de l’activité physique durable et que c’était de là que devait partir ma réflexion. Avec l’aide de mon compère G.Chevance puis d’une belle équipe de collègues, j’ai pris la décision de rédiger le protocole d’une revue systématique sur l’activité physique (dans sa définition large) et les conséquences/origines du changement climatique. Ce travail a été un voyage interdisciplinaire très enrichissant, découvrant des revues et méthodes inconnues de mon côté. J’ai pu mettre à profit mes expériences passées de revues systématiques, mais n’avais pas anticipé les difficultés à résumer, trier, organiser les études sélectionnées. La longueur des versions finales du manuscrit nous a vite limité en termes de journaux académiques qui acceptaient les longs formats. En tout cas, j’étais résolu à tenter une revue avec un lectorat important puisque le manque de visibilité de mon précédent texte m’avait échaudé. Après une expertise de qualité et riche d’enseignement, nous avons obtenu le feu vert pour la publication dans Sports Medicine9.  

Si l’histoire peut paraître belle ainsi, il faut souligner le jeu d’équilibriste qu’est l’absorption d’un pan entier de la littérature sur un nouveau sujet tout en continuant de veiller, encadrer des étudiants, mener des études sur les thèmes cités plus haut. Il y a comme un refus de se dire que l’on est prêt à mettre toute notre connaissance et analyse fine de la littérature pour autre chose (encore aujourd’hui). 

Avec la mise en ligne de l’article, j’ai décidé de faire plus d’efforts de diffusion dans ma communauté académique (ex. courriel personnalisés avec l’article en PDF), et au grand public via un article dans la La Conversation et surtout le développement d’infographies (accès libre ici). Ces dernières étaient une nouveauté pour moi. Mais avec des moyens financiers faibles, j’ai pu collaborer avec une étudiante en design qui a fait un super travail (son site). J’utilise ces illustrations dans mes cours, mes présentations. Avec l’aide de collègues et d’étudiants, j’ai pu obtenir des versions en allemand, anglais, portugais…. En dépit de ces efforts, l’article est lu et utilisé par des collègues, mais l’intérêt des communautés sportives, ou de la presse spécialisée est très faible. L’ensemble de mes courriels ou communiqués de presse sont restés lettre morte. Notre publication a été reprise dans des journaux grand public en France et au Québec, un journal dédié au plein air. 

La suite logique de ce travail a été triple: écrire une lettre à l’éditeur en français pour la communauté scientifique francophone10, proposer un agenda spécifique à la recherche en psychologie du sport11 (revues spécialisées peu intéressées) et sur proposition de G.Chevance tenter le même genre de revue mais pour l’ensemble des comportements de santé. 

Cette revue12 a été, de loin, vraiment très enrichissante. Nous avons pu franchir un pas important dans notre réflexion en intégrant les enjeux de genre, de santé globale, d’inégalités intra-, inter-pays et intergénérationnels. Aussi l’occasion de relire des texte clés à propos de la médecine comportementale. Grâce à Guillaume, le spectre des collaborateurs et spécialistes en santé planétaire s’est élargi, au profit de l’article. 

En parallèle, de cette activité de rédaction et d’analyse, j’ai continué de m’interroger sur les enjeux sociétaux liés au manque d’effort conséquents des sociétés responsables et poursuivant ma lecture de travaux du ShiftProject. Le travail de fond sur la place des enjeux climatiques et énergétiques à l’université m’a ouvert les yeux sur le relatif désert que symbolise ces enjeux dans les universités Canadiennes. Si l’on trouve le changement climatique abordé à l’université, cela ne dépasse généralement pas les départements des sciences atmosphériques ou biologiques. Or, plusieurs essais soulignent l’intrication de toutes les sphères de la société avec les conséquences ou mesures pour tempérer le changement climatique. En conséquence, j’ai rédigé un court texte pour la revue Affaires Universitaires. 

Mais la bonne surprise est venue de mon département où grâce au travail de collègues, un nouveau cours en maîtrise, plus centré sur la recherche a été mis en place en 2020. Plusieurs professeurs se divisent des sessions d’une dizaine d’heure pour présenter les enjeux de recherche dans leur domaine respectifs. Ainsi, grâce à leur ouverture, j’ai pu proposer 13h de cours pour aborder le changement climatique dans les sciences du sport et de l’activité physique. La création de cours a littéralement été passionnante et est venue enrichir ma vision des enjeux et défis. Les échanges avec les étudiants sont aussi à la hauteur, même si j’avoue être étonné de leurs ‘vagues’ connaissances initiales sur les enjeux climatiques. Mais après avoir assimilé les questions de bases liées au changement climatique, il se saisissent très vite des enjeux. Au niveau personnel et professionnel, c’est au départ assez étrange de parler de climat, de boucles de rétroaction, d’inertie, de montée des eaux… devant une classe mais nul n’a besoin d’être climatologue pour comprendre un rapport exécutif du GIEC et les ressources vulgarisées sont multiples.  

Par la suite, je découvre l’initiative française Enseigner le climat qui offre une solution de partage des contenus généralistes ou spécialisés d’enseignants qui se lancent dans des cours liés au changement climatique. Donc mes supports de cours y sont illico déposés.  

 Et puis après ? 

Après les efforts pour réorienter en majeure partie mes travaux, viennent ceux pour créer de nouveaux contacts, mobiliser les communautés académiques et locales, trouver des fonds et des collègues/étudiants spécialisés, oui rien que cela. 

J’ai eu la chance de faire quelques webinaires où l’on m’accordait du temps pour entrer en détails sur les enjeux au Québec et à ailleurs. La difficulté est la même systématiquement, ‘dois-je perdre mon temps’ à rappeler les conclusions du GIEC, l’état d’urgence climatique… c’est parfois gagnant mais sur des présentations de type congrès (12 min), c’est mission impossible. J’essaie aussi de suivre les recommandations de communication sur le climat en soulignant les enjeux locaux, spécifiques des acteurs en face de moi, même si c’est parfois difficile vue l’absence de données. 

Au niveau académique, il me semble (je me trompe peut-être) que les collègues et étudiants européens sont beaucoup plus actifs et intéressés par le développement de projets dans une logique climatique. Cette ‘réorientation’ est aussi l’opportunité de belles rencontres, discussions en ligne qui mènent à des lectures, des projets de publication, voir des projets d’étude.13 

Dans un contexte de recherche académique financée sur projet, l’enjeu de taille reste de trouver des fonds, surtout lorsque l’on sort de sa ‘zone de confort’ thématique. A titre d’exemple, un projet pour mesurer la perception des risques climatiques chez les étudiants en sciences de l’activité physique et éducation physique s’est fait retoquer à deux reprises (c-à-d 2 années de perdues). Des semaines de travail jetées à l’eau, une somme astronomique de démarche administrative pour les co-chercheurs et moi, pour des commentaires où les évaluateurs ne pensent pas que le ‘changement climatique est un sujet pertinent’. 

En conséquence, je tente d’obtenir des financements moins classiques de la part d’autre organismes publics, à voir …  

Je tente aussi de rencontrer des chercheurs issus des sciences du climat, de la santé planétaire, de l’urbanisme… pour comprendre les enjeux, les projets passés ou actuels. C’est une approche imparfaite et chronophage, où parfois on ne se comprend pas, où les démarches restent lettre morte (qui est ce Prof de sport qui me sollicite sur le climat ?). D’autres perçoivent aussi ces démarches comme une volonté de m’accaparer leur travail, ou de prendre de la lumière. (digression : le milieu académique n’est parfois pas le meilleur pour la collaboration, et beaucoup (trop?) se concentrent sur leur ‘carrière’). A l’inverse, d’autres collègues ont ouvert la porte pour 1, 2, ou 3h de cours à leur groupe d’étudiants sur les enjeux climats, d’autres s’interrogent sur le bien-fondé de leur travail dans un monde à +2°C…  

En conclusion 

L’écosystème universitaire favorise un certain conservatisme dans les thématiques de recherche, les enseignements, les perspectives disciplinaires. Ce sont majoritairement des freins au fait que les communautés universitaires se mobilisent VRAIMENT sur la question du changement climatique. A mon sens, aucune discipline n’est épargnée par les défis liés au changement climatique et nous avons accumulé un retard majeur (surtout pour un pays dans le top 10 mondial des émissions). A titre d’exemple, plus les financements de projets sont interdisciplinaires (ce dont on a besoin pour aborder les enjeux de réductions des émissions de gaz à effet de serre par exemple) plus les budgets sont petits et les délais compressés. La communauté académique au Québec n’est pas encore mobilisée à la hauteur des défis posés par le changement climatique en termes d’enseignement, de financement, et d’organisation des universités et de la recherche (voir par exemple la démarche Labo 1.5 en France) 

Ce partage d’expérience (beaucoup trop long) ne vaut pas modèle ou pavoisement, simplement un point d’étape pour moi et une occasion de réfléchir pour les 2 ou 3 lecteurs qui iront jusqu’au bout. 

  • 1. Bernard, P. et al. Dose response association of objective physical activity with mental health in a representative national sample of adults: A cross-sectional study. PLOS ONE 13, e0204682 (2018).
  • 2. Bernard, P., Hains-Monfette, G., Atoui, S. & Kingsbury, C. Differences in daily objective physical activity and sedentary time between women with self-reported fibromyalgia and controls: results from the Canadian health measures survey. Clin Rheumatol 37, 2285–2290 (2018).
  • 3. Zywert, K. Human health and social-ecological systems change: Rethinking health in the Anthropocene. The Anthropocene Review 4, 216–238 (2017).
  • 4. Ebi, K. L., Frumkin, H. & Hess, J. J. Protecting and promoting population health in the context of climate and other global environmental changes. Anthropocene 19, 1–12 (2017).
  • 5. Ripple, Wolf, C., Newsome, T. M., Barnard, P. & Moomaw, W. R. World Scientists’ Warning of a Climate Emergency. BioScience (2019) doi:10.1093/biosci/biz088.
  • 6. Lenton, T. M. Environmental Tipping Points. Annual Review of Environment and Resources 38, 1–29 (2013).
  • 7. Rockström, J. et al. Planetary Boundaries: Exploring the Safe Operating Space for Humanity. Ecology and Society 14, (2009).
  • 8. O’Neill, D. W., Fanning, A. L., Lamb, W. F. & Steinberger, J. K. A good life for all within planetary boundaries. Nature Sustainability 1, 88–95 (2018).
  • 9. Bernard, P. et al. Climate Change, Physical Activity and Sport: A Systematic Review. Sports Med 51, 1041–1059 (2021).
  • 10. Bernard, P. et al. Muscler son jeu dans la lutte contre le changement climatique. Science & Sports (2021) doi:10.1016/j.scispo.2020.10.006.
  • 11. Bernard, P. et al. Climate change: the next game changer for sport and exercise psychology. Ger J Exerc Sport Res (2022) doi:10.1007/s12662-022-00819-w.
  • 12. Chevance, G. et al. Thinking health-related behaviors in a climate change context: A narrative review. Annals of Behavioral Medicine (2022) doi:https://doi.org/10.1093/abm/kaac039.
  • 13. Fresan, U, Bernard, P. & Chevance. A pilot smartphone intervention aiming to promote a sustainable healthy diet: pre-registered study protocol. https://preprints.jmir.org/preprint/41443 (2022).

Quand patiner ne sera plus qu’un souvenir : le changement climatique et l’activité physique de plein air

Au mois de décembre dernier, j’ai eu l’occasion de pouvoir réaliser une présentation pour les membres du Réseau, un rassemblement québécois d’intervenants dans le domaine de l’activité physique de plein air.

L’objet de cette présentation était de mettre en lumière les enjeux actuels et futurs des activités physiques de plein air dans le contexte du changement climatique. Après une introduction qui rappelle les conclusions du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat, illustrées par des exemples canadiens, j’ai brièvement présenté les conclusions de notre revue de littérature sur l’activité physique et le changement climatique (voir le précédent article sur cette question). Ensuite, j’ai illustré les enjeux de l’activité physique de plein air avec une série d’études nord-américaines portant notamment sur les activités de plein air dans les parcs fédéraux mais aussi les possibilités de plus en plus réduites de patinage en extérieur ou de ski alpin au Québec. Je vous laisse lire les conclusions et recommandations dans les dernières diapos de la présentation ci-dessous.

 

La santé des Québécoises et des Québécois, liée pour longtemps au changement climatique

On le sait depuis plus de 30 ans, les conséquences du changement climatique sont intimement liées à notre santé physique et mentale. Pourtant, les 10 pays les plus émetteurs de gaz à effet de serre (dont le Canada) continuent d’augmenter leurs émissions. Face à l’urgence climatique, nous devons minimalement diviser par quatre nos émissions pour limiter l’augmentation à deux degrés.

Dans le domaine de la santé, nous parlons aujourd’hui de « santé planétaire ». Plus l’accès à l’eau potable, à un air sain, à des milieux naturels protégés diminue, plus les risques pour notre santé sont élevés, voire irréversibles.

Le changement climatique touche notre santé via : les désastres naturels, les vagues de chaleur, les inondations, la qualité de l’eau détériorée, la qualité et quantité de la nourriture diminuée, l’apparition ou le développement de « nouvelles » pathologies. Or, les experts nous rappellent que ces phénomènes s’accentuent, deviennent plus fréquents et peuvent apparaître en même temps. Mais que se passe-t-il donc dans ce cas ? Les risques pour la santé sont décuplés et la vie des personnes déjà fragiles est menacée. Les comités d’experts ajoutent aussi un autre risque majeur lié au changement climatique : les risques psychosociaux.

Les comités d’experts ajoutent aussi un autre risque majeur lié au changement climatique: les risques psychosociaux. En effet, les conséquences du changement climatique vont faire émerger des conflits sociaux, parfois violents notamment en lien avec les déplacements forcés de centaines de milliers de personnes. Par exemple, de nombreux deltas très peuplés sont amenés à disparaître progressivement avec la montée des eaux, les terres deviennent incultivables, les gens devront partir.

À la lecture de ces lignes, on pourrait imaginer que les conséquences pour la santé liées au changement climatique, sont pour les autres et dans longtemps.

Or, le Canada et le Québec vivent déjà les conséquences du changement climatique. Rappelons-nous les vagues de chaleur de 2018, 66 décès ont été attribués à cette vague dans la région de Montréal. La carte des décès nous rappelle le poids des inégalités sociales de santé, les quartiers plus défavorisés étant plus touchés. Les Montréalaises et les Montréalais aux prises avec un trouble mental sévère, une maladie chronique ou isolés socialement décédaient plus. On pourrait ajouter à cela d’autres exemples locaux. Ainsi, la précarité sanitaire des communautés autochtones canadiennes croît. La montée des eaux, les modifications des saisons entraînent, pour eux, une série de nouveaux problèmes de santé mentale ou de suffisance alimentaire.

Pour résumer, si nous continuons sur la voie actuelle à nourrir le changement climatique par nos émissions, notre utilisation des terres arables, l’accentuation de la pression sur la biodiversité, la santé des enfants qui naissent aujourd’hui est très compromise.

Quoi faire ? La manifestation pour le climat de septembre dernier, nous laisse penser que les Québécoises et Québécois ont pris conscience de l’urgence climatique. Cependant, nous ne savons pas si la population générale comprend le lien entre la non-réduction des gaz à effet de serre et les risques pour leur santé présente et future. En d’autres termes, avoir une alimentation riche en protéine animale, utiliser quotidiennement une voiture, ou voyager fréquemment en avion ont des conséquences néfastes (in)directes sur leur santé.

Les décideurs politiques semblent ne pas avoir pris conscience de l’urgence climatique actuelle et du péril pour notre santé physique et mentale. Ainsi, tergiverser sur la réduction drastique de l’usage de la voiture en ville, ne pas légiférer sur le développement de l’étalement urbain, freiner les projets de transport en commun dans une ville ou une région, favoriser le développement du transport aérien par l’accroissement d’aéroports, ne pas favoriser économiquement l’alimentation locale, accentuer la bétonisation d’espaces urbains, c’est nourrir le changement climatique et mettre à risque la santé des personnes fragiles d’aujourd’hui et des enfants de demain.

Texte préalablement publié sur le site de la Faculté des Sciences de l’UQAM

Les canadiens connaissent-ils les recommandations d’activité physique ?

BS1020AFB04Afin de mieux préparer la communication sur les prochaines recommandations d’activité physique de 2017, une enquête souhaite évaluer la connaissance des recommandations de 2011 parmi un échantillon de Canadien (Pfaeffli Dale et al. 2016).

La question était la suivante : Avez-vous entendu parler des recommandations d’activité physique pour adulte à leur sortie en 2011 ? Oui (Non Pas sur). Des questions démographiques étaient proposées ainsi qu’une question permettant d’évaluer l’activité physique modérée à élevée habituelle.

25-35 % de taux de réponse, représentant 1586 participants dont 149 francophones, la Colombie-Britanique était la province la plus représentée.

Résultats

  • 44 d’âge moyen
  • 80 % de femmes
  • 55 % des participants se déclaraient actif (i.e., >150 minutes par semaine)
  • 13 % des participants déclaraient connaître les recommandations
  • Les adultes actifs déclaraient plus fréquemment connaître les recommandations.
  • Le taux de 13 % est similaire à ceux relevés au Royaume-Uni ou aux États-Unis.

Ce résultats montre bien qu’il est nécessaire de réfléchir en amont aux stratégies d’application des futures recommandations afin d’augmenter ce taux. De plus, avec les biais méthodologiques (absence d’échantillonnage, évaluation auto-rapportée), il est fort probable que ce taux de 13 % soit encore plus bas.

Pfaeffli Dale, L., LeBlanc, A. G., Orr, K., Berry, T., Deshpande, S., Latimer-Cheung, A. E., … Faulkner, G. (2016). Canadian physical activity guidelines for adults: are Canadians aware? Applied Physiology, Nutrition, and Metabolism. http://doi.org/10.1139/apnm-2016-0115