Archives par mot-clé : questionnaire

Activités physiques libres ou encadrées et condition physique liée à la santé chez des adultes burundais

L’article fêtant les 6 ans d’existence de l’année 2016 soulignait la volonté de présenter des travaux francophones ciblant l’activité physique dans les pays francophones africains.

1Voici des extraits d’une étude de Jean Berchmans Bizimana et al. du Bénin et du Burundi qui comparent des marqueurs de condition physique chez des adultes participants ou non à une activité physique d’entretien (article en accès libre dans la revue Pan African Journal). Cette étude était transversale et incluait 90 participants (18-65ans) dont 47 qui s’exerçaient en pratique encadrée.

L’activité physique était mesurée à l’aide du questionnaire de Baecke (donnant un indice d’activité de travail, un indice d’activité sportive et un indice d’activité de loisir. Les paramètres musculaires, cardiorespiratoires, cardiovasculaires et métaboliques étaient mesurés objectivement.

Les auteurs concluent : « Le niveau d’activité physique des burundais qui bénéficient d’un encadrement professionnel est plus élevé que celui des adultes qui n’en bénéficient pas. Comparés aux adultes encadrés, les sujets non encadrés ont des lacunes aux niveaux musculaire et physiologique. Néanmoins, bien que ce ne soit pas à un niveau comparable, les deux groupes présentent un bon profil des facteurs de risque de maladies cardiovasculaires. »capture-du-2016-09-30-09-30-20

Berchmans Bizimana et al. Activités physiques libres ou encadrées et condition physique liée à la santé chez des adultes burundais: étude transversale. The Pan African Medical Journal. 2016;25:38. doi:10.11604/pamj.2016.25.38.7688

La désirabilité sociale lors de la mesure subjective de l'activité physique

marty-mcfly-hoverboardLes lecteurs du blog se rappellent d’un article de février 2015 qui abordait l’effet de la désirabilité sociale (« l’adéquation connue des comportements observés ou anticipés d’une personne aux motivations ou aux affects réputés des membres typiques d’un collectif social ») sur la mesure par entretien de l’activité physique (AP) et sur son potentiel explicatif de l’écart entre mesure subjective et objective (accéléromètre) de l’AP.

Le hasard des lectures m’a fait découvrir des articles traitant aussi de ce sujet auprès de d’échantillons jeunes (1,2). Même si leur qualité méthodologique est moyenne, leurs résultats semblent contraires à ceux précédemment décrits (3).

Motl et al mesuraient la désirabilité sociale à partir de 2 questionnaires (i.e. Lie scale of Eysenck and Marlowe-Crowne Social Desirability Scale (SDS) et l’AP en utilisant le questionnaire de Godin et le Standford Usual Activity Questionnaire (1). L’échantillon comptait 782 sujets d’âge moyen de 22 ans et 297 femmes. L’échantillon est majoritairement composé « d’ethnie blanche » (n = 525). Les analyses corrélationnelles examinaient l’association entre chaque échelle respective pour la totalité de l’échantillon, les minorités et les sujets « blancs ». Le score total du Godin est positivement associé au score de SDS uniquement chez les sujets « blancs » (r = .11, p <.05). Pour le Standford, l’AP modérée et élevée était associée positivement (r = .08, p<.05) pour l’ensemble de l’échantillon. Le score à l’échelle Lie scale n’était significativement associé à aucune mesure de l’AP. Les auteurs concluent à une influence minimale de la désirabilité sociale sur les mesure d’AP par questionnaire chez les jeunes adultes. Ils soulignent que leurs résultats pourraient être contradictoires aux études précédentes car celles-ci évaluaient l’AP par entretien. Or dans ce cas, le phénomène de désirabilité sociale est plus amplifié.

La seconde étude au devis plus élaboré mais avec des analyses statistiques discutables incluait uniquement des adolescents de sexe masculin (n = 447) (2). L’association entre le score de SDS et la mesure d’AP par questionnaire (questionnaire non réellement validé) s’avère non significative.

Après ces lectures, on peut donc penser que la désirabilité sociale a un très faible effet sur la mesure de l’activité physique par questionnaire chez des jeunes adultes et adolescents.

1. Motl RW, McAuley E, DiStefano C. Is social desirability associated with self-reported physical activity? Prev Med. 2005 Jun;40(6):735–9.

2. Jago R, Baranowski T, Baranowski JC, Cullen KW, Thompson DI. Social desirability is associated with some physical activity, psychosocial variables and sedentary behavior but not self-reported physical activity among adolescent males. Health Educ Res. 2007 Jun 1;22(3):438–49.

3. Adams SA, Matthews CE, Ebbeling CB, Moore CG, Cunningham JE, Fulton J, et al. The effect of social desirability and social approval on self-reports of physical activity. Am J Epidemiol. 2005 Feb 15;161(4):389–98.

Moi ? Je fais beaucoup de sport, et je dis pas ça pour vous faire plaisir.

Tout d’abord qu’est que la désirabilité et l’approbation sociale ?

La désirabilité sociale, se définit comme « l’adéquation connue des comportements observés ou anticipés d’une personne aux motivations ou aux affects réputés des membres typiques d’un collectif social » [1]. L’approbation sociale est le « besoin d’obtenir une réponse positive dans une situation de test » [2].

Il y a une décennie, Adams et al. [3] publiaient une étude (en accès libre) ayant un impact important dans le domaine de l’activité physique (AP). Après avoir mesuré par questionnaire, les deux concepts de désirabilité et l’approbation sociale (qu’ils considéraient comme des traits de personnalité) chez 81 femmes, ils ont mis en place une évaluation de la dépense énergétique et de la durée de l’activité physique. Les techniques de l’eau doublement marquée et de l’actimétrie utilisées sur 14 jours étaient associées à des mesures d’activité physique déclaratives (un évaluateur contactait les participantes par téléphones pour les interroger sur leur activité physique de la veille et des 7 derniers jours).

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=aN7lt0CYwHg]

Par la suite, les chercheurs ont exploré statistiquement si la désirabilité et l’approbation sociale pouvaient expliquer l’écart entre la mesure objective et subjective de dépense d’énergie et de durée d’AP.

La désirabilité et l’approbation sociale sont significativement associées à l’écart de dépense énergétique. La désirabilité sociale est significativement associée à l’écart de durée d’AP modérée.  Les auteurs concluent que la désirabilité et l’approbation sociale pourrait influencer les mesures subjectives de l’activité physique.

Cette étude fait état de plusieurs limites, une faible taille d’échantillon composé uniquement de femmes, et peu de covariables étaient utilisées dans les analyses. Cependant, cette étude souligne les limites de la mesure de l’activité physique par interview ou questionnaire.

En terme pratique, les professionnels de l’activité physique doivent garder ces résultats à l’esprit et tenter de prévenir l’impact négatif de la désirabilité et l’approbation sociale dans leurs évaluations. Ces résultats n’ont (à ma connaissance) pas été reproduits dans le domaine de l’activité physique, mais par contre des résultats similaires sont publiés avec les questionnaires de nutrition [4].

Pour illustrer le présent article, une vidéo de promotion des activités physiques et sportives pour les femmes du Royaume-Uni. Comme souvent, en France, nous sommes à cents lieues de cela.

  1. Cambon L. Désirabilité sociale et utilité sociale, deux dimensions de la valeur communiquée par les adjectifs de personnalité. Rev Int Psychol Soc. 1 déc 2006;19(3):125‑51.
  2. Hebert JR, Ma Y, Clemow L, Ockene IS, Saperia G, Stanek EJ, et al. Gender differences in social desirability and social approval bias in dietary self-report. Am J Epidemiol. 15 déc 1997;146(12):1046‑55.
  3. Adams SA, Matthews CE, Ebbeling CB, Moore CG, Cunningham JE, Fulton J, et al. The Effect of Social Desirability and Social Approval on Self-Reports of Physical Activity. Am J Epidemiol. 15 févr 2005;161(4):389‑98.
  4. Van de Mortel T. Faking it: social desirability response bias in self-report research. Aust J Adv Nurs. 2008;25(8):40‑8.

Quels sont les prédicteurs des changements d'activité physique chez les adultes ?

Ryan Rhodes, spécialiste canadien de l’activité physique (AP), a tenté de répondre à cette délicate question [1]. Il a effectué une recension systématique de la littérature scientifique anglophone, incluant uniquement des études observationnelles et prospectives d’adultes sans troubles de santé. Sa recherche l’a mené à inclure 81 études dont une majorité nord-américaine et une seule française. L’activité physique n’était évaluée quasiment que par questionnaire (dont certains déjà abordés dans le blog).

Il a relevé le nombre de fois que des facteurs (26 différents) (démographiques, comportement de santé, intra/inter-personnels, environnementaux) étaient associés significativement à l’AP dans les études, distinguant, l’adoption de l’AP, le maintien de l’AP et l’AP générale.

Réponse :solitude-du-coureur-de-fond

Très peu des facteurs semblent expliquer les changements d’AP. L’auteur retient les jugements affectifs liés à l’AP (ex :plaisir) (adoption de l’AP), les processus de changement comportementaux liés à l’AP (adoption de l’AP), un niveau d’intention élevé (AP générale) et le désir de maternité (AP générale). Parmi les nombreux facteurs « non-explicatifs », on pouvait retrouver l’age, le genre, l’ethnie, l’isolement social, le tabac, les revenus… par exemple.

Même si la démarche de l’auteur est louable, on peut penser que des facteurs cités dans la revue sont tout de même associés à l’AP, mais les devis des études étant très différents, leur comparaison l’est encore plus.

A noter que les processus de changement liés à l’AP sont des facteurs psychologiques évaluables grâce à un questionnaire validé en français dans deux études [2-3] (l’article en accès libre). Ayant participé à sa validation, je ne suis pas objectif, mais je pense que cet outil pourrait être très utile pour les Enseignants en Activités Physiques Adaptées et chercheurs.

1. Rhodes RE, Quinlan A. Predictors of Physical Activity Change Among Adults Using Observational Designs. Sports Med. 14 oct 2014;1‑19.

2. Bernard P, Romain A-J, Trouillet R, Gernigon C, Nigg C, Ninot G. Validation of the TTM Processes of Change Measure for Physical Activity in an Adult French Sample. Int J Behav Med.

3. Romain AJ, Bernard P, Gernigon C, Avignon A. Measuring the processes of change from the transtheoretical model for physical activity and exercise in overweight and obese adults. American Journal of Health Promotion (à paraître)

Le conseil en Activité Physique, des outils !

La littérature scientifique est très développée sur la thématique des variables psychologiques qui peuvent influencer l’activité physique. Initialement, développée auprès d’enfants en cours d’EPS, celle-ci a exploré différents modèles théoriques parmi des sujets touchés par une maladie chronique [1]. Les modèles théoriques sont nombreux mais certains sont plus utilisés et ou connus.  Le modèle transthéorique de changement de comportement, la théorie du comportement planifié, la théorie de la protection de la motivation en sont des exemples [2]. Vous trouverez quelques références à ce sujet au bas de l’article [3].

 Dans le cadre de l’application de ces modèles dans le domaine de la recherche clinique, plusieurs taxonomies de techniques ont été crées [4]. Parmi ces techniques, certaines sont communes ou ce sont révélées efficaces dans l’aide au changement de comportement comme la fixation d’objectif, l’auto mesure, la balance décisionnelle [5].

 Une étude de M.Normand parue en 2008 dans Behavioral Interventions présente les effets d’un programme basé sur la fixation d’objectif, l’auto mesure et les feed-back chez des sujets sains [6]. Cette étude décrit une série de cas, et étudie l’impact de programme sur le nombre de pas quotidien. Même si celle-ci n’apporte que peu de preuve, elle illustre bien l’impact positif à court terme de ce type de technique. Ci-dessous, le graphique illustre le nombre de pas quotidiens en présence ou en absence de conseils. Image1

 Les professionnels des APA français ont peu d’outils validés d’un point de vue psychométrique afin de les aider à travailler avec leur patient [7]. Mais internet offre parfois des surprises, et le surtout le Centre Active Living d’Alberta. Ainsi, vous trouverez ci-dessous des liens vers des outils FRANCOPHONES (non validés) mais qui semblent de qualité afin d’aider les patients encadrés par un EAPA à se fixer des objectifs ou à répondre à une balance décisionnelle, identifier les barrières à l’activité physique. Fouillez le site, vous y trouverez des informations très intéressantes.

 Ces outils correspondent tout à fait au besoin d’un Enseignant en Activités Physiques Adaptés travaillent en libéral, ou dans un réseau de santé par exemple.
Si vous appréciez cet article, partagez le sur les réseaux sociaux et apportez vos critiques ou commentaires.

1.    Biddle PS, Mutrie N. Psychology of Physical Activity. 2008.

2.    Shumaker SA, Ockene JK, Riekert KA. The handbook of health behavior change. Springer Publishing Company; 2009.

3.    Gourland M. [Diabète de Type 2 et Activités Physiques : Quels Profils Motivationnels ?] Type 2 Diabetes and physical activity: Identification of motivational profils ? [Grenoble]: Université de Grenoble; 2007.

4.    Michie S, Abraham C, Whittington C, McAteer J, Gupta S. Effective techniques in healthy eating and physical activity interventions: a meta-regression. Heal. Psychol. Off. J. Div. Heal. Psychol. Am. Psychol. Assoc. nov 2009;28(6):690‑701.

5.    Conn VS, Hafdahl AR, Brown SA, Brown LM. Meta-analysis of patient education interventions to increase physical activity among chronically ill adults. Patient Educ. Couns. févr 2008;70(2):157‑172.

6.    Normand MP. Increasing physical activity through self-monitoring, goal setting, and feedback. Behav. Interv. 2008;23(4):227‑36.

7.    Bernard P, Romain A-J, Trouillet R, Gernigon C, Nigg C, Ninot G. Validation of the TTM Processes of Change Measure for Physical Activity in an Adult French Sample. Int. J. Behav. Med. 6 févr 2013;