Archives par mot-clé : randomisé

Les activités physiques adaptées, une médecine alternative comme une autre ?

Les Enseignants en Activités Physiques Adaptées, les médecins persuadés par les bienfaits de l’activité physique, les enseignants-chercheurs en santé ou en STAPS et moi-même clamons trop souvent à tort que l’activité physique (AP) est un remède à tout, est efficace dans la diminution de nombreux symptômes, diminue largement l’apparition d’un trouble physique ou mental. Or l’analyse stricte de la littérature montre que dans certain cas, celle-ci est très efficace à court terme mais pas long terme, que l’AP diminue le symptôme X mais le symptôme Y. Plus rarement, on peut lire des études ne démontrant pas d’effet sur la santé et encore plus rarement des effets négatifs [1]. Dans la majorité des cas, il apparaît difficile de clairement conclure du fait du manque d’essai randomisé contrôlé et ou de la faible qualité méthodologique des études [2].

Illustration issue de Podcast Science
Illustration issue de Podcast Science

Au fil des réflexions sur la question de l’efficacité de l’AP dans le domaine de la santé, de la prévention, j’ai élargi mon intérêt vers les méthodes et autres thérapies, dîtes alternatives ou complémentaires. En ville, on peut souvent croiser des plaques cuivrées de réflexologue, d’ostéopathe, d’acupuncteur…., or on peut s’interroger sur leurs fondations scientifiques, leur réelle efficacité, leur place dans la santé publique, les mécanismes « théoriques » sous-jacents, leur coût-efficacité….

Cet article se contente d’interroger la question de leur efficacité (des méthodes, des principes sous-jacents à ces méthodes et de leurs résultats). A mon sens, la communauté des personnes intéressés par les effets de l’AP sur la santé devraient être plus au fait de ces questions. Ainsi, je propose au lecteur du blog d’écouter deux émissions (dans l’ordre de présentation) traitant du même sujet et très complémentaires.

Le blog actiphysetc a déjà utilisé précédemment une émission du Podcast Science (toutes écoutables librement). La dernière de l’année 2014 abordait les Médecines Alternatives. Celle-ci était principalement menée par Nima Yeganefar, auteur du (très intéressant) blog Sham ans Science. Elle vous permettra de mieux comprendre les méthodes de la médecine factuelle et surtout de bien distinguer la question des mécanismes et de l’efficacité des médecines alternatives. Point négatif, l’émission est parfois àpodcastscience charge sur certaines thérapies sans prendre en compte la « sociologie » de la recherche (publication, modèle médical prégnant, absence de financement en France pour réellement mener des études d’envergures, travaux pluridisciplinaires peu lus par les médecins…).

[soundcloud url=”https://api.soundcloud.com/tracks/182794178″]
 

Bruno Falissard
Bruno Falissard

Fr CultureLe seconde « Les médecines alternatives sont-elles efficaces ? » a très récemment été diffusée sur France Culture dans l’émission Science Publique, invitant autours de la table Bruno Falissard (voir son site internet – une mine d’or), Arnaud Fauconnier, Patrick Lemoine et Caroline Tourbe. Bruno Falissard est d’une rare justesse dans ses propos, permet réellement de comprendre la complexité du sujet. Tandis qu’Arnaud Fauconnier souligne le besoin d’un approche globale du patient, allant vers une identification de certaines thérapies alternatives comme faisant partie de l’arsenal thérapeutique.

Ces deux émissions ne traitent nullement de l’activité physique mais de nombreux ponts, questionnements sont identiques. N’hésitez pas a commenter ces émissions sur le blog. Elles sont toutes les deux téléchargeables librement, donc emportables dans le bus, la voiture ou pourquoi pas durant une sortie de vélo ou de course à pied.

Heureuse année 2015 à l’ensemble des lecteurs, une année pleine d’échanges et d’enrichissement autours de l’activité physique basée sur la science.

1. Thomas SG, Goodman JM, Burr JF. Evidence-based risk assessment and recommendations for physical activity clearance: established cardiovascular disease. Appl Physiol Nutr Metab. 2011 Jul 1;36(S1):S190–213.

2. Ussher M, Taylor A, Faulkner G. Exercise interventions for smoking cessation. COCHRANE DATABASE Syst Rev 2014

L'exerice physique, un levier efficace de perte de poids à long terme chez l'adultes touché par des troubles schizophréniques.

Un essai randomisé contrôlé a exploré l’impact à long terme d’un programme d’exercice physique sur des marqueurs de l’obésité chez des adultes touchés par des troubles schizophréniques (Tella et al. 2012).

Méthode: 59 adultes touchés par des troubles schizophréniques randomise en un groupe exercice E vs groupe contrôle C. Le groupe exercice durait 24 semaines et était composé d’un programme pluridisciplinaire (football-10min, aérobic-10min, ergocycle-15min and tapis de marche-15min, toutes périodes entrecoupées de 5 min de repos).

Les marqueurs de l’obésité étaitent simples : Indice de Masse Corporelle IMC, Ratio Tour de taille/tour de Hanche et différents plis cutanés à 12 et 24 semaines.

Evaluation de la condition physique : test de Cooper 15 min et test de course à pied du kilomètre

Résultats: Les résultats sont très efficaces voir tableau 3.

Discussion: Un programme d’exercice physique à long terme entraine une réduction des marqueurs de l’obésité et pourrait être utilisé dans la prévention et la gestion du poids d’adultes touchés par des troubles schizophréniques.

 Avis

Cet article est issu d’une revue Open Access, trouvé totalement par hasard. Les nouvelles revue Open Acess permettent aux équipes des pays en voie de développement de publier et diffuser plus facilement leur travaux. Cet étude vient du “College of Medicine, University of Lagos, Idi-Araba”, à Lagos au Nigeria.

Bien sur cette étude fait état de plusieurs limites dans l’écriture de l’article, le type d’analyse statistique, l’absence d’informations sur la nature des traitements anti-psychotiques, contrôle de l’aspect nutritionnel.

 Au de là, je pense que cela peut illustrer les bénéfices méconnus car préventifs de programmes d’activité physiques adaptées (APA) mis en place dans des structures de psychiatrie en France. On peut penser que le travail quotidien d’Enseignant en APA limite la prise de poids et l’apparition su syndrome métaboliques chez les patients touchés par des troubles psychiatriques sévères, patient dont la santé somatique est bien trop souvent laissée de côté. De plus, les évaluations mise en place, ne valent rien, une mètre couturier = 1 euro.

Article en accès libre:

ResearchBlogging.org
Tella BA1, Gbiri CA1*, Adefarakan A1, Odebiyi DO1 and Owoeye OA2 (2012). Effect of Long-Term Exercise on Drug-Induced Obesity in Schizophrenic Patients J Addict Res Ther DOI: 10.4172/2155-6105.1000120