Archives par mot-clé : recommandation

Quelles sont les dernières recommandations du réseau canadien pour le traitement de la dépression par l’exercice physique ?

Le groupe d’experts canadiens vient récemment de livrer ses conclusions à propos des traitements alternatifs et complémentaires dans le cadre des soins de la dépression. Il dresse un état de littérature scientifique afin de pouvoir réaliser des recommandations les plus factuelles possibles. Je n’aborde pas les autre traitements complémentaires pour la dépression ici (voir un article du blogue à propos).

Ils commencent leur texte en soulignant les difficultés méthodologiques de l’évaluation de ce type de traitement (contrôle de l’effet placebo, évaluation en aveugle…). Rappellent au passage, un manque d’information disponible sur les potentiels effets d’interaction avec les traitements (voir articles 1 et 2 du blogue).

330df7e0-2058-0134-91d5-06caa2286297.jpg

En bref, leur argumentation est basée sur :

Niveau dépression moyen à modéré

  • 2 méta-analyses et 2 revues systématiques concluent que l’exercice physique a un niveau similaire d’efficacité que les antidépresseurs ou une psychothérapie
  • efficacité à court terme est supérieure à une condition traitement

Niveau dépression modéré à sévère

  • 1 méta-analyse concluent au fait que l’exercice est supérieur aux groupes contrôles
  • Peu de preuves de bénéfices à long terme

CONCLUSIONS

Pour des adultes touchés par un niveau de dépression moyen à modéré

  • Recommandation en 1er ligne
  • Niveau de preuve = 1
  • Monothérapie

Pour des adultes touchés par un niveau dépression modéré jusqu’à un épisode dépressif majeur

  • Recommandation en 2nd ligne
  • Niveau de preuve = 1
  • Traitement complémentaire

Compléments

  • Absence de supériorité claire entre exercice physique et exercice de résistance
  • au moins 30 minutes d’exercice supervisé d’intensité modéré, 3 fois par semaine durant 9 semaines consécutives
  • Niveau de preuve élevé que l’adhésion, la participation à l’exercice physique, est plus élevée quand celle-ci est encadrée par un personnel qualifié
    Ravindran, A. V., Balneaves, L. G., Faulkner, G., Ortiz, A., McIntosh, D., Morehouse, R. L., … CANMAT Depression Work Group. (2016). Canadian Network for Mood and Anxiety Treatments (CANMAT) 2016 Clinical Guidelines for the Management of Adults with Major Depressive Disorder: Section 5. Complementary and Alternative Medicine Treatments. Canadian Journal of Psychiatry. Revue Canadienne De Psychiatrie, 61(9), 576–587. http://doi.org/10.1177/0706743716660290

Les canadiens connaissent-ils les recommandations d’activité physique ?

BS1020AFB04Afin de mieux préparer la communication sur les prochaines recommandations d’activité physique de 2017, une enquête souhaite évaluer la connaissance des recommandations de 2011 parmi un échantillon de Canadien (Pfaeffli Dale et al. 2016).

La question était la suivante : Avez-vous entendu parler des recommandations d’activité physique pour adulte à leur sortie en 2011 ? Oui (Non Pas sur). Des questions démographiques étaient proposées ainsi qu’une question permettant d’évaluer l’activité physique modérée à élevée habituelle.

25-35 % de taux de réponse, représentant 1586 participants dont 149 francophones, la Colombie-Britanique était la province la plus représentée.

Résultats

  • 44 d’âge moyen
  • 80 % de femmes
  • 55 % des participants se déclaraient actif (i.e., >150 minutes par semaine)
  • 13 % des participants déclaraient connaître les recommandations
  • Les adultes actifs déclaraient plus fréquemment connaître les recommandations.
  • Le taux de 13 % est similaire à ceux relevés au Royaume-Uni ou aux États-Unis.

Ce résultats montre bien qu’il est nécessaire de réfléchir en amont aux stratégies d’application des futures recommandations afin d’augmenter ce taux. De plus, avec les biais méthodologiques (absence d’échantillonnage, évaluation auto-rapportée), il est fort probable que ce taux de 13 % soit encore plus bas.

Pfaeffli Dale, L., LeBlanc, A. G., Orr, K., Berry, T., Deshpande, S., Latimer-Cheung, A. E., … Faulkner, G. (2016). Canadian physical activity guidelines for adults: are Canadians aware? Applied Physiology, Nutrition, and Metabolism. http://doi.org/10.1139/apnm-2016-0115

L'activité physique chez les personnes touchées par des troubles schizophréniques, tout ce que l'on sait

Après une activité moins fournie sur le blog ces derniers mois, voici un article qui présente une méta-analyse réellement intéressante. L’équipe composée principalement de Stubbs, Schuch, Rosenbaum and Vancampfort produit énormément d’études (1,2), dont plusieurs présentées dans ce même blog, et celles-ci font souvent l’état de la littérature sur une question précise touchant la santé somatique, psychiatrique et l’activité physique de personnes suivies pour des troubles psychiatriques.

Ainsi, leur dernière production rassemble l’ensemble des études disponibles évaluant le niveau d’activité physique de personnes touchées par des troubles schizophréniques (3).

The Lefovers_runningNous nous concentrerons uniquement sur les résultats des études ayant évalué l’activité physique objectivement (12 études). Si vous êtes un lecteur du blog, vous n’êtes pas sans savoir que la question de la mesure subjective ou dîtes, auto-rapportée pose de nombreux problèmes méthodologiques. Dans cette investigation, les participants rapportaient 25 min par jour par questionnaire d’activité physique alors que les mesures objectives décrivent en moyenne 192 min par jour.

L’activité physique MODÉRÉE mesurée objectivement représente en moyenne 42 minutes par jour. Cela diminue radicalement pour l’activité physique VIGOUREUSE, tombant 0,2 minutes par jour.

Les auteurs ont aussi porté leur intérêt sur les 2 études qui décrivaient la proportion de participants ayant une activité physique équivalente ou supérieure aux recommandations internationales (150 minutes par semaines d’activité physique modérée minima). C’était le cas pour 54.2 % des participants. Globalement, les analyses de sous groupes soulignent que les personnes en soins ambulatoires sont plus actives indépendamment de la catégorie d’activité physique.

Ces résultats sont majeurs et appellent les professionnels de la psychiatrie, les familles et les usagers à porter un intérêt plus grand à l’activité physique, principalement d’intensité vigoureuse. Les kinésiologues, les enseignants en Activité Physique Adaptée ont un rôle majeur à jouer pour mobiliser (en sécurité) les personnes touchées par des troubles mentaux sévères.

1. Vancampfort D, Firth J, Schuch F, Rosenbaum S, De Hert M, Mugisha J, et al. Physical activity and sedentary behavior in people with bipolar disorder: A systematic review and meta-analysis. J Affect Disord. 2016 May 14;201:145–52.

2. Schuch FB, Vancampfort D, Rosenbaum S, Richards J, Ward PB, Stubbs B. Exercise improves physical and psychological quality of life in people with depression: A meta-analysis including the evaluation of control group response. Psychiatry Res. 2016 Apr 26;241:47–54.

3. Stubbs B, Firth J, Berry A, Schuch FB, Rosenbaum S, Gaughran F, et al. How much physical activity do people with schizophrenia engage in? A systematic review, comparative meta-analysis and meta-regression. Schizophr Res [Internet]. 2016 Jun 1 [cited 2016 Jun 6];0(0).

Et si le sport n'était pas que bon pour la santé ?

A l’heure où les recommandations internationales soulignent les multiples bénéfices d’une pratique d’activité physique régulière, martelant le message de 150 minutes d’activité physique aérobie hebdomimages.duckduckgo.comadaire d’intensité modéré ou 75 minutes d’activité physique d’intensité plus intense, si possible couplé à une séance de renforcement musculaire, de nombreuses interprétations sont possibles. En effet, la manière dont on parle de l’activité physique, influence sa perception. Ainsi, la vision « dose » (i.e. minutes en fonction du temps, fréquence…) couplée à une vision quasi-binaire « aérobie » vs. « renforcement musculaire », annihile une conceptualisation plus qualitative de l’activité physique. Si l’on se rappelle la définition de l’activité physique, de l’exercice physique et du sport, il y a des différences marquées dans la manière de voir l’activité physique.

Or un amalgame important est fait continuellement avec l’idée du « sport santé », ramenant toute pratique d’activité physique à du sport et toute pratique sportive à des bénéfices pour la santé. A ce jeu-là, la France est très forte, tant les relations (parfois contre nature entre médecine et fédérations sportives) sont fortes et historiques, voir le document de travail du Medico-Sport à ce sujet par exemple.

Pour illustrer l’intérêt de considérer l’activité physique et les pratiques sportives plus finement, je présente une étude d’Audrain-McGovern et Rodriguez (2015)1 qui étudient depuis plusieurs années les relations entre pratiques sportives et consommations de substances addictives (tabac, alcool, marijuana) chez les enfants, adolescents et jeunes adultes. S’il est communément admis qu’un niveau d’activité physique suffisant durant l’enfance et l’adolescence est un facteur protecteur contre les tentatives de consommations des substances citées plus haut, qu’en est-il réellement lorsque l’on regarde les détails des pratiques déclarées de pratiques sportives. Ils ont examiné une cohorte d’adolescents américains durant 4 ans évalués tous les 6 mois (+ de 1300 sujets) afin d’identifier les activités sportives associées positivement ou négativement à la consommation de tabac. Ils ont pu ainsi identifier un groupe d’activités sportives « négatives » produisant un risque quatre fois plus élevé de consommation de tabac par tranche de 30 minutes de pratique chez les adolescents suivis.

Exemples:

  • pratiques sportives positives : tennis, football, yoga, running, natation (pratiques collectives, individuelles)…
  • pratiques sportives négatives : danse de loisirs (sauf le ballet et le jazz), le vélo, le bowling, les sports de combat, le « cheerleading », les sports de glisse… 

L’étude se base des analyses statistiques longitudinales multivariées afin de contrôler les facteurs connus comme la supervision des parents, l’impulsivité…

Les auteurs soulignent que la classification des pratiques sportives est parfois culturellement dépendante (ex « cheerleading ») mais que des résultats similaires ont été retrouvés dans une cohorte norvégienne.

Que retenir ??? Le sport n’est pas que bon pour la santé, qu’il faut de la mesure lorsqu’on évalue ses bénéfices, que l’activité physique est bien plus diverse qu’uniquement les pratiques sportives, que des campagnes de prévention des conduites addictives chez les jeunes pourraient cibler des fédérations sportives spécifiques.

1. Audrain-McGovern, J. & Rodriguez, D. All physical activity may not be associated with a lower likelihood of adolescent smoking uptake. Addict. Behav. 51, 177–183 (2015).

https://dailymotion.com/video/x1ah9mk

L'enseignant en Activité Physique a son référentiel !

Référentiel Métier Enseignant en APALa Société Française des Professionnels en Activité Physique Adaptée (SFP-APA) a officiellement partagé aujourd’hui le Référentiel d’Activité et de Compétences de l’enseignant en Activité physique Adaptée. Un document exceptionnel de 130 pages, fruit d’un travail acharné et bénévole (voir la liste au bat de l’article) en collaboration avec le Centre de Recherche et d’Innovation sur le Sport de Lyon, qui décrit la profession, ses activités et compétences propres. Pêle-mêle vous y trouverez la définition officielle de l’Enseignant en APA (EAPA), de l’APA et de l’intervention en APA, les conditions d’exercice, les relations fonctionnelles avec les autres professionnels….

L’intérêt majeur de ce document repose sur la description des compétences transversales des EAPA, c’est à dire des compétences propres non dépendantes des populations encadrées (comme le veut trop souvent le milieu médical). Par la suite les auteurs du référentiel ont décliné ces compétences dans les secteurs d’intervention de l’EAPA : sanitaire, médico-social et social.

Personnellement, je suis très heureux de lire les pages 67-77: “L’enseignant en APA intervenant en soins psychiatriques“. Je stoppe la description de ce document ici, et invite les membres de la SFP-APA à le lire, le relire, le critiquer, le commenter sur le site dédié.

Pour voir plus loin, il faut s’interroger ensuite sur l’impact de ce document dans les Ministères de la Santé et du Sport et examiner si le milieu universitaire va s’en saisir afin de le faire connaitre aux étudiants, aux employeurs et aux décideurs. On peut même imaginer qu’à terme une révision des contenus de formation soit envisagée pour associer Référentiel métier et formation.

Souligner encore et toujours que l’activité physique adaptée en France repose sur ce que ses professionnels en font et en feront (comme le dit Shia LaBeouf). Ainsi par le biais de la SFP-APA, née en 2008, l’APA passe à la vitesse supérieure depuis 7 ans maintenant, n’en déplaise aux oiseaux de mauvaise augure et à ceux qui ne croient pas à le force du collectif, tentant uniquement de tirer leur épingle (personnelle) du jeu. Les adhérents de la SFP-APA récoltent aujourd’hui le fruit de leur action et soutien pour faire connaître et reconnaître l’APA, non uniquement pour eux mais pour les centaines de milliers de personnes (de 4 à 104 ans) qui tire, au quotidien, les bénéfices de cet accompagnement.

Remerciements: Jean Camy, Claire Perrin, Michel Fodimbi, Jean-Marc Barbin, David Communal, Mathieu Vergnault, Paquito Bernard, Emmanuelle Besson, Arnaud Bezombes, Grégory Caderby, Benjamin Cantele, Guillaume Chevance, Julie Debrock, Stéphane Dijoux, Elodie Esseul, Aude-Marie Foucaut, Jéromin Krebs, Florianne Livet, David Métron, Baptiste Mosimann, Andéol Ribon, Gilles Thöni.

 [youtube https://www.youtube.com/watch?v=nuHfVn_cfHU]