Archives par mot-clé : santé mentale

Pour préparer la semaine d'information sur la santé mentale 2016 (1/2)

SISM 2016Du 14 au 27 Mars se déroule la semaine d’information sur la santé mentale. Le thème de 2016 est le suivant : « Santé mentale et santé physique – un lien vital ». Vous avez sur l’image de gauche, un résumé des thèmes de cette semaine. L’activité physique a une bonne place ! Pour préparer cette semaine, le blog Activités Physiques Adaptées diffuse à nouveau deux diaporamas issus de présentations réalisées en congrès en 2011 et 2013 et facilite l’accès à des écrits scientifiques francophones.

C’est aussi l’occasion de rappeler que des chercheurs français et internationaux travaillent depuis longtemps sur cette thématique. Ayant eu la possibilité de dresser l’état de la littérature dans le domaine des effets de l’activité physique sur la santé mentale et physique, voici les articles francophones publiés dans ce domaine avec des collègues. Le plus récent est une lettre publiée dans la revue l’Encephale ayant pour titre : Et si on prenait l’activité physique au sérieux en psychiatrie ?.

La première partie de cet article contient le diaporama : Bénéfices des activités physiques adaptées dans la prise en charge de sujets atteints de pathologies mentales et la publication associée.

[slideshare id=58478795&doc=prsentation-soins-somatiques-juin-2011-160219192241]

Pourquoi devrait-on s'intéresser beaucoup plus aux traitements antidépresseurs et anxiolytiques ?

Aidé de M.Carayol, la revue Mental Health and Physical Activity a récemment publié notre commentaire 1 sur la question du contrôle des traitements antidépresseurs et anxiolytiques lorsqu’on évalue les effets de l’activité physique sur la santé mentale.mcc

En effet, très peu d’études ont exploré cette question et très peu d’informations sont disponibles sur les relations entre traitements antidépresseurs et anxiolytiques et activité physique (AP). Nous proposons 4 voies possibles : un effet synergique entre traitements et activité physique (e.g., l’AP améliorerait l’effet de l’antidépresseur), un effet antagoniste (e.g., l’AP diminuerait ou stopperait l’effet de l’antidépresseur), un effet comportemental (e.g., les personnes sous traitements seraient moins adhérents aux programmes d’AP) et une santé physique plus altérée (e.g., IMC plus important…).

Nous avons aussi vérifié si les études centrées sur les effets de l’AP sur la dépression et l’anxiété dans de nombreuses populations différentes décrivaient, ou contrôlaient les potentiels effets de ces traitements. Très peu de ces essais cliniques présentent l’information ou teste un effet synergique (15 sur plus 150 études pour les antidépresseurs).

En conclusion, l’absence d’information sur ces traitements et leurs interactions avec l’activité physique pourrait sur ou sous estimer l’efficacité de l’activité physique dans le champ de la santé mentale. Il y a peut-être des Enseignants en APA qui ont rencontré des problèmes ou remarqué des bénéfices parmi les usagers sous traitements antidépresseurs et/ou anxiolytiques ?

1. Bernard P, Carayol M. A commentary on the importance of controlling for medication use within trials on the effects of exercise on depression and anxiety. Ment Health Phys Act. 2015;9:10-15. doi:10.1016/j.mhpa.2015.07.001.

Article en accès libre ici