Tag Archives: schizophrénie

Le Groupe Oxygène, un programme de réduction de consommation de tabac chez l'adulte schizophrène basé sur l’activité physique adaptée et l’éducation pour la santé: étude de faisabilité

Un article précédent présentait une revue de littérature concernant les bénéfices de l’activité physique adapté pour les adultes touchés par des troubles schizophréniques (Bernard et al 2012). Nous présentons aujourd’hui une étude française explorant l’effet d’un programme de marche associé à des séances de conseil sur la diminution de la consommation de tabac chez ces mêmes personnes. Ci dessous est rédigé un résumé en français de l’étude, et présenté le poster de l’étude. Cette étude de faisabilité a fait l’objet d’une publication ce mois ci dans la revue Archives of Psychiatric Nursing (Bernard et al 2013).

Le  Groupe Oxygène, un programme de réduction de consommation de tabac chez l’adulte schizophrène basé sur l’activité physique adaptée et l’éducation pour la santé: étude de faisabilité.

INTRODUCTION
Les sujets schizophrènes ont une espérance de vie de 15 à 20 ans inférieure à la population générale (Saha, Chant, & McGrath, 2007). La consommation de cigarette est le facteur le pluArchives of Psychiatric Nursings important des causes de décès prématurées chez les adultes schizophrènes (Brown & Mitchell, 2011). La consommation de tabac  est associée sur le long terme avec une aggravation de symptômes dépressifs chez les sujets schizophrènes (Kotov et al., 2010). De plus, les schizophrènes fumeurs ont des conduites de santé à risque significativement plus fréquentes en comparaison aunon fumeurs (alimentation faible en fibre, consommation de café, d’alcool élevée, niveau élevé de sédentarité) (Bobes et al.,
2010).
La consommation de tabac chez les schizophrènes est2 à 3 fois plus élevée qu’en population générale. Ils fument plus que les adultes touchés par d’autres troubles psychiatriques (de Leon & Diaz, 2005). Ces patientsfument 22 à 27 cigarettes par jour contre 14,5 par jour dans la population générale defumeurs (Poirier et al., 2002). L’extraction de la nicotine par cigarette est plus  élevée, l’inhalation de la fumée est plus profonde chez les malades atteints de schizophrénie(Tidey, Rohsenow, Kaplan, & Swift, 2005). De ce fait les concentrations plasmatiques de nicotine et de cotinine, sont plus importants même pour une consommation de tabac équivalente.
Les essais cliniques évaluant l’efficacité de traitements (pharmacologique et/ou psychothérapeutique) dans le cadre de l’arrêt du tabac chez des personnes schizophrènes obtiennent de faibles taux de réussite à 6 mois (Tsoi, Porwal, & Webster, 2010). Ces résultats pourraient s’expliquer par un niveau d’intensité plus marquée des symptômes de sevrage connus : dysphorie, anxiété, insomnie, troubles de la concentration, irritabilité,
craving (envie irrépressible) (Gotlieb et al., 2007). Le niveau de craving est beaucoup plus important 15 minutes après la dernière cigarette chez les schizophrènes fumeurs en comparaison à des fumeurs sans comorbidité (Lo et al., 2011).
Les sujets schizophrènes seraient particulièrement  touchés par des troubles cognitifs transitoires liés au manque de nicotine : atteinte  de la mémoire de travail visuo-spatiale, de la fonction exécutive et augmentation des troubles  de l’attention (Dollan et al., 2004, Cullan
et al., 2008).
Il apparait alors intéressant de développer des approches de réduction de consommation (McChargue et al. 2002). Nous souhaitons tester la faisabilité et les résultats obtenus d’un programme de réduction de consommation de tabac couplant éducation pour la
santé et activité physique.

METHODE
Nous avons recruté des sujets adultes correspondantaux critères diagnostiques de la schizophrénie du DSM IV. Les mesures suivantes été menées : monoxide de carbone, le niveau de dépendance (Fagerstrom), le niveau de dépression et d’anxiété  (HADS), le sentiment d’efficacité personnel à l’arrêt du tabac, la motivation à l’arrêt (Q-MAT) et l’indice de masse corporel. Les évaluations a été réalisée à t0, t+8 et t+12semaines. Le programme du groupe Oxygène est présenté dans letableau 1 et 2. Le conseil à la diminution de consommation était basé sur la modèleTransthéorique de Prochaska (Prochaska et al. 1992).

RESULTATS
Le taux de participation aux séances est de 81,3% (avec un maximum de 3 absences). Le test de Wilcoxon apparié montre une diminution significative du nombre de cigarettes fumées (p<.04) et du taux de CO expiré àt+6 (p<.005). Le niveau de motivation a significativement augmenté à t+6 (p<.018). A 12 semaines, on note une légère augmentation de la consommation et du CO expiré mais cela reste  non significatif. Le tour de taille, l’IMC, le niveau d’anxiété et de dépression n’ont pas été modifiés à t+6 (voir tableau ci-dessous).

DISCUSSION
Ce programme est réalisable avec des sujets schizophrènes et semble apporter des bénéfices à court terme sans prise de poids, ni modification du traitement et de l’humeur. Cependant, l’absence de groupe contrôle, la faible  taille de l’échantillon et l’absence de randomisation sont des limites importantes qui ne permettent pas de généraliser l’efficacité de ce programme. Cette étude nous permet d’envisager, dans l’avenir,la mise en place d’une étude randomisée contrôlée.

Bernard. P, Ninot. G. (2012) Bénéfices des activités physiques adaptées dans la prise en charge de la schizophrénie : revue systématique de la littérature. L’Encephale. doi:10.1016/j.encep.2011.07.001

Bernard P, Esseul E, Raymond L, Dandonneau L, Xambo JJ, Carayol M, Ninot G. Counseling and exercise intervention for smoking reduction in patients with schizophrenia: a feasibility study. Archives of Psychiatric Nursing Vol. 27, No. 1 (February), 2013: pp 23–31

Test de marche de 6 minutes chez le sujet schizophréne: un outil de plus en plus intéressant !

Un article de blog avait décrit l’étude de validation du Test de marche de 6 minutes pour des sujets touchés par la schizophrénie. Vancampfort et al. (2012), le même auteur, a publié un article dans la revue Acta Psychiatrica Scandinavica en mai 2012 utilisant de nouveau le Test de marche de 6 minutes (TDM6). De plus, il a demandé  à un évaluateur d’évaluer ces même participants à l’aide de l’Échelle d’évaluation globale du fonctionnement (EGF).
Il souhaitait explorer la possible association entre le score à l’EGF (très utilisé dans l’évaluation des ces sujets et des traitements) et la distance au TDM6.  L’axe V du manuel diagnostique des troubles mentaux (DSM-IV-TR) est une échelle d’hétéro-évaluation qui permet à un psychiatre d’établir un score de fonctionnement psychologique, social et professionnel sur un continuum hypothétique allant de la santé mentale à la maladie. L’évaluateur établit un score en fonction des descriptions proposées par tranche de 10 points entre 0 et 100.
Exemple pour la tranche 51-60 :

Symptômes d’intensité moyenne (p. ex., émoussement affectif, prolixité circonlocutoire, attaques de panique épisodiques) ou difficultés d’intensité moyenne dans le fonctionnement social, professionnel ou scolaire (p. ex., peu d’amis, conflits avec les camarades de classe ou les collègues de travail).

Résultats: Une corrélation de 0.59 (p<.001) entre score EGF et la distance TDM6 a été retrouvée.
Discussion : La corrélation est positive et modérée mais jusque là, la distance réalisée au TDM6 était associées à des marqueurs négatifs (e.g. dépression). Or le fonctionnement est un bon prédicteur autonomisation des sujets, de stabilisation psychiatrique. L’intérêt de cette étude ne réside pas dans le fait d’identifier un lien de causalité entre fonctionnement et capacité à l’effort. Simplement, un patient qui améliore son fonctionnement peu plus facilement améliorer sa capacité à l’effort et vice et versa. Cette étude vient appuyer l’intéret du TDM6 dans la prise en charge de la schizophrénie.
En effet, le secteur de la santé voit émerger des structures de soins de réadaptation en psychiatrie afin d’aider les sujets à se stabiliser et à identifier un projet de vie pérenne. Dans ce cadre, une prise en charge par les activités physiques adaptées pourrait se baser sur le test de marche pour évaluer son impact sur les usagers. A ma connaissance, une prise en charge de réadaptation en psychiatrie basée sur une approche pluri, inter- ou mufti-disciplinaire incluant l’activité physique adaptée reste peu développée en France.

Pour ceux qui s’interrogent sur la différence entre pluri, inter- ou mufti-disciplinaire, direction l’article du blog GERAR.
Vancampfort, D., Probst, M., Scheewe, T., Knapen, J., De Herdt, A., & De Hert, M. (2012). The functional exercise capacity is correlated with global functioning in patients with schizophrenia. Acta Psychiatrica Scandinavica. doi:10.1111/j.1600-0447.2011.01825.x

Bénéfices des activités physiques adaptées dans la prise en charge de la schizophrénie : revue systématique de la littérature.

Le numéro de Septembre de 2012 de la revue de L’Encephale a publié une revue de littérature systématique concernant les APA et la schizophrénie.  Cet article participe à la diffusion de connaissances concernant les bénéfices des Activités Physiques Adaptées dans le cadre de la prise en charge en psychiatrie. Vous trouverez le résumé ci dessous en Francais et en Anglais. Si vous avez des remarques ou des critiques, n’hésitez pas à me les envoyer par courrier électronique ou déposer un commentaire sous cet article.

Les bénéfices des activités physiques (AP) sont étudiés dans des maladies chroniques depuis une vingtaine d’années et plus récemment dans des pathologies psychiatriques. Cette revue de littérature systématique porte sur l’efficacité de programmes d’AP spécifiques sur les symptômes schizophréniques et les atteintes physiques ainsi que sur les modes de prise en charge. Les programmes en AP semblent améliorer les symptômes schizophréniques mais le nombre d’études contrôlées randomisées reste trop faible pour conclure. Des programmes multidisciplinaires incluant des AP montrent leur efficacité dans la limitation, voire la baisse, des troubles métaboliques induits par les traitements antipsychotiques. Plusieurs modalités de programme potentialisent les bénéfices, une durée minimale de 12 semaines, des AP sollicitant la voie énergétique aérobie (20 à 40 minutes d’effort continu) et une intensité moyenne d’effort (50-60% de la fréquence cardiaque maximale). Un manque d’études randomisées contrôlées limite la généralisation des résultats.

Benefits of exercise for people with schizophrenia: A systematic review

Title. Benefits of exercise for people with schizophrenia: systematic review.

Introduction. Previous reviews of the exercise and mental health have predominantly examined chronic illness and more recently several psychiatric disorders. There is growing evidence that exercise can also be en effective treatment for major depressive disorders, anxiety disorders and alcohol dependence. Individuals with schizophrenia are more likely to be sedentary than general population. Objectives. The objectives of this systematic review are to analyse the habits of physical activity and examine the literature that has investigated the use of exercise as treatment for schizophrenia.

Method. We systematically reviewed psycINFO, Medline/PubMed, SportDiscus, Web of Sciences, and Cochrane Library. The searches of databases were conducted from database inception until September 2010, using a range of search terms to reflect both physical activity and schizophrenia. Studies were subsequently considered eligible if they reported on quantitative studies investigating the effect of PA upon some aspect of physical or mental health in individuals with schizophrenia.

Results. Of the 139 articles retrieved, 19 studies met the inclusion criteria. In controlled studies, most authors have underlined (table I) the benefits of the aerobic exercise. These programs may act both on positive symptoms (hallucinations) and on negative symptoms. According to certain studies, the positive effect may appear in a short time and end of program. No studies assess long term benefits. Small samples of self selected participants, inadequately selected control groups are common methodological weaknesses. A recent research has directly investigated the potential mechanism underpinning the positive benefits. The results indicated that hippocampal volume is plastic in response to aerobic exercise.

Discussion. We discuss methodological and practical challenges to research in this area, and outline several research questions that future work should seek to address. Existing studies do suggest that lifestyles physical activity interventions or regular exercise programmes are possible in this population and can have healthful effects on both the mental and physical health and well-being of individuals with schizophrenia.

Conclusions. Research into the efficacy and safety of exercise as an intervention in schizophrenia is required to support the development of detailed, population-specific guidelines. Larger randomised studies are required before any definitive conclusions can be drawn. Although studies included in this review are small and used various measures of physical and mental health, results indicated that regular exercise programmes are possible in this population, and that they can have healthful effects on both the physical and mental health. Future research should address issues of programme adherence.

Bernard, P., & Ninot, G. (2012). Bénéfices des activités physiques adaptées dans la prise en charge de la schizophrénie : revue systématique de la littérature. [Benefits of exercise for people with schizophrenia: A systematic review]. L’Encéphale, 38(4), 280-287. doi:10.1016/j.encep.2011.07.001

L'exerice physique, un levier efficace de perte de poids à long terme chez l'adultes touché par des troubles schizophréniques.

Un essai randomisé contrôlé a exploré l’impact à long terme d’un programme d’exercice physique sur des marqueurs de l’obésité chez des adultes touchés par des troubles schizophréniques (Tella et al. 2012).

Méthode: 59 adultes touchés par des troubles schizophréniques randomise en un groupe exercice E vs groupe contrôle C. Le groupe exercice durait 24 semaines et était composé d’un programme pluridisciplinaire (football-10min, aérobic-10min, ergocycle-15min and tapis de marche-15min, toutes périodes entrecoupées de 5 min de repos).

Les marqueurs de l’obésité étaitent simples : Indice de Masse Corporelle IMC, Ratio Tour de taille/tour de Hanche et différents plis cutanés à 12 et 24 semaines.

Evaluation de la condition physique : test de Cooper 15 min et test de course à pied du kilomètre

Résultats: Les résultats sont très efficaces voir tableau 3.

Discussion: Un programme d’exercice physique à long terme entraine une réduction des marqueurs de l’obésité et pourrait être utilisé dans la prévention et la gestion du poids d’adultes touchés par des troubles schizophréniques.

 Avis

Cet article est issu d’une revue Open Access, trouvé totalement par hasard. Les nouvelles revue Open Acess permettent aux équipes des pays en voie de développement de publier et diffuser plus facilement leur travaux. Cet étude vient du “College of Medicine, University of Lagos, Idi-Araba”, à Lagos au Nigeria.

Bien sur cette étude fait état de plusieurs limites dans l’écriture de l’article, le type d’analyse statistique, l’absence d’informations sur la nature des traitements anti-psychotiques, contrôle de l’aspect nutritionnel.

 Au de là, je pense que cela peut illustrer les bénéfices méconnus car préventifs de programmes d’activité physiques adaptées (APA) mis en place dans des structures de psychiatrie en France. On peut penser que le travail quotidien d’Enseignant en APA limite la prise de poids et l’apparition su syndrome métaboliques chez les patients touchés par des troubles psychiatriques sévères, patient dont la santé somatique est bien trop souvent laissée de côté. De plus, les évaluations mise en place, ne valent rien, une mètre couturier = 1 euro.

Article en accès libre:

ResearchBlogging.org
Tella BA1, Gbiri CA1*, Adefarakan A1, Odebiyi DO1 and Owoeye OA2 (2012). Effect of Long-Term Exercise on Drug-Induced Obesity in Schizophrenic Patients J Addict Res Ther DOI: 10.4172/2155-6105.1000120

Mr J, 52 ans, dépressif (partie 1)

Un récent article de la revue JAMA de Whooley en 2012 décrit Mr J, touché par des troubles dépressifs et des co-morbidités somatiques. Cet article est une illustration intéressante des complémentarités de différentes thérapies sur la dépression et de la vision de l’activité physique d’un point de vue médical. La partie 1 de l’article est la présentation de Mr J.

Mr J a 52 ans, il décrit la présence de plusieurs symptômes dépressifs depuis plusieurs mois : tristesse, anhédonie, difficulté à dormir et pensées suicidaires. On lui a diagnostiqué une dépression durant le lycée et il a reçu un traitement pharmacologique et un accompagnement psychologique par intermittence durant sa vie. Il a ressentit une amélioration de la part des deux traitements mais les symptômes ne réellement jamais disparus.

Actuellement, il n’est pas suivi par un professionnel de la psychiatrie. Mr J ne déclare aucune tentative de suicide passée et une hospitalisation pour cela. Il décrit que sa dépression a eu un impact sur son travail et a freiné sa carrière.

Sa famille vit non loin de lui mais il a peu d’amis et reste isolé socialement. Il n’a pas eu de relations amoureuses depuis longtemps. Il n’y a pas d’antécédent d’épisode dépressif majeur ou d’autres troubles psychiatriques important dans sa famille.

Mr J travaille comme chauffeur. Il vit seul. Il ne fume pas de cigarette et n’a pas d’antécédent d’abus de substance. Il ne boit pas de manière fréquente.

En termes d’antécédents médicaux, il a une tension élevée, des reflux gastro-oesophagiens, une lombalgie chronique, de l’apnée du sommeil (traitée par machine), une hyperlipidémie et est obèse. Il ne décrit pas d’autres problèmes de santé. En termes de traitements médicamenteux, il prend actuellement de l’esomeprazole, de l’ibuprofen, de l’huile de poisson, du pravastin et du sucralfate. Il n’a d’allergie médicamenteuse connue.

Mr J parait bien, alerte, et orienté, son examen physique est normal. Il est capable d’engager une conversation. Il n’y a pas de preuve de trouble de la pensée ou de troubles cognitifs. Il ne décrit pas d’idées suicidaires. Ses jugements apparaissent intactes. Il a consciences de son diagnostique et est intéressé pour améliorer son état mais il se sent embarassé et frustré. Les analyses de laboratoires ne montrent pas d’anomalies métaboliques ou d’hypotyroidie.

Whooley. MA. Diagnosis and Treatment of Depression in Adults With Comorbid Medical ConditionsA 52-Year-Old Man With Depression. JAMA. 2012;307(17):1848-1857. doi:10.1001/jama.2012.3466