Archives par mot-clé : Sclérose en Plaques

Activité physique, santé, handicap, éducation : la littérature scientifique francophone en mouvement

Récemment, le privilège d’analyser les résumés des interventions écrites et orales du Congrès National des Professionnels des Activités Physiques Adaptées (CNP-APA) m’a été donné. Je peux déjà annoncer que ceux-ci sont qualité et très variés en terme d’approches, de disciplines scientifiques et de publics visés. Un seul conseil, inscrivez-vous pour la seconde édition du CNP-APA !

© L'Internaute Magazine / Liv
© L’Internaute Magazine / Liv

Ces lectures, les précédents articles du blog, la démultiplication des archives ouvertes d’université et surtout l’intérêt croissant pour l’activité physique pour la santé décuple la quantité de textes francophones disponibles. J’ai donc fait tourner Zotero pour vous lister les textes francophones publiés durant les derniers 18 mois environ. Toutefois, l’exhaustivité n’est peut-être pas au rendez-vous, alors si vous connaissez des références qui ne sont pas dans bibliographie, laissez un commentaire.

  • Abitteboul, Y., Conort, C., Bouscaren, N., & Rivière, D. (2015). Importance du mal au dos comme frein à la pratique des activités physiques et sportives. Science & Sports, 30(1), 13‑18. http://doi.org/10.1016/j.scispo.2014.07.017
  • Armand-Gaberan, F., & Bouilloud, J. (2013). Quand les jeunes en redemandent: Rencontre entre jeunes d’itep et éducateurs en formation autour du vtt. Empan, 92(4), 63. http://doi.org/10.3917/empa.092.0063
  • Ben-Sadoun, G., Petit, P.-D., Colson, S. S., König, A., & Robert, P. (2015). Activité aérobie et environnement enrichi : perspectives pour le patient Alzheimer. Science & Sports, 30(1), 1‑12. http://doi.org/10.1016/j.scispo.2014.03.005
  • Bernard, P. (2014). Les systèmes d’orientation à l’activité physique au Royaume-Uni : efficacité et enseignements. Santé Publique, 26(4), 647‑654.
  • Bernard, P. (s. d.). Et si on prenait l’activité physique au sérieux en psychiatrie ? L’Encéphale. http://doi.org/10.1016/j.encep.2014.10.016
  • Besnier, A., Marqueste, T., & Comte, F. (2014). Activité physique durant la grossesse et ses répercussions sur le nouveau-né. La Revue Sage-Femme, 13(2), 49‑65. http://doi.org/10.1016/j.sagf.2013.12.001
  • Bouricha, R., Thoni, G., Raffard, L., Cohert, L., Saucourt, V., Tirode, V. (2015). Activité Physique Adaptée pour les malades chroniques en appartements de coordination thérapeutique. Santé Publique, 219-225
  • Brun, J.-F., Guiraudou, M., Romain, A.-J., Pollatz, M., Fédou, C., & Mercier, J. (s. d.). Le niveau d’oxydation maximale des lipides (LIPOXmax), un niveau d’exercice adapté par ses propriétés énergétiques et comportementales au « génotype économe » du syndrome métabolique : l’hypothèse du « healthy primitive lifestyle ». Science & Sports. http://doi.org/10.1016/j.scispo.2015.01.002
  • Calmet, M., Franchini, E., & Assude, T. (2014). Handicaps simulés et outils numériques : un exemple d’utilisation en judo. La nouvelle revue de l’adaptation et de la scolarisation, N° 66(2), 253‑268.
  • Carré, F. (2010). L’activité physique dans la prévention de la maladie coronaire. Annales de Cardiologie et d’Angéiologie, 59(6), 380‑384. http://doi.org/10.1016/j.ancard.2010.10.008
  • Cochez, C., Lootgieter, R., Peres, S., Rubenstrunk, A., Prudhomme, C., Carru, V., & Azar, R. (2014). Faisabilité et bénéfices de l’activité physique adaptée (APA) perdialytique chez les patients hémodialysés. Néphrologie & Thérapeutique, 10(5), 315‑316. http://doi.org/10.1016/j.nephro.2014.07.066
  • Costes, F., & Pison, C. (2014). Activité physique et nutrition dans la broncho-pneumopathie chronique obstructive. Nutrition Clinique et Métabolisme, 28(4), 336‑347. http://doi.org/10.1016/j.nupar.2014.10.004
  • Demets, J., Weissland, T., & Metron, D. (2014). Étude de faisabilité du pédalage unilatéral en réentraînement à l’effort chez le patient amputé de membre inférieur d’origine vasculaire : résultats préliminaires. Science & Motricité, (84), 35‑42. http://doi.org/10.1051/sm/2013075
  • Desport, J.-C., Jésus, P., Fayemendy, P., & Pouchard, L. (2014). Activité physique lors de la sclérose latérale amyotrophique. Nutrition Clinique et Métabolisme, 28(4), 321‑326. http://doi.org/10.1016/j.nupar.2014.09.001
  • Duclos, M., Oppert, J.-M., Vergès, B., Coliche, V., Gautier, J.-F., Guezennec, C.-Y., … Strauch, G. (2012). Activité physique et diabète de type 2: Référentiel de la Société francophone du diabète (SFD), 2011. Médecine des Maladies Métaboliques, 6(1), 80‑96. http://doi.org/10.1016/S1957-2557(12)70366-8
  • Dupuis, C., Filaire, M., & Filaire, E. (2015). Activité physique spontanée et qualité de vie des patients atteints d’un cancer du poumon, en attente d’une résection pulmonaire. Science & Sports, 30(1), 47‑50. http://doi.org/10.1016/j.scispo.2014.09.003
  • Durocher, T., Thuillier, B., & Guyader, B. (2014a). Impact d’un protocole en activités physiques adaptées chez des patients lombalgiques chroniques en restauration fonctionnelle du rachis. Science & Motricité, (84), 11‑17. http://doi.org/10.1051/sm/2013065
  • Durocher, T., Thuillier, B., & Guyader, B. (2014b). Impact d’un protocole en activités physiques adaptées chez des patients lombalgiques chroniques en restauration fonctionnelle du rachis. Science & Motricité, (84), 11‑17. http://doi.org/10.1051/sm/2013065
  • Ferez, S., Marin-Duval, E., Thomas, J., Héas, S., & Fougeyrollas, P. (2014). Continuer à s’engager dans des loisirs après avoir été infecté au VIH : entre quête de normalité et prescription sociale. Loisir et Société, 37(2), 205‑223. http://doi.org/10.1080/07053436.2014.936162
  • Filhol, G., Bernard, P., Quantin, X., Espian-Marcais, C., & Ninot, G. (s. d.). Activité physique durant la grossesse : point sur les recommandations internationales. Gynécologie Obstétrique & Fertilité. http://doi.org/10.1016/j.gyobfe.2014.09.014
  • Fuchs, A. (2014). Activités physiques adaptées et mucoviscidose. La « voix » des patients. Science & Motricité, (84), 111‑119. http://doi.org/10.1051/sm/2013076
  • Gérin, C., Guillemot, P., Bayat, M., André, A. M., Daniel, V., & Rochcongar, P. (s. d.). Enquête auprès des médecins généralistes sur leur expérience et leur avis en matière de prescription d’activité physique. Science & Sports. http://doi.org/10.1016/j.scispo.2013.12.006
  • Ginsbourger, T., & Terral, P. (2014). Dynamiques « d’humanisation » puis de « managérialisation » d’un projet d’activité physique sur un site de lutte contre le cancer. SociologieS.
  • Giroux, M. (2014). L’activité physique adaptée, enjeu et support de l’éducation thérapeutique du patient diabétique de type 2 précaire : élaboration d’un cycle éducatif d’activité physique adaptée « escalade », 145.
  • Kolko Labadens, A., Lasseur, C., Labat, T., Trolonge, S., & Chauveau, P. (2014). Activité physique chez les patients dialysés : comment et pourquoi l’évaluer et mettre en place un programme ? Néphrologie & Thérapeutique, 10(3), 151‑158. http://doi.org/10.1016/j.nephro.2013.12.004
  • Lacharité-Lemieux, M. (2014). Adhésion à l’exercice et amélioration de la santé métabolique chez les femmes ménopausées : comparaison entre l’entraînement en plein air et en salle. Consulté à l’adresse http://savoirs.usherbrooke.ca/handle/11143/5457
  • Lecocq, G., & Dervaux, S. (2014). De la résistance à la résilience : lorsque 2 types d’A.P.A. se mettent au service d’une personne vulnérable. Science & Motricité, (84), 89‑97. http://doi.org/10.1051/sm/2013079
  • Le Galudec, M., Contant, A.-C., Stephan, F., Feray, A., Le Floch-Bergot, A.-L., Alzas, N., … Guerrero, F. (2014). Impact d’un programme d’activité physique sur la symptomatologie schizophrénique : résultats d’une expérience menée au CHRU de Brest. European Psychiatry, 29(8, Supplement), 646. http://doi.org/10.1016/j.eurpsy.2014.09.011
  • Lemercier, L., Bernard, P., Delmotte, J., Vincent, L., Cartron, G., & Ninot, G. (2015). Bénéfices des activités physiques adaptées au cours de l’allogreffe de cellules souches hématopoïétiques : étude de faisabilité. Oncologie, 17(1-2), 47‑56. http://doi.org/10.1007/s10269-015-2486-3
  • Leti, T., Guinot, M., Favre-Juvin, A., & Bricout, V.-A. (2014). Dysautonomie des sujets porteurs d’une trisomie 21 : apports de la variabilité de la fréquence cardiaque et du bilan hormonal. Science & Motricité, (84), 71‑79. http://doi.org/10.1051/sm/2013080
  • Moscone, A.-L., Leconte, P., & Le Scanff, C. (2014). L’anorexie et l’activité physique, une relation ambiguë. Science & Motricité, (84), 51‑59. http://doi.org/10.1051/sm/2013084
  • Mosson, M., Peter, L., & Montel, S. (2014). Impact du niveau d’activité physique sur l’alexithymie et le coping dans une population de plus de 40ans atteinte de sclérose en plaques : une étude pilote. Revue Neurologique, 170(1), 19‑25. http://doi.org/10.1016/j.neurol.2013.04.009
  • Paumard, C. (2014). Les bénéfices de l’activité physique dans les pathologies chroniques. NPG Neurologie – Psychiatrie – Gériatrie, 14(82), 201‑208. http://doi.org/10.1016/j.npg.2013.12.005
  • Pillard, F. (2014a). Bénéfices de l’activité physique chez le patient atteint de BPCO. Revue des Maladies Respiratoires Actualités, 6(3), 230‑232. http://doi.org/10.1016/S1877-1203(14)70560-9
  • Pillard, F. (2014b). Évaluer l’activité physique des patients atteints de BPCO. Revue des Maladies Respiratoires Actualités, 6(3), 233‑234. http://doi.org/10.1016/S1877-1203(14)70561-0
  • Pillard, F. (2014c). Faciliter et stimuler l’activité physique des patients atteints de BPCO : quels moyens, quels résultats ? Revue des Maladies Respiratoires Actualités, 6(3), 235‑237. http://doi.org/10.1016/S1877-1203(14)70562-2
  • Pollatz, M., Guiraudou, M., Romain, A.-J., Fédou, C., Brun, J.-F., & Mercier, J. (2014). Les effets d’un réentraînement de 45 minutes au LIPOXmax sur le comportement alimentaire de patients obèses sont analogues le matin et l’après-midi. Science & Sports, 29(2), 57‑61. http://doi.org/10.1016/j.scispo.2013.12.002
  • Rivas-Branger, J., Chinalska-Chomat, R., Obeid, D., & Ricour, C. (2014). Handicap mental chez l’enfant et risque d’obésité : le rôle clé de l’activité physique (AP) adaptée. Science & Sports, 29, Supplement, S8. http://doi.org/10.1016/j.scispo.2014.08.008
  • Rolland, M. (2015). L’observance de la prescription d’activité physique en médecine générale : étude descriptive prospective chez des patients porteurs de facteurs de risque cardiovasculaires, 101.
  • Romain, A. J., & Bernard, P. (2015). L’amélioration de la santé cardiovasculaire par l’exercice physique, chez les individus atteints de schizophrénie, passe aussi par la psychologie de la santé. Obésité, 10(1), 63‑65. http://doi.org/10.1007/s11690-014-0463-4
  • Tant, M. (2014, janvier 20). Inclusion en Education Physique et Sportive des élèves en situation de handicap. Mise en évidence d’un système inclusif en trois stades distincts chez les enseignants d’EPS français (phdthesis). Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambresis. Consulté à l’adresse https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00998934/document
  • Thibault, R., Meyer, P., & Cano, N. (2014). Activité physique, nutrition, et insuffisance cardiaque chronique. Nutrition Clinique et Métabolisme, 28(4), 327‑335. http://doi.org/10.1016/j.nupar.2014.10.005
  • Thomas, J., Duval, E., Perera, É., & Ferez, S. (2014). La perception de l’activité physique comme mode de prise de charge du VIH : effets de la visibilité du corps sur les stratégies de gestion d’une « maladie chronique ». Science & Motricité, (84), 99‑110. http://doi.org/10.1051/sm/2013081
  • Villaron, C., Marqueste, T., Eisinger, F., Cappiello, M.-A., Therme, P., & Cury, F. (2015). Activité physique et cancer du sein métastatique : qualité de vie, fatigue et estime de soi — étude pilote. Oncologie, 17(1-2), 39‑46. http://doi.org/10.1007/s10269-014-2474-z

Comment l'activité physique pourrait diminuer la fatigue dans le domaine du cancer ?

Suite et fin de la série « Cancer ».

Après avoir décrit plusieurs paramètres dits « psychologiques » associés à la pratique d’activité physique (AP), cet article traite d’une étude explorant des mécanismes psychologiques expliquant potentiellement l’effet de l’AP sur la fatigue chez des personnes malades (i.e., 2 échantillons : traitées pour un cancer du sein (CS) et sclérose en plaques (SEP) 1.

picture113Les auteurs émettent l’hypothèse suivante : l’AP aurait un effet direct sur le niveau de d’Efficacité personnelle et un effet indirect sur la fatigue à travers l’Efficacité personnelle et la dépression.

En terme de méthode, il testent leur hypothèse sur les 2 échantillons, le 1er dans le cadre du cancer du sein (CS), plan d’analyse transversal ; le second avec les sujets touchés par une SEP, plan d’analyse longitudinal (+6mois). McAuley et al. (2010) mesurent par auto-questionnaire les concepts soulignés dans l’hypothèse. Ceux-ci ne sont pas strictement les mêmes dans les 2 échantillons, et l’AP est mesurée objectivement avec les patients SEP.

L’hypothèse est vérifiée avec les sujets CS. En revanche, les analyses sur les données mesurées à t+6mois suggèrent une validation partielle de l’hypothèse. Une augmentation de l’AP influence négativement le niveau de fatigue à 6 mois (schéma B).

cancer sein dépression

multiple sclerosis ans physical activity

Ces résultats soulignent qu’une attention accrue sur l’Efficacité personnelle des sujets touchés par un CS ou une SEP lors d’une prise en charge en activité physique peut majorer les effets de l’AP sur la fatigue.

Concrètement, connaître les sources de l’Efficacité personnelle (déjà présentées dans le blog) afin de les utiliser lors de l’encadrement de séances et ou la rédaction de documents, sites pourraient avoir un effet de majoration des bénéfices de l’AP.

Pour aller plus loin, lire le mémoire de M.Artigusse intitulé : Effet d’un programme en activités physiques adaptées sur le sentiment d’efficacité collective à l’activité physique chez des personnes touchées par des troubles psychiatriques sévères : Étude basée sur les sources du sentiment d’efficacité collective (2012).

Activité Physique pour les adultes atteints de sclérose en plaques: Recommandations.

La Société Canadienne de Physiologie de l’Exercice, en partenariat avec Société Canadienne de la Sclérose en Plaques a produit un document intitulé : Directives canadiennes en matière d’activité physique à l’intention des adultes atteints de sclérose en plaques.

Elles sont fondées sur les résultats de l’analyse systématique des meilleures données probantes disponibles. Élaborées par des experts, ces Directives ont été revues par des professionnels de la santé, des spécialistes du conditionnement physique et des Canadiens touchés par la SEP.
 combas-photo2
Que retenir ?
“Pour les adultes atteints de sclérose en plaques qui présentent une incapacité légère ou modérée devraient se consacrer à au moins :

30 minutes d’activité aérobie d’intensité modérée, 2 fois par semaine

ET

• 2 séances par semaine d’exercices de renforcement des grands groupes musculaires

L’atteinte de ces objectifs pourrait contribuer à réduire la fatigue, à accroître la mobilité et à améliorer certains aspects de la qualité de vie liée à la santé de ces personnes.”

Les documents disponibles en Français sont clairs et très bien réalisés.
Remarques: La lecture de ce type de document pousse à la comparaison avec la France. A ma connaissance, l’Association des personnes touchés par une SEP a produit un livre blanc Sport et SEP qui est plutôt un document de partage d’expérience. En revanche, on peut toujours s’interroger sur la quasi absence de recommandations et de communications à propos de l’Activité Physique pour les sujets à besoins spécifiques.

[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=4OnvBnUbvfw&w=560&h=315]