Archives par mot-clé : sport

Faire des enjeux climatiques une priorité comme professeur d’université au Québec: retours d’expérience

Il y a environ 5 ans maintenant, j’ai décidé (au départ) d’intégrer le changement climatique dans mes questions de recherche puis d’en faire la question clé de mes travaux. Depuis de nombreuses années, je me suis intéressé à l’écologie. Et aussi plus précisément aux mécanismes du changement climatique, ses conséquences sociales et sanitaires dans les années suivant mon doctorat.  

Comme de nombreux jeunes chercheurs, j’ai mis mon énergie pour affiner ma formation (stage postdoctoral à Québec) et augmenter mes chances d’obtention d’un poste. Celle-ci m’a souri. L’accès à un poste universitaire m’a donné les coudées franches pour mettre en œuvre (en partie) les études que je souhaitais mener1. Finalement, j’ai foncé sur de multiples projets et amélioré mais compétences rédactionnelles et statistiques2. 

Puis, mes lectures, podcasts m’ont rattrapées. Autrement dit, à quoi bon participer à l’accumulation des connaissances sur les bénéfices de l’activité physique pour la santé mentale ou le contenu d’interventions de changement de comportement si tout brûle ou est sous l’eau dans 30 ou 50 ans. La dissonance cognitive et des lectures académiques clés3–8 ont fait le reste.  

J’ai donc poursuivi mes travaux de recherche en travaillant de sur une lettre à l’éditeur pour une revue de psychologie de la santé (résumée ici) afin d’identifier les points clés de la littérature scientifique concernant notre communauté et de modestement proposer des pistes de recherche. J’ai été étonné des refus reçus par plusieurs revues, où l’on trouvait cela intéressant mais manquant de solutions “prêtes à l’emploi”. 

Si la publication de texte m’a, en quelque sorte, libéré de mon syndrome d’imposteur, elle ne résolvait pas mon questionnement sur les liens entre changement climatique et activité physique. Je me suis aperçu que des 2016, sur ce même blogue j’avais résumé un article peu connu qui proposait une définition de l’activité physique durable et que c’était de là que devait partir ma réflexion. Avec l’aide de mon compère G.Chevance puis d’une belle équipe de collègues, j’ai pris la décision de rédiger le protocole d’une revue systématique sur l’activité physique (dans sa définition large) et les conséquences/origines du changement climatique. Ce travail a été un voyage interdisciplinaire très enrichissant, découvrant des revues et méthodes inconnues de mon côté. J’ai pu mettre à profit mes expériences passées de revues systématiques, mais n’avais pas anticipé les difficultés à résumer, trier, organiser les études sélectionnées. La longueur des versions finales du manuscrit nous a vite limité en termes de journaux académiques qui acceptaient les longs formats. En tout cas, j’étais résolu à tenter une revue avec un lectorat important puisque le manque de visibilité de mon précédent texte m’avait échaudé. Après une expertise de qualité et riche d’enseignement, nous avons obtenu le feu vert pour la publication dans Sports Medicine9.  

Si l’histoire peut paraître belle ainsi, il faut souligner le jeu d’équilibriste qu’est l’absorption d’un pan entier de la littérature sur un nouveau sujet tout en continuant de veiller, encadrer des étudiants, mener des études sur les thèmes cités plus haut. Il y a comme un refus de se dire que l’on est prêt à mettre toute notre connaissance et analyse fine de la littérature pour autre chose (encore aujourd’hui). 

Avec la mise en ligne de l’article, j’ai décidé de faire plus d’efforts de diffusion dans ma communauté académique (ex. courriel personnalisés avec l’article en PDF), et au grand public via un article dans la La Conversation et surtout le développement d’infographies (accès libre ici). Ces dernières étaient une nouveauté pour moi. Mais avec des moyens financiers faibles, j’ai pu collaborer avec une étudiante en design qui a fait un super travail (son site). J’utilise ces illustrations dans mes cours, mes présentations. Avec l’aide de collègues et d’étudiants, j’ai pu obtenir des versions en allemand, anglais, portugais…. En dépit de ces efforts, l’article est lu et utilisé par des collègues, mais l’intérêt des communautés sportives, ou de la presse spécialisée est très faible. L’ensemble de mes courriels ou communiqués de presse sont restés lettre morte. Notre publication a été reprise dans des journaux grand public en France et au Québec, un journal dédié au plein air. 

La suite logique de ce travail a été triple: écrire une lettre à l’éditeur en français pour la communauté scientifique francophone10, proposer un agenda spécifique à la recherche en psychologie du sport11 (revues spécialisées peu intéressées) et sur proposition de G.Chevance tenter le même genre de revue mais pour l’ensemble des comportements de santé. 

Cette revue12 a été, de loin, vraiment très enrichissante. Nous avons pu franchir un pas important dans notre réflexion en intégrant les enjeux de genre, de santé globale, d’inégalités intra-, inter-pays et intergénérationnels. Aussi l’occasion de relire des texte clés à propos de la médecine comportementale. Grâce à Guillaume, le spectre des collaborateurs et spécialistes en santé planétaire s’est élargi, au profit de l’article. 

En parallèle, de cette activité de rédaction et d’analyse, j’ai continué de m’interroger sur les enjeux sociétaux liés au manque d’effort conséquents des sociétés responsables et poursuivant ma lecture de travaux du ShiftProject. Le travail de fond sur la place des enjeux climatiques et énergétiques à l’université m’a ouvert les yeux sur le relatif désert que symbolise ces enjeux dans les universités Canadiennes. Si l’on trouve le changement climatique abordé à l’université, cela ne dépasse généralement pas les départements des sciences atmosphériques ou biologiques. Or, plusieurs essais soulignent l’intrication de toutes les sphères de la société avec les conséquences ou mesures pour tempérer le changement climatique. En conséquence, j’ai rédigé un court texte pour la revue Affaires Universitaires. 

Mais la bonne surprise est venue de mon département où grâce au travail de collègues, un nouveau cours en maîtrise, plus centré sur la recherche a été mis en place en 2020. Plusieurs professeurs se divisent des sessions d’une dizaine d’heure pour présenter les enjeux de recherche dans leur domaine respectifs. Ainsi, grâce à leur ouverture, j’ai pu proposer 13h de cours pour aborder le changement climatique dans les sciences du sport et de l’activité physique. La création de cours a littéralement été passionnante et est venue enrichir ma vision des enjeux et défis. Les échanges avec les étudiants sont aussi à la hauteur, même si j’avoue être étonné de leurs ‘vagues’ connaissances initiales sur les enjeux climatiques. Mais après avoir assimilé les questions de bases liées au changement climatique, il se saisissent très vite des enjeux. Au niveau personnel et professionnel, c’est au départ assez étrange de parler de climat, de boucles de rétroaction, d’inertie, de montée des eaux… devant une classe mais nul n’a besoin d’être climatologue pour comprendre un rapport exécutif du GIEC et les ressources vulgarisées sont multiples.  

Par la suite, je découvre l’initiative française Enseigner le climat qui offre une solution de partage des contenus généralistes ou spécialisés d’enseignants qui se lancent dans des cours liés au changement climatique. Donc mes supports de cours y sont illico déposés.  

 Et puis après ? 

Après les efforts pour réorienter en majeure partie mes travaux, viennent ceux pour créer de nouveaux contacts, mobiliser les communautés académiques et locales, trouver des fonds et des collègues/étudiants spécialisés, oui rien que cela. 

J’ai eu la chance de faire quelques webinaires où l’on m’accordait du temps pour entrer en détails sur les enjeux au Québec et à ailleurs. La difficulté est la même systématiquement, ‘dois-je perdre mon temps’ à rappeler les conclusions du GIEC, l’état d’urgence climatique… c’est parfois gagnant mais sur des présentations de type congrès (12 min), c’est mission impossible. J’essaie aussi de suivre les recommandations de communication sur le climat en soulignant les enjeux locaux, spécifiques des acteurs en face de moi, même si c’est parfois difficile vue l’absence de données. 

Au niveau académique, il me semble (je me trompe peut-être) que les collègues et étudiants européens sont beaucoup plus actifs et intéressés par le développement de projets dans une logique climatique. Cette ‘réorientation’ est aussi l’opportunité de belles rencontres, discussions en ligne qui mènent à des lectures, des projets de publication, voir des projets d’étude.13 

Dans un contexte de recherche académique financée sur projet, l’enjeu de taille reste de trouver des fonds, surtout lorsque l’on sort de sa ‘zone de confort’ thématique. A titre d’exemple, un projet pour mesurer la perception des risques climatiques chez les étudiants en sciences de l’activité physique et éducation physique s’est fait retoquer à deux reprises (c-à-d 2 années de perdues). Des semaines de travail jetées à l’eau, une somme astronomique de démarche administrative pour les co-chercheurs et moi, pour des commentaires où les évaluateurs ne pensent pas que le ‘changement climatique est un sujet pertinent’. 

En conséquence, je tente d’obtenir des financements moins classiques de la part d’autre organismes publics, à voir …  

Je tente aussi de rencontrer des chercheurs issus des sciences du climat, de la santé planétaire, de l’urbanisme… pour comprendre les enjeux, les projets passés ou actuels. C’est une approche imparfaite et chronophage, où parfois on ne se comprend pas, où les démarches restent lettre morte (qui est ce Prof de sport qui me sollicite sur le climat ?). D’autres perçoivent aussi ces démarches comme une volonté de m’accaparer leur travail, ou de prendre de la lumière. (digression : le milieu académique n’est parfois pas le meilleur pour la collaboration, et beaucoup (trop?) se concentrent sur leur ‘carrière’). A l’inverse, d’autres collègues ont ouvert la porte pour 1, 2, ou 3h de cours à leur groupe d’étudiants sur les enjeux climats, d’autres s’interrogent sur le bien-fondé de leur travail dans un monde à +2°C…  

En conclusion 

L’écosystème universitaire favorise un certain conservatisme dans les thématiques de recherche, les enseignements, les perspectives disciplinaires. Ce sont majoritairement des freins au fait que les communautés universitaires se mobilisent VRAIMENT sur la question du changement climatique. A mon sens, aucune discipline n’est épargnée par les défis liés au changement climatique et nous avons accumulé un retard majeur (surtout pour un pays dans le top 10 mondial des émissions). A titre d’exemple, plus les financements de projets sont interdisciplinaires (ce dont on a besoin pour aborder les enjeux de réductions des émissions de gaz à effet de serre par exemple) plus les budgets sont petits et les délais compressés. La communauté académique au Québec n’est pas encore mobilisée à la hauteur des défis posés par le changement climatique en termes d’enseignement, de financement, et d’organisation des universités et de la recherche (voir par exemple la démarche Labo 1.5 en France) 

Ce partage d’expérience (beaucoup trop long) ne vaut pas modèle ou pavoisement, simplement un point d’étape pour moi et une occasion de réfléchir pour les 2 ou 3 lecteurs qui iront jusqu’au bout. 

  • 1. Bernard, P. et al. Dose response association of objective physical activity with mental health in a representative national sample of adults: A cross-sectional study. PLOS ONE 13, e0204682 (2018).
  • 2. Bernard, P., Hains-Monfette, G., Atoui, S. & Kingsbury, C. Differences in daily objective physical activity and sedentary time between women with self-reported fibromyalgia and controls: results from the Canadian health measures survey. Clin Rheumatol 37, 2285–2290 (2018).
  • 3. Zywert, K. Human health and social-ecological systems change: Rethinking health in the Anthropocene. The Anthropocene Review 4, 216–238 (2017).
  • 4. Ebi, K. L., Frumkin, H. & Hess, J. J. Protecting and promoting population health in the context of climate and other global environmental changes. Anthropocene 19, 1–12 (2017).
  • 5. Ripple, Wolf, C., Newsome, T. M., Barnard, P. & Moomaw, W. R. World Scientists’ Warning of a Climate Emergency. BioScience (2019) doi:10.1093/biosci/biz088.
  • 6. Lenton, T. M. Environmental Tipping Points. Annual Review of Environment and Resources 38, 1–29 (2013).
  • 7. Rockström, J. et al. Planetary Boundaries: Exploring the Safe Operating Space for Humanity. Ecology and Society 14, (2009).
  • 8. O’Neill, D. W., Fanning, A. L., Lamb, W. F. & Steinberger, J. K. A good life for all within planetary boundaries. Nature Sustainability 1, 88–95 (2018).
  • 9. Bernard, P. et al. Climate Change, Physical Activity and Sport: A Systematic Review. Sports Med 51, 1041–1059 (2021).
  • 10. Bernard, P. et al. Muscler son jeu dans la lutte contre le changement climatique. Science & Sports (2021) doi:10.1016/j.scispo.2020.10.006.
  • 11. Bernard, P. et al. Climate change: the next game changer for sport and exercise psychology. Ger J Exerc Sport Res (2022) doi:10.1007/s12662-022-00819-w.
  • 12. Chevance, G. et al. Thinking health-related behaviors in a climate change context: A narrative review. Annals of Behavioral Medicine (2022) doi:https://doi.org/10.1093/abm/kaac039.
  • 13. Fresan, U, Bernard, P. & Chevance. A pilot smartphone intervention aiming to promote a sustainable healthy diet: pre-registered study protocol. https://preprints.jmir.org/preprint/41443 (2022).

Climate change & physical activity behaviours : A challenge for health psychology

In November, I gave a talk for the European Health Psychology Society SIG Equity, Global Health and Sustainability. Slides are available here.

In conclusion, I presented an updated definition of health behaviors : “actions and patterns of actions within a context that enable human choices that result in reduced or net zero carbon, energy, water, and ecological footprint and (in)directly result in equitable improvement, restoration, and maintenance of health for humans and nonhuman health for current and future generations” (1).

I also presented a set of priorities for health psychology community:

  • To systematically present climate change consequences in courses
  • A responsibility of ‘senior researchers’ to reshape their research questions in CC perspectives
  • To develop collaborations with environmental/climate  psychology) researchers
  • To accelerate implementation of effective interventions to cope with CC/health issues
  • To prioritize social change >>> technology based solutions
    To develop multilevel interventions with multi- or interdisciplinary perspectives
  • To reorganize our research practices (carbon footprint of congress)

Finally, I shared the link to download our info-graphics (open access).

Chevance G, Fresán U, Hekler E, Edmondson D, Lloyd S j, Ballester J, et al. Thinking health-related behaviors in a climate change context: A narrative review [Internet]. OSF Preprints; 2021 [cited 2021 May 19]. Available from: https://osf.io/pb8vc/

Comment ne pas rater sa revue de littérature systématique ?

Il y a quelques années, j’avais réalisé une présentation sur les enjeux méthodologiques des revues systématiques de la littérature. J’ai toujours des difficultés à retrouver les diapo et les documents associés dans mon ordinateur, alors j’en fais un article. Le contenu est toujours juste et les diapo résument les directives mais sont aussi émaillées de quelques conseils issus de ma participation à plusieurs projets de revues systématiques (1–4). J’avais utilisé le document de l’INESS très bien fait : Les normes de production des revues systématiques. Les exemples sont majoritairement issus des Sciences de l’activité physique et de mes travaux. Plus récemment, j’ai découvert le document réalisé par le Pr Madhukar Pai qui résume très bien les enjeux et étapes d’une revue systématique de qualité.

 

  • 1. Baillot A, Saunders S, Brunet J, Romain AJ, Trottier A, Bernard P. A systematic review and meta-analysis of the effect of exercise on psychosocial outcomes in adults with obesity: A call for more research. Mental Health and Physical Activity. 2018 Mar 1;14:1–10.
  • 2. Bernard P, Romain A-J, Caudroit J, Chevance G, Carayol M, Gourlan M, et al. Cognitive behavior therapy combined with exercise for adults with chronic diseases: Systematic review and meta-analysis. Health Psychol. 2018;37(5):433–50.
  • 3. Bernard P, Savard J, Steindorf K, Sweegers MG, Courneya KS, Newton RU, et al. Effects and moderators of exercise on sleep in adults with cancer: Individual patient data and aggregated meta-analyses. Journal of Psychosomatic Research. 2019 Sep;124:109746.
  • 4. Romain AJ, Bortolon C, Gourlan M, Carayol M, Decker E, Lareyre O, et al. Matched or nonmatched interventions based on the transtheoretical model to promote physical activity. A meta-analysis of randomized controlled trials. Journal of Sport and Health Science. 2018 Jan 1;7(1):50–7.

L’écoblanchiment dans le sport (2/2)

Après rappel historique à propos de la renaissance moderne des Jeux Olympiques (JO), Miller souligne, comment à partir des années 80, les JO sont devenus une entreprise commerciale gigantesque par le développement de “partenariats” avec des entreprises. Il ajoute aussi que les JO sont aussi un instrument majeur de “soft-power” pour les états organisateurs. A titre d’exemple, le Japon a dépensé l’équivalent de son budget national pour mettre en place des installations, moyens de transports et communications pour les JO de Tokyo en 1964 afin de donner une image moderne au pays.

L’écoblanchiment a pris un essor important au JO à partir des années 90, avec notamment une première pression issue de Greenpeace sur le gouvernement Australien afin que des stratégies de minimisation de pollution des sites des JO de Sydney soient mises en place. Toutefois, Miller critique sévèrement Greenpeace pour sa “contribution” indirecte à l’écoblanchiment en donnant une sorte de caution aux organisateurs et n’abordant pas les problèmes des JO impactant réellement l’environnement.

L’auteur poursuit ses exemples avec les JO d’Athènes et de Beijing. Il rappelle que la pollution atmosphérique était initialement massive dans cette ville. La seule solution efficace a été de fermer temporairement les usines émettrices avec une efficacité discutable. (voir aussi l”état actuel des installations des JO d’Athènes)

Les JO de Londres en 2012 avaient présentés comme les plus verts de l’histoire. Miller dans un bref passage décrit ses perceptions personnelles liées à la construction du village olympique là où il vivait. Il souligne aussi que les associations environnementales chargées de veiller à diminuer l’empreinte carbone de l’événement avait peu d’impact décisionnel. Il ajoute que pour le 1er fois les organisateurs de JO développaient une nouvelle catégorie de partenaires: les partenaires durables (ex: BP, BMW, Cisco, General Electrics…), catégorie de partenariat qui ne demandait pas de réelles contre-parties environnementales.

Miller souligne aussi les efforts des JO “durables” de Vancouver pour développer des infrastructures en milieu naturel avec de la neige artificielle afin de palier les conséquences désastreuses de la pluie, précédant les JO. Cependant, il ajoute que les JO de Sochi étaient bien pires. Le gouvernement russe a simplement supprimé les évaluations d’impacts écologiques des installations et développé la stratégie de communication “une écologie populaire”. En d’autres termes, tout employé du comité organisateur devait avoir à cœur de préserver l’environnement. Or les JO de Sochi ont eu un impact négatif majeur sur les forêts anciennes, les terres arables, les populations de saumon environnantes et les réserves naturelles proches….

En conclusion, cet ouvrage déconstruit les discours et pratiques d’écoblanchiment dans le sport haut niveau. Il rappelle la dimension politique et économique des pratiques d’écoblanchiment (“greenwashing”). Si la question du changement climatique et du sport vous intéresse, il apparaît essentiel de le lire.

C’est aussi très pertinent de suivre aussi l’actualité des stratégies de communication des JO de Paris sur la question environnementale et leur “durabilité”. Finissions par un petit jeu. Rappelons nous la citation évoquée dans le précédent article : “La durabilité est devenue une devise, et l’écoblanchiment un de ses outils” et des diverses stratégies d’écoblanchiment présentées, puis lisons ces 3 articles de presse:

Le développement durable, «ADN de la candidature» de Paris 2024 (L’ÉQUIPE)

Le développement durable «n’est pas un objectif, c’est l’ADN même de la candidature que nous construisons avec les athlètes et l’ensemble de nos partenaires, a affirmé Tony Estanguet dans un communiqué du Comité. L’un des héritages majeurs pour Paris sera la possibilité pour les Parisiens de se baigner dans la Seine, dans la foulée des épreuves de triathlon qui se disputeraient au coeur de Paris, au pied de la Tour Eiffel, dans les eaux de la Seine, avec ce que cela implique en termes d’assainissement et de traitement de l’eau.”

Les engagements durables pour les Jeux Olympiques de Paris

Cette démarche pour des Jeux Olympiques plus durables s’est faite avec le soutien et les propositions formulées par WWF France dans le cadre d’un rapport. Pour WWF, les Jeux Olympiques de Paris pourraient ainsi permettre une sensibilisation de tous les visiteurs”

Comment Paris veut organiser ses « JO verts » ( Le Parisien – Article en partenariat avec SUEZ)

Pour relever ce défi, une « stratégie durabilité » a été bâtie et avec elle un plan de 47 actions dans de nombreux domaines (transports, infrastructures, gestion des déchets…)”

Très bonne analyse de Bastamag JO 2024 à Paris : pourquoi le rêve olympique peut se terminer en cauchemar financier

« Dans l’histoire des grands événements sportifs internationaux, Paris 2024 est une candidature avant-gardiste d’un point de vue environnemental, assure Didier Lehénaff, fondateur de l’association Sport vert pour ma planète et vice-président de la fédération « Sport and Sustainability International ». C’est la première candidature certifiée ISO 20 121, une norme spécialement créée pour accompagner l’événementiel dans une logique de développement durable. » Fort du partenariat avec le WWF, grande caution éco-responsable de la candidature, le discours finit par faire mouche, même auprès d’un certain nombre d’acteurs de l’écologie.”

Si vous souhaitez lire en français, un document qui semble fort bien construit (je n’ai que les conclusions) Braam présente La durabilité environnementale des Jeux olympiques d’hiver, plus particulièrement les JO de Turin.

Si l'activité physique est une médecine où est l'activité physique en médecine ?

hippocrateBradley Cardinal a publié un article au titre interpellant, difficilement traduisible en français : If Exercise is Medicine, Where is Exercise in Medicine ? Après avoir dressé le nombre d’études et de recommandations qui suggèrent d’incorporer la promotion de l’activité physique dans le cursus universitaire de médecine, ses collègues et lui s’interrogeaient sur la place réelle de l’activité physique dans les formations médicales. Ils ont examiné les contenus de formation des écoles de médecine accréditées par l’Association Américaine des Écoles de Médecine en ciblant les « programmes » pour médecin et médecin en ostéopathie. Ils ont réussi à obtenir ces descriptions dans 118/170 écoles. Voici les questions posées et leurs réponses.

  • Combien de médecins reçoivent une formation à propos de l’activité physique ? 51 % des écoles fournissent aucune formation, 21 % une seule
  • Ces cours sont-ils optionnels ou obligatoires ? Parmi celles proposant un cours, celui-ci est optionnel dans 82 % des cas
  • Quels types de sujets sont traités en lien avec l’activité physique ? 45 % des cours sont centrés sur la médecine du sport ou la physiologie de l’exercice, alors que la médecine préventive, ou le conseil au changement de comportement est proposé beaucoup moins souvent (environ 8%).
  • Il y a-t-il des différences entre les médecins et les médecins ostéopathes, les écoles privées ou publiques ?Aucune différence significative retrouvée.

Les auteurs discutent de leurs résultats avec une vision américano-centrée et proposent le développement de modules en ligne pour pallier cet énorme écart entre les recommandations et les faits. On peut rester très septique face à cette proposition et à sa possible efficacité. La formation à l’activité physique est rare et reste ultra-dominée par une vision biologique selon cette étude.

Je ne connais pas d’équivalent en France ou Canada pour pouvoir comparer les résultats. Si les lecteurs du blogue se rappellent avoir lu des informations à propos de la convention passée entre la C3D et la Conférence des Doyens de Facultés de Médecine en 2013 (article du blogue), à ma connaissance, il n’y a pas d’écrit à ce sujet, ni de système d’évaluation des effets de cette convention. Cela ferait un très bon sujet de mémoire de Master/Maîtrise ou de thèse de médecine.

Cardinal et al. 2015. If Exercise is Medicine, Where is Exercise in Medicine? Review of U.S. Medical Education Curricula for Physical Activity-Related Content. Journal of Physical Activity & Health