Tag Archives: sport

Si l'activité physique est une médecine où est l'activité physique en médecine ?

hippocrateBradley Cardinal a publié un article au titre interpellant, difficilement traduisible en français : If Exercise is Medicine, Where is Exercise in Medicine ? Après avoir dressé le nombre d’études et de recommandations qui suggèrent d’incorporer la promotion de l’activité physique dans le cursus universitaire de médecine, ses collègues et lui s’interrogeaient sur la place réelle de l’activité physique dans les formations médicales. Ils ont examiné les contenus de formation des écoles de médecine accréditées par l’Association Américaine des Écoles de Médecine en ciblant les « programmes » pour médecin et médecin en ostéopathie. Ils ont réussi à obtenir ces descriptions dans 118/170 écoles. Voici les questions posées et leurs réponses.

  • Combien de médecins reçoivent une formation à propos de l’activité physique ? 51 % des écoles fournissent aucune formation, 21 % une seule
  • Ces cours sont-ils optionnels ou obligatoires ? Parmi celles proposant un cours, celui-ci est optionnel dans 82 % des cas
  • Quels types de sujets sont traités en lien avec l’activité physique ? 45 % des cours sont centrés sur la médecine du sport ou la physiologie de l’exercice, alors que la médecine préventive, ou le conseil au changement de comportement est proposé beaucoup moins souvent (environ 8%).
  • Il y a-t-il des différences entre les médecins et les médecins ostéopathes, les écoles privées ou publiques ?Aucune différence significative retrouvée.

Les auteurs discutent de leurs résultats avec une vision américano-centrée et proposent le développement de modules en ligne pour pallier cet énorme écart entre les recommandations et les faits. On peut rester très septique face à cette proposition et à sa possible efficacité. La formation à l’activité physique est rare et reste ultra-dominée par une vision biologique selon cette étude.

Je ne connais pas d’équivalent en France ou Canada pour pouvoir comparer les résultats. Si les lecteurs du blogue se rappellent avoir lu des informations à propos de la convention passée entre la C3D et la Conférence des Doyens de Facultés de Médecine en 2013 (article du blogue), à ma connaissance, il n’y a pas d’écrit à ce sujet, ni de système d’évaluation des effets de cette convention. Cela ferait un très bon sujet de mémoire de Master/Maîtrise ou de thèse de médecine.

Cardinal et al. 2015. If Exercise is Medicine, Where is Exercise in Medicine? Review of U.S. Medical Education Curricula for Physical Activity-Related Content. Journal of Physical Activity & Health

Et si le sport n'était pas que bon pour la santé ?

A l’heure où les recommandations internationales soulignent les multiples bénéfices d’une pratique d’activité physique régulière, martelant le message de 150 minutes d’activité physique aérobie hebdomimages.duckduckgo.comadaire d’intensité modéré ou 75 minutes d’activité physique d’intensité plus intense, si possible couplé à une séance de renforcement musculaire, de nombreuses interprétations sont possibles. En effet, la manière dont on parle de l’activité physique, influence sa perception. Ainsi, la vision « dose » (i.e. minutes en fonction du temps, fréquence…) couplée à une vision quasi-binaire « aérobie » vs. « renforcement musculaire », annihile une conceptualisation plus qualitative de l’activité physique. Si l’on se rappelle la définition de l’activité physique, de l’exercice physique et du sport, il y a des différences marquées dans la manière de voir l’activité physique.

Or un amalgame important est fait continuellement avec l’idée du « sport santé », ramenant toute pratique d’activité physique à du sport et toute pratique sportive à des bénéfices pour la santé. A ce jeu-là, la France est très forte, tant les relations (parfois contre nature entre médecine et fédérations sportives) sont fortes et historiques, voir le document de travail du Medico-Sport à ce sujet par exemple.

Pour illustrer l’intérêt de considérer l’activité physique et les pratiques sportives plus finement, je présente une étude d’Audrain-McGovern et Rodriguez (2015)1 qui étudient depuis plusieurs années les relations entre pratiques sportives et consommations de substances addictives (tabac, alcool, marijuana) chez les enfants, adolescents et jeunes adultes. S’il est communément admis qu’un niveau d’activité physique suffisant durant l’enfance et l’adolescence est un facteur protecteur contre les tentatives de consommations des substances citées plus haut, qu’en est-il réellement lorsque l’on regarde les détails des pratiques déclarées de pratiques sportives. Ils ont examiné une cohorte d’adolescents américains durant 4 ans évalués tous les 6 mois (+ de 1300 sujets) afin d’identifier les activités sportives associées positivement ou négativement à la consommation de tabac. Ils ont pu ainsi identifier un groupe d’activités sportives « négatives » produisant un risque quatre fois plus élevé de consommation de tabac par tranche de 30 minutes de pratique chez les adolescents suivis.

Exemples:

  • pratiques sportives positives : tennis, football, yoga, running, natation (pratiques collectives, individuelles)…
  • pratiques sportives négatives : danse de loisirs (sauf le ballet et le jazz), le vélo, le bowling, les sports de combat, le « cheerleading », les sports de glisse… 

L’étude se base des analyses statistiques longitudinales multivariées afin de contrôler les facteurs connus comme la supervision des parents, l’impulsivité…

Les auteurs soulignent que la classification des pratiques sportives est parfois culturellement dépendante (ex « cheerleading ») mais que des résultats similaires ont été retrouvés dans une cohorte norvégienne.

Que retenir ??? Le sport n’est pas que bon pour la santé, qu’il faut de la mesure lorsqu’on évalue ses bénéfices, que l’activité physique est bien plus diverse qu’uniquement les pratiques sportives, que des campagnes de prévention des conduites addictives chez les jeunes pourraient cibler des fédérations sportives spécifiques.

1. Audrain-McGovern, J. & Rodriguez, D. All physical activity may not be associated with a lower likelihood of adolescent smoking uptake. Addict. Behav. 51, 177–183 (2015).

https://dailymotion.com/video/x1ah9mk

Le football pour réfléchir

Cet article s’éloigne du spectre habituel du blog, quoi que (voir précédent article sur une autre histoire du sport). S’intéresser à la pratique d’activité physique rime souvent avec un intérêt parallèle à la pratique sportive. Vivre un sport est une chose intense, pour celui ou celle qui côtoie un club ou qui s’obstine à s’entraîner en dépit des aléas saisonniers …

Comment-ils-nous-ont-vole-le-footballEn France, le football a une place démesurée, une quasi-religion pour certaine(e)s, à tel point que l’on perd souvent de vue les attraits initiaux de cette pratique. C’est un bel exemple pour penser le sport et prendre un peu de recul. Seulement, rares sont les ouvrages qui mettent les choses en perspective, qui posent des questions importantes. On peut se chauffer un hiver entier avec des livres centrés sur des acteurs connus du football, joueurs, entraineurs, directeurs de club; livres rédigés par des nègres la plupart du temps. Des écrits qui promeuvent une version très restreinte et ultra-personnalisée du football.

Deux récentes lectures ont aiguisé ma vision du football, m’apercevant au passage de son évolution, de sa marchandisation, mais surtout d’autres formes qui coexistent.

Comment ils nous ont volé le football. Fakirs Editions A. Dumini et F. Ruffin (6 euros)

Ce livre passionnant rappelle les étapes de mondialisation du football, et les auteurs s’appuient aussi leur propre pratique depuis les vestiaires d’Eaucourt sur Somme en 5e division départementale. Ils rappellent comment les instances du football anglais ont éliminé les classes populaires des tribunes en prenant comme excuse les violences dans le stade: “le prix d’une place passe de 5 livres (7.5 euros en 1990) à 40 en 2010 (60 euros)”. Ils décrivent aussi que des supporters de Manchester ont crée un nouveau club, le FC United avec une charte qui vise une pratique de haut niveau tout en donnant le pouvoir décisionnel aux supporters. L’épilogue du livre est un hommage à l’ambiance d’un club de campagne et les auteurs mènent l’enquête sur le “Miracle des maillots pliés”. Clairement, les racines du “vrai” football, sont décrites dans le dévouement des bénévoles à faire vivre le club simplement pour que l’on “joue” au football.

Éloge de la passe: changer le sport pour changer le monde. Editions Libertaires (13 euros)COUV-eloge-21

Ouvrage dans lequel on découvre des versions inconnues du football, une pratique de football politisée. Le meilleur ? des tournois de football anarchistes où l’on mélange les équipes adversaires à la mi-temps, bref des rencontres autogérées, amicales et créatives aux règles mouvantes, sans gagnant ni perdant, mixtes et solidaires. Les clubs ? Emma Goldman Anarchist Feminist Club, le Dynamo Kropotkin, le Montréal’s Anarchist Soccer Club ou le Kronstadt FC !!! Connaissez-vous le mai 68 des footeux ? L’occupation du siège de la Fédération Française de Football par un comité d’action proche de l’équipe du Miroir du football qui clamait : « Le football aux footballeurs ! »  “La passe est un acte altruiste, où la liberté du passeur (je donne le ballon à qui je veux, quand je le sens) est entièrement dépendant de la disponibilité de ses propres co-équipiers. Cet acte individuel ne prend tout son sens que s’il se met au service du groupe.” Wally Rosell.

Pour conclure, un interview de d’Albert Camus à lors de Monaco-Racing: « Vraiment le peu de morale que je sais, je l’ai appris sur les terrains de football et les scènes de théâtre qui resteront mes vraies universités. ». Voir aussi la réelle bande-annonce de la coupe du monde 2022 et l’article de Street Press sur les coopératives de supporters qui possèdent des clubs semi-pro.

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=qtyfnZ0hwv8]

Promouvoir et comprendre l'activité physique ou quand la complexité est au rendez-vous

Les lecteurs du blog se rappellent de l’article de Janvier sur les mineurs anglais. J’y amorçais l’idée d’un vision de la promotion de l’activité physique parfois trop centrée sur des caractéristiques individuelles. Dans le domaine de la recherche ou dans le domaine clinique, éducatif ; les professionnels peuvent avoir tendance à uniquement prendre en compte des facteurs personnels (moi le premier) comme les indicateurs motivationnels, l’indice de masse corporel, la capacité à l’effort, la sévérité de la pathologie…

Or il existe une vision plus large, appelée une vision écologique de l’activité physique (1,2). Je reprend ici un extrait d’un chapitre de Claudio Nigg, tiré de l’excellent livre The Oxford Handbook of Exercise Psychology (3). Le modèle écologique classe systématiquement les facteurs associés à la santé selon 5 niveaux d’influence. Un comme un oignon, chaque couche a une influence proximale et distale sur les autres.

  • Niveau intrapersonnel : caractéristiques de l’individu (démographiques, personnels, croyance et attitudes)
  • Niveau interpersonnel : réseaux sociaux formels ou informels d’aide (famille, pairs, collègues de travail…)
  • Niveau communautaire : caractéristiques et règles qui encourage ou limite certains comportements
  • Niveau organisationnel : influences de l’organisation sociale de la société
  • Niveau politique : lois locales, nationales qui influencent de façon proactive ou non les comportements de santé.

modèle écologique de promotion de la santé

Ce modèle a l’avantage d’être très simple, et aide à mettre les choses en perspectives. Les professionnels de l’activité physique peuvent l’utiliser pour mieux cerner des problématiques rencontrées au sein d’institutions, par exemple. Deuxièmement, celui-ci étaye aussi la place de la politique dans la promotion de la santé. Quelles sont les volontés à ce sujet depuis 15 ans pour promouvoir, valoriser l’activité physique à des fins de santé ? Ou peux-t-on analyser l’ « expérience » de Strasbourg à travers ce prisme ? Troisièmement, ce modèle illustre les différentes qualités des acteurs qui entrent en jeu lorsque l’on veut promouvoir la santé, particulièrement l’activité physique. Les anglais l’on bien compris avec la création de l’Exercise Referal System, qui existe depuis 10 ans (voir l’article de la revue Santé Publique à ce sujet en accès libre (4)).

La rubrique AUTEUR DU BLOG a été réorganisée et plusieurs articles sont téléchargeables librement.

  • 1. Glanz K, Bishop DB. The role of behavioral science theory in development and implementation of public health interventions. Annu Rev Public Health. 2010;31:399–418.
  • 2. Glanz K, Rimer BK, Viswanath K. Health Behavior and Health Education: Theory, Research, and Practice. John Wiley & Sons; 2008. 968 p.
  • 3. Acevedo EO, editor. The Oxford Handbook of Exercise Psychology. New York: Oxford University Press; 2012. 544 p.
  • 4. Bernard P. Les systèmes d’orientation à l’activité physique au Royaume-Uni : efficacité et enseignements. Santé Publique. 2014 Nov 24;26(5):647–54.

Moi ? Je fais beaucoup de sport, et je dis pas ça pour vous faire plaisir.

Tout d’abord qu’est que la désirabilité et l’approbation sociale ?

La désirabilité sociale, se définit comme « l’adéquation connue des comportements observés ou anticipés d’une personne aux motivations ou aux affects réputés des membres typiques d’un collectif social » [1]. L’approbation sociale est le « besoin d’obtenir une réponse positive dans une situation de test » [2].

Il y a une décennie, Adams et al. [3] publiaient une étude (en accès libre) ayant un impact important dans le domaine de l’activité physique (AP). Après avoir mesuré par questionnaire, les deux concepts de désirabilité et l’approbation sociale (qu’ils considéraient comme des traits de personnalité) chez 81 femmes, ils ont mis en place une évaluation de la dépense énergétique et de la durée de l’activité physique. Les techniques de l’eau doublement marquée et de l’actimétrie utilisées sur 14 jours étaient associées à des mesures d’activité physique déclaratives (un évaluateur contactait les participantes par téléphones pour les interroger sur leur activité physique de la veille et des 7 derniers jours).

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=aN7lt0CYwHg]

Par la suite, les chercheurs ont exploré statistiquement si la désirabilité et l’approbation sociale pouvaient expliquer l’écart entre la mesure objective et subjective de dépense d’énergie et de durée d’AP.

La désirabilité et l’approbation sociale sont significativement associées à l’écart de dépense énergétique. La désirabilité sociale est significativement associée à l’écart de durée d’AP modérée.  Les auteurs concluent que la désirabilité et l’approbation sociale pourrait influencer les mesures subjectives de l’activité physique.

Cette étude fait état de plusieurs limites, une faible taille d’échantillon composé uniquement de femmes, et peu de covariables étaient utilisées dans les analyses. Cependant, cette étude souligne les limites de la mesure de l’activité physique par interview ou questionnaire.

En terme pratique, les professionnels de l’activité physique doivent garder ces résultats à l’esprit et tenter de prévenir l’impact négatif de la désirabilité et l’approbation sociale dans leurs évaluations. Ces résultats n’ont (à ma connaissance) pas été reproduits dans le domaine de l’activité physique, mais par contre des résultats similaires sont publiés avec les questionnaires de nutrition [4].

Pour illustrer le présent article, une vidéo de promotion des activités physiques et sportives pour les femmes du Royaume-Uni. Comme souvent, en France, nous sommes à cents lieues de cela.

  1. Cambon L. Désirabilité sociale et utilité sociale, deux dimensions de la valeur communiquée par les adjectifs de personnalité. Rev Int Psychol Soc. 1 déc 2006;19(3):125‑51.
  2. Hebert JR, Ma Y, Clemow L, Ockene IS, Saperia G, Stanek EJ, et al. Gender differences in social desirability and social approval bias in dietary self-report. Am J Epidemiol. 15 déc 1997;146(12):1046‑55.
  3. Adams SA, Matthews CE, Ebbeling CB, Moore CG, Cunningham JE, Fulton J, et al. The Effect of Social Desirability and Social Approval on Self-Reports of Physical Activity. Am J Epidemiol. 15 févr 2005;161(4):389‑98.
  4. Van de Mortel T. Faking it: social desirability response bias in self-report research. Aust J Adv Nurs. 2008;25(8):40‑8.