Archives par mot-clé : TED

L'activité physique pour les enfants touchés par un trouble autistique

L’Institut canadien de la recherche sur la condition physique et le mode de vie est l’organisme national de recherche qui se charge de conseiller, d’éduquer et d’informer la population canadienne et les professionnels en ce qui a trait à l’importance d’un mode de vie sain et actif. Cet institut produit mensuellement des « Dossiers Recherche » et « Conseils pour un mode de vie sain ». Vous pouvez vous y inscrire à la newsletter pour le recevoir, le thèmes sont multiples (voir fin de l’article).

 Je reproduit ci-dessous les extraits des derniers documents d’Octobre 2013 (doc 1doc 2) qui traitent des intérêts et modalités de pratique de l’activité physique pour des enfants touchés par un des troubles du spectre de l’autisme (TSA).

Activité physique Autisme 2Les TSA renvoient à une grande variété de troubles neuropsychologiques qui englobent l’autisme, le syndrome d’Asperger, le syndrome de Rett, les troubles désintégratifs de l’enfance et les troubles envahissants du développement – non spécifiés autrement (TED-NSA).

Les premières études 1 révèlent que l’activité physique peut améliorer le comportement (réduire l’agressivité, augmenter l’endurance et la force, et augmenter le temps d’engagement dans un comportement d’autostimulation) et qu’elle est reconnue comme thérapie potentielle.

La recherche a permis de relever 16 études qui respectaient les critères d’inclusion1. Les interventions comprenaient le jogging (n=6), la natation (n=5), l’équitation (n=2), le cyclisme et la musculation (n=1), la marche (n=1), et les autres activités physiques (n=1)1. La mesure d’impact a évalué l’effet de l’exercice physique sur les habiletés sociales et motrices, les aptitudes à la communication, de même que l’engagement scolaire, l’attention et la condition physique1. Cette étude a analysé les écarts observés dans le comportement des participants avant et après l’intervention, selon les rapports des études incluses dans la recherche 1.

 La course :  est l’une des interventions ayant enregistré les résultats les plus élevés. Une simple course de cinq à dix minutes peut engendrer des progrès importants dans les habiletés sociales et motrices1. Les enseignants peuvent se servir de la cour ou de la piste d’athlétisme de l’école, ou même d’un mini­ trampoline ou d’un tapis roulant dans la classe pour obtenir les mêmes bienfaits qu’une course de dix minutes à l’extérieur.

 Remarques : Ces travaux soulignent les progrès réalisés dans le domaine de la recherche, mais surtout viennent étayer le besoin de développer les Activités Physiques Adaptées pour cette population et de faire comprendre aux parents, éducateurs et au corps médical que l’activité physique dans la prise en charge de l’autisme est essentielle.

Peut être à terme que nous n’entendrons plus dans les institutions : « ce n’est pas grave, il peut partir, il n’a que du sport le lundi après-midi».

Un article du blog traitait déjà de cette thématique en 2010: Troubles envahissants du développement et exercice physique

VOUS APPRÉCIEZ CE BLOG, FAITES LE SAVOIR EN VOTANT POUR LUI ! et en la partageant !

 (1) Sowa M et Meulenbroek R, « Effects of physical exercise on autism spectrum disorders: a meta-analysis », Research in Autism Spectrum Disorders 2012, vol 6, no 1, pp 46-57.

Institut canadien de la recherche sur la condition physique et le mode de vie

Troubles envahissants du développement et exercice physique

En 2010, une revue de littérature systématique a examiné les effets de l’exercice physique chez des sujets touchés par des (TED).

Il y a 5 troubles envahissants du développement (TED) :

  • le désordre désintégratif de l’enfance (DDE); le syndrome de Rett (SR); le trouble autistique (ou l’autisme); le trouble envahissant du développement non spécifié (TED non spécifié); le syndrome d’Asperger (SA).

Lang et al ont sélectionné les études où EP est la variable dépendante et les sujets sont correctement caractérisé et exclu une étude où l’EP était utilisé comme un renforcement négatif.

18 études retenues et 64 participants avec une moyenne d’âge de 12.5 ans.

Les natures de l’EP retrouvées sont majoritairement la course à pied (11 études) et la natation (3 études). Les auteurs soulignent la faibles description des types de pédagogies et outils didactiques employés. Un seule étude traite de ce sujet (Todd et Reid 2006).

Les résultats les plus significatifs sont la diminution des comportements stéréotypés, d’auto stimulation. 4 études reportent une amélioration de la condition physique en fin de programme ainsi que l’amélioration des compétences académiques.

Ces effets ne semblent pas dus à la fatigue. Les auteurs recommandent en terme de pratique concrète, une EP d’intensité élevée est plus efficace et soulignent que les effets bénéfiques d’une séance s’étendent de 40 à 90 minutes à la suite de celle-ci.

Limites des études :

-nombreuses études investiguent un ou deux sujets avec des design ABCA

-peu informations sur les modèles explicatifs

-manque important de recherche sur les modalités d’enseignement et apprentissage moteur

-aucune étude n’incorpore des sujets touchés par un syndrome d’Asperger

Il est important de souligner que cette revue ne traite que des travaux anglophones et ne peut donc aborder les travaux réalisés par C. Boursier par exemple. Une leçon est réellement à tirer de cette revue de littérature : être humble lorsqu’on aborde les effets des APA chez les enfants TED et éviter les écueils que l’on peut entendre dans certains UFR STAPS. Cet article me donne l’occasion de parler de Greg Reid, un grand Monsieur dans le domaine des Activités Physiques Adaptées et de l’autisme.

Todd et Greg Reid, “Increasing Physical Activity in Individuals with Autism,” Focus on Autism and Other Developmental Disabilities 21, n°. 3 (2006): 167-176.
Lang et al., “Physical exercise and individuals with autism spectrum disorders: A systematic review,” Research in Autism Spectrum Disorders 4, n°. 4 (2010): 565-576.