Archives par mot-clé : Test de marche de 6 minutes

Les perceptions de la maladie prédisent le bien être psychologique et la capacité à l'effort des sujets BPCO en fin de séjour de réhabilitation.

La BPCO demeure une maladie chronique occupant une place importante dans la santé publique. L’AP est reconnue comme ayant une place importante dans la diminution des symptômes et la prévention des troubles souvent associés comme la détresse psychologique. (Plusieurs articles du blog ont traités de ce sujet)

La réhabilitation des personnes BPCO est aujourd’hui bien organisée, mais la question du retour à domicile, de la dégradation des acquis (capacité à l’effort, qualité de vie…) reste un enjeu majeur pour ces patients.

artousUne étude a exploré si la perception de la maladie avant un séjour de réhabilitation prédit la condition physique et la qualité de vie en fin de séjour chez des sujets BPCO.

Les chercheurs ont évalué 96 sujets selon les critères suivants : VEMS, capacité à l’effort (test de marche de 6 minutes), anxiété et dépression (HADS), qualité de vie (SF-36) et perception de la maladie (Ilness Perception Questionnaire IPQ).

En fin de séjour, la qualité de vie n’est modifiée significativement alors que la capacité à l’effort, les symptômes anxio-dépressifs sont améliorés cliniquement.

Les régressions hiérarchiques montrent que la perceptions de la maladies à l’entrée prédisent la capacité à l’effort et le bien être psychologique (sous dimension du SF-36) en fin de séjour. Ces résultats sont obtenus après contrôles des caractéristiques socio-démographiques, psychologiques et de la sévérité de la maladie.

Cette étude suggère que les croyances envers une pathologie influencent les résultats d’une prise en charge de type réhabilitation. A ce titre, des efforts centrés sur les croyances non adaptatives devraient être fournis durant les séjours. Les psychologues et enseignants en APA ont un rôle primordial sur les croyances, particulièrement durant les séances de groupe et la pratique physique supervisée.

Article sur le même sujet (ici)

Zoecker et al. 2014. Illness perceptions predict exercise capacity and psychological well-being after pulmonary rehabilitation in COPD patients. Journal of Psychosomatic Research

L'activité physique chez les sujets BPCO post-réadaptation ?

Le maintien de l’activité physique après une prise en charge dans un centre de Soins de Suite et de Réadaptation est enjeu majeur pour les sujets touchés par une broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO). Un précédent article du blog soulignait qu’un faible niveau d’AP chez les adultes BPCO était associé à une mortalité accrue.

En effet, si pendant de nombreuses années, la recherche clinique s’est uniquement centrée sur l’identification des caractéristiques des programmes de réadaptation les plus efficaces, la problématique majeure reste les changements de comportement des patients (adhésion au traitement, gestion des symptômes et surtout l’activité physique-(AP)).

L’étude de Soicher et al. (2012) tentait d’identifier les trajectoires en terme d’AP des patients BPCO à la sortie d’un programme de réadaptation (4 semaines en centre + 8 semaines, 3 séances/sem à domicile ou en centre) (1).

Methode

Les sujets étaient encouragés tous les 2 mois par téléphone à rester actif physiquement.

L’évaluation de l’AP a été réalisée à 4,6,8 et 12 mois post-réadaptation en utilisant un questionnaire. Les chercheurs ont aussi utilisé les données initiales afin d’identifier les facteurs associés aux trajectoires identifiées.

Résultats

3 trajectoires sont identifiées : Haut niveau d’AP entre 4 et 12 mois (n=61) – Faible niveau d’AP entre 4 et 12 mois (n=114) – Haut niveau d’AP à 4 mois déclinant jusque 12 (n=31).physical activity and COPD

Les facteurs associés à ces trajectoire sont les suivants : le passé en terme d’AP, la distance au test de marche de 6 minutes et les barrières perçues à l’AP.

Discussion

Cette étude souligne les limites des effets des programmes de réadaptation sur le comportement de santé : AP à long terme. Le message est assez clair, la prise en charge par l’AP durant ces programme doit viser une augmentation des capacités fonctionnelles mais surtout aider les sujets BPCO à préparer leur changement de comportement en terme d’AP.

(un précédent article souligne cette complexité). De ce fait, la construction des équipes Activités Physiques Adaptées (APA) au sein de ces structures devrait se baser sur des Enseignants APA et sur des coordinateurs APA, formés au conseil motivationnels et à l’utilisation d’outils adaptés aux patients.

Dans une perspective plus large, cette étude illustre les besoins de formation en psychologie de la motivation des étudiants STAPS APA.

Article en accès libre.

Les adultes BPCO avec un niveau élevé d'anxiété sont plus actifs physiquement !

L’activité physique (AP) est un excellent prédicteur de mortalité chez les personnes BPCO (voir précédent article du blog). Nguyen et al. (2013) ont exploré l’association entre AP (mesurée objectivement) et l’anxiété et la dépression. Les auteurs ont réalisé une analyse transversale à l’aide du questionnaire HADS, du test de marche de 6 minutes, d’une échelle de dyspnée et du Stepwatch Activity Monitor (sur 7 jours) (Nguyen et al., 2013).

L’augmentation de l’anxiété était associée au niveau élevé d’anxiété, après ajustement. Clairement, un point de plus à la sous-échelle anxiété est associé avec une augmentation de 288 pas par jour.

Un second résultat (limite au niveau de la significativité) montre qu’un niveau élevé d’anxiété pourrait limiter les effets négatifs de la dépression sur l’AP.

Cette étude est à prendre avec de la mesure car elle est transversale mais elle participe à la réflexion sur les liens entre troubles anxio-dépressifs et AP chez les BPCO et plus largement les malades chroniques.

Nguyen, H. Q., Fan, V. S., Herting, J., Lee, J., Fu, M., Chen, Z., … Adams, S. G. (2013). Patients With COPD With Higher Levels of Anxiety Are More Physically Active. Chest, 144(1), 145‑151. doi:10.1378/chest.12-1873

Le top 3 des posters du congrès de la Société Internationale de Nutrition et d’Activité Physique selon le blog actiphysetc

Le choix des meilleurs posters est basé sur les thématiques liées à ce blog. Je vous propose de pouvoir les lire en format PDF (et en anglais) comme si vous y étiez. Vous pouvez donc découvrir les résultats d’un essai randomisé contrôlé qui évalue l’impact d’un programme d’Activité Physique chez des sujets déficients intellectuels âgés (disponible ici 1) (Van Schijendel-Speet et al. Université de Rotterdam);  une étude longitudinale sur la motivation à l’activité physique chez des sujets obèse touchés par un trouble psychiatrique sévère (disponible ici 2) (Carraro et al. Université de Padue); et une étude sur les barrières à la promotion de l’activité physique chez les kinésithérapeutes (disponible ici 3)(Cloes et al. Université de Liège).

Points forts des posters

1 design, adaptations de l’AP aux sujets déficients intellectuels, la question du vieillissement de cette population reste peu ou pas étudiée (sujet que nous aborderons prochainement)

2 lien entre condition physique et motivation chez ces usagers

3 approche qualitative et séduit par la présentation de l’auteur

Et pour les curieux, vous trouverez quelques posters là 4.

Test de marche de 6 minutes chez le sujet schizophréne: un outil de plus en plus intéressant !

Un article de blog avait décrit l’étude de validation du Test de marche de 6 minutes pour des sujets touchés par la schizophrénie. Vancampfort et al. (2012), le même auteur, a publié un article dans la revue Acta Psychiatrica Scandinavica en mai 2012 utilisant de nouveau le Test de marche de 6 minutes (TDM6). De plus, il a demandé  à un évaluateur d’évaluer ces même participants à l’aide de l’Échelle d’évaluation globale du fonctionnement (EGF).
Il souhaitait explorer la possible association entre le score à l’EGF (très utilisé dans l’évaluation des ces sujets et des traitements) et la distance au TDM6.  L’axe V du manuel diagnostique des troubles mentaux (DSM-IV-TR) est une échelle d’hétéro-évaluation qui permet à un psychiatre d’établir un score de fonctionnement psychologique, social et professionnel sur un continuum hypothétique allant de la santé mentale à la maladie. L’évaluateur établit un score en fonction des descriptions proposées par tranche de 10 points entre 0 et 100.
Exemple pour la tranche 51-60 :

Symptômes d’intensité moyenne (p. ex., émoussement affectif, prolixité circonlocutoire, attaques de panique épisodiques) ou difficultés d’intensité moyenne dans le fonctionnement social, professionnel ou scolaire (p. ex., peu d’amis, conflits avec les camarades de classe ou les collègues de travail).

Résultats: Une corrélation de 0.59 (p<.001) entre score EGF et la distance TDM6 a été retrouvée.
Discussion : La corrélation est positive et modérée mais jusque là, la distance réalisée au TDM6 était associées à des marqueurs négatifs (e.g. dépression). Or le fonctionnement est un bon prédicteur autonomisation des sujets, de stabilisation psychiatrique. L’intérêt de cette étude ne réside pas dans le fait d’identifier un lien de causalité entre fonctionnement et capacité à l’effort. Simplement, un patient qui améliore son fonctionnement peu plus facilement améliorer sa capacité à l’effort et vice et versa. Cette étude vient appuyer l’intéret du TDM6 dans la prise en charge de la schizophrénie.
En effet, le secteur de la santé voit émerger des structures de soins de réadaptation en psychiatrie afin d’aider les sujets à se stabiliser et à identifier un projet de vie pérenne. Dans ce cadre, une prise en charge par les activités physiques adaptées pourrait se baser sur le test de marche pour évaluer son impact sur les usagers. A ma connaissance, une prise en charge de réadaptation en psychiatrie basée sur une approche pluri, inter- ou mufti-disciplinaire incluant l’activité physique adaptée reste peu développée en France.

Pour ceux qui s’interrogent sur la différence entre pluri, inter- ou mufti-disciplinaire, direction l’article du blog GERAR.
Vancampfort, D., Probst, M., Scheewe, T., Knapen, J., De Herdt, A., & De Hert, M. (2012). The functional exercise capacity is correlated with global functioning in patients with schizophrenia. Acta Psychiatrica Scandinavica. doi:10.1111/j.1600-0447.2011.01825.x