Tag Archives: thérapie non médicamenteuse

La semaine prochaine dédiée aux Activités Physiques Adaptées ! ! !

La semaine des Activités Physiques Adaptées n’existent pas officiellement, et pourtant lorsqu’on regarde le programme ci-dessous, il est des plus alléchant et les organisateurs n’en sont plus loin. J’attend avec impatience le premier salon des APA.  De plus, j’ai le plaisir d’intervenir le matin à propos du “Exercise Reference Systems“.

La 11e Journée des Activités physiques Adaptées sera suivie le lendemain d’une seconde conférence/débat de Clermont Simard avec pour interlocuteurs le Pr Jean Bilard et la présidente de l’Internationnal Feferation of Adapted Physical Activity, Claire Boursier. Pour terminer, la Société Française des Professionnels en Activités Physiques Adaptées organise son assemblée générale en fin de journée.

Cliquez ci dessous pour lire le programme définitif

Le Groupe Oxygène, un programme de réduction de consommation de tabac chez l'adulte schizophrène basé sur l’activité physique adaptée et l’éducation pour la santé: étude de faisabilité

Un article précédent présentait une revue de littérature concernant les bénéfices de l’activité physique adapté pour les adultes touchés par des troubles schizophréniques (Bernard et al 2012). Nous présentons aujourd’hui une étude française explorant l’effet d’un programme de marche associé à des séances de conseil sur la diminution de la consommation de tabac chez ces mêmes personnes. Ci dessous est rédigé un résumé en français de l’étude, et présenté le poster de l’étude. Cette étude de faisabilité a fait l’objet d’une publication ce mois ci dans la revue Archives of Psychiatric Nursing (Bernard et al 2013).

Le  Groupe Oxygène, un programme de réduction de consommation de tabac chez l’adulte schizophrène basé sur l’activité physique adaptée et l’éducation pour la santé: étude de faisabilité.

INTRODUCTION
Les sujets schizophrènes ont une espérance de vie de 15 à 20 ans inférieure à la population générale (Saha, Chant, & McGrath, 2007). La consommation de cigarette est le facteur le pluArchives of Psychiatric Nursings important des causes de décès prématurées chez les adultes schizophrènes (Brown & Mitchell, 2011). La consommation de tabac  est associée sur le long terme avec une aggravation de symptômes dépressifs chez les sujets schizophrènes (Kotov et al., 2010). De plus, les schizophrènes fumeurs ont des conduites de santé à risque significativement plus fréquentes en comparaison aunon fumeurs (alimentation faible en fibre, consommation de café, d’alcool élevée, niveau élevé de sédentarité) (Bobes et al.,
2010).
La consommation de tabac chez les schizophrènes est2 à 3 fois plus élevée qu’en population générale. Ils fument plus que les adultes touchés par d’autres troubles psychiatriques (de Leon & Diaz, 2005). Ces patientsfument 22 à 27 cigarettes par jour contre 14,5 par jour dans la population générale defumeurs (Poirier et al., 2002). L’extraction de la nicotine par cigarette est plus  élevée, l’inhalation de la fumée est plus profonde chez les malades atteints de schizophrénie(Tidey, Rohsenow, Kaplan, & Swift, 2005). De ce fait les concentrations plasmatiques de nicotine et de cotinine, sont plus importants même pour une consommation de tabac équivalente.
Les essais cliniques évaluant l’efficacité de traitements (pharmacologique et/ou psychothérapeutique) dans le cadre de l’arrêt du tabac chez des personnes schizophrènes obtiennent de faibles taux de réussite à 6 mois (Tsoi, Porwal, & Webster, 2010). Ces résultats pourraient s’expliquer par un niveau d’intensité plus marquée des symptômes de sevrage connus : dysphorie, anxiété, insomnie, troubles de la concentration, irritabilité,
craving (envie irrépressible) (Gotlieb et al., 2007). Le niveau de craving est beaucoup plus important 15 minutes après la dernière cigarette chez les schizophrènes fumeurs en comparaison à des fumeurs sans comorbidité (Lo et al., 2011).
Les sujets schizophrènes seraient particulièrement  touchés par des troubles cognitifs transitoires liés au manque de nicotine : atteinte  de la mémoire de travail visuo-spatiale, de la fonction exécutive et augmentation des troubles  de l’attention (Dollan et al., 2004, Cullan
et al., 2008).
Il apparait alors intéressant de développer des approches de réduction de consommation (McChargue et al. 2002). Nous souhaitons tester la faisabilité et les résultats obtenus d’un programme de réduction de consommation de tabac couplant éducation pour la
santé et activité physique.

METHODE
Nous avons recruté des sujets adultes correspondantaux critères diagnostiques de la schizophrénie du DSM IV. Les mesures suivantes été menées : monoxide de carbone, le niveau de dépendance (Fagerstrom), le niveau de dépression et d’anxiété  (HADS), le sentiment d’efficacité personnel à l’arrêt du tabac, la motivation à l’arrêt (Q-MAT) et l’indice de masse corporel. Les évaluations a été réalisée à t0, t+8 et t+12semaines. Le programme du groupe Oxygène est présenté dans letableau 1 et 2. Le conseil à la diminution de consommation était basé sur la modèleTransthéorique de Prochaska (Prochaska et al. 1992).

RESULTATS
Le taux de participation aux séances est de 81,3% (avec un maximum de 3 absences). Le test de Wilcoxon apparié montre une diminution significative du nombre de cigarettes fumées (p<.04) et du taux de CO expiré àt+6 (p<.005). Le niveau de motivation a significativement augmenté à t+6 (p<.018). A 12 semaines, on note une légère augmentation de la consommation et du CO expiré mais cela reste  non significatif. Le tour de taille, l’IMC, le niveau d’anxiété et de dépression n’ont pas été modifiés à t+6 (voir tableau ci-dessous).

DISCUSSION
Ce programme est réalisable avec des sujets schizophrènes et semble apporter des bénéfices à court terme sans prise de poids, ni modification du traitement et de l’humeur. Cependant, l’absence de groupe contrôle, la faible  taille de l’échantillon et l’absence de randomisation sont des limites importantes qui ne permettent pas de généraliser l’efficacité de ce programme. Cette étude nous permet d’envisager, dans l’avenir,la mise en place d’une étude randomisée contrôlée.

Bernard. P, Ninot. G. (2012) Bénéfices des activités physiques adaptées dans la prise en charge de la schizophrénie : revue systématique de la littérature. L’Encephale. doi:10.1016/j.encep.2011.07.001

Bernard P, Esseul E, Raymond L, Dandonneau L, Xambo JJ, Carayol M, Ninot G. Counseling and exercise intervention for smoking reduction in patients with schizophrenia: a feasibility study. Archives of Psychiatric Nursing Vol. 27, No. 1 (February), 2013: pp 23–31

Comment montrer l’efficacité d’une intervention non médicamenteuse ? – Un congrès à venir !

Les lecteurs du blog auront noté que plusieurs des articles traitent des thérapies non médicamenteuses (Développement de la prescription de thérapeutiques non médicamenteuses validées: un rapport étonnant !Activité physique et millepertuis des candidats sérieux dans le traitement de la dépression). Plus largement, l’exploration de l’efficacité de de l’activité physique dans le cadre de la santé nourrit aussi les réflexions des thérapies non médicamenteuses.

Le laboratoire EPSYLON de l’Université de Montpellier (où j’effectue mon doctorat) organise un Congrès international, vendredi 5 avril 2013, Corum de Montpellier intitulé :

Comment montrer l’efficacité d’une intervention non médicamenteuse ?

Vous trouverez  Prog_congres EPSYLON

Un aperçu des invités à ne pas rater:

Jean Bourbeau, Professeur au Département de Médecine et au Département d’Epidémiologie et de Bio-statistiques à
l’Université McGill, Montréal, Canada

Bruno Falissard, Professeur de Bio-statistiques, Praticien Hospitalier, Directeur de l’Unité INSERM U669, Université Paris Sud

Lise Rochaix, Professeure des Universités en Sciences Econo-miques, Université Aix-Marseille 2, Responsable de la Commission d’évaluation économique et de santé publique à la Haute Autorité de Santé

Mr J, 52 ans, dépressif mais va-t-il réellement faire de l'activité physique ???

Whooley (2012) décrit les prises en charge possibles d’un adulte touché par un épisode dépressif majeur. Il souligne les moyen de dépistages, les aides au diagnostique pour le praticien. Si l’auteur fait preuve d’une approche multiple des traitements disponibles couplé à une logique de médecine basée sur les preuves, sa vision me semble trop restrictive.

En effet, envisager l’activité physique seulement comme un des traitements complémentaires est à mon sens trop restrictif.

Le choix de cet auteur se fait comme tout à chacun avec ses croyances mais aussi sur des faits scientifiques. Or la littérature scientifique sur l’activité physique et la dépression est abondante, d’une qualité méthodologique croissante, les tailles d’effet sont là. Mais il en reste au stade du conseil au patient. Pourquoi ne pas envisager la question d’un accompagnement spécifique des patients dépressifs par un professionnel de l’activité physique adaptée ? Une activité physique couplée à des conseils et une individualisation de la pratique ne peut que potentialiser les bénéfices de celle-ci.

D’ailleurs, au début du mois est paru un article dans le British Medical Journal qui testait l’efficacité du conseil à l‘activité physique chez des sujets dépressifs en soin primaire. Résultats, zéro effet, et ce malgré un échantillon important et une rigueur méthodologique (Chalder et al. 2012 – accès libre ici).

Peut être aussi que pour les lecteurs d’essai cliniques, décideurs, il manque encore des études à grande échelle multicentriques où l’on teste l’efficacité de l’activité physique sur la dépression à moyen et long terme, en aveugle, combiné ou non aux traitements références. Si cela n’est pas assez fait c’est aussi parce que cela à un coût pharaonique (300 000 à 400 000 euros). Donc plus largement, cela pose la question du financement de la recherche clinique sur les thérapies non médicamenteuses. Il serait intéressant de connaitre le nombre de PHRC qui traitent des thérapies non médicamenteuses (psychothérapies, activité physique, appareillages, éducation thérapeutique, rééducation…).

Je continue de penser que l’activité physique adaptée dans la cadre de la psychiatrie, du soin et de la prévention secondaire et tertiaire a un rôle essentiel à jouer. Pour cela la recherche clinique doit pouvoir apporter des preuves satisfaisantes, les médecins doivent s’ouvrir à la médecine dîtes comportementale, et les décideurs publiques doivent se former à la médecine factuelle.

 Chalder et al. 2012 Facilitated physical activity as a treatment for depressed adults: randomised controlled trial.British Medical Journal

Whooley. MA. Diagnosis and Treatment of Depression in Adults With Comorbid Medical ConditionsA 52-Year-Old Man With Depression. JAMA. 2012;307(17):1848-1857. doi:10.1001/jama.2012.3466

Le Plan National de Prévention par l’Activité Physique ou Sportive, quel(s) effet(s) ?

En cette période de bilan et d’évaluation des choix politiques, il est intéressant de se pencher à nouveau sur le rapport rédigé par J-F Toussaint à propos du Plan National de prévention par l’Activité Physique ou Sportive (PNAPS). Vous trouverez ci dessous un extrait d’un diaporama présentant un résumé de ce rapport (qui date de janvier 2009). Après avoir relu, les propositions, vient une question: qu’est ce qui a été pris en compte, voir adopté ?

Laissons les lecteurs se faire leur avis, n’hésitez pas à commenter cet article. (PNAPS dans son intégralité ici)

[slideshow]