Archives par mot-clé : traits de personnalité

Moi ? Je fais beaucoup de sport, et je dis pas ça pour vous faire plaisir.

Tout d’abord qu’est que la désirabilité et l’approbation sociale ?

La désirabilité sociale, se définit comme « l’adéquation connue des comportements observés ou anticipés d’une personne aux motivations ou aux affects réputés des membres typiques d’un collectif social » [1]. L’approbation sociale est le « besoin d’obtenir une réponse positive dans une situation de test » [2].

Il y a une décennie, Adams et al. [3] publiaient une étude (en accès libre) ayant un impact important dans le domaine de l’activité physique (AP). Après avoir mesuré par questionnaire, les deux concepts de désirabilité et l’approbation sociale (qu’ils considéraient comme des traits de personnalité) chez 81 femmes, ils ont mis en place une évaluation de la dépense énergétique et de la durée de l’activité physique. Les techniques de l’eau doublement marquée et de l’actimétrie utilisées sur 14 jours étaient associées à des mesures d’activité physique déclaratives (un évaluateur contactait les participantes par téléphones pour les interroger sur leur activité physique de la veille et des 7 derniers jours).

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=aN7lt0CYwHg]

Par la suite, les chercheurs ont exploré statistiquement si la désirabilité et l’approbation sociale pouvaient expliquer l’écart entre la mesure objective et subjective de dépense d’énergie et de durée d’AP.

La désirabilité et l’approbation sociale sont significativement associées à l’écart de dépense énergétique. La désirabilité sociale est significativement associée à l’écart de durée d’AP modérée.  Les auteurs concluent que la désirabilité et l’approbation sociale pourrait influencer les mesures subjectives de l’activité physique.

Cette étude fait état de plusieurs limites, une faible taille d’échantillon composé uniquement de femmes, et peu de covariables étaient utilisées dans les analyses. Cependant, cette étude souligne les limites de la mesure de l’activité physique par interview ou questionnaire.

En terme pratique, les professionnels de l’activité physique doivent garder ces résultats à l’esprit et tenter de prévenir l’impact négatif de la désirabilité et l’approbation sociale dans leurs évaluations. Ces résultats n’ont (à ma connaissance) pas été reproduits dans le domaine de l’activité physique, mais par contre des résultats similaires sont publiés avec les questionnaires de nutrition [4].

Pour illustrer le présent article, une vidéo de promotion des activités physiques et sportives pour les femmes du Royaume-Uni. Comme souvent, en France, nous sommes à cents lieues de cela.

  1. Cambon L. Désirabilité sociale et utilité sociale, deux dimensions de la valeur communiquée par les adjectifs de personnalité. Rev Int Psychol Soc. 1 déc 2006;19(3):125‑51.
  2. Hebert JR, Ma Y, Clemow L, Ockene IS, Saperia G, Stanek EJ, et al. Gender differences in social desirability and social approval bias in dietary self-report. Am J Epidemiol. 15 déc 1997;146(12):1046‑55.
  3. Adams SA, Matthews CE, Ebbeling CB, Moore CG, Cunningham JE, Fulton J, et al. The Effect of Social Desirability and Social Approval on Self-Reports of Physical Activity. Am J Epidemiol. 15 févr 2005;161(4):389‑98.
  4. Van de Mortel T. Faking it: social desirability response bias in self-report research. Aust J Adv Nurs. 2008;25(8):40‑8.

Pourquoi les personnes traitées pour un cancer font (ou pas) de l’activité physique ? (3)

L’essai randomisé contrôlé « Group Psychotherapy and Home-Based Physical Exercise (GROUP–HOPE) » (1) a fait l’objet d’un sous-investigation. L’étude Group-Hope incluait différents types de participants en terme de cancers diagnostiqués (2). Ainsi, Courney et al. ont souhaité déterminer les facteurs associés à l’adhésion au programme d’activité physique (AP) pour le groupe expérimental. En parallèle, une seconde analyse a été menée afin d’examiner aussi les facteurs associés à la contamination.

die antwoordL’adhésion à une intervention en AP peut être définie comme le degrés avec lequel une personne va suivre les indications concernant ce même programme (e.g., venir aux séances, pratiquer 2 fois par semaine en autonomie…). Dans le domaine du cancer, un taux d’adhésion supérieur à 65 % est considéré comme bon (3).

La contamination représente le taux de participants du groupe contrôle réalisant de l’AP en autonomie en dépit du fait qu’ils soient dans le groupe contrôle. Le taux de contamination dans des essais sur le cancer du sein peut varier de 22 à 55 % (4).

Les facteurs explicatifs testés rassemblaient ceux présentés dans les 2 précédents articles du blog 1 et 2 : personnalité, variables de la Théorie du comportement planifié, antécédents en terme d’AP… Les auteurs sélectionnaient les facteurs à la suite d’une analyse de corrélation puis intégraient ces facteurs dans une régression linéaire descendante.

RÉSULTATS: L’adhésion à l’intervention en AP (n = 51) étaient associée au genre (β = .38, p < .01), au niveau d’extraversion (β = .30, p < .05), aux croyances normatives (β = –.27, p< .05), et au contrôle comportemental perçu (β = .23, p < .10). Les facteurs associés à la contamination dans le groupe contrôle (n = 45) étaient : antécédents en terme d’AP (β = .70, p < .001), le genre (β = .20, p =.042), et l’intention (β = .17, p = .082).  Dans les deux cas, des variables ont un niveau de significativeté > à 0.05.

Ces résultats suggèrent que les variables comme le genre féminin, les antécédents d’AP influencent la participation à l’AP. En ce sens, ils restent importants à prendre en compte lors d’une pratique d’Activité Physiques Adaptée. De plus, pour les professionnels-étudiants qui s’intéressent aux essais cliniques concernant l’AP dans le domaine du cancer, il apparaît essentiel de s’interroger à chaque lecture à cet effet de contamination. Lorsque celui-ci est élevé, on peut penser que les résultats (significatifs) obtenus peuvent être minorés.roger ballen

Il en va de même dans les essais développant des interventions d’AP d’intensité élevée et ou avec une fréquence elle-aussi élevée, de s’interroger sur l’adhésion des participants à ce type d’étude. On peut obtenir un super résultat sur la VO2max par exemple, mais si 20 % des sujets sont venus à toutes les séances, comment interpréter les résultats ???

1. Courneya KS, Friedenreich CM, Sela RA, Quinney HA, Rhodes RE, Handman M. The group psychotherapy and home-based physical exercise (group-hope) trial in cancer survivors: physical fitness and quality of life outcomes. Psychooncology. juin 2003;12(4):357‑374.

2. Courneya KS, Friedenreich CM, Sela RA, Quinney HA, Rhodes RE. Correlates of adherence and contamination in a randomized controlled trial of exercise in cancer survivors: An application of the theory of planned behavior and the five factor model of personality. Ann Behav Med. 1 nov 2002;24(4):257‑268.

3. Carayol M, Bernard P, Boiché J, Riou F, Mercier B, Cousson-Gélie F, et al. Psychological effect of exercise in women with breast cancer receiving adjuvant therapy: what is the optimal dose needed? Ann Oncol. 2 janv 2013;24(2):291‑300.

4. Mock V, Pickett M, Ropka ME, Muscari Lin E, Stewart KJ, Rhodes VA, et al. Fatigue and quality of life outcomes of exercise during cancer treatment. Cancer Pract. juin 2001;9(3):119‑127.

Pourquoi les personnes traitées pour un cancer font (ou pas) de l'activité physique ? (1)

Ces derniers temps, les publications scientifiques aidant, l’intérêt des chercheurs, médecins, oncologues et Enseignants en Activités Physiques Adaptées (APA) s’est accru envers les personnes traités pour différents types de cancer (e.g. sein, prostate, poumon…). Ce blog a déjà traité cette thématique en 2011 et 2012.

Si la littérature anglophone (1–3) et même francophone (4) présente les effets bénéfiques et caractéristiques de l’exercice physique pour les personnes traitées pour un cancer ou en rémission, les études qui portent sur les facteurs motivationnels, individuels qui sont associés ou non à ces effets le sont moins. Lorsqu’on porte son attention sur les changements d’habitude de vie, de comportement de santé à long terme chez ses patients peu d’informations sont disponibles.

cancer et sportJ’entame ici une série d’article traitant de ces derniers points. La méthode est habituelle : présenter des articles choisis pour leur originalité et ou résultat(s).

Rhodes et al. (2001) (5) ont porté leur intérêt sur les possibles relations entre les traits de personnalité et l’intention de participer à l’activité physique au sein d’un échantillon de femmes ayant été traitées pour un cancer du sein. Le plan de l’étude était transversal et celle-ci incluait 175 sujets.

Les auteurs ont utilisé le modèle dit du « Big Five » (6), ce modèle postule de l’existence de cinq grands facteurs qui déterminent plus ou moins les traits de personnalité de chacun(e). Ces 5 traits sont présentés et définis ci-après : Extraversion (E) (implique une approche enthousiaste du monde matériel et social incluant des traits comme la sociabilité, l’action, l’affirmation de soi et les émotions positives); Agréabilité, (A) (tendance à être compatissant et coopératif plutôt que soupçonneux et antagonique envers les autres) ; Caractère consciencieux (C) (autodiscipline, respect des obligations, organisation plutôt que spontanéité ; orienté vers des buts); Névrosisme (N) (contraire de stabilité émotionnelle : tendance à éprouver facilement des émotions désagréables comme la colère, l’inquiétude ou la dépression, vulnérabilité); Ouverture (O) (largeur, la profondeur, l’originalité et la complexité de la vie mentale et des expériences de l’individu).

Le Névrosisme est le trait associé au niveau d’intention le plus faible. L’Agréabilité et la Caractère consciencieux sont, eux, associés avec une intention ou une pratique d’activité physique déclarée. Les autres traits ne semblent pas être associés.

Cette étude était une des premières à souligner que les traits de personnalité, un déterminant individuel, peuvent un facteur explicatif de la pratique d’AP post-traitement cancer. Cette étude simple a été répliquée par la suite avec des plans d’études plus rigoureux. L’identification progressive de ces facteurs est majeure dans la compréhension des effets de l’AP, de l’adhésion/abandon aux programmes proposés, des comportements de santé post-traitement.

<!–
1. Courneya KS, Friedenreich CM. Physical Activity and Cancer: 186. 1st Edition. Springer; 2010.
2. Carayol M, Bernard P, Boiché J, Riou F, Mercier B, Cousson-Gélie F, et al. Psychological effect of exercise in women with breast cancer receiving adjuvant therapy: what is the optimal dose needed? Ann Oncol. 2 janv 2013;24(2):291‑300.
3. Courneya KS, Mackey JR, Bell GJ, Jones LW, Field CJ, Fairey AS. Randomized controlled trial of exercise training in postmenopausal breast cancer survivors: cardiopulmonary and quality of life outcomes. J Clin Oncol Off J Am Soc Clin Oncol. 1 mai 2003;21(9):1660‑1668.
4. Carayol M. Le rôle de l’activité physique dans la prévention tertiaire du cancer. J Pharm Clin. 1 mars 2013;32(1):23‑30.
5. Rhodes RE, Courneya KS, Bobick TM. Personality and exercise participation across the breast cancer experience. Psychooncology. 2001;10(5):380‑8.
6. McCrae RR, John OP. An Introduction to the Five-Factor Model and Its Applications. J Pers. 1992;60(2):175‑215.