Archives par mot-clé : viande

Comment tenter de modifier les comportements carbonés de nos collègues de travail ?

Des membres de l’association du Shift Project (Shift1team) ont réalisé un rapport pour guider les personnes qui souhaitent aider leur proche à modifier leurs comportements individuels carbonés. Celui-ci se présente sous la forme de 3 parties: un état des connaissances, un argumentaire sur les stratégies de changement de comportement et une série de cas concrets portant sur des comportement comme la réduction de consommation de viande ou le changement des modes de déplacement motorisés vers le transport en commun.

Vous trouverez ci-dessous une présentation qui en résume les points saillants. Les cas concrets sont très clairs et utiles pour faciliter la compréhension des aspects plus théoriques. Cependant, la section théorique, bien qu’elle se veut pluridisciplinaire dans le cadre des sciences humaines et sociales, est un peu trop centrée sur l’approche cognitive et ne fait pas état des données factuelles sur l’efficacité des techniques mises en avant (voir par exemple cet article sur le blogue).

Un des points les plus intéressants repose sur les tableaux ci-dessous. Les auteurs du rapport ont réalisé une évaluation des bénéfices ‘carbone’ et du niveau de difficulté d’une série de comportements carbonés. L’idée est très originale et permet de faire le tri des comportements que l’on souhaite cibler avec les meilleurs ratio carbone/difficulté.

 

Quelle est la perception des empreintes carbones reliées aux comportements individuels ?

Une étude en ligne réalisée auprès d’un public adulte nord-américain examinait la capacité à correctement comprendre et gérer son empreinte carbone liée à ses comportements (‘carbon numeracy’, arithmétique carbone) (1).

La question de la réduction de l’empreinte carbone individuelle passe aussi par une modification profonde des comportements. Un précédent article abordait cette question. Or les précédentes études s’accordent sur le fait que les adultes (dans les pays occidentaux) investissent généralement des comportements ayant un faible impact en termes d’empreinte carbone (2).

Les répondants étaient interrogés sur les comportements ayant un impact carbone faible (<1 % de l’empreinte carbone personnelle) ou élevé (>5 % de l’empreinte carbone personnelle). On leur demandait de les classer par ordre d’importance. Le questionnaire en ligne comportait des questions ouvertes et fermées.

La figure ci-dessous représente les comportements les plus cités dans les questions ouvertes en fonction de l’orientation politique des répondants.

La seconde figure représente le classement des 15 actions de réduction empreinte carbone proposées. On peut clairement comparer l’impact perçu et impact réel de ces comportements.

Les répondants comprennent les impacts climatiques de l’utilisation de la voiture mais surestiment énormément l’impact d’autres comportements (exemple : utilisation de sacs réutilisables). De plus, il y a une sous-estimation très importante de l’impact des transports aériens (moins de 1 % des répondants proposaient cette solution) et de la consommation de viande.

Les résultats de cette étude soulignent un potentiel manque de compréhension de l’adéquation entre empreinte carbone des comportements individuels. Ces résultats sont d’autant plus alarmants que la moitié des répondants était des étudiants d’université.

Si les comportements individuels ne sont pas l’unique solution à la réduction des gaz à effet de serre, ils y participent. Les résultats de cette étude illustrent les besoins d’amélioration de la compréhension des enjeux liés au changement climatique dans la population générale.

1. Wynes S, Zhao J, Donner SD. How well do people understand the climate impact of individual actions? Clim Change [Internet]. 2020 Aug 6 [cited 2020 Aug 24]; Available from: https://doi.org/10.1007/s10584-020-02811-5

2. Gifford R. Environmental Psychology Matters. Annu Rev Psychol. 2014 Jan 3;65(1):541–79.